Poste restante (printemps 1944)

« Les enfants les plus jeunes notamment n’ont pas la capacité de remettre des évènements traumatisants dans un contexte plus large qui fait sens », Sarah Fishman, La bataille de l’enfance, Rennes, PUR, 2008, 65.

 

Gavray, 1er avril 1944,

Cher papa, je t’écris depuis Gavray où je suis depuis presqu’une année[1]. Maman a eu cette idée pour ma santé et pour la soulager un peu depuis que tu es fait prisonnier. Je suis chez l’oncle Charles et la tante Albérie. Je m’entends bien avec les cousines Agnès et Annette et surtout le cousin Michel qui est plus de mon âge et suit l’école avec moi. L’oncle Charles est assez sévère et il a voulu que je fasse l’enfant de chœur, lui qu’est bedeau. Maman, Solange et Bertrand me manquent et toi aussi depuis le temps que tu es parti. Je regarde souvent la photo que tu m’as envoyée le 4 avril 1943[2] où tu es avec tes camarades prisonniers. Il y a déjà un an que j’ai cette image contre moi. Pour que tu reviennes plus vite me voilà résistant. J’avais déjà tenté de faire dérailler des wagons à la Pyrotechnie de Bourges en mettant des graviers dans les rails[3]. Ici, j’ai réussi à semer la panique dans la caserne des allemands près de chez le père Charles, route de Saint Denis où tu as appris ton métier de jardinier. En soufflant dans des gros tuyaux métalliques j’ai imité leur sirène. Ils ont cru que c’était une alerte. Ils sont tous sortis en courant, arme en main. Je me suis carapaté en compagnie de Michel. Après que les allemands soient venus le voir, l’oncle a vu rouge et nous a punis en nous faisant apprendre, comme d’habitude, l’évangile du dimanche suivant[4]. La tante Albérie a signalé que c’était celui des rameaux ; d’une longueur qui coupe l’envie de recommencer. Charles n’a pas cédé et je lui ai récité ce matin avant de servir la messe. Je ne sais pas si cela fait partie de la punition mais l’oncle envisage de nous mettre dans une ferme au Mesnil-Villeman. Peut-être est-ce pour nous protéger Michel et moi car il y a de plus en plus de bombardements ces temps-ci, sur Caen notamment. Ton petit Claude.

 

Bourges, 11 avril 1944,

Cher papa, comme tu l’as demandé dans tes lettres[5] j’essaie d’aider maman du mieux que je peux. Je suis un peu l’ainée depuis que Claude est parti à Gavray. On va essayer d’aller le voir durant les grandes vacances. Il me manque car je jouais bien avec lui et ses copains. À la maison je lis souvent La Dépêche du Berry à maman pour lui tenir compagnie et pour améliorer mes résultats à l’école. Je vois bien que ces derniers temps les bombardements sont nombreux sur Paris Lille le Havre Caen pas loin de Gavray. Nous aussi nous sommes bombardés par les américains et les anglais[6]. On a appris à les reconnaitre au bruit des moteurs avec Bertrand. Hier l’usine de la SNCAC a été visée. C’est vers 10 heures que les sirènes ont retenti alors on est descendu dans la cave. Après c’était le silence puis les explosions au loin. Dans le ciel les avions semblaient nombreux au moins 10 peut-être 20. Ils parlent de cent-vingt dans le journal mais ils ne disent pas vraiment que c’est notre ville qui a été bombardée. Ils parlent d’une ville du centre-Ouest mais nous on sait que c’est chez nous. Maintenant il y a des gens qui déblayent les décombres comme les jeunes du chantier de jeunesse[7] de Bruères-Allichamp. Peut-être que j’irais un jour dans ce camp pour la jeunesse car je ne suis pas certaine d’aller en colo cette année. Même si j’ai oublié le son de ta voix les photos que maman nous montre me rappellent ton visage. Le soir elle nous raconte aussi ce que nous faisions ensemble. Le plus beau des souvenirs c’est quand j’étais sur ton vélo et qu’on allait le dimanche matin soigner les chevaux[8] au 105e. Avec Bertrand, on pense que tu reviendras bientôt même si on a dit ça souvent car les résistants sont de plus en plus actifs que disent les copains de Claude. Tout cela fait bien peur à maman pour nous. Ta petite Solange Lolotte.

 

Bourges, 29 avril 1944,

Je commence à pouvoir t’écrire même si Solange m’aide un peu car je vais à l’école depuis quelques années. Mon masque à gaz était trop grand[9] pour moi quand j’étais chez les petits il trainait par terre mais maintenant je sais lire et écrire. Mon frère Claude est parti chez l’oncle Charles. J’espère le voir bientôt pour faire de la résistance avec lui. Je commence à utiliser mon lance-pierre. Ici on a des bombardements souvent. On va à la cave pour se mettre à l’abri quand on est à la maison. On ouvre les fenêtres avant de descendre. Si on était mal pris maman m’a dit qu’il fallait courir vers les avions pour éviter les bombes plutôt que de courir devant eux[10]. Cela fait bien trois ou quatre fois que nous sommes bombardés ce mois d’avril[11]. On essaie de reconnaitre les avions à leur bruit avec Solange. Maman n’aime pas nos jeux de guerre. Elle a peur pour nous car on est beaucoup bombardés maintenant. J’essaie de te connaitre par les photos que maman laisse dans la maison car je n’ai pas de souvenir. J’étais trop petit quand tu es parti. Bertrand pour son papa.

 

Gavray, 3 mai 1944,

Cher oncle, j’espère que le moral reste bon depuis le temps et que je pourrai te connaitre bientôt[12]. J’entends bien ce que disent les adultes mais je n’ai aucun souvenir de toi. Y parait que tu as travaillé pour les Le Jeune lorsque j’étais toute petite, moi qui suis née en 1929 si tu te rappelles. Je travaille depuis mon certificat d’études et mes treize ans chez Madame Sevestre, la marchande de tissu sur la place de l’église. Je fais la femme de ménage, la femme d’ouvrage. Mais la vie est bien bousculée depuis l’occupation. On monte dormir le soir dans le village du Valjoie avec les parents, pour être plus au calme car les allemands font la relève toute la nuit, marchent sur la route de Saint Denis puisqu’ils casernent à côté[13]. Ils s’assoient sur le bord de nos fenêtres et baragouinent ce qui nous empêche de dormir. Une autre fois, ils ont trainé un piano d’une maison jusqu’au château pour faire la fête. Claude est depuis quelques mois chez nous. Cela soulage la tante Marie-Anne qui, avec sa petite santé, est seule depuis trop longtemps à s’occuper de ses trois enfants. Les parents disent qu’elle fait face, garde sa gentillesse et son courage dans les lettres qu’elle nous envoie. Depuis ses problèmes de poumons, Claude vient de temps en temps ici et le bon air de Gavray lui fait du bien. Il joue et va à l’école avec Michel. Il s’y donne bien et ses résultats sont bons. Je crois qu’il pourrait faire l’instituteur un jour. Ils font bien des bêtises de gamins mais papa se charge de les mettre au pas en les faisant désherber son jardin ou apprendre les évangiles. Même si personne n’en parle vraiment je crois que le changement est pour bientôt car dans l’Ouest Eclair[14] je vois bien que l’aviation anglo-américaine multiplie ses raids sur la France. Faut pas tout croire de ce journal mais cela doit préparer quelque chose et peut-être aussi ton retour. Ta nièce Annette.

[à suivre]

_____________________________________

[1] Récit issu de mes souvenirs de R 16 TS entre Cahors et Brive. Un temps où la N20 était interminable. Les portables n’existant pas, les discussions, nuitamment menées, marquaient les esprits des enfants pour le restant de leurs jours. Hervé, trop jeune pour résister au sommeil, dormait entre les fauteuils, sur les valises servant de sommier. Heureusement la R 16 tenait la route.

[2] Archives privées de Roger.

[3] Confirmation lors des entretiens menés auprès de Solange et Bertrand.

[4] Confirmation lors de l’entretien mené auprès d’Annette.

[5] Récit issu des entretiens avec Solange et Bertrand, le croisement avec des sources, militaire et préfectorale, du site resistance-deportation18.fr et la Dépêche du Berry (sous contrôle, elle parait jusqu’à la mi-août 1944).

[6] J-C Foucrier, « Les bombardements alliés sur la France, prélude au débarquement de Normandie (janvier-juin 1944) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2015, 115-116, 85-89.

[7] C. Pécout, Les chantiers de la Jeunesse et la revitalisation physique et morale de la jeunesse française (1940-1944), Paris, L’Harmattan, 2007.

[8] Confirmé par les évaluations militaires faites en 1945. Entre janvier et septembre 1939, le maréchal des logis Lemonnier Roger était un fourrier qui donnait entière satisfaction à ses supérieurs, Archives privées de Roger.

[9] Confirmation lors des entretiens menés auprès de Solange et Bertrand.

[10] Témoignage Bertrand, Mai 2021.

[11] La Dépêche du Berry, 29 avril 1944.

[12] Témoignage Annette Grente, née Beaufils, Mars 2020.

[13] Confirmé par le témoignage d’Agnès Lebailly, Juillet 2020.

[14] Ouest-Eclair, mercredi 3 mai 1944, 1.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 2 février). Poste restante (printemps 1944). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search