Un monde organisé

Projet de titre : Le monde organisé de Roger (1930-1978)

Thème de la note d’intention : Les chimères politiques du biographé

L’hagiographie guette chaque biographe qui, trop proche de son personnage, oublie de nuancer le portrait de la figure biographiée. Ce risque est accentué par la proximité avec le biographé qui ne favorise pas la mise à distance[1]. A contrario, affubler de toutes les noirceurs et dénigrements le personnage, pour éviter l’apologie, n’est pas un refuge acceptable ; même sous couvert d’esprit critique. Ces deux biais sont d’autant plus délicats à surmonter que l’historien, ne disposant pas du Moi profond de l’individu, colmate les failles, masque les lacunes en conviant des sources extérieures au biographé et émet des hypothèses sur l’advenu[2]. Une garantie réside dans la collecte croisée de sources et documents personnels et d’autres plus contextuels. Ce que Claude Pennetier nomme « le travail sur l’articulation vie privée-vie publique »[3]. Enfin, dans cette portraitisation, est-ce que des thèmes doivent systématiquement faire l’objet d’analyse quelle que soit la figure biographiée ? Ces réflexions, maintes fois ressassées, me viennent à nouveau à l’esprit alors que j’estime utile, pour mieux cerner les contours de mon personnage, d’analyser ses options politiques. Pourrai-je garder la juste distance ? Quelles sources viendront combler les lacunes des documents privés ? Parviendrai-je à éclairer la structuration de la pensée politique de Roger, dans le contexte des années 1930, sans user de représentations toutes faites ou en jugeant, depuis le XXIe siècle, les acteurs en présence ?

Un seul commentaire dans le film d’Hervé évoque les inclinations politiques du biographé durant les années 1930. La ligue des Croix de Feu[4], un mouvement d’extrême-droite selon la voix off, est citée alors qu’elle n’apparaît nullement dans le carnet de captivité. Cette phrase suffit-elle à ouvrir un nouveau thème pour ce récit biographique alors que les preuves factuelles manquent ? Parallèlement, les lignes rédigées entre 1941 et 1942 regorgent de propos et d’allégeances au Maréchal qui obligent à visiter cette thématique. François Dosse estime qu’il n’y a pas « de thématiques imposées. Elles émergent par rapport au personnage que vous avez. La thématique politique chez votre grand-père paraît importante puisqu’il est engagé politiquement mais pas parce que la thématique politique s’imposerait […] »[5]. Fort de valeurs de droiture, de morale politique et religieuse, Roger, maréchaliste convaincu, rêve sa cité. Mais le petit-fils historien peut-il analyser ses options politiques sans les condamner ou les minimiser de façon outrancière ? Pétain, à jamais collaborateur à mes yeux, entache-t-il l’image de Roger ?

Je me rassure en avançant l’hypothèse qu’il croit en la Révolution nationale alors qu’il est cloitré en Allemagne et peu informé des dérives de la gouvernance vichyste. Je me réconforte encore en espérant qu’un effet de contexte puisse exister. « Quand vous me dites, par exemple, qu’il était très maréchaliste, et bien vous retrouvez là des choses qui ne sont pas propres à votre grand-père. Quand je vois Ricoeur, effectivement quand je vois ses carnets jusqu’en mai 42, il est aussi très Révolution nationale alors qu’il était socialiste révolutionnaire écrivant dans un journal avec la faucille et le marteau. Bon voilà, il y a là un phénomène qui touche une période, un moment transversal qui explique le succès de Pétain en 40 et le ralliement de l’essentiel des Français »[6]. Même si Roger le jardinier n’est pas Paul Ricoeur le philosophe, cela m’apaise un peu.

Néanmoins, je ne peux écarter l’hypothèse qu’il y ait un ADN politique chez Roger qui, même s’il se nuance, puisse traverser le temps. L’enquête-récit attestera-t-elle d’un militantisme avéré pour ces idéaux qui, sur l’échiquier politique, sont très éloignés des miens ? Les chimères de Roger, comme les nomme Hervé, sont au cœur de ce chapitre et je ne sais comment les comprendre ! La problématique de la juste distance avec le biographé, dont le modèle sociétal est différent du mien, se combine avec celle des représentations postérieurement construites sur cette époque et ses voies politiques. Par exemple, le ton protecteur du carnet de captivité, vis-à-vis de Marie-Anne et de ses enfants, révèle-t-il une adhésion à un modèle familial où le chef de famille gouverne le ménage ou est-ce la résultante d’une éducation empreinte du modèle patriarcal réencensé par Vichy ?

La méthode peut contribuer à sauver cette mise. L’historiographie politique affirme que les idées politiques sont largement situées, émergeant de contextes historiques et socio-culturels particuliers[7]. Les effets d’âge existent donc dans le domaine de la culture politique, surtout si on y associe ceux des représentations et des sensibilités. Ainsi, les années 1930, lorsque Roger façonne ses aspirations, doivent être étudiées au regard des expériences du Cartel des gauches sur fond de crise économique, d’un régime bolchevique qui se structure à l’Est et de bruits de bottes aux frontières allemandes. L’évènement politique du 6 février 1934, évènement fondateur de la mémoire idéologique de cette génération, est également à interroger[8]. La difficulté réside néanmoins à placer ces contextes nationaux et internationaux à l’échelle des lieux de vie de mon aïeul. On peut supposer que Roger ne soit pas au fait de toutes les subtilités de son époque au cœur du pays manchois mais que l’armée, qu’il rejoint au début des années trente, à l’âge de 19 ans, puisse devenir un lieu d’éducation politique. De la même façon, Marie-Anne, seule avec ses trois enfants, n’est-elle pas prise dans le jeu de dupes pétainiste lorsqu’elle cherche à libérer son mari et accroche de façon ostentatoire le portrait du Maréchal dans la maison familiale[9] ? Par exemple, « à l’école et dans la presse, le thème de l’aide aux prisonniers est ainsi omniprésent »[10].

Au-delà de ces effets de contexte existe-t-il des évènements singuliers qui pourraient expliquer ses préférences alors que d’autres individus font d’autres choix au même moment[11] ? Les mauvaises relations avec ses patrons entre 1934 et 1938 peuvent-elles être de ceux-là ? Je me débats avec ces questions plus que je n’avance de réponses ou d’hypothèses. Il faut pourtant donner vie au monde organisé de Roger expliquant pour partie la « droiture » qu’il gardera en captivité et sa vie durant.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Le procédé de narration consiste à amplifier la surprise de l’historien ne pouvant s’empêcher d’être jugeant face aux dérives droitières du biographé . En fait, il faut jouer avec les difficultés à se départir à la fois de ses propres idéaux pour analyser ceux d’un autre individu et des représentations construites a posteriori. La problématique de la neutralité du chercheur est mise à mal pour mieux la servir et en transmettre l’utilité au lecteur. La subjectivité du biographe devient levier biographique.

Dès lors, le biographe est le seul à prendre la parole. Les pronoms personnels « je » et « tu » sont utilisés mais le dialogue avec Roger n’existe pas. Les références sont placées en note de fin mais les auteurs/acteurs sont cités dans le récit car ils secondent la démonstration. La légèreté de ton doit favoriser une enquête volontairement à charge.

Sources valorisées

* Le carnet de captivité et le documentaire d’Hervé

* L’étude d’A. Corbin de 1967

* La presse politique nationale et locale sur certains évènements fondateurs de la période.

* Témoignages de Solange, Bertrand et Jacques

* Les activistes des Croix de feu dans l’environnement de Roger

Peut-être ai-je oublié dans les réflexions précédentes la prise en compte du contexte politique conservateur de la Manche mis en perspective dans les études rurales sur les paysans ou le monde des agrariens de Pierre Barral. Cette orientation est encore perceptible de nos jours à travers le travail de Michel Boivin (HisTeMé).

De même, il faut fortement se méfier de la dimension affective que recouvre ce thème pour un biographe petit-fils du biographé. Le chapitre ne doit pas relever d’accusations permanentes pour se défaire d’un passé anxiogène, mais toujours rester dans le décryptage des rouages amenant à aux positionnements politiques de la figure biographiée. [à suivre]

__________________________________

[1] C. Charle, communication au colloque « Dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier », 1993, 4.

[2] A. Corbin, « Le risque, pour l’historien désireux de comprendre le passé, de savoir ce qui est advenu après la période qu’il étudie », Sociétés et Représentations, 2015, 40/2, 337-342.

[3] C. Pennetier, « Singulier-Pluriel : la biographie se cherche. L’exemple de l’histoire ouvrière », in S. Wolikow (dir), Ecrire des vies. Biographie et mouvement ouvrier XIXe-XXe siècles, Dijon, EUD, 1994, 31-43, 35.

[4] A. Kéchichian, Les Croix de feu à l’âge des fascismes. Travail, Famille, Patrie, Paris, Champ Vallon, 2006.

[5] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[6] Ibid.

[7] J-F. Sirinelli (dir), Historie des droites en France. Politique, Paris, Gallimard, T 1, 2006.

[8] M. Winock, « Retour sur le fascisme français. La Rocque et les Croix-de-Feu », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2006/2, n° 90, 3-27.

[9] J-C. Catherine (dir), La captivité des prisonniers de guerre. Histoire, art et mémoire, 1939-1945. Pour une approche européenne, Rennes, PUR, 2008.

[10] E. Alary, B. Vergez-Chaignon & G. Gauvin, Les français au quotidien 1939-1949, Paris, Perrin, 2006, 204.

[11] A. Corbin, Paroles de Français anonymes. Au cœur des années trente, Paris, Albin Michel, 2019.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 14 décembre). Un monde organisé. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nira

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search