Une bretonne en Normandie (1929-1932)

« Dans les milieux populaires, la jeunesse constitue un groupe facile à reconnaître. Il est défini par quatre traits : les jeunes ne vont plus à école, ils travaillent, ils ne sont pas encore mariés, ils vivent chez leurs parents et sous leur contrôle », Antoine Prost, « Jeunesse et société dans la France de l’entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1987, 13, 35-44, 35.

Cela fait déjà quelques pages que, dans ce précieux carnet, je vous raconte mon enfance dans le vieux quartier de la Planche à Gavray auprès de ma chère mère Maria ; mon sombre papa, Jean-Baptiste, mon frère et mes cinq sœurs. J’ai évoqué aussi les leçons de mon instituteur Monsieur Louail que j’ai quitté depuis juin 1923 après le certificat d’études. J’aurais bien aimé poursuivre un peu mon instruction mais cela n’a pas été possible ; j’ai été placé rapidement chez des patrons pas toujours bien intentionnés dès mes 12 ans et demi. Puis, sous la coupe de Charles, mon beau-frère, j’ai appris mon métier de jardinier au milieu de l’année 1925 ; deux ans plus tard je travaillais pour Monsieur Albert Le Jeune au château des Fieffes ; sur la route de Villedieu. Malgré cette bonne place j’eus des envies d’aviation mais les parents, enfin mon père, c’était lui qui décidait, les avaient empêchées au printemps 1929. J’aurais pu faire le fier, partir pour la ville et tenter ma chance mais c’était me fâcher durablement avec mes parents. J’en ai pas eu le courage ; je les respectais trop aussi. On ne s’en va pas si facilement. Et puis je savais que je pouvais devenir un bon jardinier et servir de bons patrons comme les Le Jeune. C’était un rêve pourtant que j’avais de faire le pilote. Je fis cet abandon assez facilement vers le milieu de l’été car ma pensée commença à être sérieusement prise par une petite Marie-Anne venue comme cuisinière à la ferme dans le mois de décembre précédent et c’est pour cette petite étoile que s’envola tous mes espoirs futurs ; ma foi là je crois avoir bien choisi mon chemin car cette petite Marie-Anne est depuis aout 1932 ma petite femme chérie et votre chère et douce maman. Avant de pouvoir nous marier nous avons eu bien des peines d’amoureux mais à présent ces peines sont pour nous de doux et tendres souvenirs qu’à présent loin de vous tous je me plais à revivre seul pendant mon exil. Je vais faire un petit récit de la manière dont une douce amitié est devenue pour nous une chère et tendre affection.

On pouvait dire que j’étais coincé dans ma jeunesse et que je mettais mon mouchoir par-dessus mes rêves. Mais pour mes camarades, mon frère et mes sœurs c’était le même principe ; dès qu’on quittait l’école on était mis au travail dans les jours qui suivaient. Ma sœur aînée Yvonne et mon frère Théodore partirent travailler aussitôt après leur communion. Yvonne a toujours depuis l’âge de 11 ans travaillé dans les fermes où partout elle a eu l’estime de ses patrons. Vers 1925 ou 1926 elle rentra comme servante chez Mr Grandin éleveur à Lengronne où les renseignements fournis pour elle font qu’elle est des mieux payées de la région. Mon frère Théodore a été lui un enfant de la terre ayant été longtemps chez un marchand de chevaux. Pour Albérie, mes parents lui ont fait apprendre les métiers de la couture. Ma sœur Germaine, débuta comme petite bonne à 12 ans chez une épicière en face de chez moi ; puis à Cérences dans un petit restaurant ; à part 2 ou 3 ans qu’elle a été chez Me Glaise à Roncey, elle a toujours travaillé dans les restaurants et ou hôtels. Ma sœur Albérie étant couturière et ayant une bonne clientèle prit ma sœur Simone comme petite ouvrière ; elle ne lui donna aucune satisfaction et ne put la garder avec elle. Mes parents la placèrent comme petite bonne chez l’huissier de Gavray. Je passe donc au numéro sept qui est ma sœur Suzanne de deux ans plus jeune que moi. Pour débuter dans la vie pour le travail, elle fût placée chez Thérèse, un café-épicerie juste en face de la maison des parents. Je n’étais donc pas surpris des décisions de mon père me concernant ; on était tous logés à la même enseigne, comme on dit. Il n’y avait que les jeunes dont les familles avaient de l’argent qui continuaient leurs études. Pour ma part, les choix ont été assez limités ; je fis le petit épicier et l’apprenti cultivateur selon que maman trouvait les places ; puis le jardinier avec Charles. Mais tout cela, je vous l’ai déjà raconté.

L’école terminée, la communion faite et les premiers placements, je pouvais donc faire le jeune homme[1] ; je fis pendant un certain temps bande avec plusieurs camarades d’école. Le dimanche, on se retrouvait dans les foires et les fêtes de Gavray ou des petits bourgs autour. On y allait à pied ou en vélo. Il y avait des concours, des animations ; des cirques passaient aussi. Puis il y a eu les meetings d’aviation où me vint l’idée d’être pilote. On allait soutenir les joueurs de football de l’Union Sportive Gavrayenne[2] qui était nouvellement créée[3]. Durant ces fêtes, la société des bigophones de Gavray[4] animait les rues et il y avait des bals le soir ou en fin de journée à la salle des fêtes et en plein air[5]. Les danses folkloriques mais aussi les valses, polkas et mazurka étaient jouées par les orchestres. Ce n’était pas les dancings des villes où les danses venues des Amériques commençaient à se voir ; mais on s’amusait ainsi et parfois on rencontrait des jeunes filles que les danses de couple favorisaient[6]. Amusez-vous c’est le plaisir de la jeunesse mais sachez trouver le plaisir dans tout ce qui n’a pas besoin d’être caché et croyez que dans le plaisir sain nous y trouvons autant de joie que partout ailleurs. Toutefois, ces amusements me coûtaient cher car mes camarades ne travaillaient presque pas et le dimanche c’était donc moi qui payais pour tout le monde. Leurs parents leur donnaient trop peu d’argent de poche ; alors que les miens me laissaient mes gages depuis que j’étais jardinier d’une famille. Cette équipe m’empêcha d’être économe. J’ai su les quitter à temps car un a été en prison et 2 autres compromis dans de louches affaires. Heureusement que je connus bien vite ma petite Marie-Anne ; tout mon temps fut sacrifié à elle ; car en elle j’avais trouvé un but pour l’avenir et les trois années où nous nous fréquentâmes furent les belles et douces années de notre jeunesse.

Tout commença par une messe à l’église de Gavray et la confidence d’une préceptrice. A Noël 1928 je fus à la messe de minuit avec l’institutrice de la ferme Melle Lelandais, la petite femme de chambre (une anamite Alice) et le valet de chambre (un anamite aussi Louis). J’étais très camarade avec Melle Lelandais et souvent elle me racontait des choses que personne ne savait. C’est au retour de la messe de minuit qu’elle me dit que bientôt arriverait à la ferme une nouvelle cuisinière ; elle ne voulut pas me dire son âge ; elle me dit : « Attendez, vous verrez ». Pour ouvrir l’appétit et nourrir le suspense, Melle Lelandais n’avait pas son pareil. Surtout que j’avais déjà eu des émois pour une jeune fille ; Germaine Lebrun, ma belle-sœur ; et je savais que la pensée faisait beaucoup dans la montée des amitiés. On se connaissait depuis qu’Yvonne, ma sœur ainée, fréquentait René un modeste charpentier de campagne qui gagnait bien sa vie. Lors de leur mariage, en septembre 1928, nous étions cavaliers Germaine et moi. Dans les campagnes, les fêtes de famille et les mariages étaient souvent des occasions pour rencontrer sa future femme[7]. Elle avait un an de plus que moi et nous nous plaisions bien ; on n’échappait donc pas à la règle. Germaine partit toutefois comme couturière dans une riche famille ; nous ne pouvions rien espérer de commun.

Mais cette nouvelle cuisinière qui venait de Bretagne, à la ferme des Grandes Ventes, me donnait quelques rêveries dans mes massifs des Fieffes. Cette ferme était sous la direction de Monsieur Jean-Paul, fils de mon patron Monsieur Albert. Les Fieffes et les Grandes Ventes étaient mitoyennes pour ainsi dire, un kilomètre tout au plus. J’allais tous les matins chercher le lait à la ferme, le 28 décembre au matin le forgeron me dit qu’il devait y avoir une cuisinière d’arrivée. Puis nous discutons pour savoir si elle est jeune ou âgée. La forge faisait partie de l’ensemble du corps de ferme divisé en trois grands bâtiments[8]. Dernière la maison des maîtres se trouvaient l’entrée de la cuisine et en retrait le logis du personnel. C’était par-là que je me dirigeais chaque jour pour collecter le lait et les commissions avant de revenir aux Fieffes. Je discutais donc, comme assez souvent, avec le forgeron mais ce jour-là je m’impatientais. J’inventais une commission pour aller à la cuisine et je vis pour la première fois ma Marie-Anne. Elle était très jeune. Nous échangeâmes juste un bonjour… Heureusement que je fus pas trop dévisagé car en rentrant lorsque j’allais me débarbouiller je m’aperçus que j’étais tout noir. J’avais en effet fait un feu de charbonnette dans ma serre avant de partir au lait. Je gardais de ce fait quelques traces de mon combat contre le gel. Faut dire que je m’appliquais pour conserver mes plantes au chaud et ne pas revivre l’hiver 27-28 ; dans la serre j’y passais mon temps. J’étais d’autant plus attentif que l’hiver était rude.

Donc, après cette première rencontre en cuisine, durant cette froideur, nous ne fîmes pas trop attention l’un à l’autre. Je me renseignais sur les cours par correspondance auprès de l’Aéro-Club de France pour entrer dans une école de pilotage. Marie-Anne s’acclimatait aux rigueurs de notre bocage, loin des influences maritimes de sa Bretagne. Elle tentait aussi de faire bonne figure auprès de ses nouveaux patrons ; surtout que Mme Jean-Paul avait la réputation d’une patronne qui ne s’en laissait pas conter[9].

Toutefois vint le printemps qui éveilla nos cœurs ; j’allais assez souvent à la cuisine faire des commissions nous étions devenus bons amis nous commencions à parler de notre jeunesse l’un à l’autre. Et petit à petit nos cœurs se rapprochèrent plus près chaque jour. Ce n’était pas le coup de foudre que la modernité électrique avait mis au goût du jour ; c’était une amitié qui se transformait lentement[10]. Il manquait l’étincelle pour que l’amour naisse. J’échafaudais un plan lorsqu’un soir un cinéma vint à Gavray tourner un film de guerre. C’était une chance, il fallait en profiter car des cinémas il n’en venait pas souvent. Les premiers qu’on avait vus étaient ceux des forains avant la Grande Guerre[11] ; ensuite il y a eu quelques cinémas ambulants qui passaient dans les campagnes[12], alors qu’en ville les salles existaient déjà[13]. Et puis, Monsieur Louail[14], depuis son retour des tranchées, avait lui aussi permis grâce à des projections[15] de nous faire découvrir des documentaires[16]. Je réussis à y faire venir Mr J-Paul avec tous ses serviteurs. C’était un défi car les grandes familles venaient rarement voir les films avec leur personnel. Ils le faisaient plutôt entre eux. Faut dire que le cinéma n’était pas toujours bien vu ; un instrument de perversion qu’ils disaient à l’Assemblée ; trop populaire certainement. Alors allez au peuple en se mélangeant devant un film, tout le monde n’osait pas[17]. D’autant que parfois, des spectateurs lisaient les sous-titres des films américains à voix hautes ; certains s’en agaçaient. Moi j’y fus à bicyclette et m’arrangeais pour être parmi toute la bande et je fus près de ma petite Marie-Anne. Le film tourné (La Grande épreuve) était triste et émouvant[18]. C’était la vie et les amours de trois jeunes gens durant la Grande guerre ; les frères Max et Paul se disputaient le cœur de la belle Claire, fille d’une riche famille du village. Les conflits, les héros et la mort étaient au cœur du spectacle[19]. Paul gagnait au final la confiance de Claire et j’espérais qu’il en serait de même pour moi avec Marie-Anne. Et c’est dans ma main que votre maman, maintenant, vint chercher un peu de force pour ne pas pleurer. Nous avons passé ce jour-là une soirée qui plus que jamais nous avait rapprochés.

Mais le début de nos difficultés commença presque aussitôt car mes venues à la ferme étaient fréquentes et mon vélo ne passait pas inaperçu surtout quand je l’oubliais. Le lendemain, je ne sais comment, mon vélo se trouvait à la ferme. Le soir, après le travail j’hésitais beaucoup pour savoir si je devais aller le chercher car je me disais que l’on devait bien s’apercevoir que je venais souvent à la ferme sans motif ; cependant le plaisir de revoir la petite cuisinière l’emporta. Je partis donc pour chercher ma bicyclette et m’arrangeais pour arriver quand les patrons seraient à table. Hélas, notre amour naissant était déjà sous surveillance ; les parents s’y mettraient un jour ; tout de suite c’était nos patrons. Ce jour-là j’eus tout contre moi ; les patrons n’étaient pas à table et de plus dans la journée Mme J-Paul avait demandé à son beau-père si c’était bien lui qui m’envoyait faire des commissions tous les soirs à la ferme ; évidemment la réponse fut négative. J’aurais pu prendre mon vélo au garage et partir mais malgré que je n’avais ce jour-là aucune commission j’allais dire bonsoir à celle qui me faisait déjà faire de doux rêves. La patronne était dans la salle et le patron dehors. Marie-Anne vint me parler dans l’arrière cuisine ; c’est là que quelques minutes après le patron nous surprenait.

Nous n’étions pas seulement sous surveillance, on enquêtait dans notre dos sur notre compte et les reproches tombèrent rapidement. Mr Jean-Paul m’appela dehors et me dit que je n’avais pas à venir tous les jours à la cuisine et que les soi-disant commissions que je venais faire n’étaient qu’un motif pour voir Marie-Anne. Surpris, rouge comme un coq, je lui répondis peu : à la fin il me dit tu ne vas pas te marier avec Marie-Anne. Je ne sais pourquoi je lui répondis non et cela fut fini. Je prenais mon vélo et partis comme un fou pleurer sur le banc de la grotte. Elle est au milieu du bois sur le parcours des promenades de mes patrons. Elle existe encore, nous irons la voir dès mon retour de captivité lorsque nous serons à Gavray ; il y a de l’eau qui sourd de dessous la roche. Je tenais le chemin propre durant l’année et je faisais une prière chaque fois que je passais devant. Dans cette désolation amoureuse j’ai foncé sans réfléchir m’y réfugier. J’y ai pleuré et dormi pendant deux heures ; et cela a été pour moi une preuve que la petite M.A n’avait pas seulement pris une petite place dans mon cœur mais bien une toute entière ; seulement nous n’avions plus le droit de nous voir. Beaucoup pourraient dire que si j’avais répondu affirmativement à la réponse de Mr J-Paul je n’aurais pas peut-être été privé de voir celle qui a su prendre mon cœur. Cela certes oui ; mais à ce moment je ne connaissais ni ses intentions ni les miennes et jamais nous aurions connu le bel amour qui a commencé à partir de ce jour-là. Jamais nous n’aurions su combien nous nous aimions si nous n’avions pas franchi tous les obstacles qui ont tenté de nous barrer la route.

 Notre amour à peine debout était déjà empêché ; défunt défait parce que les liens entre le petit personnel n’étaient pas les bienvenus et nuisaient à la qualité du service, comme on disait. Encore dans notre jeunesse, beaucoup de personnes avaient barre sur nous ; les patrons étaient de ceux-là malgré leur gentillesse jusqu’alors.

Il fallait faire des choix pour retisser les liens et empêcher d’être empêchés. Que fit Roger après la saison, il découvrit qu’il aimait pour de bon, comme on dit. Il réfléchit q.q. jours puis il décida d’écrire ; un jeune facteur me donna l’adresse car je n’avais que le prénom et nos vrais amours commencèrent donc par lettres. Nous nous voyions très rarement ; parfois j’allais porter des légumes à la ferme mais jamais je ne pus voir ma petite Mimi seule nous ne pouvions échanger qu’un sourire et je crois que tout le monde pensait que c’était fini entre nous ; seule Melle Lelandais, qui était je crois un peu notre confidente à tous les deux, n’ignorait rien. Lorsque ma petite étoile partit avec ses maîtres à Roscoff dans le Finistère, comme chaque année durant deux mois et demi, nos lettres se faisaient plus nombreuses. Nous avons vécu pendant ces deux mois dans la douce attente des lettres qui arrivaient de plus en plus tendres deux ou trois fois par semaine. Ma petite M-A alla passer quelques jours chez elle où elle parla à sa maman de celui qui lui avait fait paraître la vie dans la campagne plus douce, plus belle. La maman eut confiance en sa fille et ne la déconseilla pas. Puis vint le retour tant attendu par un jour de début d’octobre. Mais j’avoue que je n’ai pas agi comme il se devait après toutes ces tendres lettres. J’aurais dû le lendemain même du retour aller embrasser celle que je pouvais considérer comme ma fiancée ; seulement je ne voulais pas risquer que les maîtres de M-A me retombent sur le dos ; malgré toute la joie et le bonheur que cela m’eut donné je n’y fus pas. Ma petite Mimi crût que mes lettres n’étaient que de la poussière et ne répondit pas à la lettre que je lui écrivis. Comme elle j’eus le cœur meurtri de son silence. Mais je ne désespérais pas de réussir à reconquérir ce cœur blessé avant la foire Saint-Luc 1929. Par une lettre où je mis toute la flamme de mon amour, j’obtins une réponse et un rendez-vous pour le jour de la foire St Luc où là tout malentendu fut dispersé ; nous devenions à partir de ce jour deux cœurs qui ne devaient plus se séparer ; seulement la lutte avec les patrons repris de plus belle surtout qu’après cela nous étions prêts à tout braver pour nous voir. Il fallait maintenant sortir de notre jeunesse et prendre des décisions pour notre avenir commun ; fonder une famille et faire équipe[20] étaient notre intention ; nous étions prêts à franchir des barricades. Je vous conterai cela plus tard car le sommeil me gagne et demain le travail à l’usine de Stendal n’attendra pas.

 

Les seuls moments pour nous voir étaient ceux où nous n’étions plus dans nos services ; car les patrons ne pouvaient nous empêcher de vaquer comme on voulait. Mais ce n’était pas chose facile ; fallait tirer nos plans et façonner des stratagèmes. Jamais plus mon patron ne me donnait de commission pour la ferme. Il fallait nous donner des rendez-vous dans les bois. Il fallait pour ma petite Mimi se dépêcher de faire son travail du dimanche midi pour venir me rejoindre et être de retour pour le thé. La mauvaise saison de l’hiver 29-30 nous aida à nous rencontrer plus souvent et notre amour grandit d’autant. En effet, vint le moment où les vaches furent rentrées à l’étable nous allions l’un et l’autre chercher le lait le soir nous réglâmes l’heure et rares furent les jours où nous ne pûmes pas échanger un doux baiser en attendant les plus longs et tendres du dimanche. Comme Francis Pélissier[21] je devenais adepte du cyclo-cross en allant de plus en plus vite dans le chemin entre les Fieffes et les Grandes Ventes ; j’aurais pu m’engager dans les compétitions du coin puisque je défiais la montre chaque jour. Pour réussir à nous voir tous les jours il fallait faire un tas de ruses. Mon patron avait chronométré combien il me fallait de temps pour aller et revenir du lait ; c’était pour savoir si je m’attardais davantage quand les patrons de la ferme étaient absents ; cela je le sus, pris donc mes dispositions pour ; allant plus vite quand les patrons étaient absents et au besoin j’allais en vélo ; de sorte que je mis toujours à peu près le même temps. Lorsque ce n’était pas Mr Albert qui surveillait c’était Mr Jean-Paul qui prenait la relève comme s’ils avaient peur qu’un vrai amour paraisse entre cuisine et jardin. Mais j’avais mûri et ne voulais pas encore une fois rabattre mon caquet et courir pleurer à la grotte. Ainsi, c’était Mr J.P qui nous épiait le soir ; un soir je lui fis comprendre qu’il n’y avait plus rien à faire contre nous. Nous revenions tous les deux M.A. et moi avec notre lait ; nous étions à q.q. mètres de nous quitter, quand je vis une ombre traverser la cour et se cacher derrière la forge. Mimi ne l’avait pas vu ; donc contrairement à notre habitude où nous nous quittions sur un simple bonsoir ; ce soir-là j’embrassais ma petite Marie-Anne et cela pour bien faire comprendre à celui qui était caché que nous étions les plus forts. Je partis heureux de savoir que bientôt je serais de nouveau attaqué car en passant près de la forge j’eus soin de dire bonsoir Mr J.P. pour qu’il sache que je le savais là. En fait, en lui tenant tête à ma manière, je prenais un risque mais je ne voulais plus être traité comme q.q.’un à qui on dit ce qu’il doit faire. On n’était plus aux arrangements de famille ; du moins je le croyais. Il y avait de plus en plus de jeunes qui se choisissaient par amour plus que par raison et cela nous convenait[22]. Ça pouvait surprendre les plus anciens ou ceux qui ne voyaient pas le monde tourner et j’avais conscience que je risquais gros. C’était quelques jours avant Noël 1929 et peu de jours après le coup de la forge. Mr J.P. était venu rendre les comptes à son père. J’étais moi en train de nettoyer l’avenue près de la sortie du château où je savais que Mr J.P. m’aurait parlé sur l’affaire des jours précédents. Lorsqu’il sortit je lui fis un bonsoir très franc et il me répondit très gentiment et continua son chemin puis fit par deux fois demi-tour ; sans doute il cherchait comment commencer un entretien avec moi et vint me trouver et me dit gentiment que je n’avais plus besoin de me cacher pour voir Marie-Anne si réellement je voulais en faire ma femme. C’était une première victoire dans notre quête de reconnaissance ; on pourrait compter sur nous pour respecter nos engagements de gens de maison pour peu que notre amour puisse être vécu en pleine lumière ; Mr J.P. l’avait bien compris. Il m’ouvrait sa maison pour voir ma fiancée. Ce cher Mr J.P. m’aimait bien et il me quitta heureux presque autant que moi ; et alla porter cette bonne nouvelle à ma petite bien-aimée qui fût elle aussi bien heureuse.

Plusieurs étapes restaient cependant à franchir pour être enfin un couple et non deux jeunes qui se causent. Il fallait tendre des fils entre la Bretagne et la Normandie et faire comprendre et accepter la situation par nos familles ; c’était des tracasseries mais nous avions le cœur à l’ouvrage dans nos services et nos envies. À Bénodet en Bretagne, où vous êtes allés passer les difficiles mois du printemps 1940, au grand jour nous étions fiancés, la maman de ma fiancée m’avait répondu gentiment à ma demande ; seulement je n’en avais pas parlé à mes parents. Je le fis peu de jours après. La réponse de mon père ne fût ni oui ni non. Pour ma maman elle connaissait déjà ma fiancée et n’ignorait pas nos amours. Nous continuâmes à nous aimer dans cette campagne, dans ces grands bois où il est si doux de se promener à deux. Lorsque nous avions plus de temps, nous descendions jusqu’à Gavray ; La Bérence et les méandres de la Sienne accueillaient alors nos mains enlacées en ce printemps 1930. Nous étions dans l’insouciance d’un amour qui grandissait mais soucieux des étapes à venir. Mr et Mme J.P furent très bons pour nous ; car ils avaient confiance en nous. De notre côté par notre travail nous donnions satisfaction à nos maîtres. Car cette année-là fut pour mes fleurs et mon potager un vrai succès. Du matin au soir je me donnais à cœur de joie au travail et presque chaque soir j’allais rejoindre ma petite fiancée. Ce respect de nos patrons nous l’avions gagné par notre force de travail mais aussi parce que Mr et Mme J.P. étaient plus au fait de l’évolution de la société et soutenaient nos choix. Ils avaient toutefois vingt ans de moins que mon père et cela me paraissait un obstacle à venir. Au moins, en pays bigouden le temps était au beau fixe lorsque vinrent les vacances. Je pus passer huit jours chez les parents de Mimi où je fus très bien reçu et là dans ce beau pays de Bénodet j’offrais à ma petite chérie sa bague de fiançailles. La première étape de notre union prenait forme, il restait toutefois à sortir définitivement de nos jeunesses en deux temps, comme une double détente vers l’âge adulte : le service militaire puis le mariage.

Les nuages s’amoncelaient en fin d’été 1930 car le départ pour le régiment fut fixé à 21 ans au lieu de 20 ans. Ce qui retardait notre union d’un an puisqu’il fallait que je sois rentré du service pour pouvoir nous marier. Il y avait un choix à faire pour rester dans les temps que nous nous étions fixés. Je résolus donc de m’engager pour 18 mois et de ce fait d’être de retour au moment où j’aurais dû partir. Comprenant que c’était notre union qui était retardée sans cela ; ma petite chérie consentit non sans peine à me laisser partir au mois de Novembre. Je m’engageais volontaire pour 18 mois le 3 novembre 1930 devant l’intendant militaire de Saint-Lô au titre du 43e Régiment d’Artillerie divisionnaire. J’étais principalement en garnison à Cherbourg au quartier Rochambeau mais je vous raconterai plus tard mes activités durant cette période. Pour le moment, cette séparation me prouva combien je tenais de place dans ce cœur bien-aimé ; car si son amour n’en grandit que davantage ; par contre, ma petite Marie-Anne vivait seule dans sa cuisine n’ayant autour d’elle que des personnes âgées et une petite camarade de 14 ans. Mes lettres venaient bien lui apporter un peu de lumière et d’espérance mais cela ne remplaçait pas le compagnon qui venait chaque jour lui faire oublier qu’elle vivait à 18 ans dans une ferme complètement isolée et toujours elle eut le courage de jamais me faire voir sur ses lettres qu’elle ne pourrait supporter mon absence. Ma permission de Noël ne suffit pas à la consoler ; sa santé en fut durement atteinte au point qu’elle se fâcha avec sa patronne et donna ses huit jours. Avec bien de la peine j’eus une perm de 24 heures qui fit la réconciliation avec la patronne mais une visite du docteur ordonna 2 mois de repos au pays natal. La jeunesse et l’amour de ma petite Mimi eurent le dessus et 2 mois plus tard je retrouvais ma bien-aimé heureuse et plus belle que jamais.

Une année passa ce qui mettait ma libération à 6 mois plus tard. Nous parlâmes donc de nos projets futurs mais les premiers tracas d’adultes commençaient à se faire jour. Il fallait que nous choisissions où fonder notre famille et quels patrons nous allions servir. Ne pouvais-je pas aussi devenir jardinier à mon compte ? Maman me donnait souvent ses avis en aparté de papa. Mon beau-frère Charles voulait que je m’associe avec lui ; mais à ma dernière permission maman me déconseilla cela ; en me disant que jamais nous pourrions nous en tirer si nous avions des enfants. Je suivais donc les conseils de maman et abandonnait ce projet ; si nous restions à Gavray Mr J.P m’avait bien offert de rester chez lui une fois mariés mais Mme J.P et Mimi ayant à plusieurs reprises des disputes elle ne voulait plus y rester et voulait se rapprocher de sa maman. J’aurais pu aussi rester dans l’armée puisque je devais passer sous-officier. Les décisions à prendre s’amoncelaient comme une cassure avec ce que nous avions vécu avant ; lorsque les autres choisissaient pour nous. Le mariage était la fin de notre jeunesse mais cette échappée était bien difficile à gérer. Nous décidâmes ; nous tacherions de trouver une place en Bretagne pays qui nous plaisait à tous les deux. Je quittais Cherbourg et fus renvoyé dans mes foyers le 2 mai 1932 avec mon certificat de bonne conduite accordé. En attendant notre mariage qui fut décidé pour Juillet je travaillais chez Monsieur Jean-Paul.

Je terminerais ce chapitre en vous disant quel a été mon dernier obstacle avant notre union. C’est mon père qui voulut me faire obstacle et je l’ai dit plus loin papa a un caractère renfermé ; donc je lui ai toujours rarement parlé de mes projets d’avenir parce que je savais qu’ils auraient toujours été critiqués. Les choses avançaient du côté des préparatifs de notre mariage mais mon père voyait les choses autrement ; s’il y avait des changements dans les relations amoureuses, nombreux étaient ceux qui, chez les gens d’en-haut ou les gens de peu, privilégiaient encore les alliances de biens ; papa se complaisait dans ces arrangements. Un jour il fût faire un tour à Roncey son pays natal ; où une amie d’enfance qui avait une jeune fille serait heureuse de me la donner et lui a dit. Cette jeune fille était l’héritière unique de sa mère qui possède une coquète petite ferme. Ce projet fit donc plaisir à mon père car de plus il voulait m’apprendre son métier. Rien n’était plus éloigné de notre désir à nous tant sur mon mariage que sur mon métier. Il voulait organiser sa succession, mon avenir et mes amours en même temps. Jamais il ne m’en parla ouvertement ; mais je sais que les trois ou quatre refus qu’il me fit pour me donner son consentement vinrent de là. On pouvait se marier quand même mais les affections s’en trouvaient distendues dans les familles sans le consentement des parents. Les lois évoluaient mais on dissertait encore sur le consentement dans les textes juridiques[23]. On estimait que les parents avaient leur mot à dire dans l’union de leurs enfants.  Mais j’avais 21 ans et moi qui suis assez discipliné je n’ai pas voulu me plier à la volonté de mon père qui a voulu jusqu’à la dernière minute me faire abandonner ce qui m’était et m’est si cher. Un jour de fin Juin, j’eus une grande discussion avec papa parce que celui-ci avait appris que j’avais pris des renseignements pour me marier sans son consentement. Fort de mon amour et de la défense de notre bonheur je sus lui répondre correctement (contrairement à ce qu’a fait mon frère dans ses disputes avec papa) et à la fin je lui demandais si moi son fils lui avait parfois manqué de respect. J’avais beaucoup de peine de cela mais cette souffrance morale m’était douce puisque je combattais un juste droit ; mais pourtant souvent dans cette période j’ai pleuré le soir dans ma chambre ; car je savais que ma chère maman plaidait ma cause et à quel risque ! D’un côté il y avait l’union de l’intérêt qui ne serait plus que des cendres ; de l’autre qu’y a-t-il, un foyer uni et s’aimant plus que jamais ; avec trois beaux enfants ; notre seul but, notre orgueil et notre espérance.

Les yeux me piquent et vais clore cette petite histoire sans trop en dire sur les préparatifs de notre mariage en Bretagne. Un autre jour je complèterai ce récit de plus de détails. Il faut que vous sachiez avant d’aller vous coucher dans le calme auprès de votre maman chérie que notre jeunesse se termina par ce sacrement devant le maire et le curé en 1932. Nous étions assez jeunes pour nous marier si on se comparait aux autres mais la tendance était à la baisse[24].

Nous fixâmes notre mariage au 6 Août. Les jours qui précédèrent ce jour, immémorable pour nous deux ; furent employés aux préparatifs. Ma petite chérie choisit une charmante robe blanche toute simple qui lui alla à ravir. Moi comme tous les mariés je m’habillais en noir. Enfin je m’habillais c’est plutôt votre mère qui le fit car les économies que je fis avant mon régiment furent presque toutes dépensées pendant mon régiment et l’argent qu’elle m’avança pour me vêtir convenablement je ne puis lui rembourser. Vous voyez donc chers petits que c’est uniquement par amour que votre maman si dévouée a uni sa vie à la mienne ; puisqu’elle ne me demandait qu’une chose mon cœur et mon amour fidèle ; et c’est tout ce que je pouvais lui donner en ce jour du 6 Août 1932. Votre maman me connaissait assez pour savoir que j’étais travailleur, courageux, et sobre. Cela lui a suffi ; je peux espérer que jusqu’à lors j’ai su me montrer envers ma femme bien-aimée digne de garder le droit de porter ces trois qualités.

[à suivre]

____________________________________

[1] A. Prost, « Jeunesse et société dans la France de l’entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1987, 13, 35-44.

[2] L’Ouest-Eclair, 02/11/27, 7.

[3] https://www.wikimanche.fr/US_Gavray#Lien_externe

[4] L’Ouest-Eclair, 26/09/26, 8.

[5] P. Gerbod, « Un espace de sociabilité. Le bal en France au XXe siècle (1910-1970) », Ethnologie française, 1989, 4, 362-370.

[6] S. Jacotot, « Genre et danses nouvelles en France dans l’entre-deux-guerres », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 2008, 27, 225-240.

[7] J. Gaudemet, Le mariage en Occident, Paris, Les Editions du Cerf, 1987.

[8] Archives privées de la famille Le Jeune.

[9] Témoignage Didier Le Jeune, Aout 2020.

[10] J-C. Bologne, Histoire du couple, Paris, Perrin, 2016.

[11] A. Le Marchand, « ‪De 1895 à 1912 : Le cinéma forain français entre innovation et répression‪ », 1895, 2015, 75/1, 48-63.

[12] G. Olivo, « Aux origines du spectacle cinématographique en France », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1986, 33/2, 210-228.

[13] J. Thissen, « Multifunctional Halls and the Place of Cinema in the European Countryside, 1920-1970. », Cinémas, 2017, 27/2 et 3, 91–111.

[14] Versement 1 T 1/288, Dossier professionnel Louail Amand, AD de la Manche, Saint-Lô.

[15] J. Ueberschlag, « Cinémas en campagnes. Les instituteurs de l’entre-deux-guerres aux prises à des enjeux politiques, économiques et sociaux », Le Télémaque, 2018, 53/1, 63-80.

[16] N. Sevilla, « ‪La ligue de l’enseignement et le cinéma éducatif dans l’entre-deux-guerres : à la croisée de l’associatif et du politique‪ », 1895, 2015, 75/1, 64-83.

[17] J. Lefcourt, « Allez au cinéma, aller au peuple », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2004, 51/4, 98-114.

[18] Différents articles de L’Ouest-Eclair, durant l’année 1929, valident le titre du film avancé par le biographé.

[19] https://www.unifrance.org/film/42920/la-grande-epreuve.

[20] A-C. Rebreyend, « Couple », in C. Delporte et al., Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010, 197-199, 198.

[21] Célèbre coureur de l’entre-deux-guerres dont les exploits sont largement diffusés dans la presse, notamment ses titres de champion de France sur route et ses victoires en cyclo-cross durant les années 1920. Un jeune de l’âge du biographé ne pouvait pas ne pas connaitre ce héros sportif, ancien combattant.

[22] P. Ariès, « L’amour dans le mariage », Communications, 1982, 35, 116-122.

[23] Cours de droit, Le mariage, le divorce et la séparation de corps, Paris, Carus, 1935, 5-6.

[24] J-C. Chasteland & R. Pressat, « La nuptialité des générations françaises depuis un siècle », Population, 1962, 2, 215-240.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 15 février). Une bretonne en Normandie (1929-1932). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nis4

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search