L’attente

Projet de titre : Fille d’attente ou Attente rue Jean Mercier ou Salles d’attente (1940-1942)

Thème de la note d’intention : Attente et quotidien durant l’Occupation

Les files d’attente, les tickets de rationnement et les difficultés quotidiennes pour se défaire de l’emprise du manque imprègnent largement les représentations collectives de l’Occupation en France entre 1940 et 1945[1]. Ces dernières parviennent à différencier les villes des campagnes, les secondes étant mieux loties que les premières ; à sérier ceux qui subissent les restrictions et ceux qui s’en accommodent, voire en bénéficient ; mais les trottoirs encombrés de femmes en attente de denrées restent fortement attachés aux souvenirs des uns et à l’iconographie des autres. De sa fenêtre, Marc Bloch semble regarder ces queues interminables lorsqu’il écrit son témoignage en 1940 : « N’apercevons-nous pas déjà que la plaie de l’occupation mord, chaque jour, plus cruellement dans nos chairs »[2]. Au-delà du couvre-feu qui impose silence et ténèbres entre 22h et 5h, les problèmes matériels sont au cœur des journées d’une France défaite. La présence de l’occupant, en zone Nord, le rappelle journellement. En écho, Dominique Veillon estime qu’« en dépit de leur naïveté, les missives adressées au Maréchal en disent long sur les souffrances endurées par la population entre 1940 et 1944 »[3]. Dès lors, la file d’attente devient un autre lieu de socialisation et d’échanges où les nouvelles circulent, à mots couverts lorsqu’elles sont politiques, plus librement lorsqu’il s’agit de proposer une recette pour accommoder le rutabaga. Les queues occupent l’espace du trottoir et l’esprit de celles qui s’y retrouvent chaque jour pour échanger coupons et tickets contre nourriture et habillement. Faire bouillir la marmite dans un contexte de pénurie grignote insidieusement les pensées des femmes à qui, socialement, incombe cette charge. Les femmes de prisonnier conjuguent à cela les tracas d’une gestion non partagée de l’éducation des enfants et les démarches pour libérer le captif[4].

Toute la vie est lentement règlementée suite aux réquisitions de l’Allemagne nazie, aux textes vichystes qui se soumettent aux exigences de l’occupant ou à la pénurie qui gagne du terrain au fil du conflit. Si les autorités mettent en place des mesures pour endiguer l’iniquité entre les régions et les départements, le système s’en complexifie d’autant et nécessite des démarches administratives tracassières qui s’ajoutent à celle de l’approvisionnement. Par exemple, il faut comprendre le système des textes et obligations qui régissent le rationnement et suivre, notamment par voie de presse, leurs évolutions. L’obtention et le suivi des cartes d’alimentation personnalisée en sont une autre illustration. Les institutions qui gèrent le rationnement, soit pour légiférer soit pour l’opérationnaliser, se multiplient tant au niveau national que local et le dédale des demandes devient plus complexe et plus exténuant. Aux files d’attente alimentaires s’ajoutent celles des administrations idoines.

La femme de prisonnier assume, largement seule, les affres de cette pénurie et les attentes interminables pour collecter quelques denrées ou obtenir les documents y ouvrant droit. Dès lors, « isolées, devant prendre toutes les décisions concernant la famille, affronter toutes les pénuries et supporter la méfiance de la société à leur égard, les femmes de prisonniers se trouvaient très démunies »[5]. A partir de la fin 1940, les premières associations d’entraide se structurent au niveau national, devenant les symboles de cette assistance faite aux femmes de prisonniers, mais aussi de façon plus informelle dans les quartiers ou les paroisses selon la sociologie urbaine[6]. Cette fraternité endogène est d’autant plus la bienvenue que la vision des femmes de captif de l’Etat français est assez ambigüe. Elle relève du soutien patriarcal, avec la création de l’agence semi-publique de la Famille du prisonnier, mais aussi de la surveillance morale. Si ces femmes sont dans les files d’attente, elles le sont sous le regard « bien intentionné » des garants de leur vertu[7]. Un souci supplémentaire dont certaines s’accommodent pour peu qu’elles acceptent, partagent ou adhèrent à l’idéalisation de la femme au foyer ; celle qui attend le retour du captif, celle dont les activités se cantonnent aux activités domestiques, celle qui respecte les codes du mariage et de la famille. Marie-Anne, femme du biographé, « cadrait tout à fait avec cette obsession de Vichy pour la famille, ses valeurs chrétiennes traditionnelles et une certaine conception de l’organisation sociale »[8]. Non que le prestige du Maréchal soit plus prégnant chez elle que chez d’autres – entre 1940 et 1942 ils sont nombreux à lui accorder leur confiance – mais parce que ses valeurs catholiques ne sont pas si éloignées de celles de la Révolution nationale. Dès lors, à l’attente dans les queues alimentaires, s’associe pour Marie-Anne, comme pour tant d’autres, celle de l’attente de son mari prolongeant son statut de femme soumise au modèle social traditionnel ; Pénélope et Emma Bovary de l’Occupation. Elle s’applique à jouer du mieux possible son rôle de mère et de femme vertueuse en accord avec les mentalités et normes sociales contingentes. Elle est alors dans l’acceptation, plus que dans la liberté assumée, de ses responsabilités en priant et prospectant pour le retour de son mari et les rapports de couple traditionnels qui s’en suivront. A la différence des femmes de la Première guerre qui ont permis de faire évoluer leurs statuts et obtenir une forme de reconnaissance de leurs qualités et forces dans le travail, celles de la Seconde guerre, alors qu’elles obtiendront certaines évolutions législatives, restent, selon les historiennes, largement soumises aux modèles anciens. Le poids de l’action du gouvernement de Vichy en faveur du patriarcat et d’une société ancrée dans les valeurs rurales accentuent cet effet de stabilisation dans la relation familiale[9].

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Le chapitre est centré sur quelques aspects de la vie de Marie-Anne, femme du biographé, durant l’occupation à Bourges. Sise rue Jean Mercier, dans le quartier des Fonds Gaidons, la maison mitoyenne dans ce quartier militaire est le lieu de vie de cette femme de prisonnier en charge de ses trois enfants. Entre 1940 et 1942, cette famille sans père est prise dans la tourmente de l’Occupation et des pénuries en tout genre. Femme seule, Marie-Anne doit gérer l’ensemble des tâches quotidienne et administrative qui lui incombe dans l’espoir d’un retour de Roger qui s’éloigne de jour en jour. Dès lors, comme tant d’autres femmes, elle passe d’un lieu à l’autre, d’une file devant l’épicerie à celle d’un bureau d’enregistrement, etc. Toute la vie est marquée du sceau de l’attente et de l’espérance de jours meilleurs empreints du climat pacifié d’avant-guerre. C’est donc un état d’esprit qu’il faut circonscrire tout autant qu’une quotidienneté qui sape le moral de chacune.

Pour autant, Marie-Anne n’a pas laissé de source de première main relative à cette période. Solange, sa fille cadette âgée de 6 à 8 ans à l’époque, dispose de quelques souvenirs de son enfance berrichonne mais la précision fait défaut ou l’anecdote prend le pas sur le cœur du contexte. Le témoignage de Bertrand, benjamin de la fratrie âgé de 2 à 4 ans, est inexploitable sur cette période car tout est reconstruit a posteriori. Dans les souvenirs du fils[10] de Claude, troisième enfant et ainé de 7 à 9 ans, quelques anecdotes peuvent illustrer certains pans du récit mais ils sont insuffisants pour servir de base. Le carnet de captivité du biographé, écrit en Allemagne, est une source qui laisse parfois affleurer quelques éléments du quotidien aux Fonds Gaidons. Comme des poupées russes, Roger relate des faits et émotions, suite à un courrier ou un colis qu’il a reçu, eux-mêmes envoyés antérieurement et édulcorés du fait de la censure ou de l’euphémisation des dires de sa femme. Face à ces carences, le biographe erre dans le lacunaire et se doit de recourir à d’autres sources, d’autres récits et aux travaux des historien-ne-s pour donner corps aux agissements de cette femme de prisonnier, captive elle-aussi de son quotidien.

Afin d’illustrer cette attente, temporelle et expectative, trois lieux servent le récit car ils hébergent, au sens hétérotopique du terme[11], les imaginaires du piétinement et de l’espoir. Ils font également sens avec le quotidien de Marie-Anne et sa ferveur catholique. Le trottoir de l’épicerie voisine, la maison rue Jean Mercier et l’église Sainte-Barbe servent de décor à ce chapitre nécessairement modal. Marie-Anne les a assurément fréquentés, seule et avec ses enfants, puisque le cercle circonscrit à ces trois lieux n’a que quelques centaines de mètres de rayon. Les paragraphes, relatifs à chacun d’eux, traversent les temporalités, comme si la femme du biographé restait des années au même endroit et que le temps et les aléas de la vie bougeaient autour d’elle et de ses enfants. Ces mises en contexte éclairent chacune un thème de l’enquête : le rationnement, les responsabilités, la croyance en l’avenir. Les pronoms personnels à la troisième personne du singulier et du pluriel sont utilisés pour mettre le lecteur à distance des scènes proposées.

Les notes de bas de page exposent les archives dont sont issus les témoignages. Les références historiographiques ou épistémologiques sont insérées en note de fin.

Sources valorisées

* Le carnet de captivité du biographé

* Les archives nationales et berrichonnes

* Le témoignage de Solange, fille cadette du biographé

À ce jour, j’opte pour le titre « Salles d’attente » puisqu’il recouvre la diversité des lieux du récit à venir. « Fille d’attente » est certainement un jeu de mot qui n’est pas le bien venu ou difficile à décrypter. « Attente rue Jean Mercier » restreint trop les connotations et ne fait sens que pour un lecteur qui a encore en mémoire le chapitre « Les cinéraires étaient très belles cette année-là ».

Suite à la rédaction de quelques paragraphes, il pourrait être pertinent de répartir ce chapitre (3 parties selon les trois lieux envisagés) à divers moments du récit. Ainsi, cela accentuerait la récurrence de ce temps d’attente (). Il faut garder la même exergue afin d’accentuer l’impression d’un temps figé.

L’exode, file d’attente d’égarés en tout genre, peut également faire l’objet de quelques lignes à insérer dans ce chapitre ou à un autre endroit du récit. [à suivre]

__________________________________

[1] Les années covid n’ont-elles pas fait resurgir ces représentations alors que les files se déployaient sur les trottoirs des boulangeries et autres échoppes alimentaires entre 2020 et 2022 ?

[2] M. Bloch, L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940, Tournai, Editions André Sauret, [1957] 1973,188.

[3] D. Veillon, Vivre et Survivre en France 1939-1947, Paris, Payot, 1995, 9.

[4] C. Lewin, Le retour des prisonniers de guerre français, Paris, Sorbonne, 1986.

[5] G. Dermenjian, « Sarah FISHMAN, We will wait : Wives of French prisoners of war, 1940-1945 », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 1995, 1 [http://journals.openedition.org/clio/538].

[6] G. Dermenjian & S. Fishman, « La guerre des captives et les associations de femmes de prisonniers en France (1941-1945) », Vingtième Siècle, revue d’histoire, 1996, n° 49, 98-109.

[7] É. Alary, B. Vergez-Chaignon & G. Gauvin, Les français au quotidien 1939-1949, Paris, Perrin, 2006.

[8] S. Fishman, Femmes de prisonniers de guerre 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996, 170.

[9] S. Fishman, We will Wait, Yales, YUP, 1991.

[10] Ce sont les souvenirs du biographe, petit-fils du biographé. Il les nomme « mes souvenirs de R16 » car ils émanent principalement d’un témoignage autobiographique de Claude, son père, dans ce véhicule mythique des années 1970.

[11] M. Foucault, Le corps utopique, Les hétérotopies. Fécamp, Lignes, 2009.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2022, 19 décembre). L’attente. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nirf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search