Fertot, Nièvre

À Gimouille, dans la Nièvre, vous demandez, on vous renseigne : « Le château de Fertot, allez au bout de la rue Villon, vous prenez à gauche la route de la Grâce et ensuite la route de Fertot. Le château sera sur votre gauche, vous ne pouvez pas le rater on y donne des opéras dans les jardins depuis 2017 ».

« Je n’avais pu obtenir une augmentation de salaire ; sauf pour la maman qui recevrait une petite gratification lorsqu’elle serait occupée. Je peux dire petite car c’était 1,50f de l’heure pour laver et 1f autrement. Ce qui m’avait surtout fait prendre cette place c’était parce que l’on pouvait garder notre vache que nous avions payée 2200 f et que nous aurions vendue avec perte en ce moment s’il avait fallu la vendre »[1].

Le responsable des espaces verts, qui débite un tronc face au château, nous accueille avec ses deux enfants dans les basques. L’exposé succinct de ma quête biographique suffit pour qu’immédiatement il pose outils, gants et casque anti-bruit pour nous présenter Fiona et Anthony Edward-Stuart, les propriétaires des lieux depuis 1991[2]. Fiona, historienne, devient notre guide pendant deux heures passant du parc conçu par Paul de Lavenne[i], comte de Choulot, au château avec sa véranda pour les expositions florales, puis à la cour de ferme avec pigeonnier et enfin à la laiterie du 17e siècle. Cette dernière, convertie en chapelle en 1918, fut décorée par le dernier comte de Savigny de Montcorps que Roger, Marie-Anne, en charge de deux enfants, vont servir en 1935 et 1936[3].

« Nous fîmes deux ans dans cette place ; nous arrivions à nous tirer d’affaire et même à faire des petites économies. Les patrons ne furent pas trop ennuyeux envers nous ; ils étaient là environ 5 à 6 mois de l’année ; certes pendant ce temps-là votre petite maman était obligée de travailler pour le château et c’était bien fatiguant pour elle ; car il fallait aussi s’occuper de vous […] »

Si le jardin n’est pas la pièce maîtresse de la propriété, il l’est pour nous qui arpentons les allées sillonnées journellement par notre famille de domestiques préférée. La serre et les cadres froids sont encore présents, sans leur verrerie d’origine[4]. Le circuit de chauffage de la serre, de la zone de rempotage et du jardin est en place avec sa robinetterie de cuivre et ses tuyaux qui courent sous les planches de semis. Il ne manque que le poêle que Roger devait alimenter durant les deux hivers qu’il passa en ces lieux. Le jardin est entièrement clos de murs. Dessinées par Choulot[ii], les haies de buis quadrillent l’espace et délimitent le verger, les fruits à baies, les aromates. Le bassin, au centre, facilite l’arrosage. L’histoire s’incarne dans ces lignes végétales, ces tuyaux de cuivre et il y a de l’émotion à déambuler dans ce lieu où Roger devait bêcher, sarcler, semer, rempoter en un tournemain expert. Marie-Anne, lorsque les maîtres étaient présents, empruntait ces allées, ouvrait la porte à double battant mitoyenne à la cabane de rempotage, longeait la chapelle en se signant et parvenait à la cuisine du château où elle pouvait aider ou récupérer le linge à laver.

Émouvante est aussi la visite de la maison des jardiniers. Maison est un bien grand mot ; faudrait-être archéologue, plus qu’historien, pour mettre en perspective cette ruine à l’angle sud-est du jardin.

Pour le moins, Roger était au plus proche de ses plantes ; à peine sorti qu’il pouvait déjà palisser, ensemencer ou arroser ; comme assigné à résidence au cœur du jardin.

On imagine, avec l’aide de Fiona, ce que pouvait être ce bâtiment dans les années 1930. L’emplacement de la cheminée est encore repérable, la porte vers la route également, « le carrelage de la maison qui était fait de briques usées » a disparu comme le reste. Dans cette maison au fond du jardin, Claude et Solange, étaient livrés à eux-mêmes lorsque leurs parents servaient leurs maîtres.

« L’après-midi maman vous couchait avant d’aller au travail ; parfois je venais faire un tour mais cela n’était pas toujours possible […] Que de fois aussi votre maman en rentrant du travail à trouver sa maison sans dessus dessous […] Un autre jour Solange fût surprise dans l’évier et cela afin de pouvoir manger du sucre qui se trouvait sur une étagère au-dessus de l’évier »[5]

Le comte et la comtesse de Savigny de Montcorps entretiennent un personnel important sur la propriété, comme le font les grandes maisons aristocratiques tant à Paris que dans leurs châteaux de province. Cela recouvre une utilité quotidienne et contribue au prestige social aux côtés des hectares de terre. Roger et Marie-Anne côtoient un vieux garde, des domestiques de ferme, des vignerons, des basse-couriers, des valets et autre personnel de maison. Bref, c’est Downtown Abbey sur Nièvre ; la maison la plus fastueuse que le couple servira durant leurs années de domesticité ; les attributs de la noblesse y sont nombreux. Les traces architecturales et paysagères imprègnent encore ces lieux et Fiona et Anthony leur redonnent vie ; quelques documents attestent aussi de correspondances avec SAR Mgr le Comte de Paris, SAR Mgr le Duc d’Orléans et d’une invitation aux funérailles du roi Edouard VII, le 20 mai 1910 à Windsor.

Alors que cela grouille de monde, le couple peine pourtant à se faire des amis pour partager valeurs et conversation.

« Nous fûmes longtemps avant d’avoir de vrais amis ; le Comte de Savigny (notre patron) ne tenait pas à ce que quelqu’un vînt sur sa propriété. Nous avions comme voisins un vieux garde et sa mère ; ils n’étaient ni l’un ni l’autre sympathiques et [nous] n’eûmes donc jamais de conversation amicale avec eux. Un peu plus loin il y avait la ferme qui était travaillée au compte du Comte par plusieurs domestiques tous aussi fêteurs et buveurs les uns que les autres. Nous les reçûmes toutefois de temps en temps pour faire une partie de cartes. Ce n’est que la deuxième année que vient un bon ménage basse-courier avec 3 enfants qui nous permis d’avoir de vrais bons amis »[6]

Ils s’épaulent mutuellement, durant deux ans, sur le chemin de leur domesticité. Marie-Anne lave, repasse et aide en cuisine lorsque les maîtres sont présents. Si elle n’est plus la cuisinière référente, elle l’assiste pour satisfaire gustativement les invités selon les codes culinaires du livre qui circule de main en main depuis le début du XXe siècle[7]. On y trouve trace de repas donnés, plus tard, par la châtelaine aux officiers allemands durant l’Occupation[8]. Son mari, pendant ce temps et selon les saisons, circule entre parc et jardin, serre et châssis, potager, étangs et jardin d’hiver. Alors que la rareté de certaines plantes interroge Roger sur les soins à prodiguer, ses fleurs viennent souvent embraser de couleurs et de senteurs la verrière de la façade sud du château. Quant à la vache Bergère, elle tient son rang en donnant suffisamment de lait pour tirer « un assez bon profit en faisant des fromages blancs que nous vendions aux employés de chemin de fer de Saincaize ». L’élevage de lapins, décimé par deux fois par un chien, ne permît pas d’augmenter plus encore le salaire.

Le Comte est satisfait des services rendus durant ces dix-huit premiers mois et le couple semble prêt à s’installer durablement en cette place. « Malgré notre modeste paiement nous ne nous plaignions pas et nous aurions pu vivre dans un ciel toujours bleu si hélas si souvent il n’y était apparu un nuage noir qui nous assombrissait l’un et l’autre »[9]. La santé de Marie-Anne est vacillante ; surtout après le départ des maîtres, comme un contre-coup des efforts consentis en sus de la charge des enfants. Depuis 1929, elle est malade de manière discrète mais, depuis le Morvan, les médecins peinent à la rétablir rapidement. En Mai 1936, elle pèse à peine 44 kilos, le moral est bien bas et le séjour en Bretagne la fatigue plus encore :

« Une série de piqures avait quand même remonter le moral et la santé de ma petite Marie-Anne. Heureusement je pus reprendre un peu de courage il le fallait les patrons n’allaient pas tarder à arriver. Je réussis à remettre un peu d’ordre dans mon travail et ma foi les patrons se trouvèrent satisfaits à leur arrivée […] L’été [1936] s’écoula assez bien pour nous et comme malgré tout, grâce à la bonne manière de votre maman de gérer son budget, nous avons fait de petites économies ; aussi quand le billet populaire[iii] fut mis en vigueur nous décidâmes d’aller passer une quinzaine de jours à Gavray vers le mois d’octobre ».

À la fin de cet été 1936, le couple, malgré les soucis de santé et la dépendance aux maîtres, est prêt à poursuivre ses engagements. Les enfants iraient à l’école à Gimouille, le jardin porterait ses fruits, les basse-couriers deviendraient des amis intimes, la véranda serait toujours fleurie.

Cependant les relations avec le gardien deviennent délicates et leurs faits et gestes semblent sous surveillance. Le garde leur a attribué un jardin personnel de mauvaise qualité qui ne permet pas de faire venir betteraves et pommes de terre pour leur compte. Il en est de même pour le bois de chauffage, de piètre facture. S’ajoute le refus du Comte d’augmenter les mensualités alors que Bergère est à la vente :

« Depuis toujours son oncle (son prédécesseur) et lui avaient payé leur jardinier, ce prix de 450 f et la nourriture de la vache il ne voulait rien en changer. Je lui avais demandé aussi des pommes de terre puisque j’en avait récolté. Ici aussi refus ; mais cela surtout par la faute du garde. Puis je ne sais pourquoi un jour le Comte fit mettre tous les haricots sous clés. Je demandais des explications. L’on me répondit plutôt mal. J’étais en colère aussi un peu vite je déclarais que puisqu’il en était ainsi je préférais m’engager et une heure après j’étais au Bureau de recrutement de Nevers […] Le lendemain, c’était un dimanche, l’on voulut me faire donner les légumes ; c’était normal je le faisais tous les jours ; mais le garde devait me surveiller et fermait à clé la cave à légumes. Trouvant là de la part du Comte un manque de confiance je refusais. J’avais senti que l’on en avait assez de moi et que l’on cherchait à me mettre à bout. Le lendemain un huissier vient constater l’état du jardin et la quantité de légumes existants ; et l’on me donna mon congé pour fin décembre »

C’est une déception pour le jardinier. Le garde et le Comte paraissent se liguer contre lui alors que son travail donnait satisfaction quelques semaines plus tôt. Chacun marque son territoire et protège ses avantages. Le garde soigne sa relation avec son employeur et tire profit de tout. Le Comte suit le cap de la tradition et ne cède pas au petit personnel.

 

Tout est étriqué depuis 1932 ; les locaux vétustes où ils logent ; les mensualités proposées pour leurs services ; le statut de domestique qui les protège peu ; les perspectives d’évolution qui restent minces ; le contact avec des classes aisées qui ne favorise pourtant pas leur émancipation culturelle. A contrario, leur disponibilité est grande, le temps donné est sans fin, le corps est soumis aux efforts quotidiens, les remontrances ne peuvent être contredites, etc. Le désenchantement, alimenté par petites touches successives, est à son paroxysme et les tracasseries judiciaires du château de Vaux ont anéanti la rébellion. Dès lors, le jardinier sait qu’il ne sera pas domestique à vie. D’autant que l’armée, dès 1931, lui a laissé entrevoir une perspective ; une ascension sociale s’il s’y donnait. Roger anticipe le congé de décembre 1937, cherche une embauche non loin du château afin d’attendre la réponse des bureaux de recrutement, « car je voulais une place où je ne serais pas sur le risque de partir du jour au lendemain ».

Quant à Marie-Anne, elle suit son jardinier de mari, futur militaire semble-t-il, en s’installant peu à peu dans son rôle de femme au foyer. Roger ne cherchait d’ailleurs plus de place pour eux deux ; comme une évidence lorsque la marmaille s’agrège. Elle perd lentement son statut de cuisinière dans les registres d’état civil ; la dernière trace de son métier figure dans l’acte de naissance de Solange en 1934. Elle est ensuite identifiée comme ménagère, synonyme administratif de femme en charge de sa maison ; le recensement de 1936 à Gimouille est établi dans ce sens. De quartiers militaires en villes de garnison, elle emboîterait le pas de son mari où qu’il aille ; une domesticité pour une autre, celle du foyer à bien tenir, des enfants à nourrir et vêtir, veiller au paraitre de la famille, etc. Une société des femmes gelées[iv]. L’émancipation féminine des années vingt avait peu modifié la donne[v]. [à suivre]

____________________________

[1] Carnet de captivité, s/d entre le 21 avril et le 21 mai 1942.

[2] Les conflits de succession avaient laissé le château à l’abandon depuis les années 1970. Les propriétaires actuelles le restaurent depuis trente ans. Il est maintenant classé et est redevenu une maison familiale. https://www.chateaudefertot.net/

[3] Leur présence est validée par le recensement de 1936 où Roger est identifié comme jardinier du Comte de Savigny et Marie-Anne, ménagère, Gimouille, recensement de 1936, AD de la Nièvre, 6 M 126/1, 14.

[4] Les photographies sont issues des archives privées du couple Edward-Stuart, du site https://www.chateaudefertot.net/ et de clichés du biographe durant la visite de 2022.

[5] Carnet de captivité, s/d entre le 21 avril et le 21 mai 1942.

[6] Carnet de captivité, s/d entre le 21 avril et le 21 mai 1942.

[7] Ce livre de recettes est en possession des propriétaires actuels. Nous l’avons feuilleté, installés sous la véranda du château, comme d’autres archives privées afin d’accréditer ces paragraphes.

[8] Selon les recherches archivistiques menées par Fiona, il y a un doute sur l’éventuelle collaboration des propriétaires avec l’occupant.

[9] Carnet de captivité, s/d entre le 21 avril et le 21 mai 1942.

[i] V. Jules & P. Sauveur, Paul de Lavenne, Comte de Choulot, paysagiste (1794-1864), Nevers, CAUE de la Nièvre, 2018.

[ii] Comte de Choulot, L’art des jardins, études théoriques et pratiques sur l’aménagement extérieur des habitations, Paris, Dentu-Fontaine, 1863.

[iii] J. Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle, Paris, Tallandier, 2016.

[iv] A. Ernaux, La femme gelée, Paris, Gallimard, 1981.

[v] É. Macé (dir), « Le patriarcat traditionnel percuté par la modernité », L’Après-patriarcat, Paris, Le Seuil, 2015, 33-47.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 12 février). Fertot, Nièvre. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nis1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search