Quel récit biographique ?

Le retour du biographique, dans les années 1980, est concomitante à la promotion des recherches sur l’individu. En rupture épistémologique avec l’histoire exclusivement quantitative, l’alternance des dimensions collective et singulière, à l’échelle d’un individu, inverse la focale d’analyse qui prévaut. « C’est d’ailleurs autour du va-et-vient de l’individuel et du collectif que tournent en effet les principaux problèmes de méthodes propres au genre biographique »[1].

François Dosse, dans son ouvrage Le pari biographique, ordonnance trois types de récits qui jalonnent l’historiographie. Si la classification est heuristique, il n’en demeure pas moins délicat de repérer la catégorie dans laquelle s’insère la biographie d’un proche. D’ailleurs est-il judicieux d’en retenir une lorsque ce récit flirte avec toutes ? F. Dosse, dans le cadre d’un entretien mené le 6 mai 2020, prête son concours pour lever cet obstacle et éclairer ma lanterne en ce début de recherche.

Le récit héroïque est largement valorisé par le genre biographique. Il met en avant des personnages illustres aux vertus identificatoires. Le biographé devient le référent à imiter. « Les tonalités héroïques, voire titanesques, se firent particulièrement éclatantes à la moitié du XIXe siècle »[2]. Cette histoire élogieuse ne donne pas de place aux anonymes qui sont alors associés à une masse singulière mais non différenciée. L’exemplarité est consubstantielle à cet âge héroïque, gommant parfois certaines imperfections, pour garantir la vertu du géant. Ne faut-il pas se méfier de ce procédé qui consisterait à placer à jamais un proche sur un piédestal ? En effet, Roger peut-il être autre chose qu’un héros pour son petit-fils, plaçant de facto l’histoire de sa vie dans la typologie du récit héroïque ? Il le fut d’autant plus qu’à l’adolescence je découvrais sa captivité et les drames qui l’ont accompagnée. Si nos bords politiques divergeaient, jamais ils ne furent cause de distension. L’acmé de  nos différences fut, au début de l’année 1986, l’annonce de mon objection de conscience. Tout en contestant ma posture, ce militaire de carrière n’en lut pas moins avec attention ma lettre de demande de statut. Comment alors se départir de mes affects pour cet homme qui fut, finalement, plus acerbe envers mes cheveux longs que mes idées qu’il pouvait juger courtes ? Il ne faudrait pas que cette biographie devienne une hagiographie familiale. Selon F. Dosse, « il n’y a pas vraiment de solution satisfaisante. Chacun a son équation personnelle, mais effectivement vous êtes dans un entre-deux, entre le trop proche et le trop lointain, l’intériorité et l’extériorité. J’aime bien le concept que je reprends à Ricoeur, il n’est pas facile à pratiquer mais facile à énoncer, qui lui vient de son ami Antoine Garapon dans le domaine de la justice, qui est ‘la juste distance’ […] Ce n’est pas évident car de toutes les façons on est pris par des moments de telle empathie que l’on va être effectivement dans une relation fusionnelle et à d’autres moments on va être dans une distance, une non connaissance, une extériorité sur un certain nombre de choses que l’on est amené à dire. Donc ce n’est pas une position évidente à tenir »[3]. A contrario, en voulant prendre trop de recul, ne vais-je pas abandonner la force que ce lien pourrait apporter au récit ? Une empathie finalement n’est-elle pas nécessaire pour calibrer au mieux les actes du biographé et incarner ses choix ?[4] « C’est forcément une relation d’intersubjectivité, que l’on soit de la famille ou pas… C’est ce que dit aussi Georges Arnaud qui emploie presque la métaphore de l’anthropophagie, c’est-à-dire que le biographe mange la chair du biographé pour avoir la force nécessaire… il s’en nourrit et après il faut retrouver son identité, il faut le vomir d’une certaine manière, c’est-à-dire s’en débarrasser. Donc il y a ce double lien absolument indispensable »[5]. Cette juste distance ne doit faire de Roger ni un manant ni un roi.

La biographie modale « consiste à décentrer l’intérêt porté sur la singularité du parcours retracé pour l’envisager comme représentatif d’une perspective plus large. La biographie modale vise […] l’idéal type qu’elle incarne »[6].  Le parcours de vie de mon aïeul, captif pendant cinq années, recouvre une typicalité évidente avec ceux de ses compagnons de réclusion[7]. Sur le plan historiographique, le récit modal prend place dans un contexte où les modèles anciens ne servent plus une société en recomposition et où les champs historique et sociologique donnent place au grand nombre. L’approche tend à insérer le biographé dans des contextes structurants mais en éclairant l’individualisation de son parcours de vie, entre holisme et individualisme. L’individu illustre le collectif mais ne s’y dissout pas et n’est pas seulement une figure archétypale de sa catégorie sociale[8]. Ce récit inscrit ainsi l’histoire de mon aïeul dans celle(s) plus large(s) des prisonniers de guerre. Néanmoins, suffit-il de relater le contenu de son carnet de captivité ou faut-il l’insérer dans un plus large panel de sources ? Ce choix est d’autant plus délicat que ce cahier raconte rarement le vécu en Allemagne et donne peu de détails sur les tâches aux kommandos, les voisins de chambrée ou les fermiers qui l’accueillent. Suffit-il alors de rapporter d’autres récits pour témoigner de ce qu’il ne dit pas ? N’y-a-t-il pas un biais consistant à relater la captivité de quelqu’un en utilisant des sources qui lui sont extérieures ?[9] « C’est une vraie question que vous posez mais n’hésitez pas à aller chercher des sources ailleurs pour expliquer les non-dits, combler les lacunes et d’aller chercher […] quand il y a des trous archivistiques, il y en a toujours, d’autres sources pour éclairer, pour faire vivre, pour essayer d’incarner l’histoire dans une biographie »[10]. Cela oblige au respect d’une éthique en rapportant d’autres témoignages en rupture ou complément du peu de lignes laissées par Roger. Finalement, ce récit modal n’est-il pas plus adapté, pour le cas présent, aux décennies antérieures à la captivité ? La Normandie, l’enfance, les premières embauches ou les espérances politiques sont plus largement exposées dans le carnet de captivité que le quotidien du stalag. L’essentiel concerne la vie d’avant cette incarcération, comme s’il s’agissait de mieux la conjurer en se projetant dans le temps révolu de la Liberté et de la proximité avec ses proches. Dans la logique de l’histoire des mentalités, il s’agirait alors de donner vie aux petites gens des années 1920 ou 1930 au cœur du bocage manchois, d’émettre des hypothèses sur le pensable d’une époque, d’un lieu, ce que Lucien Febvre nommerait l’outillage mental de Roger. Ce fond contextuel et les tenants d’une époque imprègnent mon aïeul tout autant qu’ils lui permettent de se situer et suivre son chemin.

            Toutefois, la vie de mon grand-père ne se résume pas à ce temps d’enfermement. Il ne l’était pas dans l’Entre-deux-Guerres et ne le fut plus ensuite. Il faut alors se méfier d’un récit métonymique qui, quel que soit le contexte, ne verrait en ce biographié qu’un prisonnier permanent. Son parcours de vie est plus complexe et révèle un être singulièrement pluriel : jardinier dans l’Entre-deux-guerres, soumis dans un premier temps à l’autorité de ses maîtres, il s’en émancipe à renfort de procès ; Croix de feu un moment et pétainiste durablement, il peine à trouver ses marques après 1945. Le récit herméneutique, si l’on poursuit avec la typologie de F. Dosse, permet de préserver cette singularité. Ce mode apparait lorsque la déconstruction des personnages historiques et des leviers identificatoires qui s’y rapportent poussent les biographes vers d’autres acteurs[11]. Dans cette logique, le biographé, connecté aux mondes qui l’entoure, devient un être singulier, complexe et pluriel[12]. En cela, mon grand-père est à la fois un fervent catholique, un pétainiste convaincu, un prisonnier de guerre et un jardinier sous le joug de ses maîtres. « Une histoire concrète, enracinée dans l’existence, lourde de contradictions, d’apories et de paradoxes […] l’homme mortel, normalement souffrant […] Non pas l’homme de la providence des philosophes et ni même cette imposture romantique qu’est le héros, mais plutôt l’individu indépendant, libre dans son être limité, qui connait et admet sa dépendance par rapport aux évènements généraux du monde »[13]. On tutoie l’homme agissant avec ses forces, ses habitudes, ses croyances et le cortège de faiblesses et d’émotions qui l’accompagne. Sabina Loriga évoque ainsi les limites d’une approche qui tendrait à expliquer les choix individuels autour des seuls effets de structure aux dépens d’une complexité plus large de l’individu. Selon cette auteure, « […] les historiens ont du mal à élaborer la multiplicité individuelle [car] l’histoire doit reconstituer un tissu social et culturel plus vaste »[14]. Pour dépasser l’obstacle, il faut alors chercher dans les aléas de la vie de Roger ce qui le pousse à agir mais reconnaître aussi que le hasard des rencontres ou des faits puisse être un levier de changement[15]. C’est alors une double tâche qui se profile, dire l’individu pour dire la diversité du social mais aussi dire la pluralité de l’individu. L’auteure adopte le terme de biographie chorale pour donner sens à cette quête de l’homme pathologique. « La biographie chorale conçoit le singulier comme un élément de tension : l’individu n’a pas pour mission de révéler l’essence de l’humanité ; au contraire, il doit rester particulier et morcelé »[16]. Paul Ricoeur, dans le chapitre « Mémoire personnelle, mémoire collective », interroge également la place de l’individu dans une mémoire collective en invitant l’historien à « […] savoir quel est son vis-à-vis, la mémoire des protagonistes de l’action pris un à un, ou celles des collectivités prises en corps ? »[17]. La singularité de Roger résulte autant des guerres traversées, de sa classe sociale d’appartenance, des lieux de formation fréquentés, des chemins bas-normands arpentés, des personnages charismatiques rencontrés, des proches côtoyés, des patrons qu’il a servis, des compagnes qu’il a chéries, etc. que d’un positionnement particulier vis-à-vis de ces contextes collectifs et personnels. « Il va y avoir des dominantes, des choses plus marginales, plus fondamentales, etc. Il faut se laisser porter par sa singularité justement. Et puis, l’enquête va donner des axes. Il n’y a pas de vérité à trouver que le biographe détiendrait et qu’il arriverait, par son travail, à déceler. Non, il y a des vérités et il y a aussi l’efficace de l’image qu’il donne aux autres, des impulsions, les regards des autres sur lui et qui sont autant de vérités que sa propre vérité. C’est là où l’enquête vous donne des visages, des portraits très différents du même individu »[18]. Une vie sinueuse et unique doit être circonscrite pour mieux en analyser la complexité et produire un récit pleinement herméneutique.

            Entre biographie héroïque (mon grand-père, ce héros), biographie modale (mon grand-père, un prisonnier parmi d’autres) et biographie herméneutique (mon grand-père, cet homme ordinairement pluriel), je sens le doute monter en moi sur la recevabilité d’un tel projet. On comprend que les biais épistémologiques sont nombreux et rendent peut-être impossible l’écriture d’une telle histoire. Le pari biographique semble dès lors difficile à tenir. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Quel récit biographique ?," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 10/04/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/309.

__________________________________________________________

[1] Laurent Avezou, « La biographie. Mise au point méthodologique et historiographique », Hypothèses, 2001/1 (4), 13-24, 23.

[2] Sabina Loriga, « La biographie comme problème », in Jacques Revel (dir) Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996, 209-231, 216.

[3] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[4] Martine Boyer-Weinmann, La relation biographique : Enjeux contemporains, Paris, éd. Champ Vallon, 2005.

[5] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[6] François Dosse, op. cit., 213.

[7] André Chastagnol, « La prosopographie, méthode de recherche sur l’histoire du bas Empire », Annales. Economies, sociétés, civilisations. 25ᵉ année, n° 5, 1970. 1229-1235.

[8] Luc Boltanski et Laurent Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

[9] Marc-Antoine Kaeser, « La science vécue. Les potentialités de la biographie en histoire des sciences », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2003/1, n° 8, 139-160.

[10] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[11] François Dosse, « La singularité du « cas » dans l’opération historiographique », Psychologie Clinique, 44, no. 2, 2017, 57-70.

[12] Sophie Chaxel, Cécile Fiorelli et Pascale Moity-Maïzi, « Les récits de vie : outils pour la compréhension et catalyseurs pour l’action », ¿ Interrogations ?, n°17. L’approche biographique, Janvier 2014 [en ligne], http://www.revue-interrogations.org/Les-recits-de-vie-outils-pour-la.

[13] Sabina Loriga, art. cit., 221.

[14] Ibid., 229.

[15] Jean-François Guillaume, « Les parcours de vie, entre aspirations individuelles et contraintes structurelles », Informations sociales, 2009/6, n° 156, 22-30.

[16] Ibid., 230.

[17] Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 112.

[18] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search