Poste restante

Projet de titre : Ce que tu ne pouvais savoir ou Poste restante (1944)

Thème de la note d’intention : Souvenirs d’enfance, sources fantaisistes ?

« Avec le témoignage s’ouvre un procès épistémologique qui part de la mémoire déclarée, passe par l’archive et les documents, et s’achève sur la preuve documentaire »[1]. Cette citation de Paul Ricoeur pose, en creux, plusieurs questions dont la plus immédiate est la fiabilité de la source orale, « l’autorité controversée d’une parole individuelle sur les évènements »[2]. S’il ne s’agit pas de douter de « l’intérêt, pour l’historien qui s’intéresse aux « mémoires faibles », des enquêtes historiques menées à l’échelle de trajectoires singulières »[3] passant par le témoignage, il reste vrai qu’une défiance se construit sur la frontière entre réalité individuelle et collective[4], liée notamment à la phénoménologie de la mémoire et la valeur salvatrice de l’oubli[5] ; s’y ajoute une parole chargée affectivement, une mémoire socialement construite[6], une importance donnée au témoin convié par le chercheur, etc. Ce doute multifactoriel n’est-il pas accentué lorsque le témoin est enfant au moment des faits ? La question intéresse largement mon objet car les entretiens menés concernent des acteurs qui avaient, en 1942 pour prendre une date médiane, entre 13 ans pour Annette et 4 ans pour Bertrand. Pour ce dernier, la reconstruction des souvenirs semble évidente, alimentée par l’iconographie familiale, les discussions entendues a posteriori, les représentations collectives[7] et les processus d’enchantement-désenchantement de l’imagination enfantine[8]. Toutefois, si Annette est plus apte à appréhender les faits avec vraisemblance, son âge et sa santé actuelle nuisent à la cohérence et la fluidité de ses souvenirs. Bertrand, enfant, qui paraît bien se souvenir est-il plus crédible qu’Annette, jeune femme, qui se remémore moins ? Le témoin le plus fiable n’est-il pas Solange, âgée de 8 ans en 1942, femme en possession de ses moyens intellectuels en 2020 et dont les détails de la vie à Bourges sont relatés avec précision ? Enfin, le biographe, porteur des souvenirs de Claude aîné de la fratrie, peut-il exploiter les propos entendus durant un trajet en Renault 16 TS[9] alors qu’il interrogeait son père sur son vécu durant la guerre afin d’alimenter une rédaction scolaire ?

L’enfant-témoin est au cœur de ce chapitre, en lui donnant la parole et en soulignant ses limites. Notamment cette voix est-elle suffisante pour dire l’évènement au-delà de quelques faits familiaux ou anecdotes entre camarades ? Finalement, les débats épistémologiques sur la source orale[10] sont conviés dans cette biographie et je dois les dépasser pour que les dires des proches de Roger s’intègrent et fassent sens dans le récit alors qu’ils étaient enfants ou « adolescent-e-s ». Ils peuvent permettre de donner vie à Claude en placement forcé chez son oncle Charles à Gavray, etc. La subjectivité des témoignages, tant sur le fond que dans la forme[11], mettra en lumière des ressentis et des jugements pouvant enrichir le texte, donner des détails sur des lieux, des faits mineurs ou majeurs. En effet, « la source orale se montre particulièrement féconde pour la connaissance des acteurs, c’est-à-dire de ceux qui sont érigés en personnages de l’intrigue historique »[12]. Si les archives familiales, qu’elles soient iconographiques ou textuelles, favorisent cette prise de parole, cette dernière doit toutefois être croisée avec d’autres sources.

Cette précaution méthodologique n’est pas à négliger. Si les dires des témoins ne sont pas accrédités par d’autres preuves, il est nécessaire de les présenter comme tels pour ne pas mettre à mal le roman-vrai. Dans ce sens, je ne peux minimiser que certains éléments des entretiens menés ne soient pas pleinement avérés ou que certains faits ne soient pas advenus. En effet, l’enfant est-il un témoin comme les autres ? Entre vie rêvée et vie réelle, l’adulte qui parle de son enfance est-il l’enfant d’alors ou est-il l’adulte qui a reconstruit son enfance au fil de sa vie ? Le pensable et le dicible d’une époque peuvent-ils être appréhendés par les témoins 70 ans plus tard ? La vérité est certainement ailleurs. Toutefois, la vérité du témoin met en perspective le processus historique et les traces sensibles laissées ou construites par le temps, « une épreuve de l’histoire, une expérience de ce qu’est l’historicité à travers la constitution d’une documentation immédiate et vivante. C’est sa vérité, et cette vérité-là est remarquable »[13]. D’autres archives enrichiront alors la source orale pour qu’elle prenne sens, se nuance ou s’avère moins incarnée.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Assez paradoxalement, il n’y a pas eu d’échanges épistolaires entre Roger et ses enfants. Marie-Anne ne semble pas avoir permis à la fratrie d’écrire à leur père durant sa captivité ; les frères et sœur étaient d’ailleurs très jeunes. Seul Claude est susceptible avoir échangé avec son père comme le laissent penser les photographies annotées. Le procédé de narration pourrait alors mettre au jour ces courriers non envoyés. Cela fait d’autant plus sens que les relations entre les prisonniers et leurs proches étaient épistolaires. Le format imposé par les autorités pourrait fixer le cadre de ces échanges fictifs, même si des échanges plus longs peuvent s’envisager. Il importe toutefois que ces lettres soient à la fois le reflet des témoignages mais aussi ceux d’autres sources corroborant les éléments avancés. Si le croisement des sources ne donne pas crédit aux dires du témoin, il faut alors exploiter le registre de l’imagination enfantine pour montrer au lecteur que le doute est permis sur la véracité des faits présentés.

Afin de donner du sens à ces faux échanges épistolaires, le contexte de l’année 1944 paraît adapté car la communication avec les camps et kommandos est largement altérée après le débarquement en Normandie. Ces micro-textes devront révéler des contextes et évolutions de la vie en France que le biographé ignore et/ou qu’il retrouvera à son retour. On est ainsi sur un fil, entre imaginaire enfantin et véracité des faits. Le style usité doit laisser apparaître cet équilibre précaire. Quelques pistes peuvent être avancées : une longue lettre d’Annette à son oncle qui relate Gavray, sous l’Occupation et la Libération en juillet 1944[14], alimentée par des documents issus de l’iconographie de l’époque ou d’autres témoignages d’enfants de Gavray aux mêmes moments ; des courtes lettres ou cartes postales envoyées par Claude, Solange et Bertrand relatant leurs vies à Bourges et Gavray ; un texte spécifique sur la blessure de Claude lors des bombardements alliés, etc.

Les notes de bas page sont consacrées aux sources et références qui permettent de construire les lettres.

Sources valorisées

* Iconographie et presse locale sur Gavray

* Film de l’armée américaine des archives de la Manche

* Acte de décès de Jean-Baptiste, père de Roger

* Les articles et bulletins municipaux lors des commémorations

* Entretiens d’Annette, Solange et Bertrand

* Mes souvenirs de R16

* Archives de Bourges

* Lieux de vie à Bourges et Gavray

Ces quelques textes vont être assez délicats à écrire car ils doivent adopter un style cohérent avec l’âge de celui ou celle qui l’écrit, mettre en perspective un contexte, valider par des sources, montrer les limites de certains propos, etc. Bref, je doute que l’entreprise soit aisée voire pertinente pour la biographie. Peut-être faudra-t-il attendre d’avoir écrit l’essentiel des autres chapitres pour faire le choix d’écrire ou non celui-ci ?

Si le premier titre, Ce que tu ne pouvais pas savoir, est assez cohérent avec l’idée d’un échange jamais réalisé durant la captivité du biographé, la seconde proposition, Poste restante, révèle bien, au-delà de l’allusion postale, l’idée de souvenirs, de contenus, de ressentis enfouis ; ceux qui n’adviennent pas et restent durablement dans la tête des témoins, une mémoire amputée ou celée au sortir de la guerre. [à suivre]

_____________________

[1] P. Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 201.

[2] C. Dornier, « Le témoignage et sa critique au 18e siècle. Introduction », Dix-huitième siècle, 2007, 39/1, 3-22, 3.

[3] I. von Bueltzingsloewen, « Deux expériences enfantines de séparation familiale. Itinéraires croisés de Raymond et de Claude pendant et après la Seconde Guerre mondiale », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 2022, 24/1, 33-47, 33.

[4] M. Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1951.

[5] I. Backouche, « Histoire et oubli », Genèses, 2005, 61/4, 2-4.

[6] A. Confino, « Collective Memory and Cultural History: Problems of Method », American Historical Review, 1997, n° 105, 1386-1403.

[7] M. Vovelle & C-M. Bosséno. « Des mentalités aux représentations », Sociétés & Représentations, 2001, 12/2, 15-28.

[8] J. Nadel, « Le monde fictif de l’enfant. Avant-propos », Enfance, 2002, 54/3, 211-211.

[9] Ce que je nomme mes souvenirs de R16.

[10] F. Descamps (dir), Les sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosny, Bréal, 2006.

[11] A-M. Granet, « Revisiter une collecte : de la source à l’archive orale », Colloque Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles, Grenoble, 30 novembre 2010.

[12] F. Descamps (dir), op. cit., 33.

[13] V. Duclert, « Archives orales et recherche contemporaine. Une histoire en cours », Sociétés & Représentations, 2002, n° 13, 69-86, 74.

[14] O. Wieviorka (dir), « De Cobra à la libération de Paris », Histoire du débarquement en Normandie. Des origines à la libération de Paris 1941-1944, Paris, Le Seuil, 2007, 317-347.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 13 décembre). Poste restante. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nir9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search