Ecritures féminines

La famille et l’épouse du prisonnier sont entrées, depuis septembre 1939, dans cette communion scripturale. Durant la « drôle de guerre », Marie-Anne échange avec Roger qui s’installe non loin de Valenciennes avec le 105e RAL. Le temps du feu est en suspens et les missives parviennent aux destinataires[i]. Marie-Anne a quitté Bourges avec ses trois enfants durant le mois de février pour rejoindre sa mère en Bretagne. La vie berrichonne est entre parenthèses comme semble l’être le conflit, d’autant que les permissions rapprochent ponctuellement les époux.

À partir du 10 mai, la donne change et les écrits peinent à rejoindre leurs destinataires. Ultimes courriers ou premières bouteilles à la mer, l’inquiétude fait place à l’incertitude sur le devenir du soldat et cette guerre qui prend forme. Puis, le silence crée l’angoisse pour les familles en attente d’un avis de capture ou de décès. Un temps suspendu au courrier qui, pour certaines, n’arrivera qu’à l’automne 1940 ou janvier 1941. Si les messages informels du captif, envoyés durant les marches ou depuis le Frontstalag, ne viennent pas lever le doute, l’inquiétude ne fera que grandir. La preuve de vie rassérénerait. L’armistice du 22 juin et le silence des armes accentuent ces craintes puisque le sort de l’absent n’est toujours pas connu et que le contexte limite la crédibilité des informations.

« La Couronne le 15 mai [1940], Bien chère Clémence, Je viens de reçevoir une lettre de toi ou je constate que tu es passablement découragée. Evidemment nous pouvons dire que nous nous trouvons dans une très mauvaise passe et que la situation est assez grave. Les Allemands tentent par un formidable coup de boutoir d’en finir au plus tôt et le choc qui vient de se produire en Belgique à dû etre terrible […] Je te quitte chère Clémence en t’envoyant mille et mille baisers. André »

Afin de lever cette chape de silence, les écrits des femmes durant l’été 1940 se tournent vers les acteurs susceptibles de les éclairer sur le devenir de leur époux, père ou enfant. Les récentes institutions vichystes reçoivent ainsi lettres et demandes concernant le sort du soldat devenu, l’espèrent-elles, prisonnier. Le Centre national d’information sur les prisonniers de guerre renseigne les requérantes en croisant les listes dont il dispose. Pour les acteurs vichystes, il en va de la crédibilité du nouvel État français de répondre avec application et montrer que l’attachement aux captifs n’est pas pure rhétorique politique[1]. Certes, la réponse est lapidaire mais au moins elle distille un minimum d’informations attestant de la captivité du mari[2]. Elles font de même en direction de la Croix-Rouge en Suisse ou la section d’état civil du Service général des prisonniers à Albi. De leur propre chef, elles multiplient les demandes afin d’obtenir une réponse fiable et lever les incertitudes. Les réponses tardent jusqu’à la fin de l’été mais cette effervescence inquiète montre la dynamique dans laquelle sont installées les femmes de captifs. Si Roger n’avait pas fait parvenir un courrier attestant de sa captivité sur Lille, tout porte à croire que Marie-Anne se serait engagée, elle aussi, dans cette enquête par correspondance.

Dès 1941, les lieux de captivité en Allemagne ou sur le sol français sont connus et la correspondance se normalise lentement. Pour le stalag XIA et ses kommandos, le rapport d’inspection du camp le 18 mai 1941 atteste que « le courrier qui avait été signalé au début comme lent parait avoir actuellement un rythme plus rapide, dû sans doute à l’amélioration des conditions d’exploitation de la poste du camp »[3]. Marie-Anne, revenue à Bourges, écrit régulièrement à Roger sur les lettres et cartes mises à disposition par l’occupant. Celles qui se soumettent à cette discipline ne savent pas qu’elles le feront, pour la plupart, cinq années durant.

« […] aujourd’hui grande a été ma joie d’y trouver une lettre de ma bien-aimée ; cette lettre qui est venue me dire ne perds pas courage chéri ta petite M-A t’aime toujours aussi fidèlement et aussi courageusement […] Tu me dis aussi chéri que je te retrouverais pareille que lorsqu’il y a plus de 2 ans je t’ai quittée »[4]

Pour autant, l’exercice est délicat. Non sur la forme ; écrire comme elles parlent est encore la meilleure façon pour que l’être aimé entende leurs voix, retrouve leurs intonations et leurs formules favorites. Marie-Anne reprend sa plume délaissée depuis 1929, lorsque Roger lui faisait sa cour par courrier, ou plus récemment durant la « drôle de guerre ». Les mots reprennent leur place, à leur manière, sur le papier. Le plus délicat est le contenu de ces échanges qui doit être pesé pour se préserver l’un l’autre. Alors que Roger est absent physiquement, elle se le représente pour mieux cerner son état d’esprit au regard des échanges précédents. De même, elle adapte son message pour donner une image d’elle-même qui sied à son époux ou aux thèmes récurrents de la santé des siens et de l’éducation des enfants. Enfin, durant cinq ans, elle modifie le ton de ses courriers si elle estime que Roger a besoin d’un soutien moral, d’être rassuré sur ses tâches maternelles ou son statut d’épouse.

« Et rien que d’avoir devant mes yeux ces quelques vingt lignes de l’écriture chérie j’oublie que je suis seul ; car pour quelques instants je suis heureusement plongé dans la douce tiédeur du foyer familial. Il me semble entendre sortir de ta bouche ce mot qui t’est si cher : Loulou. et je te réponds Mimi. Puis c’est la voix de nos petits qui résonnent doucement à mes oreilles. Oui chéris c’est toutes ces belles et douces choses que je revis avec joie et qui viennent adoucir ma captivité »[5]

Dès lors, au-delà de la censure, Marie-Anne édulcore les soucis ou surjoue les réussites et progrès des enfants. C’est une correspondance qui ne dit pas tout et ne peut tout dire. Un inconfort épistolaire qui doit réconforter le captif ou au moins ne pas ajouter d’autres souffrances à celle de l’éloignement. Marie-Anne, comme les autres, a incorporé que le courrier participe du bien-être du prisonnier et, en creux, le carnet de Roger le laisse entrevoir.

« […] ton Roger a eu les lettres tant attendues ; c’est d’abord le n°11 que j’ai eu la joie de recevoir dimanche matin. Comme je te le disais avant hier soir en t’écrivant ce message a été pour moi un grand réconfort qui a mis dans mon pauvre cœur de bien douces choses ne serait-ce qu’en respirant la petite branche de muguet […] Merci petite M-A de me montrer que jusqu’au bout tu resteras la vraie femme de soldat français ; qui pas une fois n’aura faibli à son devoir de maman et d’épouse. Que le retour proche de ton Roger puisse bientôt lui permettre de te dédommager un peu de ces durs temps par sa sincère et profonde affection »[6]

Parallèlement à cet échange épistolaire au fil de l’eau, « l’autorité militaire allemande signale qu’elle est journellement saisie, par les familles, de demandes de libération de prisonniers de guerre […] »[7]. Submergée de demandes, elle rappelle que l’éventuelle libération d’un prisonnier est la résultante d’un protocole à respecter[8]. En effet, dans le Cher, comme dans les autres départements, les familles, entrepreneurs, collectivités, institutions et femmes de prisonnier recouvrent leur plus belle écriture, celle de la communale ou du lycée, pour obtenir la libération du captif. Ces demandes, par les outils et le style adoptés, laissent entrevoir les strates sociales des requérantes et leur entregent. D’aucunes font dans la majuscule, la politesse à toutes les phrases et la précision dans le détail. La machine à écrire facilite alors l’agencement des caractères et affirme un respect envers l’édile. D’autres, sûres de leur facilité d’écriture et de leurs relations, gardent le stylo à plume pour préserver la proximité et l’attention du fonctionnaire. Au-delà de cette sociologie de l’écrit à peu de frais, ces requêtes, qu’elles concernent un ouvrier agricole, un instituteur, un médecin, un artisan, etc., cherchent à limiter le temps de captivité pour retrouver la vie et les occupations d’antan. L’armistice et la propagande vichyste sur le retour rapide des prisonniers participent de la multiplication de ces courriers durant l’été et l’automne 1940. « Beaucoup, on le sait, nourrissent au début, et plus ou moins longtemps, l’espoir d’une libération générale […] »[ii]. Les requêtes se poursuivent ensuite car sont peu nombreux ceux qui sont revenus en 1940 et 1941 suite à une libération anticipée[9].

A BOURGES (Cher), Mehun-sur-Yèvre, le 30 Novembre 1940.

Monsieur le Préfet,

 J’ai l’honneur de faire appel à votre bienveillance pour hâter, si possible, le retour, à son foyer et à son Service, de mon mari, prisonnier de guerre. Si je me permets de vous adresser cette demande, c’est que j’ai lu dans les journaux que tous les fonctionnaires – actuellement prisonniers – devaient, par ordre, être libérés et reprendre leurs occupations. Mon mari, Camille B…, est premier garde-champêtre à Mehun-sur-Yèvre et Gardien de la Mairie. Il est âgé de 38 ans. La Mairie m’a bien dit vous avoir adressé, à ce sujet, une demande depuis longtemps, mais je crains qu’elle se soit égarée, car mon mari a vu avec peine le rappel de certains camarades, fonctionnaires comme lui, mais ne voit pas, hélas, arriver son tour, qu’il attend avec une impatience d’autant plus grande qu’il ne connait pas son fils, né depuis sa captivité […]  A l’avance, je vous remercie très vivement de ce que vous pourrez faire en sa faveur, et vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de ma haute considération.

Hélène B

Dans ce contexte, Marie-Anne fait trois demandes pour faire libérer Roger faisant valoir qu’il est père de trois enfants en bas-âge. Roger suit cela à distance mais, à chaque fois, le relate avec émotion dans son carnet. Il est toutefois impossible de savoir quelles instances Marie-Anne sollicite. A-t-elle, comme d’autres l’ont fait, requis l’attention du Maréchal à Vichy ou du service diplomatique de l’ambassadeur Scapini en charge des prisonniers[10] ? Les preuves manquent mais l’échec des procédures est sans appel. Roger, comme un million de ses camarades, restera en Allemagne jusqu’en 1945.

« […] mieux encore elle vient cette chère missive remettre de l’espérance dans mon cœur en me disant qu’encore une fois malgré deux échecs tu essayais de me faire libérer. Certes, chérie, ton Roger sait que peut-être aujourd’hui plus que jamais cela est difficile ; mais puisque ce doux espoir vient de toi je vais être encore plus courageux dans ma solitude et qui a confiance en Dieu doit toujours espérer. »[11]

L’absence engage Marie-Anne dans une nouvelle relation à l’écriture. Cette pratique sociale, qu’elle connait et utilise depuis l’entre-deux-guerres, recouvre entre 1939 et 1945 de nouvelles modalités. Elle écrit, dans l’urgence et l’inquiétude, aux instances susceptibles de la renseigner sur l’état de santé et le lieu de captivité de Roger au sortir de la débâcle. Elle peaufine ses lettres, avec mesure et application, lorsqu’il s’agit d’interpeller les acteurs pour faire libérer son mari dès la fin de l’automne 1940. Elle écrit, avec discernement et retenue, vers le XIA pour limiter l’inquiétude du captif, préserver sa santé morale et soutenir son époux. Elle écrit, comme elle l’a toujours fait, à sa famille et belle-famille pour échanger sur les affres de l’occupation, la gestion de ses trois enfants et les nouvelles reçues d’Allemagne. Une charge de l’esprit supplémentaire, comme s’il en manquait, lorsqu’elle pose les mots sur le papier. L’absence de Roger l’oblige à recomposer sa relation de couple en faisant tout pour que texte et sous-texte maintiennent le lien malgré la séparation. Avec les limites d’une correspondance épistolaire sous contrainte et contrôle, les époux réinventent leur vie commune à mots couverts. Cette fusion renouvelée semble ramassée sur les deux conjoints, tant elle est peu accessible aux enfants. Solange et Bertrand n’ont pas souvenir de lecture de lettres ou cartes de leur père[12]. Claude, déjà lecteur, a dû avoir une correspondance, au moins ponctuelle, avec son père puisque plusieurs photos dédicacées lui parviennent entre 1942 et 1943 alors qu’il a neuf et dix ans. [à suivre]

_____________________________________________

[1] « Les prisonniers de guerre sont rapidement devenus pour Vichy un enjeu de propagande. Considérés d’abord comme des victimes, ils font l’objet d’aides de toutes natures jusqu’au printemps 1941. Puis, ils sont la cible de la propagande du gouvernement de Vichy qui veut les rallier à sa politique. Outre le Service diplomatique de Georges Scapini, différents organismes gouvernementaux se chargent de l’application de la politique de Vichy à l’égard des prisonniers, qu’ils soient encore en captivité ou rapatriés en France », AD du Cher 130 J 22/26.

[2] « Réponse à votre demande du X/X/1940, [garde, nom, régiment] était, à la date du X/X/1940 prisonnier dans un camp provisoire. Son adresse ne pourra être connue que lorsqu’il sera dans un ‘camp régulier’ ».

[3] Rapports de visites d’inspection des camps. Chemise 2 : Renseignements à communiquer à l’homme de confiance, AN F/9/2717, Pierrefitte.

[4] Carnet de captivité, 5 avril 1942.

[5] Carnet de captivité, 21 avril 1941.

[6] Carnet de captivité, 26 mai 1942.

[7] Circulaire, demandes de mise en congé de captivité, Coupures de presse, listes, correspondance…, AD du Cher, 1W/536.

[8] Tout dossier concernant la libération d’un prisonnier doit être adressé au préfet du domicile du département. Ce dossier doit comprendre obligatoirement un certificat du maire indiquant l’état civil complet, l’adresse avant la mobilisation, le grade, le lieu d’internement, la profession et faisant ressortir d’une façon précise la nécessité de la présence de l’intéressé pour assurer la marche normale d’un service ou d’une exploitation agricole, industrielle ou commerciale, indispensable à la reprise de la vie économique de la nation.

[9] Selon Y. Durand, les PG de 1940 sont, pour la plus grande part, des hommes en pleine force de l’âge, déjà avancés dans leur vie sociale et professionnelle. Ils sont aussi, pour plus de la moitié en 1940, des hommes mariés, la majorité d’entre eux déjà pères de famille. Les PG avec 3 enfants sont statistiquement assez peu nombreux : en 1940, ils représentent un peu plus de 2%.

[10] Les démarches des femmes de prisonniers et les négociations des instances vichystes permettent la libération de 18731 pères et soutiens de famille de plus de 4 enfants.

[11] Carnet de captivité, Pâques cloches d’espérance [5 avril 1942].

[12] Témoignage Solange, Juin 2020. Témoignage Bertrand, Mai 2021.

________________________________

[i] A. Bernard, « Correspondre pendant la « drôle de guerre », l’exemple de Renée et François Dodat », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2017, 125-126/3-4, 81-86.

[ii] Y. Durand, op. cit., 193.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 9 février). Ecritures féminines. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/niry

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search