En quête (1940-1945)

« Je prends le parti de styliser quelque peu mon histoire. Ça tombe plutôt bien parce que, même si pour certains épisodes ultérieurs il me faudra résister à la tentation d’étaler mon savoir en détaillant trop telle ou telle scène sur laquelle je suis surdocumenté, je dois avouer qu’en l’occurrence mes connaissances flottent un peu », Laurent Binet, HHhH, Paris, Le livre de Poche, 2011 [2010], 31.

Alors que ce projet biographique me titillait, au début du confinement 2020, je comprenais très vite qu’il m’éloignait de mes objets d’étude, l’histoire du sport et de l’éducation physique scolaire, et que les corpus et les versements privilégiés jusqu’alors devenaient inadaptés. Je devais me tourner vers d’autres sources et d’autres acteurs susceptibles d’éclairer ma lanterne. Le plus simple était de faire profil bas et s’enquérir auprès de conseillers qui, en quelques clics, répertorieraient des versements pour le restant de mes jours.

« Monsieur, Par votre demande en salle des inventaires virtuelle enregistrée le 3 juin 2020, vous avez fait part aux Archives nationales de votre recherche sur LEMONNIER Roger, né le 16 mars 1911, prisonnier (99612) au Stalag XI A (1940-1945). Sous-officier de carrière, il était marié à LEMONNIER (née PAUBERT) Marie-Anne, née le 7 septembre 1912. Vous recherchez des documents concernant le Stalag XI A et ses différents Kommandos, Les démarches entamées à Bourges par Marie-Anne pour libérer son mari, le carnet de marche du 105e RAL entre mai et juin 1940. Je vous invite à prendre connaissance de notre fiche d’aide intitulée : “Les prisonniers de guerre français sous le IIIe Reich” : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/cms/content/helpGuide.action?uuid=df3a4fb8-b8ab-4f66-a70c-8f967262be82&version=7&preview=false&typeSearch=&searchString=. Pour une recherche nominative, il faut vous adresser au Service Historique de la Défense – Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains, Rue Neuve Bourg l’Abbé, 14000 Caen, qui conserve les fichiers et dossiers des prisonniers de guerre. Vous trouverez aux Archives nationales une masse d’informations sur la vie dans les camps mais pas forcément des documents citant la personne que vous recherchez. Pour le Stalag XI A, voyez par exemple : – rapports de visites d’inspection des camps, F/9/ 2717 ; – conditions de vie dans les kommandos de travail, F/9/2297 ; – notez le volume important (25 cotes) des archives rapatriées du XI A, F/9/3579 à F/9/3604 ; – listes et fiches, F/9/6912 ; – témoignages recueillis après-guerre sur la captivité, 72AJ/299 ; – Amicale du Stalag XI A. 1944-1951, 20050206/88. Ces documents seront librement communicables et reproductibles avec un appareil photo sans flash aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine (59 rue Guynemer, métro ligne 13, station Saint-Denis-Université) quand le site aura rouvert. Les archives et journaux des marches et opérations du 105e RAL pendant la campagne de 1939-1940 sont conservés au Service historique de la Défense à Vincennes, cote 34N 608, dossiers 1 à 7. Pour d’éventuelles traces des démarches entreprises pour sa libération, adressez-vous aux Archives départementales du Cher. Avec mes salutations les meilleures, Archives nationales, Département de l’accueil des publics de Pierrefitte-sur-Seine en télétravail, Demande traitée par : Olivier C. »[1]

Je surlignais à tout va les cotes et les lieux d’archives qui, au sortir des confinements, alimenteraient ma petite histoire d’un jardinier, militaire et prisonnier de guerre, participant à l’édifice de mémoire familiale débuté par d’autres.

La quête consistait notamment à retrouver quelque élément factuel attestant des lieux de vie de Roger durant ses cinq années de captivité. Une seule occurrence dans le carnet permettait de situer le lieu de cantonnement du premier kommando à la fin de l’année 1941, Stendal. Le terme usine était avancé, deux fois, sans préciser laquelle, ni ce qu’on y faisait (sic !) ; plus loin dans le texte une seule phrase évoquait un casernement dans une grande ferme isolée, au début de 1942, laissant supposer que le kommando soit agricole. Pour le moins le biographé n’était pas disert sur les lieux de sa captivité et les tâches qui lui incombaient. Je ne savais pas si j’irais jusqu’au périple[2] en Saxe-Anhalt mais il paraissait important de préciser, si je le pouvais, l’errance carcérale de Roger. Je disposais de deux indices annexes, l’un sur la carte de rapatrié établie lors du retour en France en 1945[3] : 820/10 ; l’autre sur le programme des festivités de noël 1941 à Stendal, inséré dans le carnet : 820/7. Enfin, je savais, depuis ma visite aux archives des victimes des conflits contemporains de Caen, que le codage 820 correspondait à la ville de Stendal qui ne comptait pas moins de 14 camps[4] : une auberge de jeunesse, une entreprise de matériel d’artisanat, plusieurs centres de restauration et de construction de matériel militaire, deux conserveries, un atelier de réparation pour la gare, deux dépôts ferroviaires, un stade. Décrypter ces codes, chercher un nom sur une liste, attester un passage ici, une démarche là, revenait à chercher un arbre au milieu d’une forêt de 1200 détachements de travail parmi lesquels 900 environs étaient réservés aux prisonniers français et belges. S’y trouvaient jusqu’à 30000 prisonniers français, employés, pour l’immense majorité, à des tâches de manœuvres dans la culture, les travaux publics, ou l’industrie[5]. Telle était ma quête lorsque je franchissais le seuil des archives de Pierrefitte en juin 2022. Je n’étais pas revenu ici depuis mes travaux sur la scolarisation de la danse réalisés entre 2014 et 2018 ; j’avais perdu les automatismes des lieux. L’incompréhension me ramenait alors à l’enfance, au doigt levé vers le technicien pour ouvrir un casier de haute sécurité, pour réactualiser ma carte de lecteur. Bref, des petites peurs qui m’enjoignaient au respect de l’antre de l’archive nationale.

Les cartons attendaient tout en alignement sur les racks de stockage. Il me fallait choisir le premier à consulter. J’ai toujours eu des hésitations sur l’ordonnancement de mes consultations. Tout me semble important. Pourquoi la primauté à tel versement plutôt qu’à tel autre ? J’erre à chaque fois en incertitude ; encore plus pour le cas présent où j’avais peu de familiarité avec l’objet d’étude. S’ajoute le fait que je me noye facilement dans les dossiers ; je flâne dans les feuillets. J’hésite aussi à rapporter trop vite une mauvaise pioche, par respect pour les archivistes qui sont allés la chercher. Ce faisant, les préposés aux retraits s’impatientaient. Ils avaient déjà enregistré ma carte de lecteur et attendaient le numéro du premier dossier à me transmettre. J’optais, non sans atermoiements, pour le F-9-2717 relatif aux rapports de visites d’inspection des camps[6], en me disant que c’était un bon moyen de se mettre dans l’ambiance de la vie des kommandos et que peut-être j’y trouverais des données sur les détachements 820. Décision prise, le code barre enregistré, on me confiait prestement le précieux colis et je rejoignais ma table de lecture.

Le versement est constitué de plusieurs chemises. Elles sont en lien avec différents Stalags : XA, XB, XIA, XIB. Dans un premier temps, je me concentrais sur la chemise relative au XIA en me disant que je reviendrais peut-être aux autres plus tard ; d’aucuns ne se poseraient même pas la question. M’anime toujours la peur de passer à côté de la trace qui remet tout en cause, le document fondateur d’autres hypothèses, etc. Bref, des anxiétés ! À l’intérieur de cette chemise grise, plusieurs sous-chemises abritent des rapports d’inspection des camps par les hommes de confiance et autres organismes de “contrôle”, telle la Croix-Rouge. Je m’arrêtais un temps, sans que cela soit pleinement le cœur de ma visite, sur la chemise 7. Le rapport du 11 juillet 1941 faisait état des sous-officiers qui refusaient d’être volontaires pour les détachements de travail. Je me questionnais sur le fait que Roger avait fait le choix inverse. J’apprenais que la raison de ce refus résidait dans le respect de la convention de Genève, article 27, qui exemptait les sous-officiers de détachement ; s’y ajoutaient trois autres causes :

« 1° L’expérience malheureuse d’un assez bon nombre de Sous-Officiers partis en Kdo […] Autant que je puisse en juger, les conditions de la vie en Arbeit-Kommando sont pour un Sous-Officiers, au moins dans 20% des Arbeit-Kommando, nettement moins favorables que celles de la vie au Camp […] que la vie au Kdo tient plus au régime pénitencier que du régime normal de la captivité (Ex. : Kdo, 820/2 Stendal) […] 2° Les conditions souvent regrettables dans lesquelles se sont faits ces départs en Kdo. Ceci est accentué par le fait que la présence d’homme de confiance français au camp n’existait pas […] Tout ceci a conduit les Sous-Officiers à une attitude d’opposition irréductible à l’égard du départ en Kdo, et à une méfiance très grande à l’égard de toutes les assurances qu’on leur donne au sujet de la nature et du lieu du travail qu’on leur propose d’accomplir. […] 3° Une troisième raison qui pousse les Sous-Officiers à demeurer au Camp, tient aux possibilités de rapatriement, plus grandes au Camp central qu’en Arbeit Kdo […] La moitié environ des Sous-Officiers du Stalag, bon gré mal gré, sont déjà en Arbeit Kdo et travaillent. […] je n’ai jamais caché, ni à mes camarades ni aux Autorités allemandes, que les Sous-Officiers français ont été à chaque fois plus ou moins lésés dans leurs droits, eu égard à l’article 27 de la Convention de Genève. Père Dubarle [homme de confiance du XIA] »[7].

Je n’en savais pas plus sur les lieux de vie du grand-père mais je comprenais qu’il avait rejoint les détachements de travail sans être averti de ses droits à y sursoir en tant que sous-officier. Ce rapport signalait que de nombreux gradés avaient été enrôlés ainsi dans les kommandos. Un gendarme, revenu du XIA, attestait cela dans un document classé secret du 28/7/1941 en précisant qu’il n’avait pas eu l’information concernant sa non-obligation de travailler en tant que sous-officier[8]. « La tactique des Allemands consistait, dès l’arrivée au Stalag, à réduire les portions au strict minimum. Dès lors, les hommes accueillaient le départ au kommando avec un soupir de soulagement. J’avoue avoir quitté les barbelés et les miradors d’Altengrabow, et son unique gamelle de mioi sans nul regret »[9]. Très peu de sous-officiers, durant l’année 1940, avaient échappé aux kommandos. Roger, arrivé en novembre, était de ceux-là. Pour autant aurait-il refusé de partir en détachement s’il avait été dûment informé ou aurait-il suivi, en toute docilité, les injonctions vichystes de rédemption par le travail ? :

« Plus encore qu’une école de solidarité, de fraternité et d’altruisme, la captivité est une école de patience, de détermination. C’est aussi et surtout un frein aux ambitions démesurées, aux utopies d’imaginations débordantes et débridées. C’est un plus juste rappel des valeurs humaines, morales, spirituelles […] On nous jugera à la façon dont nous aurons supporté les épreuves, l’Épreuve. […] le prisonnier doit puiser dans son malheur la force de juger les autres après s’être jugé et de s’élever en élevant sa conscience »[10].

Je restais avec mes questions et replongeais dans les archives car je n’avais pas avancé d’un iota. Certes, je ne manquais pas de sources et documentations pour d’autres thèmes ; j’avais pléthore de notes, un excédent de clichés pour illustrer, détailler le suivi du courrier, l’aménagement du XIA, les cercles Pétain, les tâches des hommes de confiance, etc. mais je m’éloignais, assurément, de la rive que je voulais rallier.

Dans un versement, la présence de listes et tableaux fait battre le cœur plus vite, plus fort ; une euphorie s’immisce dans le bout des doigts ; ça pétille dans la tête. Derrière ces ordonnancements administratifs, ces noms calligraphiés se glissent toujours des espérances. Alors on se précipite, on tourne les pages à la va-vite, on y revient une seconde fois, plus lentement ; parfois une troisième si on ressent une fatigue oculaire, un picotement irien qui remet en cause le décryptage. Bref, on fait tout pour ne pas rater le patronyme convoité, le Graal du moment.

J’avais entre les mains ce type de document chimérique : le cahier d’enregistrement de la correspondance du XIA, tenu par l’homme de confiance entre le 24-7-43 et le 24-12-43[11]. Je misais d’autant plus sur ce cahier que Roger se targuait d’écrire régulièrement à Marie-Anne et aux siens jusqu’en mai 1942, il semblait logique de penser que la correspondance n’était pas interrompue en 1943. La première lecture servit à repérer l’organisation du registre : date, kommando, nom, motif du courrier. Relativement simple à appréhender. La seconde se focalisa sur la troisième colonne, celle des noms. Le 11 septembre 44, un nommé LEMONNIER du K° 531 sollicitait des informations sur les colis. Ce n’était pas le mien, je poursuivis. Un autre LEMONNIER, le 16/9/44 du K° 836 envoyait une lettre à Scapini au sujet de la mort de son père. Toujours pas de Roger, j’enchaînai. Enfin, le 21/10 un dernier LEMONNIER du K° 531, pour un avis de transmission. Pas possible qu’il n’y soit pas ! Troisième relecture en croisant le numéro du kommando et le nom ; en renouvelant l’inspection j’espérai conjurer la mauvaise main. Peau de balle, la guigne, la scoumoune, la poisse, la malchance, tous les synonymes brinquebalaient dans ma tête. Rien, nada, une kyrielle de néant qui se poursuivait jusque dans le cahier suivant, celui du 24-12-43 au 5-9-44. À croire que Roger avait perdu tous ses crayons, son inspiration romantique, ses coups gueules maréchalistes. Il avait disparu de mes radars depuis mai 1942 et son dernier kommando incontestablement fréquenté était le 820/7 ; je ne savais même pas où dans Stendal !

Je passais à un autre versement, une autre liste[12], tout aussi démesurée ; celle de la remise des vêtements aux prisonniers de guerre. Tous les prisonniers avaient la possibilité de changer leurs vêtements abîmés[13]. Certes, les prisonniers des détachements de travail avaient plus de difficultés à le faire que ceux du camp mais cette liste consignait ce troc vestimentaire et je me faisais fort de lire chaque colonne des effets demandés par les internés. Ceci se faisait de la même manière dans chaque Stalag, avec le même relevé : nom, prénom, n° de prisonnier, n° du kommando, effets demandés. Depuis le temps qu’il errait entre usinage et agriculture, je ne doutais pas que le grand-père ait pu recevoir son lot. Des Lemonnier, j’en trouvais. Il y en avait trois, les 83.391, 88.335 et 33.391. Des Auguste et des Lucien qui demandaient chandail, chaussures (39-40), culotte et veste militaire mais pas de 99.612. Je relisais en entrant par les prénoms, histoire de varier les déplaisirs. Les Roger se ramassaient à la pelle mais le mien s’absentait ; j’en venais à douter qu’il s’habillât. Quand le désespoir s’installe, on devient vite irrespectueux, on se lâche sur les jeux de mots. J’avais le moral dans les chaussettes et Roger reprisait les siennes le dimanche, faisait lessive dans sa ferme kommando[14], expliquant le fait qu’il ne figure pas dans cette liste !

Nouvelle désillusion. Le nombre de feuilles tournées ne suffit pas à alimenter la pompe à preuve ; je n’avais rien de plus dans ma musette et désespérais de pouvoir cerner un jour l’itinéraire du captif, habilement dissimulé dans ces amas de petits papiers.

Il me restait le F-9-3581 ; celui que j’avais gardé pour la fin, pour conjurer le désespoir et éviter le naufrage en salle de lecture. Il faut dire que l’intitulé était séduisant : Listes nominatives des prisonniers des kommandos au 10 septembre 1944. Je conjecturais sur cet en-tête. Un dernier dossier où devait m’attendre la perle rare, celle pour laquelle j’étais là depuis deux jours. Puisque Roger ne s’était pas évadé, n’avait pas cherché à le faire, que les démarches de Marie-Anne n’avait pas permis qu’il revînt plus tôt, il devait figurer dans ce recensement. Il n’y avait que 25.000 noms à compulser ! Un chiffre à faire regretter l’inventaire informatique, la reconnaissance de caractères, l’efficacité des tableurs. Après l’angoisse du tri sélectif, montait l’inquiétude d’un raté dans le dénombrement ; que Roger n’ait pas quitté sa ferme, trop occupé à sa lessive ; qu’un seul homme ne constituait peut-être pas un kommando, etc. Bref, les questions se bousculaient.

Avec l’amoncellement de feuilles de tout essence et caractère, trônait un cahier cartonné de soixante-dix pages, de couleur grise et d’aspect marbré. L’étiquette centrale, à l’allure scolaire, titrait « Liste des Kommandos ». Le document, en allemand, listait et codifiait ceux du XIA. Une nomenclature où plusieurs codifications se superposaient concernant les villes et villages accueillant les détachements. Par exemple, page 57-58, Stendal était repéré sous le code compagnie 2/741 et kommandos 820, de 1 à 15 : 1 Jugendherberge ; 2 Handwerkerstube ; 3 Ersatzverpflegungsamt- Heeresneubauamt ; 4 Zufa ; 5 Konservenfabrick, etc. Malgré mes quatre années d’allemand dans le secondaire, je ne saisissais pas pleinement l’organisation du document. Je photographiais les pages où Stendal, Altengrabow et 2/741 apparaissaient. C’était déjà une bonne chose de faite ! Mais il ne s’agissait aucunement d’une liste des prisonniers, juste celle de leurs cantonnements. Je tournais les pages sans trop savoir en quoi ce document pourrait m’être utile dans ma quête. Derrière chaque code se cachaient des milliers de prisonniers et parmi eux, Roger. À tout le moins, j’avais le nom des sites à Stendal.

Les listes nominatives, avec matricules, effectifs et noms des kommandos semblaient plus instructives. On ne faisait pas dans le normatif ; chaque liste était différente de la précédente ; les pages étaient tantôt dactylographiées, tantôt écrites au stylo ou au crayon. Ça s’amoncelait sur la table de lecture. Est-ce que Roger y figurerait ? Saurais-je le repérer dans cette énumération interminable ? Il n’était déjà pas sur les listes des prisonniers, établies par les services de Vichy en 1941, allait-il apparaitre sur l’un de ces feuillets ? Pour me rassurer je notais tous les Lemonnier que je trouvais. Certaines listes recensaient, sur la même page, plus de 75 noms, prénoms et matricules en six colonnes. Les yeux me piquaient et la peur de rater le nom recherché s’immisçait rapidement dans mon esprit. L’envie de recommencer depuis le début s’installait au fur et à mesure que le paquet diminuait.

1) Lemonnier Edgar ; 2) Lemonnier Auguste (1425/1) ; 3) Lemonnier Constant (544/27 ou 836) ; 4) Lemonnier Eugène (844/7).

Enfin, il était là, je le tenais. YES (j’ai fait anglais première langue). Bonheur. Photo, rephoto. Pas de flou surtout. Re YES. C’était le 5eme repéré ; j’avais bien fait de poursuivre, le paquet n’était plus bien épais.

Lemonnier Roger, 99612, et André Ephrem[15], 98865, sont les deux seuls membres du kommando 783/1. Le document a été rédigé le 10 septembre 44 et je m’interrogeais sur celui qui avait pu le transcrire. C’était de la responsabilité de l’homme de confiance de chaque kommando mais pour un détachement de deux individus qui avait bien pu le faire ? Il n’y a pas d’homme de confiance identifié comme tel sur la feuille jaunie. Était-ce Roger ? Était-ce Ephrem ou un responsable allemand ? Subséquemment, je voulais savoir où se situait le 783/1. En regardant le listing allemand des kommandos, dont je ne savais que faire quelques dizaines de minutes auparavant, je devais pouvoir le localiser. L’enquête avançait cahin-caha au fil des petits bonheurs et des grandes désillusions. Bonheur d’un nom inscrit sur une feuille volante, restée bien au chaud entre des centaines d’autres depuis plus de 80 ans. Désillusions de se perdre dans les classements et lignes interminables. C’est pourtant ainsi que l’on peut donner de l’existence aux anonymes. Ce détachement était localisé à Schönberg über Seehausen (Altmark). Le versement F/9/3581 des archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine, à la page 55 du cahier cartonné, de soixante-dix pages, de couleur grise et d’aspect marbré, me l’a dit. Au dos d’une photo, envoyée à Claude le 27-12-42, Roger annotait : Doux baisers de ton petit papa qui t’aime. 27-12-42. Il ajouta, lorsqu’il rassemblait ses souvenirs dans les années 1980 : en captivité s/Elbe près Seauzaine Allemagne. Malgré l’écrire phonétique je comprenais alors que le captif était, a minima, dans ce détachement agricole depuis décembre 1942. Le carnet laissait entendre qu’il le fut déjà au printemps 1942.

Roger et Ephrem étaient tous deux d’extraction rurale, il paraissait logique qu’ils fussent durablement incorporés dans un détachement agricole. Ils n’œuvraient pas quotidiennement ensemble car ils opéraient dans des fermes distinctes. Roger était possiblement jardinier en complément de ses tâches agricoles comme il le laisse entendre le 31 mai 1942 : « […] j’ai passé une bonne semaine la pluie étant venue aussi apporter à mon jardin des bienfaits car je te pris [de] croire qu’elle était attendue cette pluie et s’il n’avait pas plu cette semaine mon travail aurai été zéro [;] même ici je prends goût à ce que je fais et cela est pour moi ma seule distraction de voir mon travail donnant de bons résultats […] »[16]. Nourri et logé dans une chambre personnelle, la captivité ne devait pas être trop rude sur le plan matériel. La nourriture était suffisante, rudimentaire comme celle du paysan, pommes de terre à chaque repas ou soupe au lard, pain aux casse-croûte dans les champs[17]. Le dimanche permettait d’écrire le courrier, de faire lessive, cordonnerie et raccommodage avant d’aller retrouver les camarades des autres fermes. Ephrem André bien entendu.

En remettant le feuillet dans l’inventaire, je disais adieu à mon papy prisonnier et à son camarade Ephrem. Ils retournaient à leur anonymat dans ce recensement de 1944.

Je disposais maintenant de suffisamment d’informations pour établir l’itinéraire de mon aïeul depuis sa blessure en mai 1940. Les archives militaires, médicales, celles du XIA et le cahier de langue allemande documentaient les cinq années d’absence.

– 19 mai 1940, entre 13h et 14h, blessure en séton à la cuisse gauche, sur le pont d’Hasnon, département du Nord.

– Hospitalisation d’urgence à l’hôpital de Béthune durant huit jours.

– Soins à l’hôpital Saint-Pierre de Calais du 23 mai au 7 juillet 1940. Capture le 24 mai.

– Soins à l’hôpital Saint-Ruth de Lille du 7 juillet au 24 octobre 1940.

– Captivité au Frontstalag 102 à Lille à partir du 24 octobre 1940.

– Transfert par train et arrivée au stalag XI A d’Altengrabow le 2 novembre 1940.

– Enregistrement d’usage et stationnement durant plus ou moins quinze jours.

– Kommando 820/7 de Stendal, hébergé à la Reichsbahn et ses ateliers de maintenance, travail en usine de décembre 1940 à mai 1942. Dans ce kommando, « les incartades de prisonniers peuvent être punies de prison, ce qui est réglementaire, mais sanctionnées à coup de tuyau de caoutchouc sur les reins et au visage, dans une étroite chambre de bastonnade »[18].

– Kommando 783/1 de Schönberg über Seehausen, hébergement dans une ferme isolée, en charge notamment du jardin. Présence effective de mai 1942 à la fin de 1944, attestée par le recensement de septembre 1944.

– Kommando 820/10 de Stendal, hébergement au stade ou dans les nouveaux bâtiments militaires avant le retour vers la France au début du mois de mai 1945.

[à suivre]

__________________________________________

[1] Archives nationales, recherche n°1 188 787.

[2] F. Silloray, Le Carnet de Roger, Paris, Sarbacane, 2011.

[3] Archives privées de Roger.

[4] Documents rapatriés du XIA, F-9-3581, Archives nationales de Pierrefitte.

[5] Conditions de vie dans les kommandos de travail, F-9-2297-2298, Archives nationales de Pierrefitte.

[6] Rapports de visites d’inspection des camps, F-9-2717, Archives nationales de Pierrefitte.

[7] Ibid., Chemise 7.

[8] Conditions de vie dans les kommandos de travail, F-9-2297-2298, Archives nationales de Pierrefitte.

[9] Témoignages recueillis après-guerre, Laurent O., professeur adjoint au lycée de Valenciennes, 72AJ-299, Archives nationales de Pierrefitte.

[10] Archives rapatriées du XIA, Cercle Pétain, mars 1943, 13, F/9/3579, Archives nationales de Pierrefitte.

[11] Archives rapatriées du XIA, Courrier-Kommandos, F/9/3579, Archives nationales de Pierrefitte.

[12] Archives rapatriées du XIA, Vêtements demandés par les prisonniers, F-9-3585, Archives nationales de Pierrefitte.

[13] Rapports de visites d’inspection des camps, Rapports du CI de la Croix Rouge de Genève, F-9-2717, Archives nationales de Pierrefitte.

[14] Carnet de captivité, 5 avril 1942.

[15] Ephrem André est né le 23 décembre 1912 à Trèves dans le Gard d’un père exploitant agricole. Il décède le 13 décembre 1986 à Montpellier.

[16] Carnet de captivité, 31 mai 1942.

[17] Selon les témoignages de Raymond F. et Arthur G., tous deux en détachement agricole, Témoignages recueillis après-guerre, 72AJ-299, Archives nationales de Pierrefitte.

[18] Services diplomatiques des prisonniers de guerre, 23 juillet 1942, Conditions de vie dans les kommandos de travail, F-9-2297-2298, Archives nationales de Pierrefitte.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 1 février). En quête (1940-1945). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirq

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search