Vaux, Morvan

C’est un 4*4 qu’il faudrait tant le chemin pour rallier le château est interminable et rocailleux. Ma modeste berline pourra-t-elle résister à l’allée cailloutée de la Combe de Vaux ? Ma co-pilote, compagne pour le meilleur et pour le pire de cette histoire nombriliste, s’accroche à sa poignée de peur et moi à mon volant. Pour le moins, il y a du cahin-caha, de l’isolement et l’intemporel dans cette montée vers le château ; alors que l’asphalte enjoint à la modernité, la voie empierrée engage aux temps anciens, celui des chemins creux et des ornières. L’expérience et le ressenti étaient assez proches pour le jeune couple avec enfant en mai 1934.

« A la gare d’Étang s/Arroux lieu de notre nouvelle résidence nous fûmes reçu par le régisseur ayant comme tout véhicule qu’une petite charrette à âne et nous avions 5 kms à faire ; la voiture fut vite remplie par les bagages il resta juste une petite place pour la maman qui était bien fatiguée. La route me parut bien longue pour la première fois mais nous arrivâmes quand même ; et nous fîmes notre entrée au château de Vaux qui devait nous laisser de si mauvais souvenirs »[1]

Ce chemin, qui serpente à n’en plus finir, entre vallons et forêts, aide les chemineaux que nous sommes à rallier un autre temps et apprécier la visite guidée faite par Roger. La propriété, après la tourelle du pavillon du gardien et la chapelle familiale, est installée à flanc de colline et offre une vue magnifique sur la campagne morvandelle. Les dépendances alentour et les fermes attenantes sont nombreuses ; ferme du bas, ferme du haut, ferme des combes, ferme Moncharmont. Le génie de l’aristocratie, que Proust scrute du côté de Guermantes, erre-il dans ce château[2] ?

L’espace construit et aménagé ne recouvre-t-il pas tous les atours d’une noblesse triomphante puis déclinante[i] depuis la fin du XIXe ? Tout semble figé depuis des lustres, même si le clinquant peine à résister aux outrages du temps et aux évolutions sociétales[3]. Mes représentations déjouent-elles ma juste appréciation de l’environnement ? Suis-je réellement en terre de noblesse ? J’avoue que j’ai bien du mal à me départir des stéréotypes républicains aux abords des châteaux. En effet, « la perte de toute incarnation institutionnelle n’a pas enlevé à la noblesse son importance sociologique ni sa place dans l’inconscient et l’imaginaire collectifs »[ii]. Ceci est accentué par le patronyme de la maîtresse en charge des lieux en ce début de XXIe siècle : ‘Sixtine de Barbuat du Plessis de Maisonrouge’. Les clichés ne veulent-ils pas que la notabilité se mesure au nombre de particules, aux rentes agricoles, sylvicoles et immobilières attenantes à la société de Madame Sixtine[4] et à la bi-résidentialité de coutume ? Comme une antienne qui se transmet depuis des générations.

Je me bats avec l’imagerie conventionnelle, alors que le couple de domestiques, en 1934, se remémore la rencontre en terre parisienne avec sa nouvelle maîtresse, Melle Geneviève Bufnoir[5].

« A Paris nous avions été rendre visite à notre nouvelle patronne ; celle-ci jeune demoiselle d’une vingtaine d’années nous a fait une très bonne impression ; nous partions donc tous les deux je crois assez confiants dans notre place. Nous savions que nous serions isolés mais cela ne nous dérangeait pas nous y avions été habitués aux Grandes Ventes »[6]

Au-delà des sourires convenus, cette patronne ne s’inscrit pas dans le même rapport à la domesticité que la famille Le Jeune. Les voisins et autres domestiques en informent le couple dès leur descente de charrette.

« […] les conversations que j’eus avec différents habitants du pays n’étaient pas pour me rassurer, car depuis plusieurs années cette demoiselle trouvait bon plaisir à prendre un jardinier pour l’été et lui donner congé pour l’hiver »

Les déconvenues se prolongent, à peine Roger entre-t-il dans la propriété. Il constate de visu qu’il y a maldonne et tromperie sur le contrat ; que les dires parisiens de la patronne sont en contradiction avec la réalité du château de Vaux. Le jardin qui devait être bêché ne l’est pas ; l’ensemencement n’est nullement commencé ; le potager laisse place aux chardons et les orangers meurent de soif et manquent d’air dans l’orangerie. De plus, le pavillon n’est pas aménagé pour les recevoir. Dès lors, ils campent dans une pièce du château, sans ustensile de cuisine au grand dam de Marie-Anne. Enfin, le petit ménage acheté aux Galeries Barbès mettra un mois pour leur parvenir. De quoi se décourager malgré la beauté du paysage !

Pour ma part, je constate que les lieux, ceints de murs, n’acceptent pas les visiteurs ; comme une fin de non-recevoir au biographe et à sa dame. Néanmoins, j’emboite obstinément le pas du paon, de l’ânon et des moutons jusqu’à la terrasse pour demander audience à la châtelaine qui, depuis son salon, refuse de me recevoir. Du seuil, je réitère ma demande en rapportant le contexte des années 1930, la biographie d’un jardinier-prisonnier de guerre passé en ces lieux avec femme et enfants, etc. Bref, j’argumente pour créer de l’appétence et de l’empathie ; j’ai toujours agi ainsi, non sans une certaine réussite depuis que je biographie le grand-paternel. Mais sur mon paillasson, je parle à une comtesse invisible ; le génie de l’aristocratie ne s’apprivoise pas facilement. A tout le moins, je repars vexé sans imaginer une seconde que Madame Sixtine, alors malade, puisse être désireuse de garder son intimité[7]. Heureusement que la vue est magnifique depuis le parc et que l’ânon, qui me raccompagne à l’entrée, est plus amène ! Roger jardine non loin.

« Je me mis cependant au travail avec courage ; car nous étions déjà à la mi-mai et pas un légume de semé ; pas un pied de fleurs […] J’achetais malgré les recommandations de la patronne de ne rien acheter sans sa permission, du plant de tomate et de salade chez un jardinier du pays. Mais ce terrain abandonné depuis plusieurs années était usé par les mauvaises herbes et ne donnait pas de bons résultats »[8]

Malgré la déception des premiers jours, le couple prend ses repères, s’installe dans ses meubles et occupe un pavillon que je peine à identifier dans l’ensemble des bâtiments alentour. Chaque corps de métier à son logement ; le gardien est installé à l’entrée, les bonnes et valets occupent les combles de l’habitation, etc. Pour le jardinier et sa famille, quelques éléments du carnet de captivité laissent à penser qu’il pourrait s’agir de la maisonnette, à l’arrière du château, non loin du jardin ceint de murs. Toutefois, malgré les contacts noués finalement avec Madame Sixtine, je ne peux assurément valider mon hypothèse. J’obtins des précisions généalogiques mais je reste, à ce jour, sans iconographie d’époque pour attester définitivement du lieu de vie en 1934.

La désillusion cède la place à une vie quotidienne laborieuse mais satisfaisante. Le dimanche permet de descendre à Étang-sur-Arroux avec le bourricot. Les fermiers de la propriété, les Germain et les Pinardy, deviennent rapidement des amis sur qui compter. Roger s’acclimate au rude climat du Morvan et à l’éloignement de sa famille normande ; il n’en va pas de même pour Marie-Anne, confinée dans le pavillon avec son fils car inoccupée jusqu’au mois d’août. Melle Bufnoir, ponctuellement venue de Paris, recouvre également la sympathie du couple au regard d’un arrangement financier à leur endroit.

« Pendant ces deux jours de présence elle continua à nous donner bonne impression ; et cela en nous rendant un bon service. Avec mes 450 frs par mois j’avais aussi droit à la nourriture d’une vache. Pour avoir du lait il me fallait aller à 1500 m chaque matin […] Je décidais d’acheter une vache en empruntant 1000 frs à la tante de Paris et 1000 frs à la patronne et sans trop de difficultés elle m’avança ces 1000 f. J’avais acheté ma vache 2200 frs avec son veau et j’eus la chance de tomber sur une bonne bête qui nous aida bien à vivre par la suite. Je l’appelais Bergère […] »[9]

Des étrennes aux legs par testament en passant par le droit à nourrir une vache, la domesticité dispose ainsi d’une rémunération mixte où quelques avantages en nature suppléent les bas salaires. Néanmoins le lien de subordination se renforce et laisse présager des dépendances à venir ; Roger en est conscient. Alors que la châtelaine viendra à la fin août, il sent monter l’orage et « ici l’orage donne dans tous les coins à la fois ; le ciel est partout en feu, le tonnerre gronde sans arrêt. Pour qui n’est pas habitué à ces régions là c’est quelque chose de sinistre ». Le jardinier redouble d’attention pour son travail mais le terrain est très appauvri par le manque de suivi des années précédentes. Il sait que les reproches peuvent venir de cela. Chargé de famille, il cherche parallèlement à contracter une assurance sociale, dans la continuité des lois de 1928-1930, mais aucune caisse ne retient son cas[iii]. « C’est le docteur et maire d’Étang qui finit par faire les démarches nécessaires ». L’enjeu est de couvrir leurs arrières, si le congé venait à tomber, alors que leur second enfant est à naître et que Marie-Anne n’est pas au mieux. Dans cet empressement à bien faire, Solange vient au monde le lundi 26 juillet 1934 et est baptisée quelques jours plus tard. « C’est un fils et une fille de fermiers qui remplacèrent le parrain et la marraine ».

Pendant que la tourmente enfle en 1934, j’arpente les chemins qui mènent aux différentes fermes ; je rencontre quelques locataires, taiseux sur leurs relations avec Madame Sixtine. Y-aurait-il des récurrences dans les conflits avec les propriétaires ? ; d’aucuns évoqueraient l’atavisme de la rente[iv], l’habitus de classe[v] ; d’autres l’éducation ou le mimétisme. Suis-je dans les années trente ou cent ans plus tard ? Les ressemblances langagières et situationnelles entre le carnet de Roger et ces échanges à mots couverts laissent planer le doute. Ne faut-il pas quitter les lieux avant que l’orage ne s’installe ?

« A la fin d’Août la patronne fit son arrivée ; cela nous permit hélas de nous rappeler du proverbe, « Ne te fie pas à l’eau qui dort elle est souvent trompeuse ». Nous ne mîmes pas longtemps à nous en apercevoir »[10]

Dans une relation aussi déséquilibrée, où les domestiques sont à plein temps à demeure, tout peut être objet de critique. Quand cela n’est pas le lavage du linge, c’est le repassage. Peu de temps après, c’est la présence des deux enfants qui nuit au bon exercice des tâches de Marie-Anne. La dissension s’installe et en écho la menace sur l’emploi.

« Un dimanche en revenant de la messe je trouvais votre maman en pleurs. Une scène avait eu encore lieu pendant mon absence et cela pour un drap qu’elle [la patronne] voulait refaire repasser le lendemain lundi. Elle avait été jusqu’à dire à votre maman qu’elle s’occupait trop de vous mes chéris. C’est cette réflexion-là plus que toute autre qui avait blessé votre maman. J’eus de nouveau une scène orageuse à la salle à manger avec la patronne ; où à moi il me fut reprocher de trop défendre ma femme. Enfin je partis en disant que le drap serait repassé quand la lessive de chez nous serait terminée. Pendant ces disputes je gardais tout mon sang-froid et parlais posément sans élever la voix c’est ce qui démontait un peu la patronne. Toutefois le mardi matin elle me posa un ultimatum que si le drap n’était pas repassé aujourd’hui elle me donnerait mon congé ; pris comme j’étais elle savait que j’étais obligé de capituler ; mais depuis ce jour-là je sentis qu’il fallait chercher du travail ailleurs si je ne voulais pas un jour être sans travail. Je continuais à travailler normalement ; et j’évitais toutes discussions et m’occupais de trouver une place »[11]

Ces tensions heurtent la conception que se fait Roger, peu habitué aux conflits chez les Le Jeune, de la relation avec ses employeurs. S’il accepte sa condition de dominé, il refuse toutefois que l’on mette à mal la qualité de leur travail ou le respect qu’ils accordent à leurs maîtres. Ces incidents supplémentaires alimentent le désenchantement. C’est une nouvelle prise de conscience de la précarité de leur condition. Mais, malgré ce statut de dominés, ils poursuivent sur la voie de la domesticité en cherchant une place ailleurs.

A la fin de l’été 1934, le départ de Melle Bufnoir apaise un temps les esprits même si les comptes-rendus, heure par heure par courrier hebdomadaire, contraignent le jardinier à sa tâche quotidienne et le maintiennent sous surveillance à distance. La coupe du bois durant l’hiver devient un énième objet de contentieux, la patronne tenant à ce que le jardinier bûcheronne jusqu’à 7 heures du soir, l’employé précisant que son contrat n’est pas établi dans ce sens et que les arbres ne sont nullement abattus.

« C’était la guerre déclarée entre nous deux. D’un côté il y avait une patronne qui ne voulait savoir qu’une chose commander et que ses ordres bons ou mauvais soient exécutés ; elle avait pour se faire un bouclier la bonne réputation de congédier ses jardiniers toujours au début de l’hiver et de plus mal estimé dans le pays. De l’autre côté il y avait un ménage d’ouvriers avec deux enfants ayant toujours donné entière satisfaction par où ils étaient passés ; et ayant eu la malchance de tomber chez une patronne sans scrupule ; malgré le peu de mois que nous étions dans la région nous étions très estimés. Il fallait savoir si les travailleurs consciencieux pouvaient être à la merci d’une patronne irraisonnable dans ses ordres »[12]

Au-delà de l’acrimonie, que Roger relate longuement entre avril et mai 1942, ces empoignades révèlent aussi que le contexte des années trente est au changement dans les relations entre employeurs et domestiques. Le statut de ces derniers, infantilisés de longue date et pour lesquels le droit du travail ne s’applique pas, est peu structuré par rapport à celui des ouvriers[vi] ; pour autant leurs aspirations[vii] sont les mêmes, par auto-identification[13]. Leur dépendance aux employeurs ne favorise pas l’expression de soi et l’affirmation de choix personnels, mais oblige à une disponibilité, une obéissance et une bonne humeur[viii] de tous les instants. Parallèlement, certains employeurs peinent à prendre le train des évolutions sociales qui grignotent lentement leurs privilèges et leurs pré-carrés avec fermages. Les particules nobiliaires n’ont rien à voir dans cette appréciation, même si la noblesse est plus encline à la tradition[ix]. Pour le cas présent, Melle Bufnoir[14] est d’extraction bourgeoise, fille d’avocat (Raymond Bufnoir, 1867-1914) et petite-fille d’un professeur de droit émérite (Claude Bufnoir, 1832-1898), acquéreur de la propriété. C’est par mariage, le 6 septembre 1937, avec Jacques de Barbuat du Plessis de Maisonrouge, que Melle Geneviève prend les attributs patronymiques de la noblesse[15]. Sa fille Sixtine, dont je ne connais que la voix, porte depuis lors ce nom. Pendant quelques temps, cette dénomination a perturbé ma juste distance avec ces lieux.

À chaque relecture de cet épisode du carnet de captivité, je m’interroge sur les enjeux qui sous-tendent de tels rapports à la domesticité. Je veux bien comprendre que rémunérer un jardinier durant l’hiver, faute de serre, puisse être un coût qui pèse en ces temps de crise financière des années trente[x] ; mais Roger, mis en confiance, aurait tiré des plans sur la comète et transformé le parc en jardin de Babylone tant il était enclin à servir ses maîtres. J’aime à croire que le souffle émancipateur de la IIIe République aurait pu se transmettre par filiation avec des ancêtres éclairés ; tel le grand-père, Claude Bufnoir, qui initiat un projet de grande ampleur visant à « la création d’universités locales et pluridisciplinaires »[xi] en 1892-1893. Mais la jeunesse de Melle Geneviève, qui ne connut pas son grand-père et perdit son père en 1914 alors qu’elle n’avait que dix ans, laisse poindre d’autres orientations. Notamment, on trouve trace dans la presse[16] de son soutien aux idées droitières de l’Action française[xii] dans ces années 1930. L’adhésion aux valeurs et idées nationalistes et monarchistes de ce mouvement peuvent, en partie, expliquer les relations de la maîtresse de maison avec mon jardinier de grand-père. Celui-ci envisage plutôt qu’à l’aune des nantis, « ses ordres étaient impossibles à remplir car ils manquaient complètement de jugement ; [comme] tout commandement venant de personnes n’ayant jamais rien fait »[17]. Alors que je convoque les penseurs, réfère en notes de fin, fouille dans les sources et argumente avec les historiens, le jugement de Roger est péremptoire et, en 1942, fermé à toutes nuances. Les tourments professionnels et judiciaires occasionnés à l’époque expliquent cette condamnation. L’avenir des membres de sa famille était soumis aux décisions de la châtelaine, au congé imminent et aux références qui s’en trouveraient amoindries. En 1935, la marge de manœuvre est mince pour éviter cette surexploitation arbitraire. Le choix est de partir ou de résister en attaquant en justice l’employeuse. Roger fait les deux, alors que les recours judiciaires[18] sont peu nombreux pour les travailleurs domestiques… comme un parfum d’émancipation qui le poursuit depuis le certif !

« Je fus demander un entretien au juge de Paix d’Étang qui me donna raison et me conseilla de ne pas quitter avant d’avoir une place ; d’ailleurs où aurions-nous été nous n’avions que bien peu d’économies quelques 100 f à peu près […] elle donna l’ordre à son régisseur de me retirer mes outils et les clés et elle mettait l’affaire dans les mains d’un huissier pour nous faire expulser prétendant avoir la loi pour elle. Heureusement nous eûmes à faire à un huissier honnête et sachant ce qu’était que la vie des ouvriers […] Le lendemain je fus de nouveau rendre visite au juge de Paix et ensuite à l’huissier. Le juge de Paix m’avait dit de réclamer une indemnité et de partir quand j’aurais une place […] je réclamais 1200 f de dommages d’intérêt pour rupture sans motif valable de contrat […] Sur le conseil du juge de Paix j’assignais Melle Bufnoir devant la Justice de Paix ; cette première assignation eu lieu à l’amiable entre le Juge de Paix, moi et l’huissier représentant ma patronne […] Pendant ce temps j’avais trouvé une place et c’est le jour où je partais qu’eut lieu cette entrevue. Arrive qui pourra nous étions à l’abri et j’avais du travail, c’était le principal […] L’affaire fut donc jugée en audience publique vers la fin de Janvier [1935] ; elle était défendue par son avocat d’Autun. J’obtiens tout ce que j’avais demandé et ce fut moi à mon tour qui fut obligé de la menacer de la faire saisir car malgré le jugement elle refusait de payer ; et ce n’est qu’à la dernière limite qu’elle céda. Je touchais 150 f je crois puisque je lui devais 1000 f [le prix du lait de la bonne Bergère] »[19] [à suivre]

_________________________

[1] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942

[2] http://www.patrimoinedumorvan.org/inventaire-historique/edifices-religieux-et-chateaux-chateaux

[3] La nièce de la propriétaire, Maggy Thenard, développe une offre de gites et de chambres d’hôte sur la propriété. Le jardin que Roger a bêché péniblement est occupé par une piscine pour les touristes en quête de grand air.

[4] https://www.societe.com/etablissements/madame-sixtine-de-barbuat-de-maisonrouge-d-392194148.html

[5] Née en 1904 et décédée en 1970, le nom peut être également écrit : Buffenoir.

[6] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942

[7] Je réitèrerais ma demande par mails et contacts téléphoniques afin d’avoir quelques précisions généalogiques et obtenir des clichés anciens.

[8] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942

[9] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942

[10] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942

[11] Ibid.

[12] Carnet de captivité, s/d entre le 21 avril et le 21 mai 1942

[13] D’ailleurs, le terme ouvrier est usité plus souvent par le biographé que celui de domestique.

[14] Membre impliquée dans la société savante de Autun (société éduenne d’histoire), elle est également une fervente catholique.

[15] Elle fut, auparavant, fiancée avec Michel L. de Beaulieu, fils du baron L. de Beaulieu et de la baronne née Chastelain de Thérouanne en 1933, Paris-Midi du 29/01/1933.

[16] L’Action Française, 3/02/1936, 5.

[17] Carnet de captivité, s/d entre le 21 avril et le 21 mai 42

[18] Les atermoiements du procès occupent plusieurs pages du carnet.

[19] Carnet de captivité, s/d entre le 21 avril et le 21 mai 42

__________________________

[i] D. Lancien & M. de Saint-Martin (dir), Anciennes et nouvelles aristocraties : De 1880 à nos jours, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007.

[ii] É. Mension-Rigau, Enquête sur la noblesse. La permanence aristocratique. Paris, Perrin, 2019.

[iii] M. Laroque, « Des premiers systèmes obligatoires de protection sociale aux assurances sociales », Vie sociale, 2015, 10/2, 31-48.

[iv] É. Mension-Rigau, op. cit., 177-206.

[v] « Termes clés de la sociologie de Norbert Elias », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2010, 106/2, 29-36.

[vi] S. Sirot, « Les congés payés en France avant le Front Populaire : l’exemple des ouvriers parisiens de 1919 à 1935 », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1996, 50, 89-100.

[vii] M. Beal, Des champs aux cuisines. Histoires de la domesticité en Rhône et Loire (1848-1940), Paris, ENS Éd., 2019.

[viii] M. Beal, « La « mauvaise humeur » des domestiques : s’exprimer pour affirmer son individualité ? Approche historique », L’Homme & la Société, 2021, 214-215, 139-160.

[ix] A. Delpierre, Servir les riches. Les domestiques chez les grandes fortunes, Paris, La Découverte, 2022.

[x] J. Mazier, M. Baslé & J-F. Vidal (dir), « Les origines des crises de l’entre-deux-guerres », Quand les crises durent…, Paris, Economica, 1993, 227-254.

[xi] G. Richard, « L’échec du projet Bufnoir de regroupement des sciences d’Etat. Un révélateur de la forme disciplinaire des programmes d’enseignement supérieur en France (fin du XIXe siècle) », Revue d’anthropologie des connaissances, 2019, 13/1, 91-111, 93.

[xii] J. Prévotat, L’Action française, Paris, PUF, 2004.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 13 février). Vaux, Morvan. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nis2

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search