Pourquoi écrire cette histoire ?

Selon François Dosse, le biographe doit justifier « son choix en multipliant les raisons qui ont motivé son détour vers l’autre »[1]. Dès lors, pourquoi écrire le récit de vie de Roger ? Plusieurs arguments peuvent justifier ce désir réactivé, en mars 2020, par l’écriture de mon égo-histoire.

Le premier relève d’un non-dit familial, une histoire celée aux oreilles des petits-enfants par leurs aînés qu’ils soient grands-parents ou parents. Un silence posé sur une période, celle de la Seconde guerre mondiale ; un évènement, celui de la captivité de Roger ; une absence spectrale, celle de ma grand-mère de sang Marie-Anne. Ce n’est que tardivement, au milieu de l’adolescence, que j’ai compris que ma grand-mère Germaine, présente aux côtés de Roger, ne contribuait pas à mon patrimoine génétique alors qu’elle me chérissait et représentait pour moi la figure d’une aïeule. Écrire ce récit biographique doit lever en partie le voile de silence sur ce drame familial, tant on ne parlait pas de ces choses-là aux enfants. Les regards, les allusions incomprises poussent tout autant à créer une légende familiale qu’ils alimentent l’ambition de comprendre et saisir le temps historique lorsque les rêves n’y suffisent plus.

Le deuxième argument est en lien avec les deux contributions déjà réalisées pour réveiller cette mémoire endormie. Copiste appliquée, Isabelle, ma cousine provençale, a donné de son temps pour écrire plus lisiblement le carnet de captivité de Roger. Les pages jaunies, les lignes serrées et le crayon à mine bleue n’auraient pas résisté aux outrages du temps. C’était une première mise en lumière d’un récit rangé dans un tiroir de commode. Ces soixante-dix pages, dactylographiées et manuscrites, ont exhumés les mots de notre grand-père, captif au cœur de l’Allemagne entre 1940 et 1945. Je pris connaissance de ce texte ressuscité durant les années 1990. Hervé, mon frère, œuvrait dans le même sens en convoquant l’image. Le film-documentaire de vingt-six minutes, réalisé en 1993 peu de temps avant la disparition de notre aïeul, révèle des faits oubliés ou tus et met en lumière, cinquante années après, les émotions d’un être meurtri à jamais. Ecrire ce récit biographique, c’est poser à mon tour une pierre à cet édifice de mémoire familiale érigé par les petits-enfants.

Enfin, ma posture et mes méthodes d’historien, construites au fil de mon parcours universitaire depuis 2005, doivent lier cette histoire familiale avec les autres, celles des prisonniers de guerre, des petites gens de l’Entre-deux-Guerres et des parcours de vie qui en résultent. Philippe Ariès estime qu’il a des générations qui sont plongées dans l’Histoire malgré eux. Mon grand-père fait partie de celles-ci. « Ces enfants, ces jeunes hommes étaient d’emblée dans l’Histoire et n’eurent pas à la découvrir ; s’ils l’ignoraient, c’est comme on ignore les choses les plus proches de son univers familier »[2]. Ecrire ce récit biographique, c’est faire l’histoire d’un « réel ressenti » participant autant à une mémoire familiale qu’à un procès de vulgarisation de ces histoires gigognes. La vie de Roger a façonné pour partie ma passion pour l’histoire, ce n’est qu’un juste retour d’en faire le récit. Toutefois, la volonté ne peut suffire si elle délaisse l’écriture historique pour un surplus de pathos. Plusieurs axes sont centraux et doivent être préservés ; l’un recouvre une valence épistémologique, l’autre celle de la narration et le dernier, lié à mon parcours d’historien du sport, est celui du corps. Le challenge consiste à les considérer pleinement dans leur spécificité, à les articuler et les mettre en perspective tout au long de l’enquête-récit. C’est-à-dire donner à lire tout autant le récit de vie (résultat de la recherche), la démarche et les contraintes (les cadres scientifiques de la recherche), les doutes (le chercheur en action), la quête des sources (la vérité par la preuve), etc. 

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Pourquoi écrire cette histoire ?," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 10/04/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/296.

____________________________________________________________

[1] François Dosse, Le pari biographique. Ecrire une vie, Paris, La Découverte, 2005, 107.

[2] Philippe Ariès, Le temps de l’Histoire, Paris, Seuil, [1954] 1986, 33.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search