Introduction

Projet de titre : Pour une biographie que nous n’avons pas écrite. Roger : jardinier, militaire et prisonnier de guerre (1911-1995)

Les intentions qui animent l’ensemble de l’enquête sont au cœur de ces lignes introductives. Elles s’appuient sur les thèmes épistémologiques fondateurs du récit biographique mis en perspective dans le carnet de recherche. Il ne s’agit donc pas de les reprendre tous mais d’en sélectionner certains. Parmi ces derniers, la juste distance avec le biographé doit être abordée. L’empathie du biographe pour la figure biographiée est inévitable, « il y a ce nécessaire lien et surtout dans une bio, on vit avec et pendant des années. Une bio cela prend du temps, il y a des archives, il y a des tas de choses, donc il y a cette empathie nécessaire pour écrire »[1]. Néanmoins, il faut souligner que la proximité familiale, d’un petit-fils et de son grand-père, est autant un atout qu’une limite à l’enquête récit. « Pour vous, à partir du moment où c’est votre grand-père, l’aspect du risque est redoublé… encore que… j’ai fait une biographie de quelqu’un pour lequel j’ai beaucoup de sympathie et de relation, c’est Pierre Nora »[2].

En continuité, l’approche herméneutique est à expliciter et les jalons méthodologiques sont à poser pour dépasser la simple exposition des faits pour le parti pris de l’analyse, d’un rapport au monde singulier considérant l’homme comme foncièrement pluriel. Cette vision « partisane » révèle parallèlement l’implication du biographe dans le récit, tant par les outils qu’il mobilise que par ses représentations situées. Ce cadre justifie également de dépasser les sources primaires pour convoquer d’autres témoins et documents. De nouveaux acteurs se trouvent ainsi conviés au fil de l’enquête afin de replacer Roger dans des contextes plus larges, de mettre à distance son propre récit de vie et émettre des hypothèses sur ses actes ou ses choix. Toutefois, cette approche est en rupture avec les représentations communes de la biographie et l’ambition originelle du biographé d’exposer, par le menu des faits et des dates, ses trajectoires professionnelles, familiales ou de prisonnier. Cette tension entre différents types de récit souligne les attentes diverses des lecteurs d’un récit de vie.

De plus, l’ambition, qui préside à l’écriture de ce texte, est à exposer. Elle est récurrente dans ma famille et concerne, au-delà de ma personne, plusieurs de ses membres. Le premier d’entre eux est Roger lui-même qui a durablement réitéré sa motivation, même de façon posthume. D’aucuns ont rejeté l’entreprise et d’autres ont œuvré à l’édifice en rassemblant des sources ou en rendant plus lisible le carnet de captivité. En fixant par l’image le témoignage du grand-père au soir de sa vie, mon frère Hervé pose une pierre fondamentale au processus de mémoire. Ces étapes, qui participent de la construction du récit actuel, doivent être rapidement présentées. Finalement c’est une biographie désirée qui peine à prendre forme ou n’embrasse pas la totalité de l’ambition originelle du biographé. La présente tentative aboutira-t-elle plus que les précédentes ? Ces remarques s’insèrent dans cette introduction pour montrer que l’ouvrage a souvent été mis sur le métier mais n’a jamais été tissé complètement. Le titre, encore provisoire, préserve la teneur d’un projet inachevé ou inachevable. L’explicitation du titre peut être le point de départ à l’exposition des éléments précédents.

Enfin, les difficultés à collecter de nouvelles sources ou entretiens d’acteurs permettent de contextualiser le prologue de cette enquête-récit dans une période de confinement-déconfinement inédite. Le dédouanement n’est pas l’objectif puisque le temps long de l’écriture biographique laisse espérer que la quête sera un jour fructueuse. Il s’avère toutefois important d’exposer que les lieux d’archives ou les personnes ressources sont difficiles d’accès dans le temps présent de cette année 2020, plaçant à nouveau l’aboutissement du projet dans l’incertitude. Parallèlement, le confinement rend palpable l’évasion par l’écrit, puisqu’à 80 ans d’intervalle Roger est penché sur son cahier alors que je le suis sur mon ordinateur. Il cherche à quitter les lieux de sa captivité pour ceux de son village natal lorsque je cherche à m’échapper du temps présent pour l’y rejoindre et « retrouver ce que l’on appelle l’indétermination du présent des sociétés passées et des acteurs du passé »[3].

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Le texte doit être concis et ne pas comporter de dimensions trop académiques. Cela préserve l’attention d’un lecteur qui n’est pas versé dans les subtilités épistémologiques tout en vulgarisant les contraintes du roman-vrai et de l’approche micro-historique. Les thèmes précédents y figurent en bonne place même si la structure de leur enchaînement et l’importance de chacun d’eux ne sont pas des inducteurs fondamentaux.

Pour amplifier les effets générationnels ou d’attentes entre les différents acteurs sur la teneur et la construction du récit biographique, j’opte pour un dialogue entre Roger et moi-même. Le Je, Tu et Nous scelleront les liens familiaux qui nous unissent mais également ceux qui relient le biographe et son sujet. « La visibilité de la relation biographique, du biographe et du biographé, se donne à lire et se déploie au fil du récit »[4]. Les attentes de Roger et sa conception de l’histoire sont assez proches des clichés qui s’y rapportent. Il devient alors un faire-valoir ou un candide permettant de valoriser la démarche contemporaine du récit biographique tout en rappelant les intentions premières de mon grand-père.

Les notes de bas de page ne sont pas utilisées. Les références historiographiques sont relayées en notes de fin. Celles du carnet de recherche doivent suffire.

Sources valorisées (*) et manquantes/en attente ( !)

* Une note retrouvée après le décès de Roger dévoilant son ambition autobiographique.

* Les premiers mails échangés avec Bertrand, 3e enfant de Roger.

! Les entretiens ou écrits d’Hervé et d’Isabelle, petits-enfants de Roger, et premiers acteurs d’un projet biographique.

Juin 2020

∇ Après relecture, le doute s’installe sur la nécessité ou non d’identifier plus aisément le locuteur. Des inserts dans quelques phrases peuvent peut-être faciliter la compréhension de l’échange. Toutefois, le fait que le lecteur soit actif et cherche à repérer le personnage permet de dynamiser sa lecture et montre que le biographé et le biographe sont intimement liés le temps de l’enquête et de l’écriture.

Le titre doit être plus explicite que celui envisagé. J’opte pour « Dialogue introductif avec mon grand-père ». Il a le mérite de clarifier la forme (le dialogue entre les deux acteurs engagés dans la rédaction du récit) de cette introduction épistémo-méthodologique centrée sur l’écriture d’un récit biographique.

J’opte, pour la totalité des chapitres, de ne mettre en italique que les propos de Roger, qu’ils émanent de son carnet ou de ses dires dans le documentaire de mon frère. Seuls quelques titres de films, ouvrages et locutions latines échapperont à cette règle de mise en forme. 

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Introduction," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 10/04/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/340.

_______________________________________________________

[1] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[2] Ibid.

[3] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[4] Ibid.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search