Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur ! (1923-1929)

« D’origine paysanne, voué à la soumission devant les phénomènes naturels, il avait accueilli cette subordination civile comme la continuation logique d’un état des choses », Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut, Paris, Albin Michel, 2013, 249.

 

La nouvelle promotion est entrée par la grande porte, rue Saint-Georges à Saint-Lô ; celle au fronton gravé des lettres de l’excellence scolaire primaire : École Normale d’instituteurs[1]. Les impétrants se rassemblent ensuite dans la cour d’honneur afin d’écouter avec attention et discipline, en ce début d’année scolaire 1927, le discours inaugural du directeur. Dans leurs vestes et pantalons repassés de frais, leurs cravates et leurs souliers vernis, on sent de l’engoncement. Après avoir rappelé les missions éducative et républicaine de l’instituteur, Monsieur Chotard présente les grandes lignes du programme de formation développé sur trois ans[2]. S’y glissent quelques termes inconnus pour la vingtaine de novices, encore peu versés dans le pédagogique, mais ils font bonne figure et sont à l’écoute de cette première leçon. Les tracas financiers pour se payer ce vêtir de circonstance sont oubliés un instant. La famille avait fait le sacrifice ; le fils avait donné de sa personne durant l’été pour combler les manques. Il avait redoublé d’efforts pour faire oublier son absence durant les autres mois de l’année et surtout montrer que le travail intellectuel n’empêchait pas de recouvrer les gestes du labeur physique. Certes les études et la pension étaient gratuites mais les livres, le trousseau et les dépenses du quotidien venaient gonfler les coûts annuels ; ce n’était pas sans inquiétude pour certains. Toutefois, en ce jour de rentrée à l’École Normale, ils savourent tous leur succès. Roger est lui aussi endimanché au milieu de ses compères et repense à l’itinéraire qui l’a mené jusque dans cette cour d’honneur.

Un petit élu de la Communale

Dès juin 1923, l’instituteur Amand Louail et Maria, la mère de Roger, avaient usé de leurs arguments auprès de l’autorité paternelle pour, qu’après le certificat d’études, il puisse rester un an de plus à l’école. Jean-Baptiste, le père, avait dit oui. En septembre 1923, il était alors parmi les onze élèves du cours supérieur à suivre les leçons de l’instituteur[3]. Ce supplément d’instruction lui laissait espérer un avenir différent de celui de ses sœurs et de son frère. Chemin faisant, il avait rejoint le cours complémentaire[4] de Coutances[5], rue Saint-Maur, sous la direction de Monsieur Lecuyer[6]. Les études avaient duré trois années pour se destiner à des fonctions administratives ou enseignantes et les bourses assuraient l’hébergement à l’internat avec quinze autres élèves. Roger avait suivi les cours d’enseignement général qui préparaient au concours d’admission à l’École Normale. Il avait obtenu son brevet d’études primaires supérieur et son brevet élémentaire indispensable pour être instituteur, remplaçant puis titulaire, en cas d’échec au concours d’entrée[7]. Après une année supplémentaire, sa réussite à ce concours couronnait ce parcours scolaire émancipateur. Elle était aussi le triomphe du maître Louail qui avait suivi ce même itinéraire et quitté sa destinée paysanne trente-cinq ans auparavant[8]. Elle était également la victoire de Maria gratifiée par procuration de son dévouement à sa famille. Roger entrerait ainsi dans la carrière par la voie royale[9] en obtenant son brevet supérieur à l’issue de sa formation saint-loise et reviendrait un jour vers Gavray, comme instituteur en lieu et place d’Amand Louail. L’élève-maître, en ce jour de rentrée de 1927, se remémore la communale et l’année 1923 de son certificat d’études primaires.

Il avait trimé pour ne pas faire plus de cinq fautes aux dictées préparatoires de six lignes[10]. Par contre, il adorait les rédactions où il laissait libre cours à son imagination[11]. Celle sur l’avenir de l’aviation avait été saluée par son maître devant la classe. Les résumés d’histoire et géographie étaient appris par cœur. Il s’en souvenait encore[12]. RÉSUMÉ. —La Normandie doit à la mer son climat humide et son aspect verdoyant. A l’Est est la Normandie riche, aux terres fertiles ; à l’Ouest sont les bois et landes du pauvre Bocage. L’élevage, la culture des pommiers la fabrication du cidre, du beurre et des fromages sont les ressources agricoles de la Normandie. Ses industries sont les filatures de Rouen et l’extraction du fer près de Caen. Ses deux grandes villes : Rouen et le Havre sont deux grands ports.

Il était le premier de la fratrie à passer cet examen et le cœur battait fort ce 23 juin 1923 lorsqu’à « 7heures ½ du matin, la Commission chargée d’examiner les aspirants et aspirantes au certificat d’études primaires pour le canton de Gavray, s’est réunie à Gavray dans la salle de l’école de garçons, sous la présidence de Monsieur Favier, Inspecteur primaire de l’arrondissement […] 31 aspirants s’étaient fait inscrire ; 29 se sont présentés »[13]. Dans le tableau de recensement, Roger est le quatrième sur la liste alphabétique de l’école primaire de garçons de Gavray qui compte, cette année, six candidats[14].

À l’issue de la première série de l’examen (l’admissibilité), Roger obtient un total de 46 points et ½ avec les notes suivantes : Rédaction 5 ; Dictée et Questions 8.5 ; Calcul et système métrique 10 ; Histoire et Géographie 8 ; Ecriture 8 ; Dessin ou travail manuel 7. Il se place troisième de Gavray au sortir de ces épreuves.

« La première série d’examen commencée à 7h30 s’est terminée à 12h30. Le 0 en orthographe était éliminatoire. En conséquence 28 aspirants ont été admis à la 2e série de l’examen qui a commencé immédiatement ». Roger est de ceux-là et accumule 39 points supplémentaires aux nouvelles épreuves : Sciences 8 ; Lecture expliquée 8.5 ; Récitation 8.5 ; Calcul mental 6 ; Gymnastique 7 ; Chant facultatif 1[/2]. Le total de ses points est de 85,5 ; il est 16 heures 30 ce samedi 23 juin 1923.

« À la suite de cet examen aucune nouvelle élimination n’a été prononcée et 28 aspirants ont été déclarés admissibles au certificat d’études primaires ». Le petit gars de la Planche obtient la mention Bien ; il est troisième de Gavray mais rate toutefois le Très Bien de 2,5 points. La rédaction et le calcul mental ont été rédhibitoires pour l’obtention de cette mention ouvrant des perspectives indiscutables. Il rage encore, en 1927, de ce 6 obtenu en calcul mental alors qu’il y excellait durant l’année. Les 2,5 points supplémentaires étaient à sa portée et il aurait pu devancer ses camarades Fontaine et Le Radec. Les classements avaient leur importance, tant pour l’instituteur, les familles que les élèves. Roger se glorifie d’ailleurs de ses places d’excellence dans son carnet de captivité ; il y voit la reconnaissance d’un travail scolaire accompli laissant espérer celles de gratitudes professionnelles à venir. L’école républicaine se repaît aussi de ces classements car ils laissent espérer que l’instruction de l’enfant pauvre permette de dépasser les inégalités héritées. L’excursion scolaire à la plage de Bréhal de 1923, avant l’entrée en vacances, n’en avait été que plus belle.

Dans ces confusions temporelles, entre cour de l’École Normale et cour de la communale, Roger vit un rêve et s’en émeut. Il fait partie de ces élus qui peuvent se détourner de leur condition sociale d’origine et, de façon plus personnelle, s’échapper de l’enclave gavrayenne[15]. Après le discours directorial, la colonne des lauréats se dirige vers le monument en mémoire des membres de l’enseignement public de la Manche tombés dans les combats de 1914-1918. Amand Louail avait évoqué la souscription faite à son sujet, au moment où l’on faisait de même pour celui de Gavray. La statue de bronze est posée sous les grands arbres de la cour. Le silence se fait devant cet homme sans arme étendu, tête nue, la main sur son casque posé sur un livre. Près de lui, une femme serre contre elle deux jeunes enfants qui portent chacun une guirlande de fleurs. Sur le mur de marbre sont gravés les noms des victimes honorées. Roger, comme les autres, incline la tête pour le temps du recueillement.

Il est tellement incliné qu’il lui vient des étourdissements et des perturbations de la conscience. Les souliers vernis sont devenus des sabots de bois ; le pli du pantalon a disparu sous les fronces ; la veste a laissé place à un tablier qui descend jusqu’aux genoux ; la chemise est toute fripée au point que ses carreaux gris et blancs n’ont plus de tenue. Dans ce chamboulement émotionnel, la cour d’honneur n’est que la plate-bande d’un jardin légumier. La tête, sous le chapeau de paille, s’incline avant tout sous l’effort de la bèche et la révérence aux poireaux. L’École Normale, en cette année 1927, laisse place aux parc et jardin d’une maison bourgeoise, sise aux Fieffes à Gavray. Tout cela n’était qu’un songe, une utopie. Dans cette confusion, Roger, en retournant et brisant les mottes récalcitrantes, enterre ses prétentions, ses rêves de scolarité primaire supérieure et ses espérances enseignantes. Il s’en veut encore de ce 6 en calcul mental, obtenu lors de son examen primaire, alors qu’il y excellait durant l’année. La mention Très Bien lui aurait ouvert des perspectives indiscutables. Pour dire vrai, les arguments d’Amand Louail et de Maria n’avaient pas convaincu l’autorité paternelle pour, qu’après le certificat d’études, il puisse rester un an de plus à l’école. Jean-Baptiste, le père, avait dit non :

« Je passais à 12 ans mon certificat d’études avec mention bien. Je quittais donc l’école aux vacances de 1923 assez bien instruit. […] Peut-être que j’aurais pu rester encore une année à l’école ou du moins maman le voulait mais au mois de septembre 1923 papa fit à maman une scène, où comprenant qu’elle ne pouvait demander aucun sacrifice à papa pour moi, elle chercha à me placer […] »[16]

La certification scolaire n’avait pas permis de lever le voile des déterminismes et de se déprendre de son milieu. Du légumier au jardin d’agrément, Roger suit depuis 1923 le chemin de sa classe sociale d’appartenance. Si l’école républicaine offre l’instruction pour tous, elle évite peu la reproduction sociale. Le voulait-elle d’ailleurs ? « La vraie finalité de cette « école du peuple » n’était-elle pas, en claquemurant les enfants des classes populaires dans un certain type d’enseignement, en leur barrant l’accès aux matières nobles et à la culture désintéressée, de maintenir le peuple dans sa situation subalterne et d’institutionnaliser la domination d’une classe sur l’autre ? »[17]. Elle affiche la réussite de quelques-uns pour faire accepter aux autres leurs destinées immuables. Roger était un petit élu de la communale puisqu’il avait son certif mais cela en resterait là. Ses parcours professionnels successifs et son désir biographique sont empreints de ce désenchantement au sortir de l’école primaire. Si cela n’est pas une brisure, puisqu’il connaît les règles du jeu social et ne conteste pas les décisions en quittant sa famille ; c’est a minima un ressentiment. Ses résultats permettaient la prétention et le voilà dans le renoncement. Il avait obtenu d’autres récompenses mais elles attestaient plus encore de l’ancrage dans la tradition. « Mon instruction religieuse était également bonne puisque je passais aussi mon certificat d’instruction religieuse. A ce moment-là mes parents fréquentaient peu l’Église mais ils nous ont fait toujours suivre assidûment le catéchisme et les offices ». Ainsi, il avait fait sa communion solennelle un an auparavant, le 30 avril 1922, sous l’office du Révérend Père Erilles. Cette cérémonie participait, avec la fin de l’école, à l’entrée dans la jeunesse. Le sacrement de confirmation, sous le parrainage de Martial Lebailly pour les garçons, s’était tenu quelques jours plus tard, le 2 mai 1922, au milieu de 30 garçons et 42 filles[18].

Alors que les enfants des classes aisées peuvent prétendre à une jeunesse studieuse ; dans les milieux populaires, une fois fermées les portes de l’instruction obligatoire, la jeunesse signifie la mise au travail sous le contrôle des parents, en attendant le service militaire et le mariage pour être reconnu adulte[19]. Roger, comme son frère et ses sœurs, était soumis aux agencements sociaux des années 1920[20] et au patriarcat. La persuasion du maître avait fait défaut et Maria n’osait pas contredire son mari. Depuis près de quarante années d’obligation scolaire, « l’école finit si tôt pour les enfants du peuple. Rien en effet n’est joué lorsque les enfants reviennent du chef-lieu avec les lauriers du ‘certif’ »[21].

De place en place

Depuis septembre 1923, douze ans révolus et le certificat d’études en poche, Maria cherche donc à le placer. Les premières confrontations avec le monde du travail sont délicates ; Roger erre au gré des propositions pour rapporter son écot à la famille. « Une épicerie de Carentan cherchait un petit apprenti ; c’est là que je partis peu de temps après. J’y fus très heureux mais seulement je n’étais pas payé ; et au bout de 7 mois maman vint demander une légère rémunération qu’elle n’obtenue pas ». Le patron prétendait certainement que le logis et le couvert devaient suffire. Après l’épicerie qui ne paie pas, le voilà en juin 1924 domestique, « chez un vieux garçon », dans une ferme à Ver durant une année :

« Seulement à la St Jean suivante vint un grand commis qui me joua des tours ce qui me décourageait. Un jour de fenaison l’on rentrait du foin ; ce commis était sur la voiture (il avait 19 ans et moi 14 ans) il faisait exprès de m’envoyer plus de foin que je pouvais en débarrasser ; mon patron crut que c’était de la mauvaise volonté il me congédia il était à peu près 3 heures de l’après-midi. Je partis dans ma chambre où je pleurais car je n’étais pas fier car si je ne craignais pas maman ; je savais que papa n’est pas toujours doux ».

Afin de ne pas affronter l’ire de Jean-Baptiste, Roger jeûne une journée et demie dans son réduit, avant de marcher durant 7 kilomètres pour rentrer le lendemain soir à Gavray. La peur et la faim au ventre, il rejoint le quartier de la Planche en priant que son père soit absent. « C’est maman qui me reçut ; évidemment elle me gronda ; mais elle me fit manger et elle fut indignée que je fus resté un jour sans manger. J’étais couché quand papa rentra et maman avec son cœur maternel et si bon arrangea l’affaire et de ce fait n’eut pas affaire à papa ».

Petit apprenti en épicerie ou domestique à la ferme, Roger est au cœur de sa condition sociale et contrôle peu sa destinée. Il tombe sous le joug des hiérarchies de ses patrons et de ses collègues… après petit apprenti, il sera apprenti, puis… En quelques mois, les espérances scolaires se sont évaporées.

Une semaine plus tard, durant l’été 1925, Roger porte son premier tablier de jardinier ; celui des images d’Épinal qu’on lui distribuait à l’école[22] ; une toile épaisse avec une large poche devant, celle où l’artisan remise sa pipe et son tabac et quelque ustensile peu encombrant. Depuis 1910, sur les tableaux affichés dans les classes élémentaires, les représentations ne changent pas ; celle d’un métier intemporel. Son patron est son beau-frère Charles Beaufils, celui qu’a marié l’Albérie, sa seconde sœur. Si l’arrangement est familial, Charles a toutefois une clientèle qui nécessite une aide supplémentaire. Roger, bien venu, va apprendre les gestes, les techniques et emmagasiner les connaissances du jardinage aux côtés de Charles. Ce dernier est de petite taille ; 1m32 selon sa fiche matricule[23]. S’il est ajourné à plusieurs reprises par le conseil de révision depuis 1918 et exempté définitivement en 1922 pour insuffisance de développement, à vingt-six ans il ne ménage pas sa peine ni celle de son apprenti. « Nous avons parfois travaillé par un temps infernal », se souvient Roger alors captif à Stendal. C’est une relation presque filiale qui s’installe entre les beaux-frères. L’ainé enseigne son métier à son cadet dans les jardins des clients alentour et sur son terrain de la route de Saint-Denis à Gavray[24]. Le commerce, à l’intérieur de la maison, est tenu par une Albérie souffreteuse qui propose fleurs et plants que les deux hommes font croître sur le terrain attenant ou sous la serre voisine. Ce sont ses premiers pas de jardinier qu’il rapporte dans son carnet ; comme une fable pour ses enfants avec une morale à la clé :

« Au mois de novembre 1926 Charles tomba malade ; et cela très gravement ; je fus seul à veiller sur les travaux d’hiver en particulier [le] chauffage de la serre située à 1 km de la maison. Je l’ai fait avec courage ; car vous devez bien penser combien cela était dur pour moi à 15 ans de me lever au milieu de la nuit pour aller recharger le chauffage de la serre ; mais je savais que cela était la seule chose qui pouvait permettre à Charles et à sa famille de vivre. J’ai donné comme je l’ai pu les soins aux plantes (rempotages, arrosages, repiquages) je crois que j’ai fait pour le mieux vu mon âge. Quand Charles se releva de sa longue maladie, où il avait été à deux doigts de la mort ; sa première sortie fut évidemment pour son jardin ; c’était un dimanche je l’accompagnais avec sa femme et sa fillette. Si je ne comptais pas avoir de félicitations de la part de mon patron ; je m’attendais encore moins à avoir des reproches. La culture de la serre était principalement portée à ce moment aux cinéraires qui sont vendus pour les rameaux. Je les trouvais pas mal pour la saison je les avais rempotés il n’y avait pas bien longtemps ; seulement mon inexpérience ne m’avait pas permis de bien faire ce travail. Je n’avais pas assez tassé le terreau autour des pots, il y avait donc dans certains pots des racines qui étaient dans le vide. C’est alors que mon beau-frère se fâcha. Je lui expliquais que cela était bien involontaire, pour réponse il me donna un coup de pied dans le derrière. Cela me froissa bien dans mon cœur de gamin et je pleurais je lui dis même que je partais. Sans doute il a pensé après qu’il avait eu tort car jamais nous n’en avons reparlé et les cinéraires ont été très beaux cette année-là ; donc je ne lui ai pas fait de tort. Mais de cette petite scène il faut en retenir deux conclusions. Savoir qu’il faut garder en tout temps son calme ; cela pour éviter des gestes que l’on regrette après ; et ensuite il faut savoir pardonner »

Remisée dans la penderie de ses rêves et frustrations, la tenue de l’aspirant-instituteur a laissé place à celle du jardinier. Courbé il y a peu sur la table d’écolier, le corps de Roger l’est maintenant sur le râteau, la binette ou le plantoir ; ce corps contraint par l’autorité du père le sera dorénavant par la surveillance des patrons. S’il y a des dépendances dont on peut s’accommoder lorsque les propriétaires donnent « de bons pour boire », le corps social n’échappe pour autant pas à la reproduction de classe. Parallèlement, il intègre la gestuelle du bêchage qui prépare les sols, celle du binage qui les aère et de la coupe du bois qui nourrit le poêle de la serre. Cinquante années plus tard, en 1993, ces techniques il les possède encore et le tablier est de toutes les sorties[25] ; la brouette transporte sans effort les bûches ou les outils ; les sillons du légumier sont entretenus et le compost attend son heure. Un corps façonné de longue date par l’exercice du métier et le compagnonnage de Charles.

En 1927, alors qu’il est au grand air, parfois « par des temps bien mauvais », Roger n’en est pas moins enfermé dans un projet qui lui échappe. C’est ce qu’il se dit lorsqu’il voit partir ces enfants de notables, ou de parents plus ouverts que Jean-Baptiste, vers leurs internats de Cherbourg, Coutances, Granville ou Saint-Lô.

Premières autonomies ?

Sur la route de Villedieu-les-Poêles, le domaine des Fieffes trône, bien caché en contre-haut de Gavray, au milieu des champs et des futaies. Deux fermes, les Fieffes sur 80 hectares, les Grandes Ventes sur 120 hectares, et le pavillon de chasse complètent cet ensemble agraire. Albert Le Jeune, commissaire principal de la Marine, et Thérèse Sédille prennent possession des lieux au début du XXe siècle et bâtissent, en 1905, une maison de maître au cœur de la campagne gavrayenne. Ce château, comme il est nommé dans la presse, dispose d’un parc arboré, organisé durant une dizaine d’années par le jardinier de la famille assisté de Charles Beaufils pendant neuf ans. Dans les années vingt, l’ensemble fait bonne figure et les plaques de verre de 1910 attestent de cette ambition[26]. Le petit personnel est logé dans la ferme en face et, pour les couturières et autres repasseuses, une voiture à cheval vient les chercher autant que de besoin sur la place de Gavray. Si cela n’est pas Downtown Abbey, ce sont ces représentations télévisuelles qui viennent à l’esprit lorsque Annette[27], fille de Charles, et Agnès Lebailly[28], sa copine d’enfance dont les parents tenaient un café-restaurant dans le village, relatent leurs souvenirs ou évoquent ce qu’elles ont ouï-dire des années vingt. « Les Le Jeune… Ils avaient 4 à 5 enfants. Ils étaient dans leur cocon à eux. Cela correspondait à des riches de maintenant […] Ils étaient à part […] Je crois que Monsieur allait à Paris mais sa famille restait à Gavray ».

Didier Le Jeune[29], ingénieur commercial et arrière-petit-fils des chatelains, est plus factuel ; il généalogise précisément ses ascendances et agence au mieux une arborescence pléthorique dans ses classeurs aux feuilles plastifiées. Albert Le Jeune et Thérèse Sédille, mariés depuis le 11 mai 1889 à Paris, mettent au monde sept enfants. Cinq sont encore vivants dans les années 1920 : Jean-Paul, Marguerite, Hélène, Bernard et Marie-Louise. Sans origine aristocratique, cette famille relève toutefois de la notabilité rurale, pérenne dans l’entre-deux-guerres ; forte de grandes propriétés, elle réside durant une grande partie de l’année sur place et « mène à la fois une vie rurale et une vie de château qui contribuent de manière essentielle au prestige et à l’influence détenus sur le plan local »[30]. À l’église, le banc à leur nom en est une illustration. Quelques présidences de concours attestent également de l’importance accordée par le monde agricole à ces familles argentées[31]. L’assistance faite à la commune, par la famille Le Jeune durant la Grande Guerre, complète cette reconnaissance.

Depuis les années vingt, Roger connait cette bonne réputation et garde souvenir d’un incendie à la ferme des Grandes Ventes, éteint in extrémis grâce à Monsieur Jean-Paul[32]. Également, il est monté avec Charles vers les Fieffes pour y porter des plans pour le grand potager et garnir les massifs d’annuelles. Mais « au mois de Mai 1927 le jardinier de chez Mr Lejeune quitta sa place », Roger la prend alors qu’il n’a que 16 ans. Il quitte ainsi Charles pour un nouveau patron en la personne de Monsieur Albert Le Jeune. Il s’éloigne du cœur de Gavray et de ses parents, étant logé et nourri sur place. S’il se contorsionne en politesse et Monsieur de circonstance, il n’aura de cesse dans son carnet de remercier cette famille pour la compréhension qu’elle eut à son endroit.

Après deux années d’apprentissage avec Charles, Roger est en charge d’un vaste domaine à entretenir et embellir. Le très grand potager est l’objet d’attention une grande partie de l’année pour nourrir famille et gens de maison ; préparer le sol, l’amender selon les saisons, couvrir les semis, butter certaines plantes, palisser les basses-tiges, pailler et arroser, etc. Un travail de tous les instants auquel il faut ajouter celui de la production de fleurs pour les massifs du parc ; du semis au rempotage, sous serre et châssis, du rempotage à la plantation, etc. ; tout cela sans herbe folle au milieu des rangs. Les arbres du parc et du bois servant de promenade nécessitent tailles et élagages réguliers. Cela fait beaucoup pour un jardinier inexpérimenté de 16 ans qui succède à un adulte de 42 ans. Il est d’autant plus seul que Charles ne peut l’assister ou le guider dans son travail, pris lui-même par l’entretien de ses terrains et les soins à Albérie. Il écoute alors les conseils du patron, du chauffeur et de toute personne plus âgée que lui ; qu’elle soit experte en jardinage importe peu ! De quoi se décourager et finalement n’en faire qu’à sa tête.

« Heureusement que j’eus affaire à de bons maitres car la 1e année fût un échec pour moi […] La plus grande tuile que j’eus ; fut le gel de ma serre. Le temps était à la gelée un samedi soir j’étais en train d’élaguer des jeunes arbres dans les bois et je n’osais pas dire à mon patron qu’il était temps de partir pour chauffer la serre ; de plus la serre était très grande et le chauffage en mauvais état ; en tout cas le lendemain matin ma serre était gelée […] Cela fut pour moi un grand choc et un grand découragement ; beaucoup de plantes auraient pu être sauvées mais je ne sus pas réagir ; car je me voyais mis à la porte. Je le dis à Charles dans la matinée et lui demandais de venir à mon secours il avait lui aussi sa serre à surveiller et ne put venir. Je laissais tout tomber ; attendant avec appréhension le moment où mon patron connaitrait la fatale nouvelle. Je peux dire que j’eus affaire à de bons maitres ; lorsqu’il le sut par la cuisinière je crois ; il dit que cela n’était pas de ma faute et ne me fit aucune observation. Je ne remis pas les pieds dans la serre de l’hiver ».

Pour le moins Roger a des difficultés avec le suivi des serres. Celle de Charles, deux hivers plus tôt, avait échappé de peu au gel ; cette fois c’est la glaciation qui s’installe, du refroidissement climatique pour les plantes à venir, de l’hibernation forcée pour les plus résistantes. Avec le printemps, Roger sort de son hivernage et de son découragement. Il commande des graines pour les massifs, récupère quelques géraniums survivants des glaces, obtient des plantes d’un jardinier de Donville, etc. Bref, il se démène pour faire face, obtenir des plantations présentables en attendant de faire mieux l’année suivante. La satisfaction jaillit du potager qui produit bien. Certes, les melons ne sont pas venus durant l’été 1928 et l’entretien des planches laisse à désirer mais la récolte est convenable.

Toutefois, dès l’automne 1928, les plantes tremblent car l’hiver vient… et Roger n’a pas véritablement fait ses preuves dans le suivi de la serre l’année passée ! De planches en massifs, ça se colporte ce genre d’information ; dès lors, elles anticipent les frimas à venir et se mêlent les unes aux autres pour se tenir chaud :

« L’hiver 28-29 fût très froid ; j’avais pendant l’année réussi à regarnir la serre mais il ne fallait pas la laisser geler. C’est là que je mis tout mon courage. La gelée prit traitreusement dans la soirée il pleuvait et quand je sortis à 8H1/2 je m’aperçus que le temps refroidissait ; j’allumai ma serre et la fit chauffer au bois car je n’avais plus de charbon juste pour la garnir ; chose que je fis à minuit et en me promettant de me lever tôt le lendemain matin. ; heureusement je m’éveillai à temps à 6 heures ; il y avait moins 9. Cette température dura 15 jours et alla jusqu’à moins 18 ; ma serre ne gela pas parce que je passais les ¾ de mes nuits auprès à la surveiller et à mettre les plantes fragiles sous les [tunnels]. Ma foi je fus récompensé puisque je réussis très bien mes fleurs et pas mal mes légumes »

Lentement, l’expérience enrichit les connaissances et les techniques développées avec Charles. En deux ans, le novice devient plus aguerri, se projette sur les saisons à venir et anticipe le suivi des tâches pour le parc, le bois, les massifs et le potager. Il devient plus autonome dans son métier. Il est aussi plus indépendant financièrement car, à la différence des us de l’époque[33], ses parents lui laissent l’argent gagné. Il s’en désespère dans son carnet de captivité car, « il aurait été préférable pour moi que mes parents ne me laissent que l’argent nécessaire pour faire le garçon ; car cet argent qui plus tard m’aurait rendu grand service ; il fût dépensé pour payer pour ceux de mes camarades dont j’ai parlé plus haut. Je sus quand même en garder pour m’habiller honorablement ».

En 1929, l’élève de Monsieur Louail et l’apprenti de Charles Beaufils est devenu un jardinier digne de ce nom et endosse, chaque matin, son tablier comme il se doit. Cependant, une chose le chatouille depuis quelques mois ; une envie nouvelle qui se fait jour ; une idée qui l’interrompt dans son labeur et le mène à des réflexions. Sera-t-il, toute sa vie, courbé sur ses plates-bandes ou se dressera-t-il un jour vers des cieux plus lumineux ? Aura-t-il toujours dans la bouche des « Oui not’ bon Maître, Oui not’ Monsieur » ou prendra-t-il son envol ? [à suivre]

__________________________

[1] É. Lechevallier, École normale d’instituteurs de Saint-Lô 1833-1949, AD de la Manche, 2002.

[2] Y. Marion, Quand les enfants du peuple avaient leur école, Cherbourg, ed. Isoète, 2011.

[3] Versement 1 T 1/288, Dossier professionnel Louail Amand, AD de la Manche, Saint-Lô.

[4] A. Prost, L’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968.

[5] Depuis 1920, les textes officiels encadrent ces études primaires supérieures et « partout où peuvent être réunis une vingtaine de jeunes gens qui, attachés au sol natal, désirent, sans se déraciner, continuer leurs études après l’âge scolaire, un cours complémentaire » existait. L’enseignement primaire supérieur connaissait ainsi, depuis sa restructuration vers 1878, un afflux croissant d’élèves qui disposaient d’une filière d’études distincte du secondaire réservé à l’élite financière. P. Lapie et A. Honnorat, 30 septembre 1920 : Instructions relatives à l’organisation des cours complémentaires et des écoles primaires supérieures, in L’enseignement du Français à l’école primaire – Textes officiels. T2 : 1880-1939, Paris, INRP, 1995, 284-293.

[6] Versement 1 T 1/301, Certificat d’études, AD de la Manche, Saint-Lô.

[7] J-P. Briand & J-M. Chapoulie, Les collèges du peuple : L’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République, Rennes, PUR, 2012.

[8] J. Ozouf, Nous, les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Epoque, Paris, Gallimard, [1973], 1993.

[9] J.  & M. Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Seuil, 1992.

[10] La dictée est la seule épreuve, sous la Troisième République, dans laquelle le zéro, soit cinq fautes majeures, est éliminatoire.

[11] Versement 1 T 1/288, Dossier professionnel Louail Amand, Inspection du 6/3/1923, AD de la Manche, Saint-Lô.

[12] F. Maurette, Cours de géographie, rédigé conformément aux programmes de l’enseignement primaire. Cours moyen. Certificat d’études. Ouvrage conforme aux traités de paix de 1917 et 1920, 1922.

[13] Versement 1 T 1/301, Certificat d’études, AD de la Manche, Saint-Lô.

[14] « Les élèves présentés au certificat d’études représentent dans les années 1920 une petite moitié de l’effectif potentiel, choisis parmi les bons élèves possédant de fortes chances de réussite ». En sélectionnant ceux qui peuvent concourir, les instituteurs influencent leur taux de succès et masquent les limites de leur pédagogie pour le plus grand nombre ; P. Savoie, « Quelle histoire pour le certificat d’études ? », Histoire de l’éducation, 2000, 85, 49-72, 57.

[15] F. Jacquet-Francillon (dir), Une histoire de l’école, Anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Retz, 2010.

[16] Carnet de captivité, s/d entre le 25 novembre 1941 et Noël 1941.

[17] M. Ozouf, « Préface », in Y. Marion, Quand les enfants du peuple avaient leur école, Cherbourg, ed. Isoète, 2011, 10.

[18] Archives diocésaines de la Manche, Livre paroissial de Gavray, Coutances.

[19] P. Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973 ; O. Galland (dir), « L’invention de la jeunesse », Sociologie de la jeunesse. Paris, Armand Colin, 2011, 9-34.

[20] N. Elias, La Société des individus, Paris, Fayard, [1987] 1991.

[21] J. & M. Ozouf, op. cit., 371-372.

[22] Tableau mural. La vie enfantine. Série, Le Jardin. Au jardin d’agrément, 8e édition est de 1924.

[23] Recrutement militaire de la circonscription de Saint-Lô, classe 1919, AD de la Manche, 1 R 3/191-1 R 3/194.

[24] En 2022, la jardinerie existe encore. Les serres et le magasin font face à l’ancienne habitation de Charles.

[25] H. Lemonnier, De Chimères en Silences, 1995.

[26] Toutes les informations et l’iconographie concernant la famille Le Jeune sont issues des archives privées de Didier Le Jeune, arrière-petit-fils d’Albert Le Jeune.

[27] Témoignage Annette Grente, née Beaufils, Mars 2020.

[28] Témoignage Agnès Lebailly, Juillet 2020.

[29] Témoignage Didier Le Jeune, Aout 2020.

[30] D. Bensoussan, « Des notables bien vivants. La pérennité de la notabilité traditionnelle en Bretagne dans l’entre-deux-guerres », Histoire@Politique. Politique, culture, société, 2015, 25, 3.

[31] « CONCOURS DE TAUREAUX.  Samedi dernier avait lieu à la mairie la réunion annuelle en vue de fixer la date du concours de taureaux pour le printemps. La séance était présidée par le dévoué président, M Le Jeune propriétaire-éleveur au château des Fieffes, assisté de M. Georges Racine également propriétaire-éleveur, demeurant à Montaigu-les-Bois, au Manoir », L’Ouest-Eclair, 1 février 1928, 7.

[32] « Gavray : Incendie. Mardi dernier, vers 2h ½ de l’après-midi, M. Lejeune, propriétaire de la ferme des Grandes Ventes à Gavray, se trouvait avec sa famille dans la salle à manger, lorsqu’il fut prévenu par son domestique Jean Lebrun que le feu était dans la ferme. Immédiatement il sortit et constata que le feu était à l’intérieur des quatre petites écuries attenant à un autre corps de bâtiments. M. Lejeune rassembla aussitôt son personnel et réussit à faire la part du feu. Au-dessus des écuries qui ont été détruites, il y avait environ 5000 kilos de paille qui ont été également la proie des flammes. Les dégâts couverts par une assurance s’élèvent à 3500 fr », L’Ouest-Eclair, 16/2/1919, 4.

[33] A. Prost, « Jeunesse et société dans la France de l’entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1987, 13, 35-44.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 18 février). Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur ! (1923-1929). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nis7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search