Le monde organisé de Roger (1930-1978)

« Mon père était Croix-de-Feu, comme beaucoup de gens de sa génération. C’était un ouvrier, un ouvrier de droite, alors que mon oncle militait au parti communiste dans le 11e arrondissement », Jean Boissonnat, « Mon père était Croix-de-Feu », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2006, 90/2, 29-31.

Tu étais de ceux qui quittent leurs chaises aux premières notes de la Marseillaise, comme ce 2 juin 78 où tu es droit comme un I devant le premier match de l’équipe de France lors de la coupe du monde en Argentine[i]. C’est le premier souvenir que j’ai de toi dans cette posture patriotique, moi qui suis affalé dans le fauteuil, cherchant sans y parvenir l’ange vert[ii] parmi les Bleus. Tu n’as pas le temps de te rassoir que Bernard Lacombe a déjà mis le premier but. 38 secondes c’est un peu court pour sortir de ton rôle de patriote et prendre celui de spectateur. Il en sera de même lors du défilé du 14 juillet. Les chasseurs alpins sont sous le soleil, les Fougas de la patrouille de France dans le ciel et tu es debout près de ta chaise paillée. Pour ma part, depuis les premiers roulements de tambours, je joue avec mon cousin dans le champ moins élyséen du verger voisin. Je reviens devant le petit écran pour l’étape Besse-Puy de dôme. Van Impe, mon héros, finit 6ème du chrono. Ces images me montent régulièrement aux yeux depuis que je me coltine à ce récit biographique, comme les marqueurs de ta personnalité à l’écoute du concert de la Nation ; tout juste si tu ne chantais pas devant ton poste. Ce faisant, après les souvenirs viennent les questions. Puis-je comprendre pourquoi, à 67 ans, tu es au garde-à-vous devant la chevelure de Rocheteau ou la calvitie de Giscard sous prétexte qu’un drapeau ou un hymne s’invite dans le tube cathodique ? Trouverais-je dans ton carnet de captivité, les empreintes de l’histoire collective et individuelle laissées sur ta personne[iii], de celles qui organisent encore ta lecture du monde en cette toute fin des années 70 ?

Au-delà de cette position toute en raideur, j’avais déjà compris que mon aïeul respectait les règles et les codes jusqu’au bout de sa nuit, qu’il ne signalait pas la présence des condés aux contrevenants d’en face, qu’il voulait discipliner les hommes comme il le faisait pour ses poireaux, tous en rang, sans qu’aucune graminée ne nuise au paysage. Pour le moins la dissonance s’installait alors que je refusais l’ordonnancement, y préférant l’objection de conscience durant laquelle j’enseignais, à la jeunesse des années 80, les vertus de l’escalade libre en terrain d’aventure. Nos visions politiques divergeaient mais jamais elles ne devinrent cause de dissension et je n’en avais pas moins de l’affection pour ce grand-père, désenchanté du monde alentour. Il suivait un cap dont l’origine m’échappait ! Dès lors, comment me départir des affects pour cet homme qui fut, finalement, plus acerbe envers mes cheveux longs que mes idées qu’il pouvait juger courtes ? Il ne faudrait pas que cette biographie devienne une hagiographie familiale. L’individu générationnel[iv] que je suis peut-il comprendre cet autre individu générationnel et donner un sens à ce que j’observais au sortir de l’enfance ? C’est-à-dire saisir la structuration de sa génération comme autant de strates d’expériences et d’interrelations forgeant en partie son individualité.

Le grand-père, que j’ai sous mes yeux pendant vingt-cinq ans, garde l’empreinte de ces temps de construction individuelle et collective des années 1910-1940[v]. Il tend à leur donner vie ou à les adapter durant le second XXe siècle. Cette empreinte générationnelle se révèle tout au long de son carnet de captivité, dans les expériences de vie d’après 1945 jusqu’à cette coupe du monde 78.

Depuis que j’enquête, quelques hypothèses explicatives sont déjà mises au jour. Le tréfonds patriotique et l’amour pour la Nation trouvent leurs racines dans le procès de socialisation intergénérationnel qui transmet ce socle de valeurs et de représentations dès l’enfance. Alors que la IIIe République mise sur l’école pour fédérer la Nation, enjoindre au patriotisme et au commun en structurant programmes et ouvrages, tu es sur les bancs de la communale. « Le Tour de la France par deux enfants »[vi], lieu de mémoire de la Nation et de la République, sert de support à tes lectures[vii], fixe une image naturelle du monde et relaie le roman national façonné par Ernest Lavisse[viii]. Amand Louail, avec toute l’agilité pédagogique dont il fait montre, transmet tout cela avec charisme et persuasion. Un hussard noir élevé au grand air des bataillons scolaires et du souffle de la revanche[ix]. L’enclave gavrayenne favorise ce conservatisme alors que d’autres visions du monde commencent à poindre et que le pacifisme tend à nuancer le dogme nationaliste[x]. « Au point qu’en 1914, près d’un demi-siècle après Sedan, deux des six députés du département se réclamaient encore bonapartistes »[xi]. Si l’école n’y suffisait pas, s’y ajoutaient les fêtes de guerre qui façonnent « des générations entières au point de devenir une métaphore de la République, une fabrique civique d’idéologie nationale »[xii]. Tu chantes avec tes camarades, dès 1919, dans le cimetière de Gavray en mémoire des poilus. Tu remets cela chaque année jusqu’en 1922 pour l’inauguration du monument aux morts[xiii]. En moins de cinq ans, il y en aura un dans chaque commune de France. Certes ce n’est pas un patriotisme triomphant mais ces symboles funéraires s’érigent en révérence aux citoyens morts par devoir pour leur patrie. Tu passes devant chaque jour pour aller à l’école. Prenons garde de ne pas oublier également les chiffres qui peuvent marquer ton esprit juvénile ; « 1 383 000 morts, soit 16 % des hommes appelés sous les drapeaux et plus de 27 % des effectifs engagés »[xiv]. Les anciens combattants[xv], survivants ceux-là, ne recouvrent-ils pas, pour l’enfant puis le jeune homme que tu es, la stature de héros et de modèles à suivre[xvi] ? Les aviateurs combattants, qui survolent tes jardins depuis que les meetings occupent le ciel manchois, alimentent tes rêves de petit domestique et ton réservoir de demi-dieux. Ces premières imprégnations, véritables expériences vivantes, laissent leurs empreintes durablement sur ta personne alors que tu apprends par cœur les résumés d’histoire, es poussé au-devant des cortèges cérémoniaux et chantes haut et fort l’hymne national avec tout Gavray.

Après l’école républicaine, il y a les grands hommes que tu côtoies, ceux qui diffèrent suffisamment de ton paternel pour devenir tes références. Amand Louail et Jean-Paul Le Jeune occupent les premières marches de ton Olympe juvénile, auréolés aussi de leur statut d’anciens combattants. Du même âge que ton père, l’instituteur, pétri des valeurs qu’il enseigne au cœur de la classe et de la rigueur à bien se tenir lorsqu’il en sort, devient, dès 1919, une figure identificatoire en contre point de Jean-Baptiste. Alors que ton hongreur de père oscille entre moques de cidre et café-calva, ton maître marche droit jusque dans les chemins creux du canton. S’inoculent du respect de la règle et de la rectitude pour le restant de tes jours. Jean-Paul Le Jeune, patron instruit dans une grande école d’agriculture, ton aîné de vingt ans, devient le grand frère à suivre ; celui dont on s’inspire. Il incarne la modernité qui commence à poindre dans les grandes propriétés, de celle qui renouvelle l’agriculture. Il mécanise dès que possible, gère avec résolution la rentabilité agraire et s’ouvre aux innovations. Du lointain de tes plates-bandes, tu observes au sortir du certificat d’études primaires les agissements de cet exploitant agricole, très éloigné des aspirations traditionnelles de Jean-Baptiste. La réciprocité du respect accentue le tropisme fraternel ou le paternalisme bienfaiteur. Si Monsieur Jean-Paul avait accepté les domestiques avec enfants, tu serais encore à jardiner aux Grandes Ventes. Tu n’aurais pas fait le tour de France des relais châteaux qui t’a tant déçu. Ton carnet de captivité encense ces deux héros de jeunesse ; ils participent de la construction de ta personnalité, de ton aspiration au travail rigoureux et du respect des règles pour le bien mené. Ces deux premiers maîtres l’avaient bien compris, les suivants beaucoup moins.

Le temps de ton enfance « fut celui où les monuments aux morts étaient encore neufs » ; ta jeunesse « ne put échapper à ‘l’ombre de la guerre’ à la charnière des années 1920 et de la décennie suivante »[xvii]. Pour le cœur de Marie-Anne et préserver votre mariage, tu devances l’appel par engagement volontaire pour dix-huit mois, le 3 novembre 1930 devant l’intendant militaire de Saint-Lô, au titre du 43e Régiment d’artillerie divisionnaire. Tu es alors second canonnier conducteur. Des anciens combattants, il y en a pléthore dans l’encadrement ; du patriotisme, de la règle et du respect, on n’en manque pas non plus. Main à la ceinture et calot bien en place[1], tu sembles comblé parmi les élèves sous-officiers du peloton n° II de Rochambeau Palace, à Cherbourg. Tu sors à peine de la domesticité que tu trouves plaisir à suivre les ordres et les instructions du capitaine Adrian ; un dur comme tu l’annotes au dos des photographies de 1931.

C’est à n’y rien comprendre, la docilité t’enchante ou je me trompe ! Te faut-il toujours quelqu’un à suivre et à servir ou je m’égare depuis mon XXIe siècle individualiste ? Bref ; des individus possiblement identificatoires, tu en côtoies chaque jour pendant dix-huit mois. Tu les retrouves en septembre-octobre 1935, lors d’une période d’exercice au 43e RAD à Caen. Tu te reconnais dans leurs idées, celles de l’ordre, de la hiérarchie de classe sur fond de catholicisme social[xviii] ; elles se diffusent encore, dix ans plus tard, dans ton récit de captivité. Tu l’exprimes, un demi-siècle après, dans le documentaire du frangin que la voix off synthétise comme suit : « il ne tarda pas dans ce berceau nationaliste à être enrôlé dans les Croix de Feu. Révolté par cet état corrompu des années 1930 et depuis toujours fervent patriote, il crut voir en ce mouvement d’extrême droite une volonté de vivre dans l’honnêteté et l’espérance du bien »[2].

Les Croix de Feu (CdF) ! Je crus mal entendre lors du premier visionnage mais je dus m’y résoudre dès le second. Tu n’en dis mot dans ton carnet de 1941 mais cela te revient en 1993, comme un souvenir oublié, une mémoire cachée dont on ne sait plus s’il est judicieux de la dévoiler au regard des évolutions sociétales. Ne sais-tu pas qu’il y a controverse chez les historiens sur la doctrine fascisante[xix] ou non de cette ligue[xx] ? D’aucuns estiment que « le mouvement du colonel de La Rocque, loin d’être l’expression d’un fascisme français comme l’ont longtemps proclamé les partis de gauche, est une formation qui n’a cessé de se modérer entre sa création en 1927 et l’Occupation. La Rocque serait une sorte de républicain exprimant une tradition française de nécessaire ralliement à la République »[xxi]. D’autres argumentent autour de l’idée que les CdF, association d’anciens combattants, sont devenus le plus grand mouvement fasciste français, même s’il n’a pas d’intentions belliqueuses[xxii]. Il ne manquerait plus que je trouve trace de ton investissement dans les Cercles Pétain durant ta captivité !

Comment faire pour garder la juste distance à ton endroit et chercher quelques explications à ce soutien ? Je peux consentir que, loin de ces querelles historiennes, tu ne sois pas au fait de toutes les subtilités politiques en 1930, alors que tu n’as que dix-neuf ans et que tu sors pour la première fois du quartier de La Planche. De nombreuses ligues et mouvements de droite ou royalistes reprennent vie ou se structurent alors : les Camelots du roi, Les jeunesses patriotes, Solidarité Française, Action Française, etc. Leur avènement et promotion bénéficient de la crise économique et sociale de 1931 dans « un pays qui s’interroge sur la validité de son régime politique, qui a perdu la foi dans la qualité du modèle de démocratie libérale »[xxiii]. Nombre de ces ligues questionnent notamment la pertinence du régime républicain, les valeurs et les fondements de la société. « Le système politique français apparaît très largement bloqué, paralysé, dans l’impasse »[xxiv]. C’est dans ce contexte que tu rejoins les Croix de Feu et participes, aux côtés d’ouvriers, de paysans, des classes moyenne et bourgeoise, de la dynamique de cette ligue. « De cinq mille seulement en 1929, le nombre des adhérents passa à vingt-cinq mille en 1932 »[xxv]. Si les anciens combattants[xxvi] sont largement présents dans les rangs des CdF, d’autres militants se rallient au mouvement parce qu’ils approuvent l’idéologie, teintée d’apolitisme, mise en avant par le charismatique colonel François de La Roque ; d’allure martiale et paternaliste[xxvii]. Je ne sais pas de quel niveau relève ton engagement[3], ni si tu milites activement, mais tu trouves, dans ce rassemblement conservateur, fort d’œuvres sociales, une vision axiologique où maître et ouvriers œuvrent de conserve chacun à sa place ; un paternalisme bourgeois que tu expérimentes auprès de Monsieur Jean-Paul ; propriétaire protecteur que tu assistes depuis 1927. Tu trouves dans ces idéaux catholiques, largement représentés dans les classes moyennes, des points d’ancrage interclassiste[xxviii] alors que tu n’es pas issu de ces rangs-là. Tu y vois poindre les valeurs catholiques engrammées depuis l’enfance, une hiérarchie sociale bienveillante et les aspirations à une société plus juste mais non remise en cause dans ses fondements. Peut-être, est-ce aussi « la volonté de ressusciter la fraternité des tranchées dans une grande union nationale au-dessus des partis et celle de rendre la primauté aux valeurs morales »[xxix]. François Mitterrand vit, dans cette ligue et le parti qui s’en suivra, « un idéal, un idéal mesuré, un idéal très humain d’abord, parce que social, accessible parce que largement compris, très grand parce que français, qui sait se tenir sur le plan de l’action civique »[xxx]. Tu y reconnais tes idéaux de patriotisme, de courage, de coopération et d’honneur. La famille est le tissu de la collectivité sociale, sous la tutelle du chef de famille et d’une mère au foyer en charge des enfants. Un conservatisme qui me choque mais reste ancré dans la mouvance chrétienne des années trente[xxxi] et dont tes actes seront porteurs jusqu’à l’automne de ta vie. Une mystique Croix de Feu « qui vient de l’esprit du Front et qui repose sur deux éléments essentiels : l’idée de patrie et l’idée de fraternité sociale. France d’abord ! Cette patrie française, riche de tout un passé de gloire, d’honneur, de progrès social, cette France qui pendant si longtemps a marché à la tête des nations, il nous appartient de la préserver des dangers qui la menacent »[4]. Tout est dit dans la devise du Parti Social Français qui succède aux CdF : « Travail, Famille, Patrie »[5].

Subséquemment je comprends encore moins ce ralliement. Alors qu’au fil des pages de ton carnet, tu te compares aux petits ouvriers, aspires à une reconnaissance et une protection juridique qui tendent à émanciper les classes laborieuses, tu t’acoquines avec un mouvement qui organise la tradition et les hiérarchies qui vont avec ! Certes, je ne te vois pas communiste alors que, depuis 1920, se structure en France l’internationale ouvrière. Ton enfance et adolescence rurales ne permettaient certainement pas que tu sois sensible à ces revendications comme purent l’être des régions plus industrielles[xxxii]. De même, claquemuré dans tes châteaux, tu peinais certainement à te départir des idéaux conservateurs, voire tu participais à leur maintien. Pour autant, j’attendais que tu prennes un peu de distance avec les représentations et les opinions concernant les expériences du Cartel des gauches[xxxiii], des gouvernements radicaux[xxxiv] et de la propagande anticommuniste[xxxv], « l’homme du couteau entre les dents » des affiches[xxxvi], le « partageux »[xxxvii] dont on parlait au bistrot. « Dans les mentalités restent ancrés des stéréotypes très anciens que l’on peut s’étonner de voir ressurgir »[xxxviii].

« […] pour la France la bonne vie de plaisirs et de joies continuait de plus en plus. Seuls ceux qui avaient de l’argent pouvaient participer à tous ces plaisirs qui souvent étaient des plaisirs malsains. C’est ce qui commença à amener en France le mécontentement de l’ouvrier français et qui amena en France les premiers éléments communistes ; qui trouva facilement des éléments parmi tous les étrangers qui étaient venus en France après la guerre. […] Puis un nouveau fléau devait s’abattre sur notre pays vers 1931 ce fût le chômage. Et aux élections de 1932 commence à prendre une légère tendance à gauche. Le gouvernement qui suivit ces élections avait comme tâche d’arrêter le chômage ; de résoudre les problèmes européens ; il n’arrangea rien. Les ministères étaient renversés plusieurs fois par an ; et presque toujours des Messieurs qui n’avait qu’une idée ; celle de remplir leurs poches ; car le budget français fut dépensé sans compter et ne donna jamais de résultat que de nouveaux ministres et l’ouvrier poussait par une dure propagande communiste était de plus en plus mécontent car le chômage allait en augmentant […] C’est alors que les gouvernements qui se succédaient de 1932 à 1936 poussèrent le désarmement de la France sans se soucier si les autres peuples en faisaient autant. De plus la propagande communiste fit de la jeunesse française une jeunesse antimilitariste et indisciplinée ; et peu courageuse au travail. Une grande partie de l’enseignement, c’est-à-dire des membres enseignants, était devenue communiste et chassa du cœur des élèves l’amour de la patrie le respect de la famille et il m’est permis de me demander si dans certains enseignements l’on n’a pas appris le vice et la débauche, plus que l’enseignement national […] »[6]

Du lointain de ton kommando, tu ne fais pas dans la nuance ; tu schématises malgré la décantation temporelle ; tout est jeté avec l’eau du bain des années 1930. L’échec du pacifisme d’Aristide Briand[xxxix], les affres du néo Cartel des gauches de 1932[xl], l’affaire Stavisky[xli], le fatal Front populaire, etc. tout concourt à la déchéance de la France, la perte des valeurs cardinales de la Patrie, l’absence de leader charismatique et la défaite logique dont tu pâtis journellement. À tout le moins, tu t’es penché sur les rouages politico-financiers, au cœur des années trente[xlii], à l’instar des paroles droitières que tu revisites dix ans plus tard.

« En France se déroulaient les plus scandaleux trafics financiers que nous eussions connus dont le principal l’affaire Stavisky ; mais comme plusieurs de nos dirigeants étaient compromis dans les louches affaires, jamais les coupables n’étaient découverts ou s’ils étaient arrêtés n’étaient jugés que légèrement et parfois pas du tout […] et c’est pour demander la justice de tous ces scandales qu’eût lieu la tragique journée du 6 Février 1934 où des bagarres sanglantes eurent lieu à Paris. Le gouvernement était ce soir de 6 Février en grande réunion à la Chambre où certains députés devaient, soutenus par une foule indignée de l’injustice de tant de maux, réclamer le nom des coupables ; et pour affirmer au gouvernement sa ferme volonté de savoir la vérité cette foule se massa dans les boulevards environnants les Chambres ; et dans cette attente fiévreuse elle devient de plus en plus houleuse et menaçait d’envahir les Chambres ; c’est alors que la Police se sentant débordée reçu l’ordre de tirer sur la foule […] Ce jour-là la France fût à l’aube d’une révolution sanglante qui heureusement fut arrêtée sans que trop de sang Français se répande ; toutefois nous avons à déplorer de trop nombreux morts et blessés […] mais 9 mois plus tard sentant que le gouvernement Doumergue voulait trop nettoyer la France ; les députés qui en grande partie étaient compromis dans ces scandales ne firent plus confiance au gouvernement ; et celui-ci au moment où peut-être il aurait fait le nécessaire pour remettre le pays dans le bon chemin, fut obligé [par] manque de confiance d’abandonner sa tâche ; et cela au moment où la France plus que jamais aurait eu besoin d’hommes qui n’auraient eu d’autre but que le salut de leur pays […] Car nos politiciens avaient autre chose à faire qui était meilleure pour eux, c’était : les fatales élections de 1936 »

Heureusement que tu profites du Billet populaire en octobre 1936 pour rejoindre Gavray depuis Gimouille et le château de Fertot, sinon il n’y aurait aucune trace du Front populaire dans ton carnet. Pourtant, c’est un souvenir fort pour ta génération qui méritait, selon moi, au moins une ligne ou deux, voire un paragraphe ; tu t’étends largement sur la Société des Nations[xliii], tu développes le conflit italo-éthiopien mais nul mot sur cette séquence pour le Pain, la Paix et la Liberté qui a laissé des traces profondes jusqu’à notre époque[xliv]. Peut-être n’y voyais-tu qu’un ramassis de bourgeois qui défendaient l’ouvrier pour mieux assoir leur pouvoir démagogique ; des faux bergers manipulés par les soviets[7] ? [à suivre]

_____________________________________

[1] Roger est situé au dernier rang du haut à l’avant dernière place de droite.

[2] H. Lemonnier, De chimères en silences, 1995, TC 5’.

[3] Les « Briscards », les « fils et filles de Croix de Feu », les « Volontaires nationaux » du « Mouvement social français »…

[4] Bulletin de liaison du mouvement Croix de Feu en Algérie, 15/06/1936, 4.

[5] « Nous voulons la COLLABORATION DES CLASSES et l’amélioration du sort des Travailleurs par la défense de leurs salaires ainsi qu’un développement des progrès sociaux, en particulier des assurances sociales, sur le plan Mutualiste […] Nous voulons que soient restaurées et respectées les TROIS VALEURS MORALES ESSENTIELLES qui sont les éléments de la Civilisation Française : TRAVAIL, FAMILLE, PATRIE. Nous voulons aussi qu’on respecte, chez nous, et en dehors de nos frontières, LE NOM DE LA FRANCE, SON DRAPEAU, SES DECORES DE GUERRE, SON ARMEE… […] Enfin, nous avons horreur de la Guerre, et nous ne voulons pas la revoir, car nous en avons trop souffert dans notre chair, dans la douleur de nos foyers décimés, et dans les ruines de nos régions dévastées », Mouvement social français des Croix-de-Feu, Pourquoi sommes-nous devenus Croix de Feu, Clermont, 1935, 6.

[6] Carnet de captivité, s/d entre Noël 1941 et février 1942.

[7] Affiche de 1936 des républicains nationaux : « Ce sont les soviets qui tirent les ficelles du Front populaire ».

________________________

[i] M. Kessous, Les 100 histoires de la coupe du monde de football, Paris, PUF, 2014.

[ii] B. Dumons, « Le football dans la ville. Saint-Étienne au 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2011, 111/3, 11-21.

[iii] J-F. Sirinelli, « Génération et histoire politique », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1989, 22, 67-80.

[iv] J-M. Lemonnier, Pour une histoire culturelle sensible. L’individu générationnel, HDR, Reims, 28 Janvier 2021.

[v] K. Mannheim, Le problème des générations, Paris, Alcan, 1928.

[vi] G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, [1877], 1922.

[vii] P. Cabanel, « École et nation : l’exemple des livres de lecture scolaires (XIXe et première moitié du XXe siècles) », Histoire de l’éducation, 2010, 126, 33-54.

[viii] C. Amalvi, « Le Roman national, ou comment la République a, par le culte des grands hommes, à l’école et en place publique, rendu familière à tous les Français l’histoire de France : 1880-1970 », in R. Belot (dir), Tous républicains ! Origine et modernité des valeurs républicaines, Paris, Armand Colin, 2011, 125-132.

[ix] V. Duclert & H. Rousso, 1870-1914. La République imaginée, Paris, Gallimard, 2021.

[x] P. Olivera & N. Offenstadt, « L’engagement pour la paix dans la France de l’entre-deux-guerres : un ou des pacifismes ? », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1993, 30, 53-56.

[xi] J. Quellien, « La Manche : de la « Troisième à la Cinquième, un siècle d’évolution électorale », Études Normandes, 1992, 14/2, 29-46, 31.

[xii] R. Dalisson, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS Editions, 2013, 13.

[xiii] R. Dalisson, 11 novembre. Du Souvenir à la Mémoire, Paris, Armand Colin, 2013.

[xiv] R. Schor (dir), « Le bilan de la guerre », La France dans la Première Guerre mondiale, Paris, Armand Colin, 2005, 102-114, 102.

[xv] A. Prost, (dir) « Le patriotique pacifisme des anciens combattants », Les anciens combattants et la société française 1914-1939, T3 : Mentalités et idéologies, Paris, Presses de Sciences Po, 1977, 77-119.

[xvi] B. Cabanes, « L’interminable sortie de guerre du premier conflit mondial », Revue des deux modes, 2014, Janvier, 25-34.

[xvii] S. Audouin-Rouzeau, Quelle histoire. Un récit de filiation (1914-2014), Paris, EHESS, 2013, 97.

[xviii] J-L. Clément, « L’épiscopat, les démocrates-chrétiens et les Croix-de-Feu, 1930-1936 », Revue historique, 1997, 603/2, 103-114.

[xix] Z. Sternhell, Histoire et Lumières. Changer le monde par la raison. Entretiens avec Nicolas Weill, Paris, A. Michel, 2014.

[xx] S. Berstein & M. Winock (dir), Fascisme français ? La controverse, Paris, CNRS, 2014.

[xxi] D. Leschi, « Les Croix-de-Feu et La Rocque : la tentation autoritaire à la française », Lignes, 2016, 50/2, 35-56, 35.

[xxii] M. Dobry, « Février 1934 et la découverte de l’allergie de la société française à la « Révolution fasciste », Revue française de sociologie, 1989, 30/3-4, 511-533.

[xxiii] S. Berstein (dir), « La crise politique dans la France des années 1930 », La France des années 30, Paris, Armand Colin, 2011, 63-92, 63.

[xxiv] Ibid.

[xxv] R. Soucy (dir), « Les Croix-de-Feu et le Parti social français, Fascismes français ? 1933-1939 », Mouvements antidémocratiques, Paris, Autrement, 2004, 163-292, 167.

[xxvi] A. Prost, « Les anciens combattants », in M. Pigenet (dir) Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2014, 316-323.

[xxvii] J-P. Thomas, « Le Parti social français dans le Nord (1936-1945) », Revue du Nord, 2007, 370/2, 341-360.

[xxviii] L. Lee Downs, « Nous plantions les trois couleurs. Action sociale féminine et recomposition des politiques de la droite française : le mouvement Croix-de-Feu et le Parti social français, 1934-1947 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2011, 58/3, 118-163.

[xxix] P. Gabillard, « Les viticulteurs angevins et le mouvement Croix de Feu – P.S.F. (1935-1939) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1983, 90/3, 483-494, 483.

[xxx] J-L. Clément, art. cit., 109.

[xxxi] M. Winock, « Retour sur le fascisme français. La Rocque et les Croix-de-Feu », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2006, 90/2, 3-27.

[xxxii] A. Corbin, Paroles de Français anonymes. Au cœur des années trente, Paris, A. Michel, 2019.

[xxxiii] F. Monier, « Cartel des gauches et gouvernements radicaux (1924-1926 et 1932-1934) », in J-J Becker (dir), Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, 2005, Vol 2, 227-237.

[xxxiv] S. Berstein (dir), « Le Parti radical à son apogée : les structures », Histoire du Parti Radical. La recherche de l’âge d’or, 1919-1926, Paris, Presses de Sciences Po, 1980, vol. 1, 177-258.

[xxxv] S. Cœuré, « Communisme et anticommunisme », in J-J. Becker (dir), op. cit., 488-507.

[xxxvi] R. Martelli, J. Vigreux & S. Wolikow, Le Parti rouge. Une histoire du PCF (1920-2020), Paris, Armand Colin, 2020.

[xxxvii] J-F. Sirinelli (dir), « Les espoirs des années Vingt », Le siècle des bouleversements. De 1914 à nos jours, Paris, PUF, 2014, 57-68.

[xxxviii] A. Corbin, op. cit., 214.

[xxxix] J-P. Brunet & M. Launay, « Les relations internationales de 1919 à 1931 », D’une guerre mondiale à l’autre (1914-1945), Paris, Hachette Education, 1993, 137-155.

[xl] S. Berstein (dir), « Le radicalisme seul au pouvoir et son échec (1932-1933) », Histoire du Parti Radical. Crise du radicalisme, 1926-1939, Paris, Presses de Sciences Po, 1982, vol. 2, 189-272.

[xli] C. Amson et al, « Stavisky, ou le procès de la collusion », in T. Janville (dir), Les grands procès, Paris, PUF, 2007, 287-297.

[xlii] J-F. Sirinelli (dir), « La crise des années Trente », Le siècle des bouleversements. De 1914 à nos jours, Paris, PUF, 2014, 69-79.

[xliii] J-M. Guieu, Le rameau et le glaive. Les militants français pour la Société des Nations, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

[xliv] J. Vigreux, Le Front populaire, Paris, PUF, 2022.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 5 février). Le monde organisé de Roger (1930-1978). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/niru

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search