Valeurs du cercle

Depuis quelques lignes, je cherche le terreau contextuel, générationnel et social fertile à ton inclination politique. Les institutions qui la façonnent, les individus auxquels tu t’identifies, les idéaux qui t’interpellent et la vision du monde que cela sous-tend ; tout contribue à l’empreinte laissée sur ta personne et, plus j’avance les pions de mon analyse, plus je pressens que ton maréchalisme ne pouvait qu’advenir. Après Amand Louail, Jean-Paul Le Jeune, le capitaine Adrian, le colonel de la Roque que tu aimais suivre, voire servir, il ne manquait plus que le maréchal. Le voilà ! dès juin 1940.

Au programme d’une France défaite, la Révolution nationale fleure bon les valeurs d’antan ; de celles dont tu te réclamais déjà lorsque tu rejoignais le 105e RAL en 1937. « Travail, Famille, Patrie », symbolisant le socle traditionnaliste du programme vichyste, est un écho supplémentaire à ton adhésion aux Croix de Feu[i] du début des années trente. Le village, avec clocher, en second plan des affiches du centre de propagande de la Révolution nationale[ii], te rappelle Gavray aux temps de ta jeunesse, de l’embauche facile, de la France victorieuse des années 1920, de la terre nourricière qui ne trompe pas, etc. Du concentré de symboles pour soumettre les consciences et valider l’idée que la défaite de 1940 trouve ses racines dans cette France perdue dont il faut retrouver la grandeur. « Nous ferons une France organisée où la discipline des subordonnés réponde à l’autorité de chefs dans la justice pour tous »[1].

Pour toi qui as tenté de servir tes maîtres en bonne intelligence et respect, ce message d’ordre, d’obéissance et de retour aux valeurs traditionnelles résonne pleinement. La propagande, dans une profusion d’affiches et de supports imprimés, orchestre parallèlement le culte du Chef de l’État, le mythe Pétain. Jusque dans tes casernements, les portraits et affiches placent le héros de Verdun sur son piédestal. Rue Jean Mercier, Marie-Anne accroche la figure du Maréchal dans sa cuisine. La mère avec trois enfants et son prisonnier de mari croient, comme tant d’autres[iii], en ce symbole patriarcal et l’utopie d’une reconstruction nationale. Jusqu’en mai 1942, tu encenses le Maréchal à chaque page de ton carnet :

« De bien loin Maréchal ; mon espoir et celui des miens je vous salue bien respectueusement en criant bien haut – je suis pour vous que notre patrie revienne à penser français rien que français et pour que mes enfants ne connaissent jamais les malheurs et les tristesses d’une guerre »[2]

Au fil des désillusions, certains réprouvent l’action du Maréchal estimant qu’il participe activement au jeu de dupes à leur endroit. Toi, tu persistes ; il y a de la tension dans les chambrées. Tu gardes ton cap maréchaliste et documentes ton raisonnement avec la presse de propagande à ta disposition :

« Nous prisonniers nous avons tous été pour le Maréchal pourquoi à l’heure actuelle semblez-vous détacher de lui ; et cela parce que nous sommes toujours là ; mais qu’avons-nous fait nous ; qu’ont fait nos camarades qui ont eu le bonheur d’être libres, qu’ont fait nos libérés pour abréger notre libération peu de choses je crois ; et pourtant il y avait tant à faire […] Vous croyez encore comme jadis que cela va venir sans que vous fassiez aucun sacrifice. Vous laissez mûrir dans votre cerveau des idées qui ne font qu’assombrir votre captivité parce qu’elles sont contraires aux lois de Dieu. Dieu a dit : « Rendez le bien pour le Mal » et c’est le contraire que vous pensez. Pourquoi, au lieu de vous morfondre, de vous récriminer sans raisonnement, n’aiderez-vous le travail de ce chef vénéré à accomplir la lourde tâche qu’il s’est donnée et qu’il nous rappelle dans son discours du 12 Août 1941 : « Sachons surmonter le lourd héritage de méfiance légué par des siècles de dissension et de guerre, pour nous orienter vers les larges perspectives que peut ouvrir à notre captivité un continent réconcilié » […] Vous préférez peut-être que les hordes rouges s’abattent sur l’Europe ; vous ne voyez donc le sang français couler si cela arrive. Cherchez camarades le redressement de notre pays non dans une puissance mais bien dans nous-même en nous unissant sur une voie d’honneur tracée par celui qui à 84 ans n’a pas hésité à donner et cela pour nous ses années de repos […] Grande a été mon émotion lundi en entendant certains de mes camarades parler de cet homme aussi injustement. Ils n’ont donc pas ressenti combien il a fallu de courage à ce vaillant soldat pour que lui le vainqueur de 18, porte le poids de notre défaite […] Et encore maintenant chacun veut aller de son côté, ne veut pas se ranger en ordre derrière lui ce chef vénéré, lequel j’en suis certain saurait nous instituer un régime Français 100% mais pour cela [il] faut d’abord que tous les français sachent penser français et être prêts au travail ; qu’ils soient prêts à sacrifier leurs plaisirs et une partie de leur liberté d’avant-guerre et que surtout que chacun soit prêt à donner un peu de son bien-être pour toute la patrie ; et cela irait car quoique l’on fasse je crois qu’il serait difficile de relever notre pays s’il n’est pas remis entre les mains d’un chef suprême qui ne se contenterait pas de donner des ordres mais qui ferait veiller à leur exécution ; choses que chaque citoyen devrait comprendre facilement si réel[lement] il connait ce qu’est le devoir, la famille, le travail ».

Tu défends le Maréchal à chaque instant de ta vie de prisonnier. Ton carnet en porte la trace jusqu’en 1942. Ce n’est pas sans créer des désaccords dans tes amitiés au kommando alors qu’ils sont nombreux, dès la fin 1941, à se détourner de la doctrine de la Révolution nationale et des leurres mis en oeuvre pour la servir[3]. Le programme des festivités de Noël à Stendal le 25 décembre 1941, seul document intégré à ton carnet, laisse à penser, par les annotations amicales qui figurent à son verso, que les discussions sur ce point devaient être animées : « Avec cette vieille tige, le chef de table n’a pas toujours le dernier mot mais ça ne fait rien, l’amitié revient toujours […] En souvenir de notre amitié en Gross-Deutchland à condition de ne pas appliquer le règlement ».

Mes multiples lectures du carnet laissaient poindre une intuition ; les premières sondes dans les archives de Caen donnaient crédit à l’hypothèse ; il ne manquait que la preuve. Elle vint à moi par surprise lorsque Jacques, ton dernier fils, me confia plusieurs enveloppes postales abritant quatre-vingts photographies répertoriées et annotées de ta main. À la fin des années 1980, alors que tu ambitionnes d’écrire ton autobiographie, tu rassembles ta documentation, remercies ta petite-fille Isabelle d’avoir retranscrit ton carnet de captivité et classes les clichés dont tu disposes[4]. Trois thèmes pour trois enveloppes blanches : captivité, photos de régiment divers, occupation 45 à 48 Lemonnier. Les versos sont tout aussi importants que les rectos puisque tu y renseignes les images. J’eus, par exemple, la confirmation que tu entretenais avec Claude, ton ainé, une correspondance puisque quelques photos lui sont adressées. Il en va de même pour Marie-Anne qui devait les utiliser pour préserver ta mémoire auprès des deux plus jeunes, etc.

La preuve que j’attendais me sauta aux yeux sans que j’y sois préparé ; en retournant une énième photo[5] : « Une partie de mon groupe du Cercle Pétain. 27.12.42. Affectueux souvenirs. Ton Roger ». L’émotion fut d’autant plus forte que j’avais oublié mon intuition initiale consistant à croire que tu avais fait partie des Cercles Pétain durant ta captivité ; elle revenait ainsi, comme un boomerang, quelques mois plus tard alors que je désespérais de poser un document sur ce pressentiment. En effet, tes mots me semblaient dopés à la propagande ; comme si tu recopiais des éléments de langage… que tu distillais des blocs de Révolution nationale à tes enfants. Non que je mette en doute ta faculté à écrire seul ou ton adhésion à ce que tu exprimais, mais la contingence m’invitait à suivre cette possibilité et je venais de la valider. En prolongeant ton admiration pour le Maréchal, alors que nombre de tes camarades tournaient casaques, tu étais en accord avec l’ambition des Cercles Pétain. Tes mots anticipaient même cette prétention puisque le Cercle Pétain du XIA se structure en juin 1942, alors que tu as clos ton carnet depuis un mois.

« Le Cercle Pétain en Kommandos […] Tous, Militants de la Révolution Nationale, font leur devoir et montrent le chemin à ceux qui doutent encore. Lorsqu’on peut trouver une telle foi dans les paroles d’hommes peinant encore sur une terre qui n’est pas la leur, on ne peut plus douter que la France revive. Elle revivra, nous le CROYONS comme eux, par la vertu du vieux Chef qui l’incarne, et par celle d’homme comme eux, hommes libres de France »[6]

Rapidement, les prisonniers sont la cible de la propagande pour assoir les valeurs du nouvel État français. Dès 1941, les journaux édités à Paris, labellisés par l’occupant et relayant la parole vichyste, parviennent dans les camps[7] : Paris Soir, Le Matin, La France au Travail, etc. Publié dès juin 1940, Trait d’Union, journal de propagande allemande spécifiquement dédié aux prisonniers, alimente l’espoir d’une libération prochaine, cherche l’adhésion à la politique mise en place en sollicitant régulièrement leur plume. De même, depuis septembre 1941, les livres de la bibliothèque du XIA circulent à travers tout le Stalag, grâce à une organisation de prêts de livres aux kommandos[8]. Enfin, les archives jusqu’en avril 1944, gardent les traces de ce matraquage, par l’envoi de portraits, de médaillons-Pétain et de documentation de propagande : Le Maréchal protège la famille, Pourquoi la Charte du travail, Les jeudis du Maréchal, affiches Travail, Famille, Patrie, etc. Au moment où ton carnet est le plus maréchaliste, voici les envois réalisés vers ton Stalag. « Envoi Avril 1942, MARECHAL PETAIN, Affiches-Portraits, Messages du Maréchal, Œuvre du Maréchal, Le Maréchal décide, Pour sauver l’Empire, Français le Maréchal vous parle […] »[9].

La plupart de ces colis transitent par les Cercles Pétain. En effet, « à partir du milieu de 1941, le développement du pétainisme et de la propagande pour la Révolution nationale fait l’objet d’une entreprise systématique, avec la création dans tous les camps et dans certains kommandos des Cercles Pétain […] tantôt précédés par des initiatives spontanées, tantôt freinés par des réticences tenaces, à partir du milieu de 1941 et surtout en 1942, les cercles Pétain apparaissent dans tous les camps »[iv]. Avec l’appui de la mission Scapini, les gros kommandos, comme Stendal, n’échappent pas à cette influence, via des causeries, la remise de brochures et l’écriture d’articles dans le journal du camp s’il existe. Les Cercles Pétain possèdent une double fonction, celle de faciliter et coordonner la solidarité et celle de répandre les idéaux de la Révolution nationale. Les locaux qui leur sont attribués sont pavoisés de photographies de la France, d’affiches de la Révolution nationale et de portraits du Maréchal. La documentation disponible sert de support aux discussions, aux ateliers animés par les délégués qui reçoivent instructions et formations via les notes expédiées de France : « Délégué : Rendez vos réunions vivantes en faisant souvent appel aux exemples personnels, vécus. Evitez toujours l’ennui. Il dépend de vous que les prisonniers puissent assumer leur mission : rendre à notre Pays son bonheur et sa grandeur »[10].

Si je me félicite d’avoir anticipé cet épisode alors que tu n’en dis mot dans ton carnet, je me questionne plus encore sur la teneur de ton ralliement à la doctrine vichyste. Le lecteur pourra se faire son opinion en lisant ton carnet mais, pour ma part, il y a des formules et des tournures qui me poignent la glotte, hanté certainement par la projection d’un advenu. Alors que la France est à l’heure allemande[v], ton engagement pétainiste dépasse-t-il l’effet de contexte et l’accommodation idéologique nimbée du désespoir de la captivité ? Les mots que tu lis dans les journaux largement propagandistes résonnent-ils à ce point avec ton désarroi d’avant-guerre ? Y voyais-tu l’opportunité d’une libération anticipée en étant dans les petits papiers des décideurs ? J’arrête ma liste de questions sinon je vais tomber dans l’uchronie en cherchant à savoir si tu aurais pu être collabo si tu n’avais pas été captif !

Je m’interroge d’autant plus que d’autres prisonniers, depuis la fin 1941, ne voient plus dans le Maréchal l’incarnation de la patrie, le sauveur suprême de la Nation, le recours évident contre l’occupant, la perspective de retournement. Toi, fin 1942, tu défilerais presque pour qu’on l’écoute ; les cercles Pétain relevant de cette intention ! Ces camarades ont dépassé le temps de l’accablement et l’humiliation de la défaite pour la lucidité des faits ; une captivité qui s’éternise, l’incapacité de Vichy à agir à leur égard. Toi, début 1943, tu envoies à ton fils la photo de ton petit groupe ! La France libre commence à se faire entendre, sa voix ne te parvient-elle pas ? Les alliés débarquent en Afrique du Nord ; en novembre 1942, la France est occupée en totalité et tu transmets, tout fier, la preuve de ton engagement durable aux côtés de Pétain ! Pourquoi n’as-tu rien dit pour lever le voile sur mes questionnements. Est-ce que ton maréchalisme invétéré perdure jusqu’en 1944 ou relativises-tu la vision droitière et traditionnelle de la Révolution nationale ? Consens-tu à un moment que Vichy puisse cirer les bottes allemandes ? J’ai des doutes car j’ai démontré que tu avais des accointances avec la vision agrarienne de la Révolution nationale, où les petits se soumettent aux classes supérieures espérant le respect pour travail bien mené ; que tu acceptais la soumission aux chefs de famille, de batterie, de régiment, de ligue, etc. qui vous flattent de leurs remerciements paternalistes. Ce n’est pas tant l’effet de contexte qui me turlupine ; même Paul Ricoeur, philosophe, socialiste chrétien, n’y a pas échappé en distillant lectures et conférences dans le cercle Pétain de son Oflag[11] ; mais c’est la durée de ton engagement, la force de tes propos et le manque de distance qui me chagrinent. Afin d’être moins acerbe, je dois admettre que la propagande pipait l’information, que la solitude de la ferme kommando n’était pas propice à la controverse, que l’espoir d’un retour anticipé pouvait motiver tes dires, etc. Pour autant…

 

Que n’as-tu pris la parole, dans le documentaire d’Hervé, durant tes conversations de chasseurs, lors des réunions de famille, en réponse aux questionnements de tes petits-enfants, au cours de nos discussions politiques, au moment de mon objection de conscience ou en regardant cette coupe du monde 1978 ? Expliquer pourquoi ces drapeau et hymne te faisaient quitter prestement ton assise au milieu du salon. Pour le coup, tu te levais comme un seul homme puisque les autres attendaient le coup d’envoi ! Vous ne deviez plus être très nombreux à faire cela à la fin de ces années 1970 ; tout au plus on se réservait pour le 11 novembre et les cérémonies… mais devant un match de foot ou la berline de Giscard, j’avoue que je n’avais pas les codes. Si tu avais posé des mots sur cet acte ou enjoint de le faire, j’aurais pu effleurer tes tatouages du passé[12]. Je n’en serais pas à me triturer l’esprit, mettre à mal la juste distance avec mon biographé. Mon monde se levait sous le soleil désenchanté du mouvement punk ; des grimpeurs libertaires qui dépoussiéraient l’escalade en s’affranchissant des codes du Club Alpin Français, immuables depuis la IIIe République eux aussi. Les collectifs se dépossédaient de leurs unités. Dans les églises, les cellules syndicales, les bannières perdaient couleurs. Le temps a laissé des empreintes bien différentes sur nos personnes, comment veux-tu que je n’oscille pas entre incompréhension et incompréhension ?

Un mouchoir de plus sur cette histoire ; une mémoire qui tombe dans l’oubli. Ricoeur a dû écrire un truc là-dessus[vi] ! [à suivre]

_________________________________

[1] Paroles de P. Pétain le 11 juillet 1940 suite à l’obtention des pleins pouvoirs par l’Assemblée nationale.

[2] Carnet de captivité, 31 mai 1942.

[3] Courrier de l’ambassadeur Scapini à l’homme de confiance du XIA, le 26/02/1942 : « Qu’ils ne soient pas surpris, ni amers, s’il faut du temps. Mais surtout, qu’ils ne se croient ni négligés, ni oubliés » ; Versement Conditions de vie dans les kommandos de travail, F-9-2297, Archives nationales de Pierrefitte.

[4] Ces images illustrent pour partie ce récit.

[5] Roger est au premier rang, en troisième place en partant de la gauche.

[6] Archives rapatriées du XIA, F-9-3579, AN de Pierrefitte.

[7] En mai 1941, s’il y a un constat de retard des lettres et colis au XIA, les journaux de la zone occupée arrivent normalement ; Rapport de visites d’inspection des camps, F-9-2717, Archives nationales de Pierrefitte.

[8] Archives rapatriées du XIA, F-9-3580, AN de Pierrefitte.

[9] Ibid.

[10] Archives rapatriées du XIA, F-9-3579, AN de Pierrefitte.

[11] Lire la controverse sur la durée de l’engagement de Paul Ricoeur auprès du cercle en lisant : F. Dosse, Paul Ricoeur : Les sens d’une vie (1913-2005), Paris, La Découverte, 2008 ; R. Levy, « Sur la passade pétainiste de Paul Ricoeur : un bref épisode ? », Sens public, 2008.

[12] Formule empruntée à Arno, « Tatouage du passé », Le European-Cowboy, 1999.

____________________________________

[i] A. Kéchichian, Les Croix-de-Feu à l’âge des fascismes. Travail, famille, patrie, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

[ii] D. Rossignol (dir), « La propagande de Vichy », Histoire de la propagande en France de 1940 à 1944. L’utopie Pétain, Paris, PUF, 1991, 7-47.

[iii] R. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1973.

[iv] Y. Durand, La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français (1939-1945), Paris, FCPG, 1981, 335.

[v] P. Burrin, La France à l’heure allemande (1940-1944), Paris, Seuil, 1995.

[vi] P. Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 4 février). Valeurs du cercle. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirt

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search