Salle d’attente 3 (1940-1942)

« […] faire vivre le foyer en l’absence du chef de famille […] être gardienne de la maison […] se sacrifiant pour envoyer à son mari un colis de nourriture et de vêtements [..] une responsabilité morale qui tournait autour de l’idée d’attente », Sarah Fishman, Femmes de prisonniers de guerre 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996, 168-169.

Parmi les lieux où elle attend le retour de Roger, la fin des pénuries et de la guerre, c’est celui où elle se sent la plus apaisée, libre d’exprimer ses pensées, ses interrogations et ses doutes sans se sentir jugée. Dans les files sur les trottoirs, elle joue tout en retenue son rôle de femme de prisonnier avec enfants. Dans la maison nourricière, elle ne peut pas s’épancher auprès de ses « garnements ». Dans la maison scriptorium, les lettres sont trop courtes pour dire ses émois. Dans l’église Sainte-Barbe, il en est tout autrement ; elle ressent comme une écoute, une liberté d’expression. Malgré l’immensité de l’édifice, douze cents personnes y prennent place et plus encore les jours de grande affluence, elle ne se sent pas oppressée par les volumes ni par le silence autour d’elle. Agenouillée face au chœur et l’autel liturgique, elle prie comme elle le fait depuis son enfance bretonne, même si ses prières prennent d’autres tournures en ces temps d’occupation et d’absence de son mari. Ses demandes au Créateur sont empreintes de ce contexte ; le retour du captif s’impose comme une rengaine. Mais au-delà de ses suppliques, elle déverse aussi une partie de son fardeau sous ces voûtes et ces ogives. Elle se sent d’autant plus apaisée que cette église a presque le même âge qu’elle ; c’est une sœur de confidences dont les quatre cloches furent baptisées en 1936 ; deux ans avant leur arrivée rue Jean Mercier, à deux pas d’ici. Elle aime à se rappeler son histoire à chaque fois qu’elle y pénètre ; elle y perçoit les valeurs d’abnégation, de persévérance et de piété qui la guident depuis sa jeunesse et plus encore en cette année 1942. Certes, le chanoine Boin, créateur de la paroisse et de cette église, n’est plus de ce monde mais sa ferveur reste en ce lieu et elle aime à s’en imprégner.

Au début du XXe siècle[1], la population de Bourges croissait sans cesse et la ville n’avait pas les sanctuaires que réclamait le nombre de ses habitants. Les quatre anciennes paroisses, la Cathédrale, Notre-Dame, Saint-Pierre et Saint-Bonnet, même après la construction récente du Sacré-Cœur et de Saint Henri, ne suffisaient pas aux besoins des fidèles et du culte. De plus, tout le quartier de la Fonderie, de la Pyrotechnie et des Etablissements militaires, où Marie-Anne réside depuis 1938, était sans église et trop éloigné de la Cathédrale et des autres sanctuaires. N’était-ce pas au milieu de cette population ouvrière et militaire, presque tout entière occupée pour assurer la paix à fabriquer des armes, que l’on devait construire un nouveau sanctuaire à sainte-Barbe, une des patronnes de l’armée ? Le Chanoine Boin, fondateur de la paroisse, avait la santé, la vigueur et le dynamisme pour créer et organiser ce lieu. Il acheta un terrain vague dans une zone qui n’était pas encore urbanisée et y construisit immédiatement une petite chapelle provisoire, humble début, premier et modeste abri de la sainte.

La paroisse devint siège de l’Archiconfrérie de Sainte-Barbe en 1914, puis Monseigneur Martin Izart bénit solennellement la première pierre de la nouvelle église, le 11 novembre 1918 ; elle était de six ans la cadette de Marie-Anne. Le Bulletin de Sainte-Barbe rendait compte des progrès de la construction, et réclamait sans cesse une généreuse aumône à ses dévots. Ce qui surtout allait au cœur de M. Boin, c’est que chaque somme envoyée, chaque lettre reçue était comme un acte de reconnaissance à sainte-Barbe. Elle avait, durant toute la Grande Guerre, accompli tant de miracles et accordé tant de bienfaits ! Pour Marie-Anne c’était un gage d’espoir pour la guerre en cours.

Le 7 avril 1929, Mgr Izart bénissait l’église. Selon le procédé et le plan de l’architecte M. Nasousky, la vaste église, de beau style ogival du XIIIe siècle, avec son porche et son clocher et toute sa parure de clochetons et de vitraux, étalait splendidement sa robe grise de ciment moulé. À 50 mètres au-dessus du sol, la statue monumentale de sainte-Barbe dominait. Marie-Anne se signait dès qu’elle l’apercevait. Le Chanoine Boin ne survécut qu’une année à son œuvre et expira le 14 décembre 1936 mais Sainte-Barbe, qui protège de la mort subite et des accidents de la vie, a son écrin grâce à lui. En cette église et chaque soir rue Jean Mercier, Marie-Anne prie et implore sa protection contre les dangers que Roger, ses enfants et elle-même encourent.

Le 7 mai est une date particulière pour Marie-Anne. C’est la date anniversaire de son « adoption » par l’État en tant que pupille de la Nation[i], le 7 mai 1919, suite au décès de son père, Pierre Paubert ouvrier maçon, durant la Grande Guerre. À cette date, ses prières faisaient toujours un détour vers Bénodet et son enfance, même si elle n’avait aucun souvenir du défunt ; elle n’avait que deux ans quand il était parti au combat. Mais ce jeudi 7 mai 1942, mains croisées sur son prie-Dieu, la sueur lui vient en imaginant que ses enfants ne puissent jamais revoir leur père ou que ce dernier n’ait plus la possibilité de tous les serrer dans ses bras. Elle a cette obsession dans la tête depuis l’entrée en guerre ; elle la hante plus encore depuis que Claude a été grièvement malade au sortir de l’hiver. Quant à elle, sans s’apitoyer sur son sort et ses accès de faiblesse, elle voyait bien qu’elle était percluse de fatigue ; les photographies étaient sans pitié de ce côté-là. Elle avait évoqué cette inquiétude avec l’abbé Grenon[2]. En charge de la paroisse depuis 1936, elle appréciait ce curé qui faisait beaucoup pour les deux grands. Il dynamisait les séjours en colonies de vacances[3] et Solange et Claude partaient dès que c’était possible. Mais le père Grenon était décédé le 5 janvier, suite à une longue maladie. Elle restait donc seule avec sa crainte. Elle se réfugiait dans la prière mais la voix de sainte-Barbe était moins audible que celle de son curé ! Le nouveau père, Pierre Auclerc[4], devait arriver en remplacement durant le mois de juin. On le disait actif dans le sport et les colonies de vacances ; serait-il aussi à son écoute ? Même en ce lieu d’apaisement, des nœuds d’angoisse lui montaient parfois dans la poitrine.

Il n’en reste pas moins vrai que, depuis 1940, l’église et le patronage sont des refuges dans l’attente de jours meilleurs. Les aînés se voyaient proposer des activités hebdomadaires ou annuelles ; Marie-Anne bénéficiait d’un lieu de prière pour évoquer ses tourments. Parallèlement, elle était intégrée à une communauté de femmes de captifs qui partageaient ses valeurs chrétiennes[ii]. C’était un autre bienfait de Sainte-Barbe ; rassembler des épouses et des mères soumises aux mêmes contraintes, problèmes et questionnements quotidiens. « Elles avaient créé entre elles une solidarité qui leur avait procuré amitiés, compréhension et une voix pour se faire entendre »[iii] auprès des instances paroissiale et municipale. Dans la zone occupée, elles n’étaient pas les seules à se regrouper et s’entraider ; des institutions s’étaient notamment structurées autour du Mouvement Populaire des Familles et du Service des femmes de prisonniers. Pour autant, ce que Marie-Anne appréciait, dans la logique de la Jeunesse Ouvrière Catholique[5], c’était qu’elles se regroupaient entre voisines de la paroisse ; elles se connaissaient, partageaient les mêmes responsabilités et agissaient solidairement. L’action commune permettait de surmonter leurs difficultés et de se confier auprès de personnes qui ressentaient les mêmes émotions. Elles se sentaient toutes prisonnières du contexte, l’absence du mari leur pesait et leurs responsabilités nouvelles relevaient d’une charge plus que d’une émancipation.

La confection des colis pour les prisonniers était une activité régulière du groupe. Solange allait souvent chanter pendant que les femmes remplissaient les paquets de denrées et de vêtements[6]. Si leurs poids étaient règlementés, à 5 kilos tous les deux mois et 1 kilo ou 2 d’un demi-kilo par mois, et qu’il fallait veiller à respecter l’adressage, elles savaient toutes que le soin qu’elles apportaient à leur confection allait bien au-delà du réconfort matériel de leurs contenus. C’était une part d’elles-mêmes et de leur amour pour leur captif qui transitaient par voie postale. Chacune montrait ainsi qu’elle ne l’oubliait pas et qu’elle espérait qu’il soit en joie de le recevoir sachant que « le repas préparé avec des aliments provenant des paquets et pris en commun par une ‘popote’ faisant partie des rares moments de bonheur de la captivité »[iv]. Bien qu’interdit, certaines y glissaient une lettre. Elles redoublaient collectivement d’attention pour les colis de Noël car s’immisçait alors une symbolique supplémentaire. Elles ponctionnaient sur leurs rations de tickets et économisaient au fil de l’eau pour qu’il ait une saveur festive ; au moins en intention :

« A l’occasion de ce Noël nous avons 4 jours de repos, rien que cela, nous attendions le Noël car nous n’avons pas eu de repos autre que le dimanche, depuis la Pentecôte. Donc ce mercredi 24 décembre, arrêt du travail à 15 heures, lumières jusqu’à 23 heures. Nous allons pouvoir faire un petit réveillon, car depuis le début décembre, nous avons mon camarade et moi, gardé nos colis pour fêter dignement ce Noël, le troisième que nous passons loin de nos familles. Notre réveillon se compose d’un succulent chocolat à l’eau avec quelques biscuits. Chaque équipe a préparé son petit réveillon suivant ses moyens, mais chaque groupe ne parle que d’une chose, l’absence des êtres chéris, et chacun raconte lentement et avec regret ses beaux Noëls de France […] combien de nos pauvres paillasses auront reçu dans cette nuit, qui en temps normal était si douce, les larmes de papa, de fils et de fiancés […] Pour le soir ton Roger a préparé un bon petit soupé dont voici le menu : Potage maggi – sardines, coquillettes de beurre, bœuf froid, p d t sautées au beurre – gâteaux de chocolat, gâteaux sec – citronnade. Comme vous le voyez chers petits aimés ; tout en restant près de vous par la pensée ; j’ai pu grâce à vos privations passer un Noël de prisonnier assez beau ; je ne me suis pas laissé prendre par le cafard ce qui aurait été un manque de courage puisque tu avais fait toi ma chérie tout ce que tu pouvais pour que ce Noël soit plus doux pour ton petit Roger »[7]

Les colis participent de toutes ces attentions qu’elles déploient pour leurs maris ; être absent qu’elles chérissent et qui ne doit pas douter de leur fidélité. Sur ce point, elles sont relativement unanimes et se sentent sous surveillance dans les files d’attente. De concert, les acteurs de la Révolution nationale, sous couvert d’une protection, les enjoignent à la retenue. « La défense de la famille et du couple, le respect des droits du mari, la sacralisation de la fidélité des femmes, la lutte contre le divorce vont dans le sens de la restauration voulue de l’ordre moral strict et traditionnel »[v]. Dans les Stalags et kommandos, elles savent que leurs maris oscillent entre amour et doute à leur endroit. « Ils craignent que leurs femmes, restées seules à la maison, n’étant plus sous l’autorité d’un homme, ne soient plus capables de bien se conduire et succombent à leurs appétits sexuels »[vi]. Les lettres et les carnets de captivité laissent largement entrevoir ces doutes sur leur fidélité. Dès lors, rassemblées sous la tutelle de sainte-Barbe, elles se rassurent mutuellement en ayant l’impression que derrière le colis et son contenu, il y a cette garantie morale :

« Je sais qu’en toi je possède l’épouse fidèle ; la maman rêvée pour nos petits. Combien pour moi cher amour cette confiance que j’ai en toi m’aide à supporter plus vaillamment cette longue absence loin de toi. Et je ne doute pas ma chérie que toi aussi tu as confiance en ton Roger qui t’a fait don à toi seule et pour toujours de son cœur ; de tout ce qui est lui »[8]

Malgré le réconfort de Sainte-Barbe et de cette communauté de femmes, il n’en restait pas moins que ses repères de fervente chrétienne étaient bousculés depuis l’Occupation. Non que Marie-Anne ne soit plus assidue aux messes dominicales et autres pratiques religieuses ; elle priait chaque soir et invitait ses enfants à en faire de même. Roger respectait ce rituel dans le lointain de sa ferme kommando. Elle constate également que les églises sont pleines depuis le début du conflit et qu’elles ne désemplissent pas depuis lors. « Nombre de Français supportent leurs nouvelles conditions de vie grâce à la prière et aux rencontres religieuses qui permettent de se remonter le moral »[vii]. Toutefois, elle percevait que certains pratiquants prenaient leurs distances avec le régime, alors que pour sa part elle restait sensible aux valeurs et dires du Maréchal et au cap de redressement moral de la Révolution nationale. Elle les comprenait d’autant moins qu’ils avaient été nombreux à respecter leur vieux chef et ses choix au moment de l’armistice[viii]. N’entendaient-ils plus que « Travail, Famille, Patrie » faisait écho aux grands principes de l’Église[9], que les discours du Maréchal se référaient souvent à Dieu et qu’il y avait toujours un clocher sur les affiches de l’État français ? Roger avait évoqué cette devise lorsqu’il était revenu de ses obligations militaires de réserviste ; en 1934 ou 1936 elle ne savait plus bien. Il avait rencontré les Croix de Feu qui se réclamaient de cette formule et des symboles qui la définissent[ix]. Elle ne se rappelait pas non plus des tenants et aboutissants de cette ligue, que son mari louait alors, mais elle se souvenait que le monde envisagé l’avait séduite ; particulièrement le versant social et l’entraide qui affleurent en creux derrière cet adage. Dès lors, ceux qui critiquaient ou ne respectaient pas les actions de l’État français et les règles de l’occupant la déroutaient. Les résistants, organisés dans l’ombre depuis 1940, peaufinaient régulièrement des sabotages dans le Cher. Suite à ces exactions, la répression que subissait la population la troublait grandement et les manifestations de gaullistes également[10]. Finalement, elle croyait et suivait un cap qui avait ses détracteurs ; faisait-elle fausse route ou était-elle dans le vrai ? Dans les files d’attente, elle entendait parler de propagande ; était-elle victime de ces mauvaises informations ? Le doute s’installait à l’évidence et le partage avec autrui était délicat ; la prière permettait de s’épancher.

Heureusement qu’entre les lignes de ses missives elle sentait que Roger suivait le même cap et ne dérogeait pas au Maréchal, sinon le doute aurait peut-être eu raison de ses croyances. Même les responsables de l’Église étaient partagés sur le ralliement ou non au régime[x]. Elle ne pouvait dire ce qu’il en était des hauts dignitaires mais localement il y avait un engagement de certains prêtres qui la surprenait tant il dérogeait avec les règlements en vigueur ; une forme de désobéissance assumée.

 Dans ce sens, les activités scoutes[11] s’étaient exercées de manière à peu près normale dès octobre 1940 malgré l’interdiction portée par la Kreiskommandantur en date du 20 août de la même année. La ville de Bourges avait vu ses troupes s’accroître de deux nouvelles unités ; la troupe Saint-Pierre et la troupe de la Cathédrale. La proximité de la zone Sud leur permettait également de recevoir revues et consignes du QG de Lyon. En cette année 1942, les sorties se prolongeaient mais la Gestapo, récemment installée rue Michel, voulait mettre un terme à l’illégalité de ces troupes ; pour l’occupant, l’enjeu étant de savoir si les scouts franchissaient la ligne de démarcation et la faisaient passer à des personnes ou des espions. Pour cette raison, depuis le 6 juin, il se disait dans les files d’attente que l’abbé Morel, aumônier diocésain des scouts de France et le commissaire de district adjoint s’étaient faits arrêter, subissaient les interrogatoires de la Gestapo et étaient certainement déjà incarcérés à la prison du Bordiot. Les autres prêtres, responsables de troupe, attendaient leur heure[12]. Cette histoire lui faisait peine pour ces hommes d’Église mais chamboulait aussi ses repères. Claude avait bénéficié de ces activités en tant que louveteau et son totem de Mulet autoritaire lui venait de là[13] ; fallait-il qu’il poursuive lorsque la santé lui reviendrait ?

 Ces prêtres, droits dans leurs soutanes, transgressaient les règles et à tout le moins faisaient front, unis par une cause commune et un défi aux autorités ; a contrario Marie-Anne respectait tous les codes et cherchait à passer inaperçue. Si ces guides spirituels faisaient ces choix, les siens étaient-ils bons ? Dans ces moments de doute, l’église semblait vaste et le silence de la nef ne la rassérénait pas. [à suivre]

_________________________________

[1] Tout ce paragraphe est issu du bulletin mensuel de l’archiconfrérie de Sainte-Barbe, d’octobre 1938 et Juillet 1939. Quelques rares ajouts sont apportés au texte original. Versement 447PER/2, Bulletin trimestriel de la confrérie de Sainte-Barbe pour la préservation de la mort subite et sans sacrement, AD du Cher. S’y adjoignent quelques informations issues du carton Bourges Sainte-Barbe des archives diocésaines de Bourges.

[2] La Vie catholique du Berry, 28 mars 1942.

[3] La Vie catholique du Berry, 25 juillet et 3 octobre 1942. « Colonie de vacances : 100 garçons de colonies de vacances de la Cathédrale et de Sainte-Barbe sont partis dimanche pour le Petit Séminaire Saint-Louis [Sologne] » ; « Saint-Louis, Fontgombaud, Vouzeron, Lavaud Sainte Anne, Quantilly, le Cergne, les Patinauds, cela fait un total de près de 800 enfants, jeunes garçons et jeunes filles qui ont bénéficié de nos colonies chrétiennes ». Solange et Claude faisaient partie de ces colons.

[4] Selon les archives diocésaines de Bourges, Pierre Auclerc devient curé de Sainte-Barbe à Bourges, le 24 juin 1942 en remplacement du père Grenon. Il est chargé de la direction ecclésiastique de l’UBCV (Union berrichonne des colonies de vacances) et de la FSF (fédération sportive française). Il occupera ces responsabilités jusqu’au 18/2/1949. Il quitte Sainte-Barbe en 1952. Il décède le 13/7/83.

[5] La Jeunesse Ouvrière Catholique s’est engagée auprès des femmes de prisonniers en zone libre et occupée et participe aux actions et publications du MPF. Ce mouvement était présent sur Bourges, crédibilisant l’hypothèse.

[6] Témoignage de Solange, Juin 2020.

[7] Carnet de captivité, Page de Noël 1941 dédiée à ma petite femme chérie, à mes petits enfants chéris, Claude, Solange, Bertrand.

[8] Carnet de captivité, 15 février 1942.

[9] Selon Les Cahiers du GRMF, n° 3, 1985, analysés par G Dermenjian et Sarah Fishman, un certain nombre de catholiques issus des milieux populaires ont approché les milieux vichystes en 1940. Jeanne Aubert-Picard, fondatrice de la Jeunesse ouvrière catholique française (JOCF) et militante du Mouvement populaire des familles (MPF), a représenté la JOC aux réunions du secrétariat d’État à la Jeunesse de Vichy. Les anciens militants des mouvements familiaux populaires reconnaissent aujourd’hui la proximité de leurs idéaux avec la devise « Travail, Famille, Patrie » et leur accord de principe au début de la guerre avec celui qui les proposait.

[10] « Le 13 juin 1941, il aura été signalé que des tracts à caractère ‘Gaulliste’ étaient diffusés au lycée de garçons de Bourges », Versement 53J5 : Chronologie, relevé des faits : fiches [avec mention de la source] 1940-juin 1943, AD du Cher.

[11] Ces lignes sont largement issues du versement 11J/19, La vie sous l’Occupation : Scoutisme, AD du Cher.

[12] Le 15 juin 1942, les chefs et aumôniers sont incarcérés près de 7 semaines au deuxième étage à la cellule 33 de la prison du Bordiot, avec des alternatives d’espoirs et de craintes. Tantôt l’affaire est présentée comme ayant peu d’importance, tantôt au contraire elle est signalée comme extrêmement grave. Le 3 août 1942, les responsables religieux sont jugés et condamnés à 3 à 6 mois de prison. Le soir même, les détenus sont remis entre les mains des autorités françaises. C’est alors la seconde partie de la détention, celle de la vie commune en prison. Le 12 août, sur l’ordre de la Préfecture qui a demandé qu’ils soient traités avec le maximum d’égards, ils sont mis dans un bâtiment situé sur le chemin de ronde, et affecté aux internés administratifs. C’est un régime de semi-liberté. Vers le 15 août, les chefs et les aumôniers mis en liberté provisoire viennent réintégrer la prison afin de purger la peine qui leur a été infligée. Le temps se partage entre la prière, le travail intellectuel ou manuel et le jeu.

[13] Selon mes souvenirs de R 16.

_________________________________

[i] O. Faron, Les enfants du deuil. Orphelins et pupilles de la nation de la première guerre mondiale (1914-1941), Paris, La Découverte, 2001

[ii] Ce paragraphe est étayé par le travail de G. Dermenjian et S. Fishman, « La guerre des captives et les associations de femmes de prisonniers en France (1941-1945) », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1996, 49, 98-109.

[iii] S. Fishman, Femmes de prisonniers de guerre 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996, 139.

[iv] H. Bories-Sawala, « Les prisonniers français dans l’industrie de guerre allemande : une composante parmi la main-d’œuvre forcée, composite et hiérarchisée », in J-C Catherine (dir), La captivité des prisonniers de guerre, Rennes, PUR, 2008, 95-104, 101.

[v] G. Dermenjian et S. Fishman, art. cit., 101.

[vi] S. Fishman, op. cit., 19.

[vii] É. Alary et al., Les français au quotidien 1939-1949, Paris, Perrin, 2006, 342.

[viii] B. Vergez-Chaignon (dir), « L’icône, 1941 », Pétain, Paris, Perrin, 2018, 661-698.

[ix] A. Kéchichian, Les Croix de Feu à l’âge des fascismes. Travail, Famille, Patrie, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

[x] J-L. Clément, Les évêques au temps de Vichy : loyalisme sans inféodation. Les relations entre l’Église et l’État de 1940 à 1944, Paris, Beauchesne, 1999.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Marc Lemonnier (3 février 2023). Salle d’attente 3 (1940-1942). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirs


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search