Sous surveillance

Projet de titre : En quête ou D’un château l’autre ou Sous surveillance (1932-1937)

Thème de la note d’intention : Les affres de la domesticité et de l’agrarisme

Récemment mariés, le biographé et sa femme acceptent leur sort de petit personnel au service de familles fortunées. Une domesticité de maison et d’entretien, héritière des modèles aristocratiques de l’Ancien régime et bourgeois de la fin du XIXe siècle[1], qui les mène d’un château l’autre durant cinq ans. Tantôt valet de chambre, repasseuse, jardinier et cuisinière, ils s’intègrent à une hiérarchie des rôles et tâches domestiques[2]. Les rêves de jeunesse, d’émancipation par l’éducation et l’initiative personnelle, cèdent la place à une conformité à l’ordre social de leur milieu d’origine ; celui d’une force de travail mise au service d’autrui dans une société envisagée en strates très différenciées. Ces renoncements laissent toutefois des traces dans les rapports que le biographé engage avec ses maîtres. Certes, le couple s’investit dans les tâches qu’on lui assigne avec sérieux afin de donner satisfaction, gage de relations cordiales et pérennes avec les employeurs. Mais, en contrepartie, le biographé attend une réciprocité de respect de leurs personnes, de leur famille et de leurs actes. Ce contrat tacite espéré est néanmoins mis à mal, de façon récurrente, par les agissements des maîtres. Dans ce contexte de rapports déséquilibrés, le choix est de résister ou de courber l’échine. Le biographé prend la première option en ne baissant pas pavillon, voire en faisant valoir ses droits juridiquement.

Tout en présentant les différents lieux d’embauche, ce chapitre doit montrer que les relations de subordination, qui s’instaurent entre le biographé et ses patrons, révèlent des rapports de pouvoir qui placent les domestiques sous surveillance constante. En continuité, il faut évoquer comment ce couple subit ces relations, s’y adapte et les conteste parfois. Ce faisant, la thèse de Margot Beal[3] et les travaux afférents permettent d’inclure le vécu du couple dans l’histoire plus large de la domesticité qui recouvre une pluralité de formes et de comportements entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe. Pour autant, au-delà des diversités diachroniques et synchroniques, rappelons que le cœur du travail domestique, quel qu’il soit, entraine un hébergement chez les employeurs, des directives à suivre et un temps plein à demeure. Ceci ne favorise pas l’expression de soi et l’affirmation de choix personnels mais une disponibilité et une obéissance de tous les instants[4]. Parallèlement, la législation du travail concernant les domestiques peine à se structurer, à la différence de celle de la classe ouvrière[5]. Les recours en justice sont dès lors délicats et entrainent effort et persévérance sur du temps long. L’infériorisation juridique n’empêche pas certains de remettre en cause l’ordre social. Enfin, l’état de docilité ne peut être accepté que si des compensations et une reconnaissance existent au-delà des rémunérations en nature consubstantielles à cette condition[6]. Les négociations et le respect mutuel participent alors du climat d’apaisement ou de tension entre les individus. Roger et Marie-Anne, entre 1932 et 1937, sont des acteurs anonymes de cette histoire de la domesticité ; leurs engagements premiers laissent peu de doute sur l’acceptation de ce modèle ancien. Pour autant, la répartition déséquilibrée des rôles, le contrôle permanent et le manque de reconnaissance de leur travail auront raison de leur investissement. Ainsi, à l’instar des domestiques de la série Downtown Abbey, ils acceptent et assument avec sérieux d’être les membres de la société d’en bas, celle des entresols et logis étriqués. Ils se donnent à la tâche, durant plusieurs années, pour donner satisfaction à leurs employés ; espérant gravir quelque strate de la hiérarchie domestique. Mais, au fil du temps et des conflits avec le monde d’en haut, celui des salons confortables, ils se résignent, combattent puis se détournent de ces perspectives.

Parallèlement, ce chapitre interroge, en creux, la recomposition de la société rurale durant l’entre-deux-guerres. En effet, un renouvellement de l’ordre social, empreint du libéralisme anglais, est à l’œuvre depuis le XIXe siècle et l’industrialisation engendre des flux migratoires des campagnes vers les villes. Depuis lors, certains notables, argentés et grands propriétaires, voient leurs positions et la société holiste[7] qu’ils défendent, et dont ils tirent profits, remises en question. Le second XIXe siècle, en France, voit d’ailleurs émerger des acteurs ruraux qui s’émancipent de la tutelle de ces grands propriétaires terriens pour mener leur propre entreprise.

L’agrarisme, concept politique et axiologique théorisé par Pierre Baral, se construit en réaction à cette modernisation de la société, sur fond d’industrialisme et d’urbanisation[8]. Ce faisant, à la fin du XIXe, en mobilisant leurs réseaux politiques et intellectuels, ces grands propriétaires dirigent et représentent l’ensemble des acteurs ruraux qui participent de la dynamique des campagnes afin d’en contrôler et limiter les conséquences. À ce levier politique s’ajoute celui de la défense de valeurs et temporalités terriennes, dissonantes de celles des villes et de la modernité industrielle. L’enjeu pour ces acteurs est d’accepter honorablement les transformations en cours, de respecter une République qui n’est plus contestée, tout en protégeant leurs acquis. Il en va de leur survie et de la préservation du modèle traditionnel rural. Selon Pierre Cornu et Jean-Luc Mayaud, l’agrarisme est « un objet idéologique temporalisé, fondé sur une représentation duale du monde et de la société, dans laquelle l’espace rural, sous le terme de ‘campagnes’, se trouve mis en marge du temps historique, c’est-à-dire de l’ère industrielle, dans une aliénation-protection imposée d’en haut par des élites sociales en quête de leur propre maintien »[9]. Les employeurs du biographé, parfois titrés, qui pratiquent souvent la bi-résidentialité, sont de ces agrariens que le contexte des années trente[10] déstabilisent plus encore. Ils tentent de prolonger un monde rural ancien qui, de longue date, favorise leurs familles et une vision des campagnes, respectueuse de la tradition et des hiérarchies sociales qui reviendra en écho dans le discours de la Révolution nationale). Les rapports avec les domestiques sont liés à ce contexte de mutation et à la façon dont les employés réagissent à ce processus de déclin des campagnes au profit des villes. Parmi les quatre employeurs repérés, la diversité est présente. D’aucuns abusent de leur pouvoir de façon récurrente ; accentuant souvent la précarité de leur personnel. D’autres engagent des rapports plus équilibrés, respectueux des évolutions de la société, sans rogner pour autant sur certains de leurs avantages.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Ce chapitre, relativement court, met en perspective l’itinérance de la famille du biographé, durant cinq années, consécutive à une succession d’embauches-désillusions auprès de quatre employeurs disposant de familles et invités à nourrir, de parcs et jardins à entretenir, de fermes attenantes à exploiter et de domaines forestiers à gérer. Le carnet documente assez précisément ces lieux et relations avec les employeurs du couple ; parfois à renfort de détails. Au fil du texte, on perçoit que ces changements fréquents sapent lentement le moral du couple, participent de la mauvaise santé de Marie-Anne et amènent Roger à questionner sa condition de domestique.

Afin de ressentir cette course en avant vers « le maitre idéal », il faut que le récit passe d’un château à l’autre assez rapidement, sans tomber dans l’anecdotique dont est empreint le carnet de captivité. Le biographe, s’étant rendu sur trois des quatre lieux concernés, doit convoquer ses émotions aux côtés du récit du biographé ; à l’instar d’une mise en abime temporelle dans des espaces communs. Le biographe doit, par exemple, voir le biographé et sa famille en action sous ses yeux. Selon l’intention mise en avant précédemment, le récit se centre sur les relations avec les employeurs et les conséquences pour la famille du biographé plus que sur les détails de la vie quotidienne. A chaque étape, une strate supplémentaire de désillusion s’ajoute aux précédentes, menant à l’engagement définitif dans l’armée, assurant à Bourges une stabilité des conditions de vie pour la famille.

Le style oral, mobilisé largement dans les chapitres précédents, reste d’actualité car il sied bien à cette biographie prenant appui sur un carnet où le captif jette ses mots au fil de ses idées en un long monologue aux siens.

Les notes de bas de page sont utilisées pour illustrer le propos ou apporter des informations supplémentaires au récit. Les notes de fin sont réservées aux références académiques contextualisant et accréditant le récit.

Sources valorisées

* Le carnet de captivité du biographé et le film documentaire qui lui est consacré

* Les sources iconographiques anciennes ou relatives aux repérages du biographe

* Entretien d’un descendant de la famille Le Jeune : Didier Le Jeune

Le titre Sous surveillance semble le plus adapté à l’intention retenue. Si D’un château l’autre laisse entrevoir l’itinérance du couple, il renvoie trop au premier ouvrage de la triologie du Nord de LF Céline, brouillant ainsi les connotations. D’autant que certains chapitres ont déjà laissé entrevoir le maréchalisme du biographé et de son épouse. En quête évoque assez bien la collecte d’informations et sources du biographe, qui se déplace sur les lieux mis en scène ; toutefois il ne suggère pas la quête de stabilité du biographé. Peut-être faut-il garder ce titre pour un ou deux inserts sur le travail de collecte d’archives ?

Suite à cette dernière remarque, ne faut-il pas étoffer les chapitres de quelques déambulations de l’historien lors de la collecte de sources complémentaires au carnet ? Par exemple, dans les lieux d’archives, se font jour des ressentis, des attentes, des représentations, etc. qui participent, par couches successives, de la vision du biographé par le biographe. Sans que cela soit trop long, cela peut être utile pour le lecteur non initié à l’enquête historique. [à suivre]

_________________________________________

[1] O. Marchand & C. Thélot, Le travail en France (1800-2000), Paris, Nathan, 1997.

[2] J-Y. Tadié (dir), « Domestiques », Proust et la société, Paris, Gallimard, 2021.

[3] M. Beal, Des champs aux cuisines. Histoires de la domesticité en Rhône et Loire (1848-1940), Paris, ENS Éd., 2019.

[4] M. Beal, « Domestiques (XIXe-XXe siècle) », in I. Poutrin (dir), Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, Paris, PUF, 2022, 226-228.

[5] I. Puech, « Genèse de la convention collective des employés de maison (1930-1951). La mobilisation des employeuses pour la reconnaissance du travail domestique en France », L’Homme & la Société, 2021, n° 214-215, 31-50.

[6] R. Alsheltawy & A. Delpierre, « Petites et grandes résistances dans les domesticités », L’Homme & la Société, 2021, n° 214-215, 13-29.

[7] L. Dumont, Essais sur l’individualisme, Paris, Seuil, 1983.

[8] P. Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Presses de la FNSP, 1968.

[9] P. Cornu & J-L. Mayaud, « L’agrarisme, question d’histoire urbaine ? », in J-C. Carin & F. Chauvaud (dir), Les campagnes dans les sociétés européennes, Rennes, PUR, 2005, 33-53. https://books.openedition.org/pur/20250?lang=fr, 24/32.

[10] Selon L. Bantigny, « Entre 1929 et 1935, les revenus agricoles connaissent une forte chute, la plus importante de la population », Les XXe siècles français. La France et les Français de 1914 à nos jours, Paris, Ellipses, 2006, 46.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 15 décembre). Sous surveillance. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirb

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search