Les charmeurs de nuages (1927-1929)

« Dans un élan purificateur, l’homme qui rêve de vol se libère des chaînes terrestres, des contraintes matérielles et des pesanteurs sociales », D. Jorand & L. Robène, « L’homme et l’air. Inventions et transformations des pratiques aéronautiques et sportives (18e-21e siècle) », STAPS, 2018, 121, 7-16, 11.

 

À chaque fois que les meetings d’aviation reprenaient, il trouvait des papillons-réclames dans ses massifs. Par vent de nord-ouest, il y en avait toujours au moins un qui venait lui rappeler que le ciel était porteur d’espoir tout autant que la terre qu’il apprivoisait depuis deux années. Il gardait dans le fond de sa serre ces promotions lancées depuis les avions. Des papiers de rien du tout mais qui, au-delà des commerçants qu’on y vantait, lui permettaient de s’échapper un instant de ses sillons et de s’imaginer un autrement, un ailleurs ; autre chose quoi. Il n’était pas malheureux chez les Le Jeune ; Monsieur Albert et Monsieur Jean-Paul étaient indulgents face à son inexpérience jardinière ; ce n’était donc pas la géhenne mais ces avions et ces pilotes lui donnaient du plaisir, des héros et des envies. De toutes les façons, si son ambition tournait court, il pourrait toujours utiliser le papier pour démarrer le poêle de la serre en cas de froidure.

Le premier qu’il avait trouvé, depuis qu’il était aux Fieffes, était celui du meeting d’Hambye du 17 juillet 1927 qui promouvait l’Espérance « Energie », Citroën et plusieurs commerçants du bourg. C’était la veille de la rencontre que s’était fait le lancer. Vers 17 heures, le samedi, un avion avait survolé Lengronne, Cérences, Bréhal, Granville, Gavray et Percy pour larguer ses feuillets. Le dimanche, en utilisant le tramway, il avait pu assister aux exploits des pilotes Ernest Vinchon et Adrienne Bolland[1]. Le comité des fêtes, sous les auspices de la municipalité, n’avait pas lésiné sur le spectaculaire, l’ostensible et le sonore. Dès 5 heures du matin, le dimanche commença par une salve d’artillerie qu’on perçut jusqu’à Gavray. Les visiteurs, souvent venus en train spécialement mis à disposition par la société de Tramways Normands, avaient pu visiter les avions arrivés la veille[2]. Le spectacle aérien avait commencé vers 15h par une course aux ballonnets, des loopings, des virages sur l’aile et un simulacre de bombardement[3]. C’était toujours à peu près comme cela que se déroulaient les meetings. Rodés depuis quelques années, il y avait de temps à autre quelques nouveautés mais l’essentiel consistait à s’adjoindre le concours des as de l’aviation pour exécuter leurs acrobaties périlleuses et faire connaître les derniers progrès de l’aviation. On retrouvait souvent les mêmes pilotes qui se partageaient les meetings, épaulés par les institutions idoines telle la Ligue aéronautique de France. Les entrefilets de L’Ouest-Eclair étaient dupliqués d’une commune à l’autre ; tout au plus quelques noms changeaient[4].

Depuis qu’il savait lire, il suivait cela dans la presse. Il y avait toujours un Ouest-Eclair qui trainait de-ci de-là. Tous ces progrès techniques et économiques après la Grande guerre, ça le passionnait et l’imagination faisait le reste ; il avait même osé en faire une rédaction lorsqu’il se préparait au certificat d’études. Le meeting était vu comme un divertissement ; il y discernait une perspective.

« St-Hilaire-du-Harcouët. Grand meeting d’aviation. Demain dimanche 25 septembre, aura lieu à St-Hilaire-du-Harcouët, un grand meeting d’aviation […] avec le concours de M. Delmotte, chef pilote ; M. Pabiou, pilote acrobate ; M. Genet, pilote trapéziste ; et Mlle Mauclert, parachutiste. […] Attraction sensationnelle : Le saut de la mort, descente mouvementée de 1000 mètres de haut, exécuté par M. Genet. Démonstration de vol hélice calée, trapèze aérien en plein vol, à 7 mètres de l’avion, par M. Georges Genet »

Ceux qui percevaient un spectacle n’avaient pas tort, tant les prestations misaient sur le risque ; le défi à la mort comme on titrait dans les journaux. Faut dire que les trapézistes aériens, à l’instar de Georges Genet, se livraient à leurs acrobaties suspendus au-dessous des ailes. Les parachutistes, souvent des femmes comme Henriette Mauclert, s’élançaient de 600 à 800 mètres et se posaient sur la piste au milieu des avions. On comprend que le frisson et l’enthousiasme gagnaient les foules.

Dans la région, la ville de Saint-Sever, en août 1924, avait placé la barre haute en accueillant plus de 20 000 spectateurs[5]. Depuis, le comité des fêtes avait réitéré régulièrement l’expérience ; ce qui avait donné des idées aux autres. Gavray n’avait pas échappé au contexte ; les commerçants et la municipalité, de concert, avaient engagé un bon pécule pour que la fête du 4 septembre 1927 soit belle[6].

Le 4 septembre, les édiles de la Ligue aéronautique de France remerciaient Madame Vaudatin pour le prêt gracieux du champ mis à disposition. Deux Nieuport et un Caudron servaient les acrobaties des pilotes et parachutistes qu’on applaudissait chaleureusement. À la fin du meeting, l’avion de Roland Toutain survolait la ville pour y distribuer des enveloppes-surprises et les trains spéciaux de la ligne Granville-Saint-Lô ramenaient les spectateurs dans les villes et bourgs alentour[7]. Une fête somme toute assez classique en 1927. Pour autant, tout ce festif n’était que la version spectaculaire d’une pratique sportive en transformation. En effet, cette année laissait augurer pour l’aviation des perspectives nouvelles ; elle n’était plus au temps des faucheurs de marguerites et des sauts de puce de Clément Ader de 1890, ni de la traversée de la Manche par Louis Blériot en 1909 ou de l’invention de l’aviation sportive de 1910, « ouvrant la voie à de nouveaux exploits, de nouveaux records »[8] ; elle faisait maintenant dans le transatlantique et le transcontinental. Elle tournait de nouvelles pages technologiques, économiques, touristiques et sociales. Roger les feuilletait depuis lors.

« GAVRAY. LA FÊTE D’AVIATION. Dimanche 4 septembre prochain la ville de Gavray célèbre sa fête annuelle. La municipalité et les commerçants ont voulu donner à cette fête un éclat tout particulier et pour ne pas recommencer les fêtes anciennes repérées un peu partout : cavalcade, noce normande, kermesse, etc. il a été décidé une grande fête d’aviation. […] Du reste Gavray avec sa situation privilégiée la place à merveille pour cette exhibition. Entouré de hauteurs il semble blotti dans son cadre de verdure pour jouir pleinement du spectacle qui lui sera offert : les évolutions des as du volant de l’air. Dans ce but le comité des fêtes s’est adressé à l’un des meilleurs organisateurs de ces fêtes d’aviation, M. Maurice Finat. Chevalier de la Légion d’honneur, administrateur de la Société pour le développement de l’aviation, Commissaire général de la Quatrième Fête aérienne de Vincennes du 6 juin dernier qui a obtenu un grand succès. Nous l’aurons avec ses meilleurs pilotes M. Max Knipping, chevalier de la Légion d’honneur, chef pilote de la Société. Le célèbre Van Laere, recordman du Tour de France, qui, le 27 juillet dernier, en voulant essayer de battre le record de la hauteur est descendu en parachute d’une hauteur de 7000 m, l’aile de son avion s’étant brisée. […] Dans l’acrobatie, le célèbre Roland Toutain, le roi des équilibristes, le grand favori du public parisien. Mlle Freddy Blainville, la grande parachutiste acrobatique. Mlle Arnout. Tous ces noms en disent assez et les amateurs de fortes émotions, ceux qui veulent éprouver le frisson de la peur se trouveront au premier rang des spectateurs. […] Aucun des gestes des pilotes : enlèvements, atterrissages, acrobaties, ne passera inaperçu. […] On parle aussi de grande fête foraine, illuminations, bal de nuit, etc. Un concert donné par la Société « Le Réveil de Granville » aurait lieu en même temps que les exhibitions des as de l’air »

« à ce moment-là l’aviation faisait des progrès formidables ; les journaux ne parlaient que d’exploits magnifiques. Je me mis dans la tête de faire aviateur »[9]

Aviation héroïque et ambition professionnelle

Faut dire que les exploits étaient pléthoriques[10] en cette fin des années 1920. « Depuis dix, quinze ans, la rapidité ne cessait de croître, celle des automobiles, celle des trains, le monde tournait de plus en plus vite, on voyait mal pour quelle raison le ciel serait épargné par cette universelle course aux records »[11]. Tout le monde gardait en tête la traversée de l’Atlantique Nord par Charles Lindbergh sur son « Spirit of Saint-Louis ». Des centaines de milliers de personnes l’avaient applaudi au Bourget le 21 mai 1927 vers 22 heures ; d’autres vécurent cela grâce au reportage radiophonique. « C’est un privilège que les siècles ne réservent pas à toutes les générations d’être témoin d’une victoire humaine aussi éclatante »[12]. On en avait presque oublié que l’Oiseau blanc de Nungesser et Coli, sur le trajet inverse, s’était abîmé en mer quelques jours avant. Clarence Chamberlain, avec un passager, réitérait l’exploit en parcourant près de 6500 kilomètres au début du mois de juin. Près de Caen, à Ver-sur-mer, le Fokker America amerrissait le 1er juillet, laissant espérer une liaison aéropostale transatlantique entre les États-Unis et la France. Gavray avait eu écho de cet exploit, « du commandant Byrd, accompagné de Bert Acosta, de Georges O. Noville et de Bernt Balchen », dans l’Ouest-Eclair. Si les acteurs institutionnels et commerciaux se questionnaient sur les retombées de telles prouesses, pour un jeune homme de 16 ans les héros ne manquaient pas et on les recevait dans les salons parisiens[13]. Les revues spécialisées présentaient les biographies de ces aviateurs contemporains. Jean Mermoz, issu d’une famille modeste, était portraitisé comme un grand de la Compagnie Générale Aéropostale[14]. Il avait parcouru tant de kilomètres dans son avion, qu’il avait passé un mois dans les airs en 1926[15].

Un aviateur accompli âgé de dix ans de plus que Roger, l’identification était probable. Peut-être plus encore, lorsque Jean Mermoz réalisait son exploit en octobre 1927 entre Toulouse-Dakar-Toulouse et fut fait chevalier de la Légion d’honneur. C’était du rêve incarné, des perspectives personnifiées, des olympiens qui entraient chaque jour un peu plus dans la tête du petit jardinier. L’année 1928 prolongeait l’embellie avec des liaisons intercontinentales entre l’Europe et l’Amérique du sud et l’aviation commerciale transportait 15% de plus de passagers d’une année sur l’autre[16]. Postale, commerciale ou marchande, l’aéronautique se démultipliait. Les institutions militaient dans ce sens dans leurs éditos : « Il faut trouver les chemins qui conduiront notre jeunesse vers l’aviation, nous avons besoin d’ingénieurs, de pilotes, de mécaniciens. Il faut convaincre la nation que désormais l’avion est un instrument indispensable de prospérité, de puissance, de richesse et d’expansion pour le pays »[17]. Une phase de professionnalisation commençait donc avec ces premières compagnies aériennes ; et des pilotes on en recrutait. Pas forcément, des gens bien nés comme à la Belle-Epoque ou des militaires ; non, il y avait comme une ouverture sociale, un début de démocratisation, dont il fallait se saisir… au moins en songe. Le passe-temps aventureux de la classe de loisir avant 1914 et l’arme de guerre durant le conflit devenait, au sortir de celui-ci, un objet commercial et économique ; les records sportifs des années 1920 alimentaient encore plus l’espoir d’ouvrir des lignes internationales. Pour Roger, c’était un réservoir de surhommes qui franchissaient l’Atlantique, les Andes et survolaient depuis quelques années Gavray.

Les annonces dans la presse, le cinéma encore muet[18], les affiches aux murs ou les stands sur les meetings se faisaient l’écho de cette évolution. Par exemple, le ministère de la guerre recrutait pour l’aviation militaire. Les avions se drapaient alors de bleu-blanc-rouge sur les tableaux de l’Imprimerie nationale et on jouait sur la typographie pour attirer le regard juvénile.

La Ligue aéronautique de France promouvait les Centres Techniques d’Aviation[19]. C’était le cas, à la caserne Hamelin de Caen, dans la région bas-normande, le 25 octobre 1927 en présence des responsables militaires et du président du groupe aéronautique du Lycée Malherbe. Une quarantaine de jeunes gens avaient été brevetés comme mécaniciens depuis 1925. La Ligue se félicitait de ces résultats en y conviant les grands noms de l’aviation de l’année : « La nation française doit s’honorer d’avoir de tels enfants, se réjouir quand ils sont à l’honneur comme Mermoz, Reine et Antoine, qui furent nommés chevaliers de la Légion d’honneur en juillet dernier […] »[20]. Il y avait aussi de la place dans l’aéronautique maritime pour laquelle des bourses de pilotage existaient ; on s’initiait dans les écoles agréées par le ministère de la guerre, avant de rejoindre Hourtin, en Gironde, pour apprendre à piloter les hydravions. La rubrique « La page des écoles » de la Ligue aéronautique ne cachait pas ses intentions : « L’aviation française a besoin que les jeunes la connaissent et l’aident »[21].

Tout un imaginaire était à disposition ; les médias conjuguaient leurs forces pour servir une modernité aérienne, faite d’exploits qui retenaient l’attention, de prouesses technologiques qui les permettaient et d’espérances professionnelles pour ceux que ça passionnait. Délaisser l’ubac de son enfance pour quelque adret aérien, Roger l’espérait en prenant son destin en main avant qu’il ne lui échappe :

« Des écoles d’élèves-pilotes étaient fondées ; je me mis dans la tête d’y rentrer. Je me mis en relation avec l’aéroclub de France pour suivre les cours par correspondance pour rentrer à ces écoles. Je pouvais je crois réussir les examens »[22]

N’avait-il pas réussi son certificat d’études primaires avec mention Bien ?

Il fallait toutefois convaincre une mère frileuse de voir son fils dans les nuages et un père que la modernité, quelle qu’elle soit, laissait perplexe. La foire de la Trinité de mai 1929, celle du printemps, semblait le moment opportun pour évoquer ses démarche et inscription au brevet de pilote. Notamment, parce qu’un nouveau meeting était annoncé pour le 8 septembre à Gavray. Les annonces se faisaient récurrentes dans l’Ouest-Eclair[23] depuis février. Parallèlement, la société pour le développement de l’aviation, spécialisée dans l’organisation des meetings aériens, faisait sa promotion dans la presse et informait qu’elle se tenait à la disposition des municipalités, comités des fêtes et autres chambres de commerce de la région durant l’été, comme elle l’avait fait deux ans plus tôt à Gavray[24]. Enfin, l’Aéro-Club de Basse-Normandie organisait ou s’associait aux fêtes d’aviation des villes et bourgs de la région. Des baptêmes de l’air étaient proposés durant ces meetings[25]. Bref, l’aviation s’affichait largement dans la presse régionale pour que Jean-Baptiste saisisse de quoi Roger voulait l’entretenir en cette fin de mois de mai. « GRAND MEETING D’AVIATION. C’est le dimanche 8 septembre que se déroulera à Gavray la grande fête pour la réussite de laquelle des préparatifs considérables se font en ce moment. Ce n’est pas une simple réédition du meeting d’aviation si bien réussi du dimanche 4 septembre 1927, qui aura lieu cette année, mais c’est un programme nouveau et très intéressant qui sera exécuté. Le succès promet d’être éclatant. L’ascension d’un ballon, piloté par M. Dolfus. de l’Aéro-Club, qui suivra de près la tête d’aviation, présentera également un très vif intérêt. Tous les spectateurs de la fête d’aviation voudront y assister. En outre, des divertissements de toutes sortes ont été prévus concert musical par la Musique municipale de Villedieu, qui a bien voulu promettre son concours, grande fête foraine, illuminations, fête de nuit, grande retraite aux flambeaux, brillant feu d’artifice. Grand bal, salle des Fêtes. »

[à suivre]

______________________________________

[1] L’Ouest-Eclair, 8/7/1927, 6.

[2] L’Ouest-Eclair, 13/7/1927, 6.

[3] L’Ouest-Eclair, 22/7/1927, 6.

[4] L’Ouest-Eclair, 24/9/1927, 5.

[5] L’Ouest-Eclair, 12/7/1927, 5.

[6] L’Ouest-Éclair, 24/08/1927, 7.

[7] Revue aéronautique de France : organe de la Ligue aéronautique de France, 1927, novembre, 9.

[8] L. Robène et al., « Pau et l’invention de l’aviation « sportive » (1908-1910). Des enjeux technologiques aux plaisirs mondains : naissance d’un loisir et nouveaux pouvoirs du corps », Staps, 2010/1, 87, 13-31.

[9] Carnet de captivité, s/d entre Noël 1941 et Février 1942.

[10] Ce paragraphe est inspiré par des échanges de mails avec Luc Robène, historien du sport et de l’aéronautique.

[11] P. Lemaitre, Couleurs de l’incendie, Paris, Albin Michel, 2018, 260.

[12] L’Aérophile. Revue technique et pratique des locomotions aériennes, 1927, Juin, 162.

[13] Ibid., 190.

[14] « Jean MERMOZ est né le 9 décembre 1901, à Aubenton (Aisne). Breveté militaire le 9 février 1921, il est titulaire de la Croix de guerre T.O.E., de la Médaille coloniale et de la Médaille de Syrie. Ayant atterri à 50 km au sud du Cap Juby, il fut fait prisonnier par les Maures. Entré chez Latécoère, le 13 octobre 1924, et accomplissant Casablanca-Dakar depuis mai 1926, il a accompli sur ces lignes 1.305 heures de vol et antérieurement 373 heures de vols militaires. L’Aéro-Club de France lui décerna, en 1925, sa médaille d’argent », L’Aérophile. Revue technique et pratique des locomotions aériennes, 1927, Avril, 98.

[15] L’Air : revue mensuelle : organe de la Ligue nationale populaire de l’aviation, 1926, 151, Février, 18.

[16] L’Aérophile. Revue technique et pratique des locomotions aériennes, 1928, Avril, 102.

[17] Revue aéronautique de France : organe de la Ligue aéronautique de France, 1928, Janvier, 9.

[18] W. A Wellman, Les Ailes, 1927 [1928 en France]. Le film muet, évoque les exploits d’un pilote à la fin de la guerre 1914-1918. L’affiche française met en perspective les combats aériens en multipliant les figurations d’avions en contre-jour dans un ciel lumineux, donnant ainsi une impression de mouvement dans cette image figée.

[19] Revue aéronautique de France : organe de la Ligue aéronautique de France, 1927, novembre, 9.

[20] Ibid., 11.

[21] Revue aéronautique de France : organe de la Ligue aéronautique de France, 1927, octobre, 12.

[22] Carnet de captivité, s/d entre Noël 1941 et février 1942.

[23] L’Ouest Eclair, 9 février 1929, 6.

[24] L’Ouest Eclair, 21 mai 1929.

[25] L’Ouest Eclair, 17 septembre 1929.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 17 février). Les charmeurs de nuages (1927-1929). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nis6

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search