Scriptorium

Projet de titre : Ecrire pour ne pas périr ou Le grand scriptorium et Le carnet de Roger

Thème de la note d’intention : Une plume parmi d’autres (Pourquoi et Comment Roger et Marie-Anne écrivent-ils entre 1941 et 1942 ?)

Ce chapitre doit présenter, interroger les motivations qui incitent Roger à écrire son (ses) carnet(s) de captivité. Elles divergent peu de celles des autres captifs. De façon synchronique, entre les différents stalags, ou diachronique, entre les deux guerres mondiales, les thèmes de l’ennui, de l’absence, du découragement, du passé perdu, de l’amour à venir, des enfants qui grandissent sans leur père, etc. sont autant de fenêtres ouvertes, via l’écriture, sur la santé mentale et physique de l’homme pathologique cher à Sabina Loriga. Ainsi les lignes de Roger rejoignent celles de l’instituteur de Gavray Gustave Cambernon[1] et du fermier calvadosien Jules Bouchard[2] présents tous les deux à Stendal 25 ans auparavant, ou celle d’André Favart[3], soldat du 439ème Pionnier, prisonnier au Stalag XII B et des autres prisonniers de guerre (PG) qui ont légué leurs mots aux archives du Mémorial de Caen. « Le biographique trouve alors sa légitimation dans sa valeur d’exemplification « d’un moment singulier » ou « d’un milieu plus large »[4].

La mise à nu de Roger recouvre ainsi une singularité inscrite dans un temps collectif et « la recherche des causes vise moins à énoncer des généralités qu’à expliquer l’évènement dans sa plus intime singularité »[5]. Le chapitre prend alors une forme herméneutique que les réflexions sur le corps captif[6] doivent alimenter. C’est-à-dire une évasion par l’écrit, gage de santé mentale, qui, par des thèmes et contenus récurrents, réactive pourtant d’autres enfermements. Seuls le futur, les enfants et le souvenir de Marie-Anne sont radieux. En cela Roger donne à lire mais donne aussi à voir sa posture de prisonnier, son rapport aux autres, à l’autorité et à son passé. Il est vrai que « notre mémoire déchiffre nos souvenirs d’hier avec nos idées d’aujourd’hui »[7] et que le contexte d’énonciation du carnet est ancré dans la captivité, la défaite et l’éloignement. Les émotions en sont exacerbées, les joies et les peines décuplées. Les thèmes du discours sont à étudier à l’aune de ce contexte non apaisé et d’une prise de recul très délicate. Ces lettres ou carnets de captivité, qu’ils nous viennent de la Première ou de la Seconde guerre mondiale « sont donc le lieu où se déploie un discours sur soi, fût-il elliptique, parce que, pour tous leurs rédacteurs, leur acte d’écriture se justifie par leur expérience individuelle, et seulement par elle […] l’enjeu de cette écriture n’est rien moins que la possibilité de se dire comme sujet autonome et de ne pas subir les désignations imposées, le langage des autres »[8]. Ce « déploiement du moi » est d’autant plus vrai que, dans cette communauté épistolaire, Roger est seul sur son cahier, au coin de la table de la chambrée ou dans l’isolement de sa ferme kommando.

Si le contexte est à l’écriture pour les prisonniers de guerre (PG), celui-ci déborde largement vers d’autres groupes sociaux. Il influe notamment sur les familles qui subissent les contraintes de l’Occupation. Comment Marie-Anne correspond-elle avec Roger ? Partage-t-elle les lettres avec ses enfants ? En écrivent-ils à leur père ? Mais au-delà de ces échanges intrafamiliaux, d’autres concernent les démarches administratives. Marie-Anne est-elle engagée épistolairement dans la libération anticipée de son mari ? De façon modale, Marie-Anne, grand-mère inconnue pour ses neufs petits-enfants, est un personnage à replacer dans l’histoire des femmes de PG et des structures qui leur viennent en aide. Enfin, l’État Français n’échappe pas à cet effet de contexte puisque, dès juin 1940, nombres d’échanges écrits avec l’occupant visent à structurer et permettre la correspondance entre citoyens qu’ils soient captifs ou non. Selon Fabien Théofilakis, les acteurs de Vichy sont pris notamment dans une urgence « sociale afin de réagir à l’attente de millions de Français qui, dans le chaos de la campagne [mai-juin 1940], ne savent rien de leurs proches partis sous les drapeaux […] »[9]

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Plusieurs types de paragraphes se succèdent. Certains retranscrivent des extraits de lettres et carnets, où celui de Roger tient une place importante sans qu’elle soit exclusive. Différentes temporalités, celles des deux guerres mondiales, peuvent cohabiter pour inscrire ces paroles d’emprisonnés dans une expression commune presque intemporelle. Plusieurs « je » cohabitent, celui du texte du biographé et ceux d’autres prisonniers. Le même pronom personnel est relié à l’émotion d’un individu.

D’autres paragraphes relèvent de l’analyse historique ou de discours. Il convient de valoriser les ils/elles afin de mettre en perspective ce contexte scriptural qui englobe largement les acteurs. Le Je de l’historien/petit-fils doit être utilisé avec parcimonie. Le style doit relever d’une forme orale en écho avec le style utilisé dans les correspondances des PG.

Les notes de bas de page exposent les archives dont sont issus les témoignages. Les références historiographiques ou épistémologiques sont insérées en note de fin.

Sources valorisées

* Le carnet de captivité du biographé

* Carte d’identité de Marie-Anne (femme du biographé)

* Témoignages de Solange et Bertrand (fille et fils du biographé)

* Archives nationales de Pierrefitte, du Mémorial de Caen et du Cher à Bourges

Alors que ce chapitre est en préparation, en collectant différents récits de PG, il semble qu’il faille ajouter au cadre ci-dessus une dimension d’analyse textuelle qui devra thématiser le discours de Roger, pour mieux ensuite l’analyser. Il sera toutefois délicat d’insérer des aspects quantitatifs (nombre d’occurrences…) dans les paragraphes sans créer une dissonance stylistique !

Pour le chapitre concernant le carnet du biographé, Le carnet de Roger, il peut être judicieux de modifier l’espacement entre les lignes afin de rappeler la densité de l’écriture des prisonniers sur ce type de calepin. [à suivre]

_______________________________________

[1] Carnets de captivité de Gustave Cambernon, archives privées de Mme Anger.

[2] R. Delente, « De Caen à Montreux : itinéraire d’un prisonnier de la Première Guerre mondiale », Annales de Normandie, 2003/2, 159-187.

[3] Correspondance d’André Favart à son épouse Clémence Bardon restée au Bas-Murat de Voutezac en Corrèze, Memo-Arch_03222, TE496.

[4] P. Aron & F. Preyat, « Introduction », Contextes, 2008/3, http://journals.openedition.org/contextes/2543, 6.

[5] I. Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Partie : Le raisonnement historique, Paris, Seuil, 2014, ebook 15/19.

[6] S. Audoin-Rouzeau, « Massacres. Le corps et la guerre », in J-J. Courtine (dir), Histoire du corps, Les mutations du regard. Le XXe siècle, T3, Paris Seuil, 2006.

[7] A. Burguière, « Jacques Ozouf, Nous, les maîtres d’école », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 2009/43, http://journals.openedition.org/ccrh/3496 ; DOI : 10.4000/ccrh.3496, 12.

[8] J. Lyon-Caen, « Une lettre d’Aimée Desplantes à Eugène Sue. Lecture, écriture, identité sociale », Genèses,1995, n° 18, 132-151, 133-134.

[9] F. Théofilakis (dir), Les prisonniers de guerre français en 40, Paris, Fayard, 2022, 70.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 18 décembre). Scriptorium. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nire

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search