En quête

Projet de titre : La Saxe est vaste ou T’étais où exactement ? ou XIA, mais encore ! ou En quête (Nov 1940-Mai 1945)

Thème de la note d’intention : Le néant des sources

« […] j’arrive bien à voir quelques camarades mais ce ne sont pas mes bons camarades de Stendal ; auxquels l’on parlait de tout de sa famille ; du passé et de l’avenir »[1]. Une seule occurrence dans le carnet de captivité permet de situer le lieu de cantonnement du premier kommando du biographé à la fin de l’année 1941. Pour autant, cette ville ne compte pas moins de 14 camps[2] : une auberge de jeunesse, une entreprise de matériel d’artisanat, plusieurs centres de restauration et de construction de matériel militaire, deux conserveries, un atelier de réparation pour la gare, deux dépôts ferroviaires, un stade. Où le biographé écrit-il ses lettres à Marie-Anne ? De même, à Stendal, dans quelle usine le captif donne-t-il sa force de travail au service de l’occupant allemand ? Quid également de la localisation du kommando agricole à partir de 1942 ? Y-en-t-il eu d’autres ? Pour le moins le biographé n’est pas disert sur les lieux de sa captivité et les tâches qui lui incombent. Tout est-il si indifférencié qu’il lui semble inutile de préciser les contours de chaque kommando fréquenté ? Je me heurte à la lacune des sources, aux non-dits du captif qui préfère discourir sur son enfance et sa jeunesse plutôt que de relater ses ressentis de l’instant ou ses astreintes quotidiennes. Qu’importe, l’enquête permettra peut-être de préciser quelques lieux, émettre des hypothèses sur le travail fourni.

Le carnet est donc de peu d’utilité pour cette étape. Roger y évoque par deux fois une usine sans préciser laquelle ni ce qu’il y fait (sic !). Les archives militaire et nationale deviennent dès lors les seules ressources à disposition pour documenter son itinéraire en Saxe-Anhalt. L’enquête consiste alors à la consultation de cartons, au déchiffrage de listes interminables, au recoupement d’informations adjacentes, etc. Bref, la besogne de l’historien lorsqu’il est confronté aux lacunes des documents premiers. Roger devient mon Louis-François Pinagot ; me voilà dans un désert sans sources.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Ne faut-il pas relater cette quête de documents visant à attester de l’itinéraire de la figure biographiée durant sa captivité ? Non que le biographe doive systématiquement se mettre en scène mais cette laborieuse collecte, faisant partie de son travail, ne peut-elle pas servir de levier pour transmettre certains contenus biographiques ? D’aucuns diront que l’on tombe dans la facilité ; parler d’autre chose lorsque l’on à rien à dire d’essentiel. Certes, le chapitre devra être court et, pour éviter les circonvolutions, se centrer sur l’action de consultation des versements archivistiques, sur le doute, la surprise, l’errement, le découragement, la joie, etc. toutes ses émotions qui se combinent lors du dépouillement des chemises cartonnées, du décryptage d’énumérations sans fin, de découvertes inattendues, d’espérances laissées pour compte… Le « je » du biographe devient une évidence ; la mise à distance de Soi également.

Les notes de bas page sont dévolues aux sources et auteurs qui alimentent la collecte. Pas de note de fin.

Sources valorisées

* Archives du service historique de la Défense (Vincennes, Caen)

* Archives nationales relatives au XIA à Pierrefitte

* Carnet de captivité

Les notes prises lors des recherches doivent servir de base au texte. Elles sont parfois en décalage avec le cœur du travail biographique mais éclairent toutefois les hauts et les bas d’une enquête.

Je retiens pour l’instant le titre, XIA, mais encore ! car il me semble évoquer le manque dans lequel je me trouve… 5 ans de captivité mais rien sur les lieux de vie, rien pour cartographier l’attente.

Peut-être pourrais-je utiliser l’exergue suivante : « Je prends le parti de styliser quelque peu mon histoire. Ça tombe plutôt bien parce que, même si pour certains épisodes ultérieurs il me faudra résister à la tentation d’étaler mon savoir en détaillant trop telle ou telle scène sur laquelle je suis surdocumenté, je dois avouer qu’en l’occurrence mes connaissances flottent un peu », Laurent Binet, HHhH, Paris, Le livre de Poche, 2011 [2010], p. 31.

Nouveau changement de titre, j’opte pour En quête. Comme il s’agit de rapporter mes errements dans les versements pléthoriques des archives nationales pour trouver un feuillet, un nom sur une liste, cette dernière proposition me paraît plus claire. [à suivre]

____________________________________

[1] Carnet de captivité, 21 Mai 1942 à 20 heures

[2] Versement concernant les documents rapatriés du XIA, F-9-3581, Archives nationales de Pierrefitte.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 12 décembre). En quête. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nir8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search