Notes d’intention

Les notes d’intention ont été construites et rédigées alors que le carnet de recherche était finalisé. Elles constituent le second temps de la démarche de création du récit. Leur structuration bénéficie donc des réflexions du carnet de recherche, d’une lecture ou relecture d’ouvrages et textes concernant mon objet, d’une immersion profonde dans les sources primaires à ma disposition et, malgré le confinement, du premier repérage de sources complémentaires. Dans le cadre de ma démarche de recherche, elles opérationnalisent mes choix et réflexions, et, au-delà du récit biographique, elles participent du cœur épistémologique et méthodologique qui anime cet inédit. Elles deviennent ainsi force de proposition pour d’autres aventures biographiques et historiques.

Les leviers de la démarche d’un historien peuvent être caractérisés à grands traits autour des sources, la bibliographie, le positionnement théorique et conceptuel, la méthodologie et la problématisation. Dans cette architecture, les notes d’intention concernent plus particulièrement trois de ces piliers : les sources, la problématisation et la méthodologie. Au terme de pilier, on pourrait préférer celui d’engrenage tant ces trois rouages sont imbriqués. Ils font système et les notes d’intention mettent en évidence cette étroite relation :

* La découverte de sources originales sur un objet d’étude, un personnage, une institution est souvent à l’origine de l’action historique. Malgré ma motivation à mener à bien ce projet biographique, force était de constater que les sources primaires, si elles existaient à travers un carnet de captivité et un documentaire cinématographique, semblaient insuffisantes pour structurer ce récit, lorsqu’elles n’étaient pas lacunaires sur certaines périodes de la vie du biographé. La question épistémologique était donc de savoir si je pouvais écrire son histoire en ayant peu ou pas de sources le concernant sur l’ensemble de son parcours de vie. Je me trouvais dans un processus inversé par rapport à mes « habitudes mentales » de chercheur. Pouvais-je réaliser un travail de recherche alors que les sources manquaient ? Alain Corbin avait répondu positivement à cette question, lorsqu’il suivait les traces de Louis-François Pinagot, voire l’avait érigé en postulat tant il s’était volontairement noyé dans cette absence. Le manque de source n’était pas, selon lui, une limite au travail de reconstitution du monde de son sabotier, pour peu qu’il parvienne à tisser et assembler toutes les traces permettant de ressusciter le monde de son héros anonyme. Il l’exprime en ces mots dans le prélude à son récit de 1998, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu : « Ma tâche consistait à s’appuyer sur des données certaines, vérifiables ; à enchâsser en quelque sorte la trace minuscule et à décrire tout ce qui a gravité, à coup sûr, autour de l’individu choisi ; puis à fournir au lecteur des éléments qui lui permettent de recréer le possible et le probable ».

* Si je reprenais espoir de pouvoir mener à terme mon récit, un autre écueil se faisait jour puisqu’à la différence de Pinagot, mon aïeul avait laissé quelques traces sur son passage. Dans son carnet de captivité, il s’exprimait, donnait de la voix sur le monde dont il rêvait, les compromis axiologiques auxquels il ne pouvait prétendre, les personnages de son olympe juvénile, les différends avec d’autres, les codes et règles de vie familiale qu’il espérait, etc. Bref, un ensemble d’occurrences m’obligeant à retrouver le monde de Roger, sur lequel il disait peu, et démontrer pourquoi et comment, entre 1941 et 1942, il exprimait tout cela et le répétait encore en 1993 dans le film de mon frère. Le nœud épistémologique était donc double. Au-delà de la collecte foisonnante de sources de tout acabit, il fallait que j’en organise l’analyse pour démontrer, ou tout au moins faire quelque hypothèse, sur l’évolution de mon personnage à l’aune des amers qu’il avait laissés sur sa route. Au rouage des sources s’adjoignait alors celui de la problématisation de son parcours en démontrant comment chaque période de sa vie participe de sa construction personnelle l’amenant à être celui qui s’exprime en 41-42 et que je verrais vivre, selon ses principes, jusqu’en 1995.

* Le rouage méthodologique participe du système en structurant les paramètres de ma démarche. Par exemple, le choix des sources permet, en en privilégiant certaines, de mieux servir la démonstration sur une période ou une thématique. En effet, le chercheur ne mobilise pas les mêmes documents pour éclairer un processus d’identification à un instituteur que pour cerner les ambiances rurales où déambule un individu. De même, la diversité des sources convoquées oblige à exploiter des méthodes d’analyse variées, qu’elles soient analyse textuelle ou iconographique, empirique ou outillée. D’une autre façon, on peut préciser que la périodisation retenue est en pleine relation avec le processus de construction de mon grand-père évoqué plus avant. Les périodes analysées peuvent être tantôt très réduites, se limitant à une journée, ou tantôt couvrir plusieurs décennies. Ce jeu avec les temporalités permet de focaliser sur les ruptures structurantes tout autant que sur les processus lents d’imprégnation ou d’empreinte propres au cadre générationnel qui sous-tend ma lecture de l’histoire. Comme dernière illustration, précisons que la dimension épistémologique qui sous-tend certains chapitres met en lumière les limites de l’enquête ou les difficultés pour le chercheur à se départir de ses représentations. Ces quelques exemples montrent que la méthodologie est aussi au cœur des notes d’intention qui suivent. Ces dernières conservent les traces des choix opérés pour chacun des dix chapitres envisagés.

Toutefois, la présentation serait incomplète si je passais sous silence un paramètre méthodologique fondamental de ce récit, celui de l’écriture de l’histoire. Je le mets volontairement en évidence par rapport au paragraphe précédent mais il s’y intègre pleinement.

* Ma réflexion sur l’écriture de ce récit biographique résulte de la combinaison de plusieurs éléments épistémologiques. Le premier découle des raisonnements, qu’ils soient barthien, certalien ou foucaldien, précisant que malgré le souci d’objectivité, le discours historique n’échappe pas à la subjectivité de celui qui le structure, le pense et l’écrit. Ne pouvais-je pas dès lors accepter pleinement ces analyses et m’engouffrer dans la subjectivité de l’écriture de l’histoire pour qu’elle devienne un atout favorable à circonscrire le « monde » de mon aïeul ? Parallèlement, l’histoire sensible à laquelle je tiens, s’attachant aux façons de percevoir et de se représenter le monde pour un individu ou un groupe social, mettant en lumière ce qui peut être ressenti, me questionnait sur une écriture qui puisse être sensible. Pouvait-on, par l’écriture, restituer ce qui est éprouvé par mon grand-père durant le temps long de sa scolarisation, les quelques heures passées au chevet de Marie-Anne, etc ? Enfin, chemin faisant, j’en venais à penser qu’au-delà de faire vivre au lecteur les atermoiements de l’enquête ou mes ressentis d’historien durant le récit, il devrait être possible d’immerger le lecteur dans les lieux et les temps de vie de Roger afin qu’il puisse être lui-même producteur d’analyse sur ses ressentis, ses choix et ses actes. Etait-il possible de produire une écriture qui, en se fixant des contraintes, amène le lecteur à vivre l’enquête tout autant qu’à en imaginer les conséquences sur l’itinéraire du biographé ? L’ensemble de ces questionnements mettait en perspective l’idée que le fond et la forme du récit devait servir les mêmes intentions, valoriser les mêmes thématiques et cerner au mieux les éléments façonnant mon grand-père.

* Je conviais alors tout autant le travail d’I. Jablonka sur les formes littéraires de l’histoire que mes souvenirs d’ateliers de danse contemporaine pour finaliser mes intentions. La démarche artistique contemporaine consiste à se fixer des contraintes, qui varient selon l’art concerné, pour servir un propos particulier. En rapportant ce cadre à mes préoccupations biographiques, j’en vins à rapprocher la notion de propos à ceux de thème, problématique ou démonstration propres au champ historique et les contraintes à celui d’inducteur d’écriture ou procédé narratif. Il ne tenait qu’à moi de trouver quels pouvaient être les meilleurs outils pour servir ma démonstration sur tel aspect de la vie du biographé, de ses ressentis ou telle subtilité épistémologique sous-jacente à l’enquête. Les descriptions outrageusement longues, la froideur d’un document administratif, la reconstruction de leçons scolaires, le dialogue posthume, etc sont autant de choix pour plonger le lecteur dans la vie de mon grand-père, les arcanes de la recherche ou les émotions des acteurs invités dans le récit. Dans la même logique, l’exploitation des pronoms personnels, des notes de bas de page ou de fin de récit complétait la réflexion sur l’écriture de ce récit biographique. Ainsi, la narration devait permettre d’immerger le lecteur dans les temps du biographé pour mieux les ressentir, qu’il puisse produire une réflexion et des hypothèses sur la structuration de son itinéraire de vie et qu’il soit au cœur d’une enquête se déroulant sous ses yeux.

Les notes d’intention ont été finalisées à la fin du mois de juin 2020. Elles concernent, à cette date, la totalité des chapitres envisagés pour ce récit mais ne sont pas figées pour autant. Elles sont amendées au fur et à mesure que l’enquête avance, que les sources éclairent d’un jour nouveau le chapitre concerné ou que les premières narrations ne donnent pas satisfaction. En cela, elles peuvent être un outil qui remet en cause, au fil du temps, soit l’analyse de la période, les sources convoquées ou les procédés de narration retenus initialement. Elles sont le reflet d’une recherche en mouvement.

Pour mieux en saisir l’organisation, qui révèle ma démarche synthétisée en amont, un guide de lecture peut s’avérer utile.

* Le titre du chapitre : Il a été posé après la rédaction de la note proprement dite car il entre en résonance avec ce que le chapitre cherche à démontrer. Parfois plusieurs propositions coexistent, certaines sont surlignées, d’autres non, montrant l’indécision à faire mon choix lors de la rédaction de la note. Néanmoins, certains titres peuvent sembler très abscons par rapport au contenu de la note. L’ambition est alors de tisser des liens avec des chapitres à venir ou des contenus qui apparaîtront dans le récit. Lorsque le titre final dans le récit, n’est pas celui de la note d’intention, cela est signalé en fin de note où une explication est donnée.

* (La période) : Elle figure aux côtés du titre pour que le lecteur puisse se repérer dans l’itinéraire de vie du biographé puisque j’ai opté pour un récit hétérochronique. La précision du jour, lorsqu’elle est faite, replace le récit dans le déroulé d’une existence ordinaire.

* Thème de la note d’intention : Chaque chapitre est conçu autour d’un questionnement épistémologique qui oriente la quête de sources, la narration, etc. C’est le cœur de l’analyse qui s’opère sur la période. Ce thème relève donc le plus souvent de la démarche de l’historien, de la fiabilité des sources qu’il utilise, d’une thématique inhérente au parcours de vie du biographé, etc. L’entretien avec F. Dosse, réalisé le 6 mai 2020, s’insère également dans ces réflexions. Quantitativement, c’est le bloc le plus important de la note et ce qui y est précisé doit être perçu par le lecteur sans qu’il en ait eu connaissance préalablement. La narration et l’exploitation partisane des sources doivent concrétiser ce qui est consigné dans ces paragraphes.

* Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre : Cette partie des notes d’intention correspond aux outils narratifs que j’envisage dans le chapitre afin de mettre en perspective à la fois son thème dominant ou le processus qui se développe sur la période. Elle révèle les inducteurs qui guident mon écriture en tentant de justifier leur pertinence par rapport au propos du chapitre.

* Sources valorisées (*) et manquantes/en attente ( !) : L’intention qui préside à ce bloc est de mettre en lumière les sources qui semblent les plus à même d’être exploitées pour le chapitre et qui sont à ma disposition en Juin 2020. Les sources qu’il conviendrait de trouver (archives) ou constituer (entretien) pour peaufiner la véracité du chapitre sont aussi précisées.

* Enfin le triangle ∇ permet de suivre toute l’évolution de l’enquête ou de la narration du chapitre. C’est ici que le récit reste vivant et peut être amendé constamment. La trace de l’enquête elle-même participe de l’ensemble de l’inédit.

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Notes d’intention," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 10/04/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/330.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search