Carnet de recherche

« Il était de ceux qui quittent leurs chaises aux premières notes de la Marseillaise, comme ce 2 juin 78 où Roger est droit comme un I devant le premier match de l’équipe de France de football lors de la coupe du monde en Argentine. C’est le premier souvenir que j’ai de lui dans cette posture patriotique, moi qui suis affalé dans le fauteuil, cherchant sans y parvenir l’ange vert parmi les bleus. Roger n’aura pas le temps de se rassoir que Bernard Lacombe aura déjà mis le premier but. 38 secondes c’est un peu court pour sortir de son rôle de patriote et prendre celui de spectateur. Il en sera de même lors du défilé du 14 juillet. Les chasseurs alpins sont sous le soleil, les fougas de la patrouille de France dans le ciel et Roger est debout près de sa chaise paillée. Voilà les images qui me montaient aux yeux lorsque je me coltinais à mon égo-histoire en Février-Mars 2020. Mais pouvais-je être le biographe de mon grand-père et étais-je capable de comprendre pourquoi Roger, à 67 ans, était au garde à vous devant la chevelure de Rocheteau ou la calvitie de Giscard sous prétexte qu’un drapeau ou un hymne s’invitait dans le tube cathodique ? Trouverais-je dans son carnet de captivité, les empreintes de l’histoire collective et individuelle laissées sur sa personne, de celles qui organisent encore sa lecture du monde en ce début de décennie 80 ?« 

Soutenance HDR, JM Lemonnier, 28/01/2021

L’introspection égo-historique, cette micro-histoire de soi-même[1], a ravivé le désir d’écrire la biographie de mon grand-père Roger. Entre non-dit et incompris, ce récit de vie, dont une partie est remisée dans les placards de la mémoire familiale depuis 1945, a façonné mon appétence pour l’histoire. L’absence créa l’intrigue, l’envie de savoir et d’interroger ce passé sans jamais avoir eu le temps ou le courage de le faire. Inscrite dans une réalité collective mais marquée du sceau de la singularité, l’heure n’est-elle pas venue, soixante-quinze ans après, de structurer les sources disponibles, d’en collecter de nouvelles et d’interroger la vie de ce jardinier, militaire et prisonnier de guerre entre 1911 et 1995 ? Si ce pari biographique m’éloigne de l’objet sportif dont je cherche à cerner les contours depuis une dizaine d’années, il me rapproche de l’histoire du sensible que j’affectionne.

Alors que la Covid-19, en ce mois d’avril 2020, met la planète sous cloche sanitaire, je vais consigner dans ce carnet, les éléments qui guideront ma démarche, qu’ils relèvent d’une posture épistémologique, d’un choix de narration ou de sélection des sources. Il est important en effet de décliner pourquoi le biographe s’intéresse au biographé, quelle légitimité historique ce dernier peut recouvrir ou encore quelle méthode est utilisée pour la narration. Ces lignes permettront aussi d’exprimer les doutes et questionnements qui se feront jour. Sans véritable état de l’art, les auteurs seront toutefois convoqués à travers des lectures commentées mises en perspective avec mon projet. Ces pages serviront de base à l’argumentation théorique mais elles pourront aussi alimenter les chapitres, en les glissant dans le corps du texte, dans des notes préliminaires ou en les consignant toutes en annexe. Ce carnet de recherche est partie prenante du récit biographique.

Le confinement n’étant pas propice à la quête de sources, cela peut être l’occasion d’avancer sur les voies épistémologiques ou narratives et poser les premiers soubassements de ce « roman vrai ». Ce dernier m’éloigne de l’histoire des pratiques corporelles mais gageons qu’il participe à d’autres histoires, celle de la ruralité, des pratiques culturelles, des représentations, des idées et des idéologies, des loisirs, des prisonniers de guerre, des politiques publiques, de l’éducation, de la famille, de la parentalité, de l’enfance, etc. Si ce projet ne débouche sur rien d’autre qu’un écrit familial, il aura le mérite de m’éclairer sur le récit biographique et l’écriture de l’histoire. 

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Carnet de recherche," in Pour une bibliographie que nous n'avons pas écrite, 05/04/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/269.

_____________________________________

[1] Pierre Nora, « L’ego-histoire est-elle possible ? », Historein, 2001, n° 3, 19-26.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search