Salle d’attente 1 (1940-1942)

« […] faire vivre le foyer en l’absence du chef de famille […] être gardienne de la maison […] se sacrifiant pour envoyer à son mari un colis de nourriture et de vêtements [..] une responsabilité morale qui tournait autour de l’idée d’attente », Sarah Fishman, Femmes de prisonniers de guerre 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996, 168-169.

 

Depuis la défaite, devant les échoppes et les administrations, la population française s’agglutine sur les trottoirs et se contorsionne sur l’accotement disponible. Ces files d’attente, qui s’enchapeautent de parapluies les jours de grains, s’étirent dans les ruelles alentour, suivant la densité des villes et des quartiers[1]. Toutefois, le terme de population française n’est pas le plus juste, car ces colonnes sont presque exclusivement constituées de femmes. Il est vrai que près de deux millions d’hommes sont absents, captifs, pour la plupart, en Allemagne ; mais surtout parce que le ravitaillement et la gestion du quotidien sont, au-delà du contexte d’occupation, traditionnellement dévolus aux femmes. Dès lors, de tous les âges, elles intègrent les regroupements avec panier, cabas, filet ou tout autre contenant susceptible de recevoir un contenu qui souvent fait défaut. Les plus jeunes viennent avec leurs enfants en bas-âges dans les poussettes ou dans leurs bras. Quelques adolescentes prennent rang pour soulager leur mère qui passe de files en files journellement. On voit quelques pliants servant d’assise pour conjurer les fatigues.

Les réquisitions, la pénurie, le rationnement et les injonctions administratives sont les architectes de ces rassemblements disciplinés. La file d’attente, par sa récurrence, sa durée et la proximité qu’elle engendre, devient un nouveau lieu de sociabilité où informations, tracas et contestations s’échangent à mots couverts[i].

Marie-Anne prend place quotidiennement dans ces rangs devant les bureaux et les commerces de Bourges. Le premier d’entre eux est l’épicerie des Fromentaux, au sud de la rue Jean Mercier, sur la placette rue Champmartin. Cette bâtisse, aux linteaux de ciment tout en rondeur, est située juste en face de la maison de la famille. Marie-Anne et ses enfants n’ont qu’à traverser la rue. Ils connaissent cette épicerie de quartier, vendant légumes, pain, charcuterie et mercerie, depuis 1938 mais l’occupation allemande et le rationnement ont modifié leur relation à cet espace familier. Il ne suffit plus de regarder depuis le perron pour estimer le nombre de clients dans la boutique ; il faut prendre place dans la file d’attente, qui n’est certes pas à l’identique de celles du centre-ville, mais nécessite néanmoins anticipation et présence. En septembre 1940, Marie-Anne ne connaît pas les codes et la dynamique du groupe qui opèrent dans cette queue ; elles ont chacune leurs spécificités, leurs personnages, etc. Heureusement, dans ce quartier militaire des Fonds Gaidons, les familles se connaissent, s’entraident et l’initient aux affres de l’attente. Si Solange, quatre-vingts ans plus tard, n’est plus certaine de l’orthographe, elle se souvient que les Cerruli, Robin, Laveau et Herpailler, leur étaient d’une aide précieuse presque quotidiennement.

Ce faisant, dès octobre 1940, Marie-Anne, avec Bertrand à ses côtés, Claude et sa sœur étant à l’école primaire Pignoux, prend place dans ces files, s’éduque aux règles de la pénurie et, au gré du piétinement, s’informe sur la vie à Bourges durant son absence bretonne : la base d’Avord et la Société nationale des constructions aéronautiques du Centre avaient été bombardées dès le 10 et le 11 mai 1940. Le 16 juin, usines et avions furent détruits avant le repli des forces françaises. Quelques jours plus tard, plus d’une centaine de réfugiés, sur la route de l’exode, furent tués à la Chapelle d’Angillon au nord de Bourges[2]. Cette dernière était dès le 19 juin déclarée ville ouverte, comme nombre de villes de plus de 20 000 habitants[3]. Le découpage de la France suite à la convention d’armistice laissait Bourges, ses usines d’armement, ses établissements militaires et son terrain d’aviation, en zone occupée.

Dans ces rangées devant les commerces, les sujets de discussion varient d’un jour à l’autre. En ce début d’automne 1940, les femmes de prisonniers, qui communiquent déjà avec leur mari, rassurent celles qui sont dans l’attente d’information sur la captivité ou la mort du leur. Marie-Anne participe à la conversation retraçant la blessure de Roger et son casernement dans un hôpital lillois. La discussion dérive souvent vers l’armistice, que d’aucunes confondent avec un traité de paix, laissant bon espoir d’un retour prochain de l’ensemble des captifs[4] ; le gouvernement de Vichy ne faisait-il pas tout pour que les prisonniers soient bientôt de retour[ii] ? A chaque fois, sans que l’on puisse l’identifier, il y a toujours une voix dissonante qui dit que tout cela n’est que propagande et que l’Angleterre et la France libre sont loin d’avoir capitulé[iii]. Elle ajoute, juste avant que la porte de l’épicerie ne s’ouvre et que le silence se fasse, que la libération des prisonniers sert de chantage pour mieux accepter la collaboration avec l’occupant suite à la rencontre entre Philippe Pétain et Adolf Hitler en gare de Montoire-sur-le-Loir[5].

Au fil des jours et des semaines, Marie-Anne se réadapte à sa ville et à son quartier sous le joug de l’occupant et la contrainte du rationnement[6]. C’est d’ailleurs ce dernier qui nourrit l’essentiel des échanges dans les queues[iv]. La nécessité de sa mise en place semble relativement acceptée, pour peu que tout le monde soit soumis aux mêmes contraintes et les respecte, mais la complexité du dispositif et sa rudesse nourrissent les palabres. On avait connu, en 1939, les trois jours sans viande et les deux jours sans alcool, dont chacun doutait de l’efficacité mais, depuis septembre 1940, l’achat de denrées était soumis à autorisation municipale, délivrance d’une carte d’alimentation nominative et obtention de coupons et de tickets. Par voie de presse, le secrétariat d’État au ravitaillement fixait les quantités pour chaque denrée rationnée. De quoi se perdre dans le dédale des informations, attendre plus encore dans les files menant au bon guichet[7] et angoisser sur les carences nutritives pour les enfants en bas-âge. Le pain, le fromage, les matières grasses, la viande, la farine, les pâtes, le riz, les légumes secs, etc. sont soumis au fil des semaines à cette règlementation de la disette[8]. Certaines ménagères expriment leur mécontentement sur les quantités offertes ou sur le fait qu’elles reviennent parfois le sac vide trouvant portes closes chez les commerçants en rupture de stock. Elles déplorent également le temps perdu à passer de file en file pour rassembler ce à quoi elles ont droit. Sur ces trottoirs, on se questionne à bas bruit sur la nécessité du retour des prisonniers, les agriculteurs et les ouvriers agricoles notamment, pour faire repartir l’économie et éviter une crise alimentaire grave et durable. La discrète voix, sous l’invisible manteau, ne cesse quant à elle de répéter que les réquisitions de l’occupant[9], l’entretien des troupes allemandes et le gouvernement de Vichy qui s’y soumet[10] sont largement responsables du désastre. En début d’hiver 40-41, « pour la majorité de la population, le quotidien se réduit à l’obsession de la nourriture et du froid[11], qui se conjuguent à toutes sortes de désagréments journaliers »[v]. Ces discussions illustrent les tracas de Marie-Anne, femme de prisonnier avec enfants, soucieuse du suivi des produits disponibles[12], anxieuse pour la gestion des tickets E, J et A de sa famille[13], vigilante à s’inscrire sur les listes des commerçants[14] et inquiète des faibles rations autorisées pour chacun[15].

Avec l’accoutumance aux tracasseries administratives et aux contraintes du rationnement, les files d’attente discutent cuisine sans beurre, gastronomie de la pénurie et assaisonnement des topinambours. Les conseils donnés dans la presse et les ouvrages spécialisés[16] servent de point de départ aux discussions. Chacune y va de son grain de sel, pour peu qu’il y en ait, pour exprimer son ingéniosité à accommoder les restes et nourrir le moins mal possible les enfants, s’il y en a ; le mari, s’il est revenu du front ou n’y est jamais parti ; auxquels s’ajoute parfois un ancien. Les recettes se transmettent sur le trottoir, signe qu’au-delà de la quête alimentaire et la nécessité de courir matin et après-midi pour remplir le panier, la cuisine pour la femme citadine est aussi objet d’angoisse. Il faut détourner les produits de leur utilisation première[17] pour sustenter la maisonnée ou simplement tromper la faim. Marie-Anne, si elle participe aux discussions, n’est pas encline à ces tracas culinaires car cuisinière elle l’est depuis sa jeunesse. Elle est passée de château en château pour nourrir maîtres et enfants à Gavray dans la Manche, à Gimouille dans la Nièvre en passant par Étang-sur-Arroux en Saône et Loire. Ne faisait-elle pas pâte à choux, éclairs, petits fours meringués, massepain, pain de semoule au chocolat sans œuf, beignets au vin et autre pudding aux pommes lorsqu’elle officiait dans la cuisine du Château de Fertot à Gimouille en 1936[18] ? De l’expérience, elle en a et le tour de main qui va avec. Pour autant, elle comprend que derrière ces confessions de trottoir se cache une grande disparité des conditions de vie de celles qui suivent la même file ; elle pense à la diversité des biens familiaux, aux allocations militaires, à la nécessité de travailler pour certaines, au recours au bureau de bienfaisance pour d’autres, au soutien des proches habitant la campagne, etc. L’art culinaire et la dépendance aux denrées des commerces ne font que s’ajouter aux autres différences.

Sur ce dernier point, la situation de Marie-Anne, comme pour l’ensemble des familles de la cité-jardin des Fonds Gaidons, est proportionnellement convenable. Rue Jean Mercier, elle dispose d’un potager qui fait des envieuses. Elle l’entretenait aux côtés de Roger entre 1938 et 1939 ; il y avait même quelques fleurs. Elle le gère seule depuis septembre 1940. Il permet de collecter légumes et tubercules presque sur la totalité de l’année, complétant le cabas lorsqu’il se fait maigre. Les lapins, en clapier, s’intègrent au décor maraîcher et complètent parfois les assiettes des enfants[19]. Famille et belle-famille font parvenir des colis familiaux lorsqu’elles le peuvent et que la réglementation le permet. Lors de leur séjour, Jean-Baptiste et Maria ne viennent pas les mains vides depuis Gavray. À six kilomètres de Bourges, Mr Bezard le parrain de Bertrand, paysan à Gionne, accroit aussi ce soutien. Solange et Claude y vont « à pied, chercher du lait, des tas de trucs comme cela »[20] pour soulager leur mère. Cela nécessite planification et attention mais la situation alimentaire de la famille reste acceptable dans ce contexte de rationnement et de pénurie. Le département du Cher qui est bien approvisionné en matières premières alimentaires[21] et l’entraide entre voisins participent de l’ensemble. Un ami de la famille de Gionne vient labourer le jardin, les enfants contribuent au développement des pommes de terre en ramassant les doryphores comme ils l’apprennent à l’école. Ils vont récolter de l’herbe pour les lapins, stationnent dans la file d’attente devant le boucher avec les tickets d’alimentation spécifiques et rapportent parfois du poumon pour le repas. Marie-Anne ne parle pas de cela dans les files d’attente car elle comprend que sa situation peut susciter les acrimonies. Dans un contexte commun, chacune tente de tirer profit de ses atouts mais ne dit mot sur la main dont elle dispose. La voix discrète, dont on ne sait jamais d’où elle vient, martèle que la propagande vichyste rejette les problèmes d’approvisionnement sur le blocus anglais, que le marché noir fait le jeu de certains au détriment des autres, comme l’épicier Jambier rue Poliveau à Paris[22], et que les nantis s’en sortent toujours mieux que le petit ouvrier. Elle ajoute avant que la porte du commerce s’ouvre, ne faut-il pas résister ?

Marie-Anne, avec ou sans ses enfants, malgré la fatigue et les tourments, écoute et participe à ce bouche-à-oreille du quotidien sur les trottoirs de Bourges. Mais elle sent aussi que les regards sur sa personne disent autre chose que ces discussions de circonstance. Elles sont nombreuses, comme elle, les femmes de prisonnier à ressentir à la fois leur inclusion dans le collectif des rationnés et la distance dont elles font l’objet[vi]. Femme sans mari depuis 1939, femme de militaire depuis 1938, mère de famille détentrice de la carte nationale de priorité depuis 1941[23], Marie-Anne n’échappe pas aux regards en coin des femmes qui ont mari, de celles au moindre pécule allocataire[24] et des mères qui n’ont que deux enfants[25]. Dès lors, elle tient compte de cette contingence en étant toujours bien mise pour montrer qu’elle ne se laisse pas aller, mais sans excès pour ne pas susciter les critiques[vii]. Ce vêtir strict sied d’ailleurs bien à ses conceptions de la femme respectueuse de son mari et à ses valeurs catholiques relatives au mariage. Elle n’abuse pas de ses priorités dans les files pour ne pas entendre trop de remarques désobligeantes ; il en va autrement lorsqu’elle utilise les transports. Elle est économe, comme elle l’a toujours été, et ne sollicite pas l’assistance municipale, elle gère au mieux les ¾ du salaire mensuel de Roger qu’elle reçoit[26]. Ses valeurs catholiques, son vécu populaire et son adhésion aux valeurs du Maréchal font qu’elle tient son rang en toute discrétion. Lorsqu’elle sort de sa maison, rue Jean Mercier, elle est en représentation et respecte les codes de bonne conduite d’une femme de prisonnier française. [à suivre]

__________________________________________

[1] « Les files d’attente, les queues, sont l’objet de nombreux articles de presse, mais aussi des innombrables récits et autobiographies de contemporains […] Bref, les Français des villes sont confrontés à une autre réalité de l’occupation, l’attente interminable, dont se fait écho la presse locale et nationale », selon É. Alary et al., Les français au quotidien 1939-1949, Paris, Perrin, 2006, 266.

[2] http://asso-semoy.fr/chapelle-angillon.html

[3] R. Narboux, Histoire de Bourges au XXe siècle (1940-1970), Paris, Ed. Royer, 1995.

[4] Georges Scapini, l’ambassadeur de France chargé du dossier des prisonniers de guerre, demande en janvier 1941 aux familles des prisonniers d’être confiantes en un avenir meilleur et proche, selon S. Fishman, Femmes de prisonniers de guerre 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996, 58.

[5] Rencontre dans la gare de Montoire-sur-le-Loir entre A. Hitler et le Maréchal Pétain le 24 octobre 1940.

[6] Selon D. Veillon, le rationnement correspond à une série de mesures prises par les autorités en vue d’assurer une plus juste répartition entre les consommateurs et les utilisateurs de biens dont on ne dispose plus qu’en quantité limitée. Les principales mesures se mettent en place au sortir de l’été 1940.

[7] Selon l’auteure, on crée toute une série d’organismes confiés à des professionnels, organismes qui se superposent, se juxtaposent ou se chevauchent, complexifiant la compréhension du dispositif.

[8] Par exemple, selon l’arrêté de distribution des légumes secs du mois de décembre 1941 : « Il sera distribué, à compter du 26 décembre 1941, aux consommateurs de toute catégorie de l’agglomération de Bourges, St-Doulchard, Mazières et de la ville de Vierzon, inscrits chez les commerçants de ces villes conformément aux prescriptions de l’arrêté préfectoral du 25 septembre 1941, une ration de 250 grammes de légumes secs (févettes). Cette ration sera obtenue en échange des tickets-lettres DA, DB, DD et DE de la feuille de denrée diverses du mois de décembre, chacun de ces tickets ayant une valeur de 50 grammes », Versement 6F14 : Relations avec la Préfecture et restrictions, Archives municipales de Bourges.

[9] « La chambre froide du Mess allemand, rue de Dun est bien remplie. Les jambons, les quartiers de bœufs et de veaux ont bonne allure et pendant cela les berruyers sont à la portion plus que congrue. Les allemands avaient tout ce qui leur était nécessaire, parfois aidés par des commerçants cupides qui leur procuraient tout ce qu’ils demandaient pour eux et au besoin pour leurs familles en Allemagne », Versement 11J/19, La vie sous l’occupation, AD du Cher.

[10] « La propagande de Vichy s’efforçait de répandre les avis que les Allemands étaient corrects et n’expédiaient pas dans leur pays tous les produits manufacturés ou alimentaires qui manquaient en France […] Des commissions franco-allemandes étaient réunies à la Préfecture, chaque mois, où étaient étudiées les quantités de marchandises à fournir aux Allemands […] On y voyait par exemple les quantités suivantes à expédier par trains complets : 50000 hectolitres de vin ordinaire, 21000 bouteilles de vins fins de Bordeaux, 10000 bouteilles de cognac […] Ce tableau comportant souvent plus de 20 pages était un document allemand secret, remis dans les services ferroviaires pour permettre les acheminements par rames et même par trains complets », Ibid.

[11] Versement 1W/22 : Demandes de renseignement et sollicitations adressées au préfet par des particuliers et des administrations centrales, AD du Cher.

[12] « Les aigreurs s’accentuent à mesure que la guerre se prolonge, que les files d’attente s’allongent et que les biens manquent de plus en plus », selon É. Alary et al., op. cit., 269.

[13] « Dans la plupart des villes, les habitants ont eu du mal à trouver ce à quoi les tickets donnaient droit », Ibid., 214.

[14] Selon l’arrêté du 8 mars 1941, « Le délai imparti aux consommateurs pour se faire inscrire chez un commerçant détaillant de leur choix pour chacun des denrées ci-après : huile, margarine ou graisse végétale, savon, pâtes, riz, est reporté au 20 mars 1941, date limite qui, en aucun cas ne saurait être prorogée. La première inscription sera, en principe, valable jusqu’au 1e juillet 1941. Elle ne sera renouvelable ultérieurement qu’à l’occasion de la distribution périodique des feuilles de tickets de consommation. Un seul fournisseur devra être choisi pour une même denrée et pour la totalité des cartes d’alimentation d’une même famille. Les commerçants détaillants procèderont à l’inscription des consommateurs sur un registre spécial […] Les commerçants devront oblitérer de leurs initiales, soit à l’encre, soit au moyen d’un cachet, les coupons et tickets correspondants qui ne seront détachés toutefois qu’au moment de la livraison des denrées […] », Versement 6F14 : Relations avec la Préfecture et restrictions, Archives municipales de Bourges.

[15] Les Français sont classés par catégories en fonction de leur âge et de leur emploi professionnel :  E, enfants de moins de 3 ans ; J, enfants de 3 à 12 ans ; A, adultes de 12 à 70 ans ; T, adultes de 12 à 70 ans effectuant des travaux pénibles ; C, personnes effectuant des travaux de culture ; V, vieillards. La catégorie J est en juin 1941 subdivisée en J1, de 3 à 6 ans ; J2, de 6 à 12 ans ; J3, de 12 à 21 ans.

[16] E. de Pomiane, Cuisine et restrictions, Paris, Corrêa, 1940.

[17] Selon D. Veillon, pour pallier la difficulté à trouver du café et du cacao, on voit apparaître des ersatz ou produits de remplacement : de l’orge, du malt, des glands, des cossettes de betterave et, dans le meilleur des cas, de la chicorée.

[18] Selon le livre de recettes en possession de la propriétaire du château de Fertot, rencontrée en aout 2022.

[19] Témoignage de Solange, Juin 2020.

[20] Ibid.

[21] L’envoi de colis alimentaires aux prisonniers et aux familles découle souvent de cette différence de répartition des biens agricoles entre les départements et entre ville et campagne. L’Etat français règlemente ces échanges de colis.

[22] C. Autant-Lara, La traversée de Paris, 1956.

[23] Versement 6F14, Relations avec la Préfecture et restrictions, Archives municipales de Bourges.

[24] Versement 1Q34, 1917-1954, Bureau de bienfaisance, Archives municipales de Bourges.

[25] Selon le courrier, en date du 24/10/41, du Préfet du Cher en direction des Maires des communes du département pour l’attribution d’une carte nationale de priorité : « bénéficiaires à titre normal […] les mères ou femmes françaises rentrent dans les catégories suivantes : a) mères ayant au moins 4 enfants vivants de moins de 16 ans ou 3 enfants vivants de moins de 14 ans […] à la condition que ces enfants soient légitimes et reconnus […] la carte nationale de priorité est délivrée par la mairie de la résidence du demandeur […] La carte donne un droit général de priorité pour l’accès aux bureaux des administrations publiques, aux guichets des services publics et des services concédés, aux transports publics (chemins de fer, autobus, autocars, tramways), aux magasins de commerces et marchés. Ce droit ne peut être exercé que par le titulaire se présentant en personne, à son profit et au profit des personnes vivant effectivement à son foyer. Le commerçant est tenu de servir, par priorité, les titulaires de la carte ; il doit tenir compte, pour la délivrance des denrées rationnées ou non, du nombre, indiqué sur la carte, des personnes représentées par le titulaire et délivrer autant de marchandises qu’il en délivrerait si tous les clients représentés se présentaient individuellement […] »

[26] « Les officiers de carrière, les sous-officiers et autres officiers de réserve ayant au moins deux ans de service actif, avaient droit à un salaire mensuel évalué selon leur grade, leur fonction, leur situation de famille, le nombre de personnes à charge et les années de service. Leurs épouses ou leurs parents pouvaient toucher jusqu’aux ¾ de cette somme chaque mois [Pour les autres cela recouvrait la forme d’une allocation militaire] », selon S. Fishman, op. cit., 80-81.

_____________________________

[i] É. Alary, B. Vergez-Chaignon & G. Gauvin, Les français au quotidien 1939-1949, Paris, Perrin, 2006.

[ii] R. O. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, 1973.

[iii] D. Rossignol (dir), Histoire de la propagande en France de 1940 à 1944. L’utopie Pétain, Paris, PUF, 1991.

[iv] Ce thème est inspiré des analyses de D. Veillon, « Aux origines de la sous-alimentation : pénuries et rationnement alimentaire », in I. Bueltzingsloewen (dir), Morts d’inanition : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, PUR, 2005.

[v] D. Veillon, Vivre et Survivre en France 1939-1947, Paris, Payot, 1995, 105.

[vi] S. Fishman, Femmes de prisonniers de guerre 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996.

[vii] G. Dermenjian et S. Fishman, « La guerre des captives et les associations de femmes de prisonniers en France (1941-1945) », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1996, 49, 98-109.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 8 février). Salle d’attente 1 (1940-1942). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search