Sous surveillance (1932-1937)

« Il ne leur venait pas à l’esprit qu’on pût les trahir. Ils étaient tout prêts à mettre la main dans la main de qui les emmenait, pourvu que le conte promis fût beau et noble », Louis Guilloux, Le Sang noir, Paris Gallimard, [1935] 2019, 160.

Pour le moins il y a malfaçon, négligence sur le respect mutuel, tromperie sur les relations entre maîtres et domestiques, châtelains et jardiniers, comtesses et cuisinières. Roger et Marie-Anne, durant cinq années d’errance d’un château l’autre, vont l’apprendre à leurs dépens. Pourtant ils sont de bonne composition ces jeunes mariés, prêts à servir du mieux qu’ils peuvent les familles fortunées qui les emploient. Finis les rêves d’aviation, d’instituteur de campagne ; les pages se sont tournées sans trop de heurts pour embrasser des tâches qui siéent mieux à leur classe sociale, à la chorégraphie qu’ils doivent danser[i]. Une vie de gens de peu, de petits personnels, qu’importe les substantifs ; celle d’une domesticité de maison et d’entretien usitée de longue date dans les nobles familles et plus récemment par les bourgeois qui ont pris la relève[ii]. Tantôt valet de chambre, repasseuse, jardinier et cuisinière, ils s’intègrent à une hiérarchie des rôles et tâches domestiques[iii]. L’incompréhension des reproches et des empêchements est d’autant plus forte qu’ils s’engagent dans leur besogne sans compter, jusqu’au bout de leur journée. La non-reconnaissance du devoir accompli et les accusations sans fondement façonnent du ressentiment pour les décennies suivantes. Le carnet de captivité s’en fait l’écho. Seule la famille Le Jeune semble adoucir à l’amertume.

Au sortir de la mairie et de l’église, le 6 août 1932, Roger et Marie-Anne prennent vacances puis se mettent en devoir de chercher une place en pays breton :

« A notre grand regret nous ne trouvâmes pas satisfaction dans la Bretagne que pourtant j’aimais beaucoup. C’est dans l’Anjou que nous échouâmes dans les premiers jours de septembre moi comme valet de chambre et Mimi comme cuisinière. C’était un petit château tranquille 2 maîtres + 2 enfants et une bonne d’enfants ; mais beaucoup d’invités surtout pendant les chasses et de plus il manquait le matériel pour faire de la cuisine comme aux Grandes Ventes où il y avait tous les ustensiles nécessaires ; c’est cela qui manqua à ma petite femme et qui lui fit rappeler ce qu’elle avait quitté »[1]

Je n’ai pas retrouvé cette propriété ; trop peu d’informations pour la situer dans la vaste campagne angevine. Je donne pourtant de ma personne en quête de la moindre trace. J’arpente les routes et les chemins au cœur du Morvan, les rues de Bourges, les allées boisées de la Mayenne, les hameaux manchois ; mais de ce château d’Anjou, je ne sais rien. Revenir sur les lieux m’aide à mettre en situation mon récit, en évitant d’insérer la vie d’antan dans les espaces actuels. Les bâtiments prestigieux restaurés de frais, les enduits grattés aux normes historiques peuvent aider. Plus encore, l’iconographie soutient l’effort de translation temporelle. Ma circulation vélocipédique ou pédestre m’informe plutôt sur les évolutions et désertifications successives de nos campagnes qu’elle ne me propulse dans l’entre-deux-guerres. Dans le désert actuel il faut faire preuve d’imagination pour voir déambuler les figures biographiées dans ces rues, chemins et habitations. Comment se projeter sans tordre les vérités, imaginer ces villages et hameaux grouillant de monde[iv] alors qu’ils sont vides aujourd’hui ou en passe de l’être ? D’exode rural en émigration citadine[v], les villages s’assèchent, les baguettes s’achètent aux distributeurs, le café fait commerce de tout, les grandes rues se racrapotent sur leurs volets clos, les rues des halles mènent au Proxi… Tout ça pour dire que sur cette première embauche du jeune couple, je n’ai rien dans ma musette de biographe. Je me rassure en sachant qu’elle fut de courte durée, quelques semaines à peine. Marie-Anne s’interrogeant sur la qualité de son service en cuisine alors que les ustensiles pour le bien faire sont absents. A peine adultes, mariés, émancipés des tutelles parentales, les voici qui reviennent sur les lieux de leur jeunesse. Gavray, comme un cocon qui apaise.

« Nous étions toujours restés en bonne amitié avec Mr et Mme J. Paul qui nous avaient même dit que si parfois l’on voulait revenir chez eux de ne pas craindre de leur écrire c’est [ce] que nous fîmes au bout de trois semaines »[2]

Dans la famille Le Jeune, après le père, je voudrais le fils ; ce jeu de mots résume assez bien le saut de puce opéré par Roger en quelques années. Après l’entretien du château d’Albert Le Jeune, sis aux Fieffes, où Roger fît ses premiers pas de jardinier à la fin des années 1920, le couple est au début des années 1930 au service du fils, Jean-Paul Le Jeune ; quelques centaines de mètres plus loin à la ferme des Grandes Ventes que Marie-Anne connaît bien. Ce qui devait être simple à visualiser et comprendre durant l’entre-deux-guerres, l’est beaucoup moins cent ans plus tard. Il y a toujours le château, la chapelle familiale, la ferme attenante des Fieffes, le pavillon de chasse, la seconde ferme des Grandes Ventes, mais la cohérence d’ensemble des 200 hectares du début des années 1910 n’a pas résisté au jeu des héritages et successions. Il faut en rajouter des cartes dans le jeu de cette famille. Les Le Jeune, les Sédille, les Vanel, les de Beaudrap, les Houette, les Clouard, j’ai bien du mal à me retrouver dans le labyrinthe des nouveaux propriétaires et des ramifications généalogiques. Cinq enfants par-ci, sept par-là, il y a de la dispersion génétique tout autant que patrimoniale ; ces grandes familles catholiques l’avaient-elles envisagé comme cela ou le faisaient-elles par habitus social[vi], comme un devoir ?

Difficile de retrouver quelques traces d’un jardinier et de son épouse cuisinière dans cette démultiplication des interlocuteurs, cette évaporation notariale d’actes et d’archives en tout genre. Alors, je rencontre, j’interroge, j’interpelle sur ma quête impossible. Sans conteste, il y a de la gentillesse, de l’envie d’aider mais je ramasse peu de choses ; trop d’éparpillement pour qu’un souvenir commun puisse poindre ou qu’une image soit exhumée d’un album.

 

Heureusement que, fort d’une documentation conséquente, Didier Le Jeune, petit-fils de Jean-Paul Lejeune (1893-1978) et d’Yvonne Paqué (1899-1983), comble mes manques, remet en ordre mes approximations et me transmet des clichés bien venus. Quelques-uns illustrent mon récit depuis plusieurs chapitres ou mettent en perspective ci-joint l’évolution, depuis 1920 jusqu’aux années 2020, de la ferme des Grandes Ventes où Roger et Marie-Anne se sont rencontrés, se sont courtisés et sont revenus mariés. De retour d’Anjou, en septembre 1932, ils sont hébergés, conformément à leur statut de domestiques « à la personne » ou à « l’exploitation », par leurs employeurs sur les lieux de leur travail. Ils furent logés dans la petite maison en face de la cuisine où Marie-Anne officie. Non loin, Roger entretient le légumier, aide à la ferme et veille au fleurissement si besoin.

« Fin Septembre nous étions de retour à Gavray et nous étions heureux de reprendre le travail à notre ancienne place ; car si Madame Jean-Paul n’était pas toujours de bonne humeur il n’en était pas de même de Mr Jean-Paul qui a été pour moi le meilleur de mes maîtres que j’ai eu. Je me plaisais beaucoup à travailler avec lui ; nous nous sommes toujours parfaitement entendus. Ma petite Marie-Anne fut aussi heureuse de retrouver sa cuisine et tous ses ustensiles. Nous étions payés 600 frs par mois, nous n’étions pas gourmands, cela nous suffisait »[3]

Dans l’entre-deux-guerres, les Le Jeune, père et fils, possèdent les atours de la notabilité traditionnelle[vii] ; grandes propriétés, aura auprès des instances agricoles du canton, bancs à l’église, rentes d’appartements parisiens, vacances balnéaires à Roscoff, etc. Toutefois, d’extraction bourgeoise, propriétaires terriens depuis le début du XXe siècle, ils différent des châtelains hostiles à la République et à l’expansion industrielle pour « un attachement profond à l’orientation démocratique et laïque de la République »[viii] et un respect pour ceux qui les assistent, en n’abusant pas d’une relation sociale de facto inégalitaire. S’il peut y avoir des heurts entre Yvonne Paqué, dite Madame Jean-Paul, et Marie-Anne, Roger se souvient aussi des encouragements qu’il a reçus lorsque sa gestion de la serre laissait à désirer durant l’hiver 1927-1928.

Monsieur Jean-Paul n’est pas non plus un propriétaire qui veille aux seuls recouvrements de ses rentes fermières et métayères ; il est exploitant lui-même. Fort de ses études en Suisse avant la Grande Guerre, il est au fait des évolutions mécaniques et agronomiques au sortir du conflit. Il injecte des machines et du progrès dès qu’il le peut dans son exploitation de 120 hectares. Roger reconnaît ses qualités techniques et la modernité agraire qu’il répand ainsi dans le canton. Bien sûr, la relation avec ses employés relève d’une forme de paternalisme[ix], mais il reste vrai que Jean-Paul Le Jeune est aussi un acteur du changement de la ruralité et du monde paysan durant l’entre-deux-guerres. Gros propriétaire exploitant, il n’est nullement un châtelain, rentier de ses terres. C’est en cela qu’il diffère des agrariens que le couple rencontrera par la suite[x].

« Dans le début de 1933 nous eûmes le bonheur de savoir qu’au mois d’Août nous serons l’un et l’autre papa et maman. C’est alors que plus que jamais je veillais tendrement sur ma petite Marie-Anne ; lui évitant le plus possible de peine dans son travail. Au mois de Juillet elle vient se reposer dans une chambre de mes parents en attendant l’heureux évènement qui le 9 Août nous donnait notre petit Claude »[4].

Le ménage est en joie, tout à cette naissance et à la fête de baptême, lorsque les premières soumissions professionnelles se font jour. Leur mariage avait été un obstacle qu’ils avaient su surmonter grâce à la satisfaction qu’ils donnaient à leurs employeurs, alors que la majorité des domestiques étaient célibataires. La naissance de Claude, leur premier enfant, complexifiait la donne et concrétisait leur dépendance aux familles qu’ils servaient ; même les plus attentionnées. Leur amour naissant fut sous contrôle, leurs ambitions familiales sont maintenant sous surveillance.

« Puis vint le moment où le retour de nos patrons partis en vacances arriva et il fallût faire un grand sacrifice surtout pour une maman celle de te mettre [Claude] en nourrice. Nous avions trouvé une nourrice qui pour 250 frs par mois veillerait sur toi. Elle le fit très consciencieusement »[5]

Le rapport de domination n’est pas en la faveur du couple qui ne peut imposer ses points de vue. Le face-à-face est pipé par la relation employeur-employé[xi] et une domesticité rémunérée disposant de peu de droits et statuts. « Jusqu’aux années 1950 […] le législateur ne reconnaît pas un statut d’employeur aux maîtres et maîtresses de maison »[xii], les employés sont ainsi placés sous la tutelle d’une famille et l’autorité publique intervient peu dans cet espace privé[xiii].

« […] cela fut pour nous un grave problème, Je demandais à Mr Jean-Paul de nous permettre de te prendre toi Claude avec nous ; mais ayant eu déjà pas mal d’ennui avec des ménages avec enfant auparavant il n’y eu pas moyen. Il nous fallait trouver une autre place […] il nous était difficile d’en trouver d’autres parce que l’on commençait déjà pas mal à refuser les bonnes places aux ménages avec des enfants ; voilà où en était arrivée l’aide à la famille française. Ayez des enfants c’est très beau mais débrouillez-vous pour les nourrir nous nous ne voulons pas d’enfants chez nous. J’étais en pourparlers avec sûrement de bonnes places mais dès que j’annonçais que bientôt j’aurais deux bambins c’était fini la porte se refermait »[6]

Un sentiment d’injustice commence à poindre et le carnet en garde la trace huit années plus tard. Pour autant, en mai 1934, le couple n’a pas d’autres aspirations et prépare ses bagages pour un autre château, un autre employeur. 450 francs par mois pour le jardinage plus le lavage et le repassage pendant la présence des maîtres. Direction la Saône et Loire, Étang-sur-Arroux non loin d’Autun, château de Vaux. Roger et Marie-Anne, Claude sous le bras, passent par la Bretagne puis Paris avant de rallier le Morvan.

« Au début de mai 1934 nous quittons de nouveau Gavray emportant cette fois avec nous et pour toujours notre petit Claude qui pleura tout le temps dans le train ; ne connaissant même pas sa vraie maman ; tu avais alors 9 mois ; heureusement tu oublias vite ta nounou et bientôt tu nous fis grâce de tes sourires. Nous passâmes quelques jours à Bénodet et ensuite nous allâmes à Paris pour acheter notre cher petit ménage que nous avons à présent ; et nous atterrîmes vers le 10 mai à Étang sur/Arroux avec quelques sous seulement »[7]

Ce faisant, un siècle plus tard, je quitte Gavray, les Fieffes et les Grandes Ventes, les Le Jeune et les Vanel pour le château de Vaux. Je prends le temps de passer par Bourges pour collecter aux archives départementales, diocésaines et municipales une documentation me permettant de nourrir ce récit biographique. Un projet qui, de plus en plus, phagocyte mon temps, me mène d’une archive l’autre, gouverne mes pensées et oriente mes pas plus que je ne les dirige. [à suivre]

______________________________

[1] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942.

[2] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942.

[3] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942.

[4] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942.

[5] Ibid.

[6] Carnet de captivité, s/d entre le 5 et le 21 avril 1942.

[7] Ibid.

________________________________

[i] N. Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991.

[ii] M. Beal, « Domestiques (XIXe-XXe siècle) », in I. Poutrin (dir), Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, Paris, PUF, 2022, 226-228.

[iii] J-Y. Tadié (dir), « Domestiques », Proust et la société, Paris, Gallimard, 2021.

[iv] S. Berstein, « Les Français des années 1930 », La France des années 30, Paris, Armand Colin, 2011, 5-27.

[v] Y. Jean & M. Périgord, Géographie rurale. La ruralité en France, Paris, Armand Colin, 2017.

[vi] B. Lahire (dir) Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, 2001.

[vii] D. Bensoussan, « Des notables bien vivants. La pérennité de la notabilité traditionnelle en Bretagne dans l’entre-deux-guerres », Histoire@Politique, 2015, 25.

[viii] P. Barral, « Les étapes du régionalisme dans les organisations agricoles », Économie rurale, 1970, 84, 25-29, 26.

[ix] P. Gratton, Des luttes de classes dans les campagnes, Paris, Anthropos, 1971.

[x] E. Lynch, « Fécondité de l’agrarisme », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 2000, 67, 154-155.

[xi] D. Memmi, « Entre angoisses et calculs : l’épreuve de la « domination rapprochée » », L’Homme & la Société, 2021, 214-215, 83-109.

[xii] I. Puech, « Genèse de la convention collective des employés de maison (1930-1951). La mobilisation des employeuses pour la reconnaissance du travail domestique en France », L’Homme & la Société, 2021, 214-215, 31-50, 31.

[xiii] L. Vogel, La santé des femmes au travail en Europe. Des inégalités non reconnues, Bruxelles, Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité, 2003.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 14 février). Sous surveillance (1932-1937). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nis3

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search