Note au lecteur

Ce carnet est divisé en parties distinctes mais chacune d’entre-elles participe du projet de recherche et révèle les intentions épistémologiques et méthodologiques qui sous-tendent le dessein biographique. Le récit proprement dit (récit biographique) n’est que la résultante d’une réflexion sur l’écriture de l’histoire ayant pour but d’immerger le lecteur conjointement dans le récit de vie et les arcanes d’une enquête historique.

– Les dessous de la recherche donnent à lire le carnet de recherche, les notes d’intention des chapitres en construction et un apport égo-historique sur le carnetier. Par exemple, le carnet de recherche a été finalisé durant le mois de Mai 2020. A grands traits, une première trame de ce carnet s’est construite dès que l’intention biographique s’est faite jour alors que j’écrivais mes premières lignes égo-historiques. Fort de quelques grands thèmes et grandes questions autour de mon projet, j’adressais, le 21 février 2020 à 11h02, un mail à François Dosse pour envisager un entretien sur le récit biographique. L’ambition était tout autant de révéler les forces et les limites historiques de mon projet que de me rassurer sur l’intérêt de le mener à terme :

« Je suis enseignant chercheur à l’université de Caen Normandie, spécialisé en Histoire du sport (https://cv.archives-ouvertes.fr/jean-marc-lemonnier). Si le projet qui m’anime n’a rien à voir avec l’histoire du sport, il recouvre une dimension qui m’incite à prendre contact avec vous. Veuillez m’excuser pour le caractère cavalier de cette démarche. Dans le cadre d’une HDR, j’envisage d’écrire une biographie de mon grand-père (jardinier dans l’entre-deux-guerres, pétainiste durablement et prisonnier de guerre entre 1940-1945). Toutefois, on comprend que les biais épistémologiques sont nombreux et rendent peut-être impossible l’écriture d’une telle histoire. Le pari biographique semble dès lors difficile à tenir. […] C’est pour ces raisons que j’aimerais, à travers des échanges ou un entretien, qui pourraient être intégrés au projet d’HDR, avoir votre avis sur ce projet et sa valeur heuristique. Je comprends que la démarche soit osée, voire irrespectueuse, mais la relecture récente du Pari biographique, m’a incité à franchir le pas. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur et que vous saurez calibrer votre investissement au regard des éléments avancés ».

Ce même jour, à 15h59, la réponse de François Dosse, empreinte de modestie, laisse entendre qu’un échange est possible :

« Votre requête n’est ni osée ni irrespectueuse. Je suis tout à fait disposé à discuter avec vous du problème que vous vous posez, simplement je me demande si je suis à même de vous apporter davantage que ce que j’ai écrit dans « Le pari biographique » que vous semblez bien connaître ».

A 16h22, je m’empare de la proposition mais doute de mes capacités et/ou de mon avancement pour mener immédiatement un entretien :

« Merci pour cette réponse franche et rapide. Je pense au contraire que votre recul épistémologique pourrait être utile dans le cadre d’échange par mail ou, de façon plus précieuse, dans le cadre d’un entretien ciblé sur la problématique du récit biographique de proches. Cela pourrait se réaliser sous forme d’une discussion mettant en perspective à la fois les biais/richesses d’un travail biographique sur des proches (via les questions que je me pose sur le travail en cours) et une prise de recul sur une dimension particulière de l’écriture biographique (notamment le respect de l’ancrage scientifique VS la volonté de vulgariser le récit pour ma famille notamment). Si vous en êtes d’accord, je reprendrais contact avec vous pour affiner les modalités de ce temps de rencontre. Je ne voudrais pas arriver trop tôt face à vous sans avoir suffisamment de questions/problèmes pour alimenter l’échange ».

L’entretien, alors que la France est confinée, s’est déroulé via une application de réunion en ligne le 6 mai 2020 de 10h à 11h. Cet échange a dynamisé l’écriture définitive du carnet de recherche durant le mois de mai. Les réflexions de François Dosse sont d’ailleurs régulièrement convoquées pour alimenter les réflexions épistémologiques et méthodologiques. J’ai volontairement préservé l’oralité de ses interventions expertes pour montrer, dans une espèce de co-écriture, que cet entretien m’aide à structurer ma pensée.

Comme dernier exemple, précisons que les notes d’intention ont été structurées et écrites, à la fin du mois de juin 2020, suite à la rédaction du carnet de recherche. Elles mettent en perspective à la fois mes réflexions épistémologiques, méthodologiques et mes choix de narration. Avant leur présentation, une introduction précise pourquoi et comment elles ont pris forme. Elles ne sont pas utiles à la compréhension du récit car elles concernent plutôt « la fabrique du récit ». Je vous invite à les lire soit après chaque chapitre soit à la fin de la lecture du récit.

Le récit biographique, structuré en différents chapitres, correspond au temps ultime où l’historien produit un discours à partir des sources et documents qu’il a collectés, analysés et agencés selon sa volonté démonstrative. Ce récit est la résultante de l’enquête, des choix opérés, qu’ils relèvent des sources privilégiées, de l’analyse qui en est faite, des hypothèses valorisées, de ce qui structure la pensée de l’historien ou ses ambitions propres pour l’objet étudié. Toutefois, pour le cas présent, ce récit laisse peu percevoir ce qui sous-tend ma démarche, puisque les choix que j’opère visent volontairement à les gommer dans l’acte d’écriture. Les chapitres, de factures et de longueurs très différentes, s’accumuleront au fil du temps en gardant cette ligne de conduite. Ils ne couvrent pas l’entièreté du projet biographique mais laissent entrevoir ce que le récit final pourrait être. Seules les phrases du biographé, attestées par les sources, figurent en italique dans le récit proprement dit.

Carnet de captivité, Documentaires et Sources permettent au lecteur de s’approprier, s’il le désire, les traces laissées par le biographé ou par ceux qu’il a côtoyés. Les sources primaires sont liées au carnet de captivité, écrit entre le 23 novembre 1941 et le 31 mai 1942, deux documentaires filmés et montés, par Hervé Lemonnier, petit-fils du biographé, et quelques documents administratifs collectés dans les archives familiales. Les autres sources sont exhumées, au fil de l’enquête, d’archives privées et publiques, de témoignages d’acteurs ou de supports iconographiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search