Oui notre bon maître…

Projet de titre : Oui notre bon maître, oui notre monsieur ![1] et Les charmeurs de nuages (1923-1929)

Thème de la note d’intention : Quelles ambitions pour Roger ?

La dizaine d’années que recouvre la période de ce chapitre est celle de la jeunesse avant la rencontre de Marie-Anne, celle des « choix » professionnels mais aussi des rêves et espérances qui ne prennent pas forme. C’est le temps de la jeunesse pour la classe sociale de Roger[2], l’adolescence n’existe pas. Il est de ces individus qui passent des activités de l’enfance à celles de l’adulte à peine l’encre a-t-elle séché sur ses doigts d’écolier. L’école républicaine, celle du peuple[3], permet à peu d’élus d’échapper aux clivages sociaux pour rallier l’autre école, celle des « bourgeois ». Roger, dès 12 ans, quitte les bancs scolaires pour les plates-bandes de ses premiers patrons où il apprend son métier de jardinier.

Qu’est-ce qui fait sens pour Roger dans ces années vingt en ruralité ? La culture de masse[4], l’évolution technique et économique sont-elles des leviers d’ouvertures sur d’autres mondes ? Qui sont les héros de Roger ou quels évènements peuvent alimenter son usine à rêves ? A contrario, le modèle postfiguratif de transmission culturelle[5] est-il trop prégnant pour parvenir à quitter les chemins et valeurs de ses aînés et les exigences paternelles plus particulièrement ? « Impossible dans les années folles de rencontrer au même bal du samedi soir jeunesse des faubourgs et fils de famille. Cet âge de la vie ne se ressemble pas dans la bourgeoisie et les classes populaires. Pourtant jeunes ouvriers, paysans et nantis se retrouvent dans leur assentiment sans conflit aux valeurs des adultes […] pour des raisons différentes ni la jeunesse populaire ni la jeunesse bourgeoise ne sont en opposition avec la société dans la France de cette époque. Les mécanismes d’intégration sont beaucoup plus forts que les conflits de génération »[6].

Mon rôle consiste à émettre des hypothèses sur les aspirations du biographé à sortir de l’enclave gavrayenne grâce à ses bons résultats scolaires puis ses ambitions aéronautiques. Quelques phrases, dans le carnet, le laissent supposer même si le captif s’épanche peu. La presse, dont on sait que l’usage est important[7], combinée avec les évènements ponctuels ou durables, qui laissent leurs empreintes sur le village, sont à investiguer pour donner vie à ces hypothèses. La tension entre tradition et modernité, même s’il faut se méfier de ces termes, est certainement à valoriser pour expliquer les conflits pérennes entre Roger et son père. De même, il faut saisir si le biographé conteste la hiérarchie de classes, veut s’émanciper de sa condition ou s’il accepte la société en ayant le sentiment de participer à son bon fonctionnement.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Afin de mettre en avant les renoncements professionnels successifs du biographé, il peut être intéressant d’exploiter le ressort de l’uchronie, cette utopie des temps passés[8]. Selon ce procédé, l’histoire n’est pas celle qui s’est déroulée mais celle qui aurait pu être ; une sorte de « non-temps » si l’on reprend Charles Renouvier, inventeur du concept[9]. L’uchroniste imagine le déroulement de l’Histoire en considérant que tel fait ne s’est pas produit ou que tel personnage a agi autrement. La notion de point de divergence est au cœur de l’uchronie et à partir d’évènements sourcés, ces points orientent le récit virtuel. Ce dernier « change d’époque, quitte son temps, rompt avec la chronologie connue et s’aventure dans l’Histoire »[10]. C’est un levier pour réécrire des pans de l’histoire du biographé et comprendre ce à quoi il pouvait historiquement prétendre. Afin d’éviter les maladresses et anachronismes[11], les thèmes seront alimentés par les analyses des historiens[12].

Rapporté à mon propos, cela prendra vie notamment au sortir du Certificat d’études, lorsque Roger est interdit de poursuivre ses études par son père. L’uchronie permet d’imaginer ses rêves de scolarité longue dans le contexte de l’enseignement primaire supérieur. Sur le plan théorique, on évoque en creux le divorce instauré entre les aspirations sociales des individus et leurs chances de réussite objectives. On exhume ainsi une autre histoire sensible, celle des rêves et des désirs. Tout le chapitre ne sera pas « uchronique » mais sur quelques évènements cela servira la démonstration d’un biographé soumis à l’habitus de sa classe sociale et aux stratégies de transmission familiales[13].

Puisque les sources primaires sont lacunaires sur cette période, je prends à nouveau une distance avec Roger, à l’instar d’un article, car l’analyse et la description prévalent. Ma proximité est de peu d’utilité puisque la narration relève d’une observation lointaine du personnage. Le pronom personnel « il » ou le prénom « Roger » servent la narration. Le « je » et le « nous » de présentation concernent ma personne dans l’élaboration de mes hypothèses. Le style empruntera souvent à l’oral et aux tournures langagières du biographé repérables dans son carnet et dans le documentaire qui lui est dédié.

Les notes de bas de page sont alimentées par les sources et auteurs convoqués dans le raisonnement sans que ces derniers soient explicitement présents dans le récit.

Sources valorisées

* Le carnet de captivité du biographé et le film documentaire qui lui est consacré

* La presse locale générale (foire et aviation) et spécialisée (aviation)

* Les sources iconographiques qu’elles soient cartes postales, affiches ou film

* Entretiens d’Annette Beaufils-Grente et Agnès Lebailly sur le Gavray de l’Entre-deux-guerres

* Entretien d’un descendant de la famille Le Jeune : Didier Le Jeune

Après la collecte de sources et l’analyse répétée du carnet de captivité, il semble que Roger oscille entre acceptation de son sort, « de petit domestique à celui de jardinier », et émancipation de sa classe sociale. Il endosse tantôt ses fonctions avec les valeurs de droiture qui l’animent, en écho à celles de son instituteur. Mais son regard se tourne régulièrement vers d’autres aspirations qui le sortiraient de la reproduction sociale.

Jean-Paul Le Jeune est un personnage qui devient une nouvelle référence identificatoire pour Roger, un jeune père qu’il n’a pas eu. Il recouvre une forme d’idéal, selon lui, des relations entre « un maître et son ouvrier ».

Peut-être faut-il scinder le chapitre en deux afin d’éclairer au mieux les rêves de scolarité longue (Oui notre bon maître) puis les aspirations aéronautiques (Charmeurs de nuages). Sur le plan des identifications, il convient de mettre en contraste Jean-Baptiste (la tradition) et Jean-Paul (la modernité). Le premier attaché à un agrarisme ancien et le second qui en renouvelle les contours[14]. [à suivre]

_________________________________

[1] Ce titre fait écho à « Jaurès », chanson de J. Brel utilisée dans le chapitre sur l’enfance du biographé.

[2] L. Bantigny & I. Jablonka, Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France XIXe-XXIe siècle, Paris, PUF, 2009.

[3] F. Mayeur, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, De la Révolution à l’Ecole républicaine, 1789-1930, Paris, Perrin, 2004.

[4] J-P. Rioux & J-F. Sirinelli (dir), Le temps des masses, le 20° siècle, Paris, Seuil, 1998.

[5] M. Mead, Le fossé des générations, Paris, Denoël, 1979.

[6] A. Prost, « Jeunesse et société dans la France de l’entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1987, n°13, 35-44, 35.

[7] C. Bellanger et all (dir), Histoire générale de la presse française de 1871 à 1940, T 3, Paris, PUF, 1972.

[8] L. Kołakowski, « Uchronie. L’anniversaire de l’Ordre Nouveau », Commentaire, 2010, 131/3, 795-814.

[9] J-P. Demoule, « Uchronie, imagination et histoire », Sciences Humaines, 2021, HS9, 122-125.

[10] T. Paquot (dir), « Conclusion / Utopie, uchronie et politique-fiction », Utopies et utopistes, Paris, La Découverte, 2018, 99-111, 99.

[11] F. Sallée (dir), « L’uchronie s’oppose à l’histoire », La mécanique de l’histoire, Paris, Le Cavalier Bleu, 2019, 87-94.

[12] Par exemple pour l’aviation, les travaux de Luc Robène sont fondamentaux. L. Robène, L’homme à la conquête de l’air. Paris, L’Harmattan, 1998.

[13] A. Jourdain & S. Naulin, « Héritage et transmission dans la sociologie de Pierre Bourdieu », Idées économiques et sociales, 2011, 166/4, 6-14.

[14] P. Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Armand Colin, 1968.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 17 décembre). Oui notre bon maître… Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nird

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search