Salle d’attente 2 (1940-1942)

« […] faire vivre le foyer en l’absence du chef de famille […] être gardienne de la maison […] se sacrifiant pour envoyer à son mari un colis de nourriture et de vêtements [..] une responsabilité morale qui tournait autour de l’idée d’attente », Sarah Fishman, Femmes de prisonniers de guerre 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996, 168-169.

Intégrées au quartier des Fonds Gaidons, dédiées aux militaires et ouvriers de l’armement depuis la Belle époque, les maisons de la rue Jean Mercier se ressemblent toutes. Mitoyennes, elles sont entourées d’un petit terrain conformément au concept architectural et social de la cité-jardin de Georges Benoit-Lévy[1], réorganisant l’espace urbain d’une société industrielle en développement au début du XXe siècle. Solange, deuxième enfant du couple, se souvient qu’elle « entrait par un petit portillon, il y avait un petit jardin en fleurs, on montait quelques marches pour entrer dans la maison ; il y avait un petit corridor et une chambre en entrant ; devant il y avait la salle de séjour et une petite cuisine ; une chambre de l’autre côté. Il y avait une cave et un grand jardin potager derrière. Tout était de plain-pied. Je dormais dans un ‘canapé’ dans le séjour. Je ne dormais pas avec Maman. Elle gardait le petit frère dans sa chambre ». La famille logeait dans cette maison depuis 1938, chacun y avait ses repères, ses lieux préférés, ses habitudes. Les voisins, militaires comme Roger, faisaient partie du décor tant l’esprit de corps, qui les anime, avait développé une convivialité de tous les instants.

Pour autant, depuis septembre 1939 et plus encore depuis le retour de Bretagne à l’automne 1940, la maison et le quartier semblent différents. Peut-être est-ce la nouvelle luminosité créée par les fenêtres calfeutrées, l’horloge mise à l’heure allemande, le portrait du Maréchal au mur du séjour, la file d’attente sur le trottoir de l’épicerie d’en face, les interdits radiophoniques ou le couvre-feu qui plonge dans le silence et l’obscurité la rue Jean Mercier dès 22h ? Certes, ces transformations matérielles liées à l’occupation participent du changement mais la mutation profonde est ailleurs. L’absence de Roger, reclu dans le Nord de la France depuis le 24 mai 1940 et en Allemagne depuis le mois de novembre, en est le rouage majeur. Manque accentué par le fait que sa parole et ses gestes occupent encore l’espace familial ; les souvenirs des aînés en sont encore empreints ; pour combien de temps ? Ces souvenirs vacilleront-ils un jour si la captivité s’éternise ? Pour Bertrand, la donne est différente. À peine était-il né en 1938 que son père était déjà en partance pour le front ; pour ainsi dire, ils ne se connaissaient pas. Quant à Marie-Anne, malgré la présence de ses trois enfants, elle ressent cette absence comme une amputation ; la vie commune avec Roger, son Loulou comme elle l’appelle, s’évapore en solitude au fil des jours. C’est le lot des femmes de prisonnier, « toute une réalité intérieure et un paysage sentimental qui en a fait un groupe à part dans la société française, personne ne pouvant remplacer la compagnie de leurs maris »[i]. La venue de Bertrand dans la chambre parentale est autant faite pour le rassurer que pour éviter à sa mère le ressenti d’un lit trop grand et froid depuis la fin 1939. Le corps de Roger, contre lequel elle s’est lovée pour la dernière fois en mars 40 lors d’une éphémère permission, sa voix, sa présence, ses conseils et leurs disputes lui manquent et elle ne s’y résout pas. Bien entendu, elle fait face pour les enfants, la famille, les amis et les convenances, mais dans le ventre de la maison, lorsque les enfants dorment, la solitude pèse des tonnes ; dans ce lieu de vie, dont elle connaît chaque recoin, un fantôme s’est installé. Cette séparation est la première de ses misères « et la source des autres. Une séparation d’autant plus dure à supporter que le terme en est inconnu ; elle paraissait devoir être sans fin »[ii]. Deux ans déjà qu’elle attendait.

En 1939, il y avait de l’espérance dans les paroles des édiles, des responsables politiques et des militaires. Le sénateur-maire de Bourges, Henri Laudier, se voulait rassurant face à son conseil municipal le 21 octobre en accordant sa « sympathique confiance au Gouvernement de la République, en formulant le vœu que, en plein accord avec le Parlement, expression de la volonté Nationale, il sache conduire nos armées à la Victoire et à la Paix définitive »[2]. Il en allait de nos valeurs face à un pacte germano-soviétique de non-agression mortifère[iii]. « Cette abominable collusion des deux régimes si profondément opposés, quoiqu’également autoritaires et despotiques, a soulevé le monde civilisé d’un profond dégoût. Voix d’alliés, pour une œuvre de spoliation et de destructions communes […] A l’heure actuelle, il ne doit plus y avoir que des Français intimement soudés pour faire triompher la cause de la Liberté des peuples ». Si le succès des bonnes valeurs n’y suffisait pas, l’excellence de l’armée française et la ligne Maginot, cathédrale imprenable[iv], stopperaient l’infâmie. Marie-Anne croyait alors, comme tant d’autres, à une issue favorable. Mais la drôle de guerre[v], durant laquelle les soldats s’ennuyaient à cent sous de l’heure, la stratégie défensive des Généraux[vi] et la guerre-éclair de Mai-Juin 1940 avaient ruiné les espoirs de tous et chamboulé les repères de chacun. La controverse sur l’incompétence, l’impréparation et le manque de courage de l’armée française s’était faite jour de ci-de là[vii] : « L’Etat-Major français était en retard d’une guerre ; il pensait et agissait au rythme de 1914 »[viii] ; d’aucuns étaient plus mesurés : « Cette guerre accélérée, il lui fallait, naturellement, son matériel. Les Allemands se l’étaient donné. La France non, ou, du moins, pas en suffisance »[ix]. Marie-Anne ne s’y entendait pas en stratégies militaire et politique, elle avait toujours laissé ces discussions aux hommes, mais elle constatait, assise nuitamment dans son séjour, que depuis deux ans tout avait changé ; la France était autrement cartographiée, les pénuries alimentaire et matérielle s’accéléraient, l’occupant était partout triomphant, les murs de la ville se couvraient d’avis et d’injonctions, la circulation sur les trottoirs était codifiée, les réglementations à suivre étaient complexes et… Roger était absent ; elle en revenait toujours à cela, le soutien de ses voisins la soulageait mais il ne levait pas tous les voiles de ses responsabilités. La vie domestique, qui avait toujours été de son ressort depuis 1932, devenait de jour en jour plus lourde ; à l’extérieur, les files d’attente la fatiguaient, les démarches administratives la tracassaient et, au cœur du logis, elle faisait la cuisine, le rangement, les lessives, le ravaudage, le courrier, le suivi des tickets et des distributions via la lecture de la Dépêche du Berry[3] et élevait ses trois enfants.

Depuis octobre 1940, Claude et Solange étaient scolarisés non loin de la rue Jean Mercier. En ce mois d’avril 1942, le trajet vers l’école leur est familier. Ils empruntent la rue Champmartin, Marie-Anne les suit du regard depuis le perron ; rejoints par quelques camarades, les filles Laveau notamment, ils descendent l’étroite rue de Lapparent jusqu’au patronage et l’église de la paroisse Sainte Barbe ; ils traversent le boulevard et parviennent au groupe scolaire Pignoux. Sous l’autorité du directeur M. Imbert, l’école, bâtie entre 1908 et 1911[4], est refermée sur elle-même comme nombre d’écoles de la Troisième République. La cour intérieure accueille récréations et leçons d’éducation physique naturelle[x] ; dans les bâtiments autour, constitués de pierres calcaires et de briques rouges, se répartissent les classes. Les institutrices et instituteurs prennent en main les deux ainés dans une institution scolaire renouvelée dans ses fondements par les acteurs vichystes[xi], un contexte de pénurie, de dénutrition et d’occupation[5]. Dès lors les enfants, chantent « Maréchal nous voilà », sont initiés à l’utilisation du masque à gaz, soumis à des exercices d’alerte, sensibilisés à l’aide aux captifs et le soutien aux démunis, et récoltent les doryphores dans les champs et jardins de pommes de terre[6], etc. Ils s’ébattent physiquement sur les terrains vagues alentour à l’initiative des moniteurs formés à la Méthode naturelle. Érigée en méthode nationale, au grand dam de son concepteur, elle consiste à grimper, courir, sauter, lancer, porter, etc. sur un parcours aménagé selon les proéminences du terrain et le matériel disponible[xii]. Le Secours National organise les arbres de Noël, avec pain d’épices, biscuits secs et mandarines ; les clowns et prestidigitateurs les divertissent du marasme ambiant[7]. Mais concernant l’écriture, la lecture et le calcul, Marie-Anne n’a pas l’impression qu’il y ait beaucoup de changements par rapport à ce qu’elle avait vécu au sortir de la Grande Guerre. Sur ce point, elle a d’ailleurs quelque inquiétude concernant Solange qui ne brille pas autant que son frère et n’est pas toujours assidue à ses leçons et exercices. À la maison, Marie-Anne peine souvent à la raisonner et le lendemain tout est à refaire. Roger saurait expliquer, gourmander sa fille si besoin ; lui qui voulait être instituteur. Elle lui a confié ses tourments dans quelques lettres mais en une vingtaine de lignes comment pouvait-elle être précise, claire, nuancée ? Comment, de son côté, Roger pouvait-il lui répondre pour la réconforter, la soutenir, l’aider dans l’éducation de ses enfants sur ces lettres étriquées ? Il s’en retournait vers son carnet mais ni Marie-Anne ni Solange n’en connaissaient la teneur :

« Ce n’est pas ma petite Solange parce qu’en classe tu ne réussis pas comme ton frère que tu n’es pas présente dans le cœur de ton papa ; non petite fille ; tous les trois vous avez la même place dans mes pensées. Quand je t’ai quitté il y a 2 ans tu savais à peine lire et à présent je suis sur que tu sais aussi bien lire que parler ; seulement tu es un peu étourdie et cela te fait faire des bêtises à l’école ; mais tu es quand même dans la moyenne et je t’en félicite. Je te devine bien sage à l’école mais je connais ton caractère de petite fille et j’ai parfois de la peine de savoir qu’à la maison tu ne saurais rester tranquillement à t’amuser avec ton petit frère que tu aimais à prendre dans tes bras quand il était tout petit ; cela pourtant consolerait un peu ta maman et ferait beaucoup de plaisir à ton papa »[8]

Autour de la table, durant les repas, avant le coucher et dès le lever, Marie-Anne nourrit, éduque voire réprimande. Son rôle de mère s’étoffe de responsabilités nouvelles, l’autorité notamment, mais ce supplément la fatigue insidieusement. Ce n’est pas que ses enfants soient difficiles ; ils sont même aidants ; comme s’ils avaient compris qu’elle avait besoin d’eux et que leur docilité participait de leur bien-être commun[9]. Mais les enfants restent des enfants, même en temps de guerre[xiii]. Claude a neuf ans maintenant et Solange huit ; avec leurs camarades ils échappent souvent à sa surveillance en allant jouer près de l’usine d’armement, le polygone de tir et les terrains vagues autour. Aux soucis du suivi scolaire, s’ajoutent ceux des jeux dangereux, des périmètres interdits et des préjudices qui peuvent s’en suivre. Solange conserve quelques souvenirs de ces champs d’ébats sans surveillance et de ces jeux interdits qui pouvaient tourner au drame : « On allait au polygone qui était à côté de chez nous. C’était l’usine d’armement. Quand on était gamins, mon frère galopait avec ses copains, et ils m’emmenaient toujours avec eux. Un jour, ils m’ont flanquée dans un tank et je suis restée enfermée. Je voyais la sentinelle passer, je n’ai pas bougé et ils sont revenus me chercher. Maman ne l’a jamais su bien sûr… C’était des jeux d’enfants ». Marie-Anne ne savait pas tout à l’évidence mais certaines dérives lui revenaient parfois par le voisinage ; cela nécessitait des remontrances mais elle hésitait toujours entre réprobation et silence. L’autre jour, Claude et ses copains avaient mis du gravier dans les rails de chemin de fer pour faire dérailler les trains ! Côté autorité, elle était consciente qu’il y avait un manque et les ainés en inventaient tous les jours : « On était toujours ensemble tout le temps à Bourges. Il me défendait avec les lance-pierres et je ramassais les cailloux. Je faisais tout avec mon frère. On avait piqué du raisin dans un jardin à côté, j’en avais plein le tablier et la dame nous a vus. Maman a été prévenue mais elle ne nous a jamais rien dit ». Marie-Anne doutait de ses capacités à assumer durablement toutes ces tâches qui s’additionnaient ; elle rêvait souvent du temps plus apaisé d’avant le conflit. Certes, cette émancipation du modèle patriarcal la faisait grandir mais elle s’affaissait par ailleurs sous le poids des charges éducatives et nourricières ; la tutelle maritale de Roger lui faisait défaut. Comme la majorité de ses amies femmes de prisonniers, elle vivait cette responsabilité accrue « comme une charge, non comme une liberté. Les épouses attendaient le retour de leur mari et la fin de la guerre comme un retour aux responsabilités partagées »[xiv]. Bertrand, le benjamin, n’était pas encore scolarisé et était de tous les instants à ses côtés. Elle le contrôlait plus aisément que ses ainés ; mais pour combien temps encore. Bientôt, il irait jouer avec les grands ; fallait-il s’en réjouir ou s’en désespérer ?

Le petit ménage autour d’elle, elle le connaît depuis 1934 ; cela avait été tout une affaire[10] pour ramener ces meubles des Galeries Barbès vers Étang s/Arroux et le château des Vaux par les chemins du Morvan. Pendant plus d’un mois, avec Roger et Claude ils l’avaient attendu cet ameublement. Sans rien pour faire la cuisine, à peine une casserole mise à disposition par la châtelaine, leur lampe à alcool et un réchaud à charbonnette, elle était malheureuse ; elle en rêvait de la petite batterie de cuisine et des meubles qui allaient avec. Cela concrétisait leur vie commune. Ils attendirent plus d’un mois ; à faire du camping avec son jardinier de mari, son enfant d’à peine un an et sa grossesse en cours ; de quoi baisser pavillon. Lorsqu’ils furent installés dans leurs meubles, malgré un logement en mauvais état[xv], et qu’elle disposa des ustensiles culinaires, le moral s’était remis au beau fixe ; vers juin 1934 selon ses souvenirs. Rue Jean Mercier, cette histoire révolue depuis huit ans lui revenait en écho, qu’elle s’installe à la table, fasse la cuisine, tire un tiroir ou prenne les assiettes dans le vaisselier. Elle avait détesté ce moment où l’inconfort rivalisait avec la précarité mais elle se demandait si cela ne valait pas mieux que ce qu’elle vivait maintenant entourée de ces mêmes meubles. Roger était alors présent, il y avait un avenir familial et leurs qualités professionnelles étaient reconnues.

En ce début de printemps 1942, le retour de Roger semble improbable et la santé de Claude et la sienne se dégradent. Pour sa part, sa petite santé la plongeait régulièrement dans le mal, par récurrences depuis 1929 ; le contexte ne permettait pas que cela s’améliore. Concernant l’ainé, il avait subi une opération le laissant alité, sous la surveillance journalière des sœurs infirmières, durant plus d’un mois à la fin de cet hiver 1942. Elle hésite encore à s’en ouvrir à son mari. En effet, elle s’est fixée une ligne de conduite consistant à ne pas l’informer des affres de son quotidien mais, au sujet de la santé, elle doute de son choix. Cela relève presque du mensonge, à tout le moins de la rétention d’informations. Elle pense ainsi préserver Roger mais peut-être fait-t-elle fausse route et s’inquiète-t-il plus encore de l’espacement de ses lettres lorsque la santé chancelle Rue Jean Mercier ? Le 12 avril 1942, alors que Claude va mieux et sort à nouveau de la maison, elle s’installe sur la table de son meublé, prend la plume et espère que son silence momentané sera bien compris du côté de Stendal.

« Grande a été mon émotion quand j’ai appris que notre pauvre chéri avait subi une opération. Bien des fois je me fais des idées sur les maladies qui puissent vous atteindre mais jamais il ne m’était venu à l’idée que vous eussiez à subir les uns ou les autres une opération pendant mon absence. Pauvre petite femme chérie que de jours d’angoisse tu as du vivre pendant que notre ainé était à la clinique. Tu as voulu mon amour souffrir seule ; tu n’as pas voulu faire [part] à ton Roger de ces tristes moments ; tu ne m’annonces cela que lorsque tu es certaine que notre enfant est hors de tout danger ; tu as été plus que courageuse, ma bien chère petite compagne a été sublime tu as supporté seule une bien dure épreuve […] Pourquoi petite M-A ne me parles-tu pas de ces dures [journées] que tu as vécues ; tu ne veux donc pas que ton Roger te console ; il le fera quand même dans sa prochaine lettre il saura te dire combien il a deviné ce qu’a été pour toi ces journées d’attente de meilleure santé. Tu prétends ma Mimi m’avoir abandonné pendant ces jours-là ; non je me refuse à le croire car quand tu pensais à notre petit Claude ou que tu étais près [de lui] tu pensais également à son papa auquel tu ne voulais pas faire naitre dans son [cœur] l’angoisse, en le prévenant avant l’opération. Oui chérie tu m’as réellement évité des mauvais jours car combien l’attente des lettres aurait été longue pour ton Loulou […] Je sais que ton courage et ta tendresse ne faibliront pas une minute pour remettre notre petit dans [la] bonne santé ; mais cela va te fatiguer et je ne suis pas près de toi pour te seconder ; donc c’est [à] Dieu que je dois demander encore une fois de te donner la force pour conduire à bien cette noble et belle tâche ; et surtout pour ma petite femme et mes chers petits restés en bonne santé »[11]

L’écriture fait partie de ses tâches régulières au cœur de la maison. C’est le seul lien concret qui lui reste avec son mari et, malgré les restrictions de la censure et l’étroitesse des supports, elle tient à cet exercice délicat consistant à informer sans alarmer et garder un contact pour ne pas l’oublier. Avec les photographies disposées dans les pièces, le visage de Roger reste ancré dans ses souvenirs, mais son timbre de voix pendant combien de temps l’aura-t-elle encore à l’esprit ? Elle avait besoin de ses mots, par retour du courrier, pour conserver son phrasé à l’oreille. Elle supposait qu’il en était de même pour lui. Les lectures et relectures l’y aidaient. Le courrier n’empêchait pas la lente déliquescence des sensations mais il ralentissait sa venue. Elle sent déjà que pour les enfants, en ce printemps 1942, l’image de leur père s’efface inexorablement. Elle ravive pourtant régulièrement sa mémoire, très rarement par la lecture des lettres et cartes venues d’Allemagne, mais à renfort de photographies et de souvenirs de 1938-1939 ; comme ces trajets dominicaux que Solange faisait, perchée sur le vélo son père, pour aller soigner les chevaux avec lui au 105e RAL. Mais tout cela était-il suffisant ? Bertrand, très jeune encore, pouvait-il appréhender toutes les subtilités de la captivité ? Claude était certainement le plus à même de comprendre, d’autant qu’il recevait parfois des cartes de son père. Mais pour combien de temps encore ce prisonnier de guerre, sur les clichés du séjour et de la chambre, resterait-il pour eux une réalité paternelle ?

Elle avait tenté par deux fois de le faire libérer ; des prisonniers revenaient[12], certains du 105e, alors pourquoi pas lui qui avait trois enfants à charge ! Elle avait peaufiné ces demandes, sur cette table de cuisine, mais cela n’avait pas abouti. Au mois de février 1942[13], les prisonniers avaient été recensés, sous l’autorité de la mairie ; les enquêteurs étaient passés. Cela ne laissait pas augurer un retour rapide. Quant à la journée des prisonniers dans les églises, par ordonnance de l’Archevêque, elle misait sur la prière pour un retour au foyer avant la fin de l’année[14]. Si on doutait du résultat, cela aidait au moins à patienter. Deux années déjà, que le gouvernement disait qu’il s’occupait du retour des captifs, mais les rapatriements étaient proportionnellement limités et les choix opérés laissaient souvent un goût amer. De jeunes prisonniers célibataires étaient revenus alors que d’autres avec charge de famille restaient dans les stalags et kommandos. Elle venait de faire une nouvelle tentative en ce mois d’avril 1942 ; elle attendait des nouvelles depuis lors.

Le portrait de Roger est dans la chambre, celui du Maréchal sur le mur du séjour, non loin du crucifix et de son rameau de buis. Elle les contemple souvent ces trois absents ; d’un regard elle les convoque auprès d’elle pour leur livrer ses espérances. Par exemple, elle avait hésité à faire sa dernière demande de libération auprès du Maréchal lui-même. Elle s’était confiée à son portrait avant de rédiger sa lettre. Elle se reconnaissait dans ses paroles ; sa sollicitude pour les captifs, sa protection des femmes de prisonniers et son aide aux familles la touchaient. La Maison du Prisonnier, avenue Jean Jaurès et le Secours National rue de la Grosse-Armée étaient des structures administratives dont elle pouvait avoir besoin[15]. En ce mois de mai 1942, à l’initiative de son gouvernement, l’opération Main-d’œuvre en Allemagne permettrait peut-être de faire revenir Roger[xvi]. Les affiches signalaient que si trois ouvriers partaient travailler Outre-Rhin, un prisonnier reviendrait. La proportion paraissait faible mais si certains pouvaient en bénéficier… pourquoi pas ? Tout le monde n’était pas de cet avis, elle l’avait bien senti dans les files d’attente. On entendait que c’était encore de la propagande, que les retours seraient peu nombreux et que cette collaboration assécherait la force de production française. La discrimination dont les juifs étaient l’objet depuis leur statut proclamé d’octobre 1940 et de juin 1941[xvii] permettait de douter de l’humanisme de l’État français[xviii]. Ne fallait-il pas résister[16] plutôt que soutenir ?

Marie-Anne sentait qu’il y avait du ressentiment qui montait depuis le début 1942 ; ce n’était plus l’enthousiasme de l’armistice de juin 1940. Pour sa part elle gardait son cap, car dans le projet de la Révolution nationale[xix], elle entendait le retour au temps d’avant les guerres, celui de la tradition, des petites fermes, des petits commerces et des valeurs qui allaient avec. Il y avait un idéal qui lui convenait ; celui d’une famille catholique, guidée par le père et nourrie par la mère ; n’était-ce pas celle qu’ils avaient construite avec Roger depuis le début des années 1930 ? Certains Français s’étaient peut-être trop éloignés de ces valeurs ? Le Maréchal cherchait à y revenir pour effacer ce qui avait mené à la défaite. « La rédemption passait par la contrition et la joie dans l’effort de redressement national »[xx]. Ce n’était pas très éloigné de ce qu’elle entendait à l’Église depuis son enfance. Pupille de la Nation, elle savait être reconnaissante ; empreinte de catéchisme, elle était une femme honnête et une mère vertueuse. Il n’y avait pas trop de dissonances avec le programme de l’État français[17]. Entre le portrait de Roger et celui du Maréchal, elle y voyait des ressemblances :

« Depuis plus de deux mois je ne sais pas du tout ce que la France fait politiquement ; Malgré cette absence de nouvelle je pense beaucoup à vous Maréchal ; je devine que vous faites un lourd travail pour arriver à changer la manière de voir de mes compatriotes. Bien des fois hélas vous auriez pu être dégouté et prêt à abandonner votre tâche ; mais cette foi chrétienne qui brûle en vous vous interdit de vous arrêter. Continuez Maréchal il y a dans les camps de prisonniers des fils fidèles qui croient en votre grandeur ; ils sont prêts à vous suivre dès que nous serons sur le sol de France. Vous nous rappelez souvent d’être courageux pour vous, pour que votre tâche vous paraisse plus légère ; nous saurons conserver notre courage et par nos lettres envoyées en France un peu de nos idées ; car il y a des moments où il vient à la bouche des paroles que nous voudrions crier bien haut pour que toute la France nous attend [entende]. Faites cher Maréchal que cette année soit la dernière année que nous passons loin de vous, loin des nôtres, et tous, femmes, enfants et hommes nous saurons garder à jamais votre noble nom ; et suivre dans la droite ligne, le chemin que vous nous aurez tracé »[18].

[à suivre]

_____________________________________

[1] G. Benoit-Lévy, La Cité-jardin, Paris, H. Jouve, 1904.

[2] Versement 1D75, Ville de Bourges, Conseil municipal. Registre des délibérations, n° 75, Archives municipales de Bourges.

[3] La Dépêche du Berry, 17/1/1942 : « Samedi 17 Janvier 1942 […] Service de rationnement. Distribution des feuilles de tickets de Février 1942. Malgré les indications précises données récemment par la presse, nombre de personnes ne se conforment pas aux instructions données dans l’intérêt du public. Les unes ne se présentent pas aux heures indiquées, les autres profitent de leur venue à l’hôtel de ville pour réclamer la délivrance des feuilles de tickets destinées à des parents n’habitant pas sous leur toit, à des voisins ou à des amis […] Il est absolument indispensable que le public se conforme à une stricte discipline, dans son intérêt, afin de limiter l’attente et éviter des erreurs consécutives au surmenage du personnel, étant donné l’extrême variété des opérations à réaliser […] Distribution de confitures et marmelades […] A dater de la publication du présent arrêté les commerçants sont autorisés à distribuer aux consommateurs […] inscrits chez eux pour les figues et les dattes, une quantité de : 300 gr de confitures, marmelades ou crème de marrons, ou 500 gr de compotes ou de fruits au sirop. Cette ration sera délivrée en échange du ticket DF de la feuille de denrées diverses du mois de décembre 1941 […] »

[4] Après la création du groupe scolaire d’Auron (1883), vient celui du cours Chertier (1887), de la rue Nicolas Leblanc (1888), de celui de Lazenay (1893), de la rue de Beaumont (1896) et de la rue Barbès (1904). La municipalité crée également de nouvelles classes pour les écoles maternelles et primaires berruyères. La réalisation du dernier groupe scolaire, celui de Pignoux n’intervient qu’en 1911 car la population se heurte à l’inertie de la municipalité alors confrontée à des difficultés financières, AD du Cher, https://www.departement18.fr/dossier-pedagogique-bourges/fiches/fiche9.php.

[5] Si l’institution scolaire est renouvelée dans ses textes et sa haute bureaucratie en rupture avec les valeurs républicaines qui auraient mené à la défaite (le régime vichyste empreint d’idées traditionalistes leur préférant celles de l’ordre, de l’autorité et de la hiérarchie), il n’est pas certain que Claude et Solange aient eu en face d’eux des instituteurs dociles qui adhérent avec enthousiasme aux nouvelles directives pétainistes.

[6] « Les petites mains sont donc employées pour remplacer les produits chimiques », selon É. Alery et al., op. cit., 259.

[7] La Dépêche du Berry, 12-13/1/1942, « L’arbre de Noël du Secours National a fait hier 5200 heureux ! Nos petits compatriotes ont eu, hier dimanche, leur arbre de Noël ; ils ont, grâce à la générosité de tous et à l’initiative du Secours National, reçu leur cadeau de Noël. Répartis dans dix-sept salles, ils assistèrent à des programmes récréatifs de choix, que de nombreuses bonnes volontés s’étaient ingéniées à mettre sur pied […] l’ensemble des programmes durait deux heures et demie environ […] Le goûter remis aux heureux du jour comprenait un morceau de pain d’épices de 212 grammes, douze petits biscuits secs, l’un et l’autre bien proprement enveloppés dans un papier de cellophane et une mandarine. […] Place Malus : Dans la vaste salle des Syndicats sont réunis, sous l’autorité de M. Imbert, directeur de l’École Pignoux, les élèves des écoles Saint-Nicolas-Leblanc, du Bouillet et de Pignoux. À notre entrée, ce sont les trois clowns berruyers Jimmy, Palmer et Alfredo et le prestidigitateur Max Nirgel qui tiennent la scène, soulevant l’enthousiasme des grands et petits dans toute la salle. Ils laisseront dans l’esprit de leurs auditeurs un souvenir des plus frappants »

[8] Carnet de captivité, 21 Avril 1942.

[9] Selon S. Fishman, « les femmes de prisonniers, souvent mères de famille tissèrent d’une part des liens plus étroits avec les adultes de leurs familles mais aussi des liens nouveaux et plus complexes avec leurs enfants qui devinrent à la fois une compagnie et un soutien », op. cit., 109.

[10] Ceci est un résumé de plusieurs passages du Carnet de captivité, [s/d entre le 5 et le 21 avril 1942].

[11] Carnet de captivité, 26 mai 1942.

[12] Versement 1W/536 : Circulaire, demandes de mise en congé de captivité, Coupures de presse, etc., AD du Cher.

[13] La Dépêche du Berry, le 2/3 février 1942.

[14] La Dépêche du Berry, le 15 février 1942.

[15] Versement BR/FO/1914 : La maison du prisonnier : Son but, son rôle, ce que vous pouvez en attendre [s/d], AD du Cher.

[16] Versement 53J5 : Chronologie, relevé des faits : fiches [avec mention de la source] 1940-juin 1943, AD du Cher.

[17] La Dépêche du Berry, le 31 Mai 1942 « La fête des mères. Le mois de mai, c’est le mois du printemps français. Il s’ouvre par la Fête du Travail, qui est aussi celle du Chef de l’Etat. C’est le mois de notre grande héroïne : celui de Jeanne d’Arc. Dans la France nouvelle, c’est aussi le mois des Mères. […] Sans cesse à la peine, nos mères sont aujourd’hui à l’honneur. […] Entre les quatre murs de nos appartements ou de nos maisons, dans ces foyers citadins ou ruraux, qui sont les plus sûrs refuges de la douceur de vivre, nous apporterons en hommage à tant de peine, de délicatesse, de vigilance, d’amour maternel, le meilleur de notre cœur d’enfant […] Par leurs travaux, par leur présence, elles tissent patiemment cette trame familiale qui donne à la nation sa raison d’être et sa valeur. […] ».

[18] Carnet de captivité, 31 mai 1942.

____________________________

[i] S. Fishman Femmes de prisonniers de guerre 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996, 101.

[ii] Préface de Y. Durand, « Préface », Idid., 8.

[iii] Y. Santamaria, 1939, le Pacte germano-soviétique, Bruxelles, Complexe, 1998.

[iv] A. Conte (dir), « L’invincible ligne Maginot », La Drôle de Guerre. Août 1939-10 mai 1940, Paris, Plon, 1999, 129-134.

[v] G. Ragache, 1940, « La guerre détraquée », Paris, Aubier, 1983.

[vi] É. du Réau, « La France et ses décideurs face à l’entrée en guerre contre l’Allemagne à l’automne 1939 », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2018, 269/1, 7-14.

[vii] P. Nord, France 1940. Défendre la République, Paris, Perrin, 2017.

[viii] H. Michel, « Préface », in M. Bloch, L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940, Tournai, Editions André Sauret, [1957] (1973), 7.

[ix] Ibid., 78.

[x] J-L. Gay-Lescot, Sport et éducation sous Vichy, 1940-1944, Lyon, PUL, 1992.

[xi] J. Fontaine, « Réformer l’École sous Vichy. Changements et permanences de l’institution scolaire dans la France occupée (1940-1944) », Éducation et sociétés, 2015, 36/2, 67-81.

[xii] G. Andrieu, « Georges Hébert et l’éducation physique virile et morale par la méthode naturelle », Inflexions, 2012, 19/1, 93-102.

[xiii] O. Moreau, La population normande face aux bombardements alliés durant la Seconde Guerre mondiale, Assises HisTeMé, décembre 2022.

[xiv] S. Fishman, op. cit., 9.

[xv] M. Beal, Des champs aux cuisines. Histoires de la domesticité en Rhône et Loire (1848-1940), Paris, ENS Éd., 2019.

[xvi] E. Gayme, « La politique de la relève et l’image des prisonniers de guerre », Armée de terre, Inflexions, 2012, 21, 201-208.

[xvii] D. Peschanski, « Les statuts des Juifs du 3 octobre 1940 et du 2 juin 1941 », Le Monde Juif, 1991, 141/1, 9-20.

[xviii] B. Vergez-Chaignon (dir), « L’antisémite. 1940-1943 », Pétain, Paris, Perrin, 2018, 545-595.

[xix] D. Rossignol (dir), « Révolution nationale », Histoire de la propagande en France de 1940 à 1944. L’utopie Pétain, Paris, PUF, 1991, 113-174.

[xx] F. Rouquet, « Le sort des femmes sous le gouvernement de Vichy (1940-1944) », Lien social et Politiques, 1996, 36, 61–68.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 6 février). Salle d’attente 2 (1940-1942). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search