Les égarés (mai 1940 – octobre 1940)

« En mai 1940, la première vague de l’exode voit se regrouper sur les routes et dans les gares les populations frontalières du Nord, de l’Est, de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas. Qu’il s’agisse de départs en catastrophe ou d’évacuations préparées à l’avance, mal coordonnées in fine, la tristesse domine, mais l’espoir de rentrer vite demeure », Éric Alary (dir), « L’exode à Paris, une déferlante », L’Exode, Paris, Perrin, 2013, 143-193, 143.

 

Au printemps 1940, sous les bombardements ou leurs échos, huit millions de personnes, de provenances géographiques diverses mais d’une commune peur de mourir, se précipitent vers les départements éloignés des combats, que cela soit vers l’ouest ou le sud de la France[i]. Aux populations nordistes, sur la route dès mai, se sont jointes en juin celles des soldats en déroute, des parisiens et des premiers départements d’accueil. Plus l’ennemi progresse dans cette bataille de France, plus les communes se vident dans l’espoir d’éviter la nasse. « Ces voitures chargées de vieillards et d’enfants font peine à voir. Et les femmes à pied trainent des bagages plus lourds qu’elles ! »[1]. Les colonnes n’échappent pas aux mitraillages et les images de corps mutilés, de chevaux agonisants et de voitures en flamme hantent le trajet des uns et la mémoire des autres. Franchir la Loire ou le Rhône est un impératif largement partagé, la population misant sur une armée française qui ferait un jour à nouveau front. Un flot continu d’exodiens[2] occupe donc routes, chemins et fossés, dépendant de l’entraide et de la débrouillardise des égarés, pour trouver un refuge et un peu de réconfort. Ce n’est pas sans heurts et conflits dans cette promiscuité du désespoir ; d’autant que les pouvoirs publics ne gèrent pas l’exode et que leurs responsables parisiens fuient de concert vers Tours puis Bordeaux. Certains préfets, maires, fonctionnaires et bénévoles tentent toutefois de régenter la déferlante et l’accueil des exilés[ii]. Chaque individu vit donc l’exode dans une collégialité de circonstance, un sentiment d’abandon ou de solidarité et l’unicité d’une trajectoire aux aléas spécifiques[3]. Roger croise bataves et wallons descendant de leur Septentrion, congestionnant l’avancée ou le repli du 105e RAL[4]. René Tardi témoigne que les véhicules militaires accrochent ceux de civils terrorisés qui fuient les zones de combats, en descendant vers le Sud[5]. Louise, héroïne de Pierre Lemaitre, est au cœur de cet embouteillage durant plus de cinq cents pages[6]. Paulette perd ses parents suite à une attaque allemande ; elle erre avec son chien mort dans les bras, rencontre Michel, garçon d’une ferme voisine, qui devient quelques jours son camarade de jeux interdits[7]. « L’exode est comme une pieuvre dont les tentacules rattrapent tous les réfugiés, frappant durement les plus vulnérables, les malades, les vieillards, les enfants et les adolescents livrés à eux-mêmes »[iii]. D’une traite ou par sauts successifs, les survivants se mettent à l’abri ; ou du moins l’espèrent-ils ! Marie-Anne et ses trois enfants[iv] n’ont pas vécu cet exode printanier puisqu’ils avaient rallié spontanément Bénodet, en Bretagne, dès février 1940. Roger était venu les voir lors de sa dernière permission en mars[8]. Claude, l’ainé âgé de six ans et demi, fut scolarisé au milieu de petits bretons qu’il ne comprenait pas tant ils usaient volontairement de leur langue celtique lors des récréations[9]. Groggys, ils l’étaient tous, les exilés, les accueillants, Marie-Anne comme les autres, face à la rapidité de l’invasion, la débâcle de l’armée française et la difficulté à endiguer l’inexorable.

Puis le Maréchal Pétain, qui disposait des pleins pouvoirs depuis le 10 juillet, a dit de rentrer chez soi, que l’armistice signé le 22 juin en forêt de Compiègne avait fait taire les armes et que l’école reprendrait dès le mois d’octobre 1940. Le régime de Vichy prend ainsi la main sur le retour d’exode pour assoir son pouvoir, tout en se soumettant aux directives de la convention d’armistice. Dans l’avenir, selon ce nouvel État Français, le programme politique de la Révolution nationale fera rempart à de telles tragédies pour le peuple de France. Dès lors, la plupart de ceux qui, en mai-juin, avaient fui les combats, à pied, à cheval ou en voiture, s’agglutinant sur les routes dans la panique et le désordre, font maintenant le chemin dans l’autre sens durant cette seconde partie d’été[v]. D’aucuns, peu nombreux, étaient revenus dès l’annonce de la cessation des combats mais, en ces mois d’août et de septembre, c’est en masse qu’ils rejoignent leurs lieux de vie ; en espérant que les pillages et les destructions les aient épargnés, qu’ils émanent de l’occupant ou de Français ayant profité de la fuite pour visiter les maisons inhabitées. Si l’exode du printemps s’est fait dans la tourmente et l’inorganisation, il n’en est pas de même pour le retour[vi]. Ceux qui repartent, ceux qui reviennent se plient aux nouvelles normes de circulation dans une France scindée en zones. Entre la zone occupée et la zone libre, les pièces d’identité et les certificats permettent de franchir la ligne de démarcation ou de circuler au nord de celle-ci. Le temps est cependant compté puisque les postes de passage entre ces deux zones fermeront à la fin octobre. « A Saint-Amand-Montrond (Cher), le sous-préfet signale qu’étant donné le grand afflux de réfugiés qui se rendent à Paris, les points de passage de Bourges et de Saint-Aignan seront utilisés pour les Parisiens quand celui de Vierzon se montrera insuffisant »[10]. Cela se complique plus encore pour les déplacés originaires de la zone interdite, entre Somme et Jura, qui se voient durablement refuser leur retour.

Marie-Anne, avec ses trois enfants, est prise cette fois dans cette transhumance. Munie du Certificat Individuel de Rapatriement de réfugié par Chemin de fer, validé à Bénodet, elle revient vers Bourges, dans le Cher, en zone occupée non loin de la ligne de démarcation. « Les Autorités Françaises certifient que la personne ci-dessus désignée rentre à son lieu de rapatriement. Elles prient les Autorités Allemandes de lui accorder aide et protection et de faciliter sa circulation dans la zone occupée »[11]. Elle est âgée de 28 ans ; Claude de 7 ans ; Solange de 6 ans et Bertrand de 2 ans. En sortant de la gare de Bourges et plus encore en arrivant rue Jean Mercier, elle sent comme un fardeau supplémentaire sur ses épaules de femme et de mère de famille depuis 1932 ; celui des responsabilités qui s’imposent à elle, esseulée : nourrir, éduquer, prier et attendre. [à suivre]

______________________________

[1] F. Silloray, Le carnet de Roger, Paris, Sarbacane, 2011, 36.

[2] Selon un néologisme de Jean-Pierre Azéma.

[3] E. Nobécourt, L’Exode, documentaire de 90 minutes, 2020.

[4] 34N608 : Informations et Carnets de marche du 105e RAL, SHD de Vincennes.

[5] J. Tardi, Moi René Tardi, Prisonnier de guerre au Stalag IIB, Paris, Casterman, 2012, T.1, 46-48.

[6] P. Lemaitre, Miroir de nos peines, Paris, Albin Michel, 2020.

[7] R. Clément, Jeux interdits, 1952.

[8] La carte d’identité de Marie-Anne atteste qu’elle était encore présente à Bourges le 8 février 1940 et le carnet de Roger relate la permission de mars 1940 en Bretagne.

[9] Selon mes souvenirs de R16 et le témoignage de Solange en Juin 2020.

[10] E. Alary et al., Les français au quotidien 1939-1949, Paris, Perrin, 2006, 141.

[11] Selon un modèle de certificat individuel de rapatriement délivré en août 1940.

[i] S. Catros, « L’exode dans l’Eure : accueillir, partir, revenir (printemps 1940-printemps 1941) », Annales de Normandie, 2020/2, 145-178.

[ii] A. Laurens, « Populations réfugiées et déplacées en Ariège de 1939 à 1945 », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, 1980, 119, 45-59.

[iii] É. Alary (dir), « Le calvaire des vulnérables », L’Exode, Paris, Perrin, 2013, 355-411.

[iv] Pour comprendre le ressenti de certains enfants : B. Ménager, « Un enfant dans l’exode de juin 1940. Cahier d’un futur professeur à l’Université de Lille », Revue du Nord, 2018, 425/2, 429-445.

[v] É. Alary, L’exode. Un drame oublié, Paris, Perrin, 2010.

[vi] M. Lagrange, « Le rapatriement des réfugiés après l’exode (Juillet-Septembre 1940) », Revue d’histoire de La Deuxième Guerre Mondiale, 1977, 107, 39-52.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 11 février). Les égarés (mai 1940 – octobre 1940). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nis0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search