Une bretonne en Normandie

Projet de titre : Double détente ou Une bretonne en Normandie (1929-1932)

Thème de la note d’intention : Jeunesse et premiers émois du biographé

Roger est coincé dans sa jeunesse populaire[1]. Au sortir de l’école, il plonge dans le monde du travail et va d’une place l’autre au gré des négociations faites par ses parents. S’il a des rêves inassouvis, il accepte cependant la tournure des évènements et ne conteste pas les choix de sa famille. L’époque n’est pas aux conflits de génération ; tout au plus il y a des dissonances sur l’appréciation des évolutions sociétales mais les ainés (famille, patron, instituteur, ancien combattant, etc.) restent des références. Les désillusions scolaire et aéronautique sont de courte durée, car le biographé sait que la jeunesse est une période transitoire dont les règles du jeu sont connues[2]. Il ne quitte d’ailleurs pas Gavray pour une autonomie sous d’autres lieux ; ce qui marquerait une rupture définitive. Non, il assume les tâches qu’on lui impose puis y trouve des satisfactions, voire des perspectives. Bien faire son travail, dans la société d’en bas, et obtenir la reconnaissance des maîtres laissent l’espoir d’une vie, certes à l’identique des anciens, mais paisible et avec peu d’incertitudes. « Faire son travail consciencieusement est pour le bon ouvrier une satisfaction à la fin de sa journée d’avoir accompli son travail comme pour lui »[3].

Ces normes sociales qui encadrent la jeunesse populaire laissent toutefois à Roger, au-delà des parcs et jardins en semaine, la possibilité de faire le « jeune homme » le dimanche. C’est-à-dire prendre du bon temps avec ses camarades du même âge. Il le fait d’autant mieux qu’il dispose de la totalité de son salaire alors que la coutume voudrait qu’il n’ait que de l’argent de poche ; l’essentiel étant habituellement laissé à la famille pour payer sa dette.

Cette liberté reconnue pour la jeunesse s’illustre dans le bal populaire qui est un lieu de sociabilité dont les représentations marquent encore l’imaginaire[4]. Roger ne les évoque pas dans son carnet et rien dans mes souvenirs de petit-fils ne le laisse penser, mais on peut supposer qu’il y alla de temps à autre pour ne pas rompre avec les usages de sa tranche d’âge ; largement plus développés dans le carnet, les meetings aériens, les fêtes et foires des villages relèvent du même registre.

Deux étapes clôturent, pour les garçons, cette période de jeunesse : le service militaire et le mariage. « A son retour, le jeune conscrit prend épouse et achève ainsi sa mue. Pour les jeunes filles, en revanche, il n’est pas d’équivalent. Seul le mariage marque la sortie de la jeunesse, dont le rite de la Sainte-Catherine fixe l’extrême limite à vingt-cinq ans »[5]. On évoquera peu le service militaire qui sera intégré dans un chapitre ultérieur, même s’il constitue une première étape vers l’âge adulte. On focalisera plutôt sur les premières rencontres avec Marie-Anne venue, de sa Bretagne natale, comme cuisinière chez Monsieur et Madame Jean-Paul. L’amour pour cette jeune femme naît dès la fin de ces années 1920.

Cette relation est relatée dans le carnet alors que le biographé est séparé de sa femme ; le romantisme de cette rencontre est exacerbé. Toutefois, ces mots chargés de l’absence de l’être cher n’en restent pas moins cohérents avec les relations amoureuses et maritales de cette période des années 1920-1930. Les historiens, Jean Gaudemet[6] ou Jean-Claude Bologne[7], estiment en effet que le mariage dans l’entre-deux-guerres devient définitivement un mariage d’amour, celui de l’union de deux individus qui se choisissent et s’aiment. Le romantisme stendhalien du XIXe siècle n’est pas sans influence sur cette évolution. L’alliance indissoluble du mariage finalise cette vision idéale où les époux traversent de concert les épreuves et le temps. Au siècle précédent, l’union par le mariage était plutôt celle de deux familles, quelle que soit la classe sociale d’appartenance. « C’est pourquoi il n’y a rien de choquant, même pour les morales les plus exigeantes, si les mariages sont négociés en fonction des alliances et des biens. L’Église aurait seulement préféré en principe que cette négociation fût acceptée par les futurs conjoints, et non pas à eux imposée. Toutefois il était généralement souhaité, et aussi fréquent, que l’amour naisse et se développe après le mariage, au cours de la vie commune […] »[8].

C’est donc cette rencontre qu’il faut relater. Elle se finalise par un mariage en 1932 qui permettra de fonder durablement un foyer. On peut supposer que c’est aussi pour ces raisons que le carnet du captif est exalté lorsqu’il relate la naissance de cet amour. En effet, après sept ans de vie commune, au-delà des trois enfants, il reste encore des projets pour que « l’équipe » dure éternellement. Parallèlement, cette période est celle des premiers choix du biographé qui devance son appel pour ne pas nuire au projet marital. Ces décisions froissent certaines ambitions familiales qui, empreintes d’une autre époque, envisagent une alliance de biens plus profitable.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Sur le plan des sources, seuls les mots du biographé relatent cette période de séduction et de rencontre entre les futurs époux. S’y ajoute un acte de mariage et une photographie qui attestent de leur union le 6 août 1932.

Pour autant, les contenus théoriques évoqués plus avant sont très largement mis en mots par le captif ; comme une incarnation de l’histoire : la jeunesse populaire qui s’écoule entre travail en semaine et divertissement le dimanche ; la première rupture avec le service militaire ; les heurts familiaux liés aux enjeux d’un mariage dans « l’entre-deux-guerres » ; la coupure définitive avec la jeunesse suite au mariage. Tout est dit, en creux ou explicitement, dans les paragraphes que le biographé destine à ses enfants. Dès lors, le témoignage n’est-il pas suffisant puisqu’il porte les enjeux essentiels de la jeunesse populaire des années 1920-1930 ? Les dires de Roger se font l’écho de ceux des historiens ; à moins que cela ne soit l’inverse. Pourquoi alors ne pas retranscrire, in extenso, le carnet de captivité ? Ceci irait dans le sens de la volonté du biographé mais ne siérait pas à l’analyse historique… Un compromis est-il possible entre histoire et témoignage brut ? L’exercice consisterait à intégrer largement le texte original dans le récit pour créer une unité du propos et effacer, formellement, la distance entre illustration et recul historique.

Afin de mêler source primaire, contenus théoriques et données secondaires, on peut imaginer une narration à la manière d’un cadavre exquis dont le biographe connaît les tenants et aboutissants. Dès lors, après captation des lignes du carnet sur ce thème, il s’agira de sérier son contenu par unités de sens (niveau de la phrase ou des phrases). Puis, à l’intérieur de ce découpage thématique, il faudra insérer l’analyse et les arguments.

Dans cette logique, la difficulté réside dans l’adaptation des temps du discours à ceux du carnet de captivité. De même, l’intégration de données factuelles, théoriques et distanciées risque de créer des ruptures avec le style oral du texte du biographé. Enfin, il faut parvenir à montrer que cette tranche de vie permet, en deux temps successifs, de rompre avec la jeunesse pour entrer dans l’âge adulte.

En conséquence, la mise en forme doit limiter les recours aux codes académiques (guillemets, auteurs, alinéas, etc.) pour intégrer l’ensemble de l’analyse dans un récit laissant croire qu’il est issu en totalité du carnet. L’écriture en italique, comme depuis le début de cette biographie, permettra d’identifier immédiatement les mots du captif.

Les notes de bas de page permettront de retrouver les auteurs qui contribuent à l’argumentation.

Sources valorisées

* Le carnet de captivité du biographé

* Acte de mariage avec Marie-Anne (femme du biographé)

* L’iconographie familiale du biographé

* Archives privées de la famille Le Jeune

Actuellement, le titre « Double détente » paraît adapté à la démonstration puisqu’il s’agit de mettre en perspective les deux temps du passage de la jeunesse à l’âge adulte. Il reste un doute car la période de séduction n’est pas mise en valeur par ce choix et le titre reste assez abscon pour le lecteur.

J’opte pour « Une bretonne en Normandie » qui clarifie le thème et embrasse aussi la période de séduction puis d’émancipation. [à suivre]

______________________________

[1] G. Levi & J-C. Schmitt (dir), Histoire des jeunes en Occident, Paris, Seuil, Tome 2, 1996.

[2] A. Prost, « Jeunesse et société dans la France de l’entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1987, n° 13, 35-44.

[3] Carnet de captivité, s/d entre Noël 1941 et février 1942.

[4] P. Gerbod, « Un espace de sociabilité. Le bal en France au XXe siècle (1910-1970) », Ethnologie française, 1989, n° 4, 362-370.

[5] L. Bantigny & A. Baubérot, « Jeunesse », in C. Delporte et al., Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010, 450-454, 453.

[6] J. Gaudemet, Le mariage en Occident, Paris, Les Editions du Cerf, 1987.

[7] J-C. Bologne, Histoire du couple, Paris, Perrin, 2016.

[8] P. Ariès, « L’amour dans le mariage », Communications, 1982, 35, 116-122, 119.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Marc Lemonnier (16 décembre 2022). Une bretonne en Normandie. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirc


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search