Dimanche 24 Septembre 1922

Les invitations à la cérémonie d’inauguration du monument érigé en mémoire des héros de guerre, en date et lieu du 24 septembre 1922[1], place des Tilleuls à Gavray, sont pléthoriques dans le versement 127 ED 2D4 des archives départementales de Saint-Lô. Elles sont adressées au Ministère du Commerce et de l’Industrie, Préfet, Sous-préfets, Sénateurs, Députés, Maires, Militaires, etc. qui donnent réponse par retour de courrier sur cartes officielles ou simples feuilles papier. Depuis trois ans, les édiles gravrayens redoublent d’énergie pour mener le projet à son terme mais, d’atermoiements en retards matériels, les délais s’étirent durant quarante mois.

Charles Tardy, Sculpteur-décorateur, 8 rue de l’Oratoire à Caen, propose son devis le 21 aout 1919. Il y précise « les différences de prix selon que les bordures et le monument sont réalisés en pierre de Lorraine, d’Euville, ou en Granit. Il s’agit là de matériaux de premier choix et donnant toutes les garanties de solidité. La généralité des monuments exécutés dans les villes sont traités avec la pierre de Lorraine ». La proposition est retenue par la commission municipale le 30 aout car Ch. Tardy est en charge de nombreux monuments alentours, Cérences et Hambye notamment, et qu’il a reçu nombre de décoration pour son art : médaille d’or à Rouen en 1896, médaille d’argent à l’exposition universelle en 1900, médaille d’or à Deauville en 1907. Le 3 septembre 1919, plusieurs études sont transmises aux responsables de la commémoration pour visualiser l’ensemble des possibilités et estimer leurs coûts respectifs.

Ensuite, les échanges sont presque journaliers entre le sculpteur et les élus comme si l’urgence mémorielle était de mise pour commencer le deuil. Les soubresauts de la guerre existent largement en 1919 et se perçoivent dans le retour échelonné des soldats, la signature du traité de Versailles le 28 juin et l’occupation de la Rhénanie qui se réalise de concert. Tant est si bien que la population comme le graveur ne savent si la guerre est terminée. Cette incertitude se lit sur ces premières modélisations où les bornes du conflit, qui doivent être gravées dans la pierre de Lorraine, vont de 1914 à 1919.

Ce qui peut apparaitre, en ce début de XXIe siècle, comme la coquille d’un artiste surchargé de travail qui se débat avec ses commandes, n’est autre qu’un effet de contexte d’une fin de guerre qui s’éternise et dont certains monuments français gardent encore la trace aujourd’hui : Guerre 1914-1919. Les échanges épistolaires prennent ensuite des tournures techniques lorsqu’il s’agit d’acheter des chaines pour l’entourage du monument. Ch. Tardy signale d’ailleurs que la spéculation va bon train sur ce matériel car le 1 mars 1920, « celles-ci de 14f40 le mètre viennent de passer à 22 francs ».

127 ED 1M12, Travaux commémoratifs, AD de la Manche, Saint-Lô

Le processus de mémoire s’immisce dans ces détails sans dépasser toutefois la dimension sensible que recouvre le courrier du 26 novembre 1919 lorsque le sculpteur demande « la liste des noms à graver sur les faces latérales du monument pour que j’en fasse un tracé grandeur d’exécution que je voudrais vous remettre en vous apportant la maquette ».

C’est une véritable compétition que se livrent les statuaires pour obtenir les contrats d’érection d’édifice. L’entreprise de Monuments Funèbres en Granit de Vire et des environs, Aug. Desfriches, Coulouvray-Boisbenâtre (Manche) est en lice et fournit divers croquis, « des conditions défiant toute concurrence et fourniture en granit de Vire et non en granit Breton comme le font tous mes confrères. Ce granit coûte beaucoup moins cher mais ne donne pas de bons résultats ». Le graveur sur marbres L. Chrétien, 83 boulevard R. Lenoir à Paris, fait de même en proposant des « plaques commémoratives en marbre blanc, noir ou couleur ». Le 1 juillet 1920, alors que le contrat est signé avec Ch. Tardy depuis presqu’une année, l’établissement H. Jacomet de Villedieu (Vaucluse) offre ses services « au cas où votre choix ne serait pas encore définitivement fixé ». Cette frénésie monumentale, que je perçois dans ces courriers municipaux, attise les convoitises entrepreneuriales de sculpteurs de tout acabit. Ce constat entre en résonnance avec la représentation cinématographique qu’en fait Bertrand Tavernier dans La vie et rien d’autre en 1989, notamment lorsque le sculpteur officiel précise :

« L’âge d’or, jamais vu ça depuis les grecs, depuis les cathédrales, même ceux qui ont une main de merde ont de la commande. Vous vous rendez compte, un monument par village, on ne fournit pas, 35000 communes par 300 sculpteurs. Tout le monde veut son poilu, sa veuve, sa pyramide, ses marbres, la ronde-bosse, le bas-relief, la lettre, alors là tout ça ronfle comme une usine, mieux que la Renaissance mon cher, la résurrection »[2]

Jean Cosmos, dialoguiste, met en mots ce qui émane des archives de Gavray ; une course mémorielle au long court qui crée des ruptures d’approvisionnement en pierre de Lorraine et des fournitures d’ornementation qui font défaut. La quête d’obus est un exemple de cette concurrence qui s’opère également au niveau des communes. Ces dernières peuvent obtenir gratuitement pour l’entourage du monument des projectiles fournis par le ministère de la guerre. Il suffit de faire une demande par le député de la circonscription ou par le sénateur. Adrien Gaudin de Villaine, sénateur, prend le dossier en main pour la commune de Gavray auprès du ministère de la guerre dès septembre 1919. La concurrence entre les communes et les obstacles administratifs se révèlent au fil des correspondances :

« Monsieur le Sénateur, J’ai l’honneur de vous faire connaitre que j’ai transmis au Sous-Secrétaire d’Etat des Finances (Liquidation des Stocks) la requête de M. Le Maire de Gavray demandant la cession de 12 obus de 280 […] » (23/9/1919)

« Monsieur le Sénateur, j’ai l’honneur de vous renouveler la demande qui vous a été faite pour l’ornement du monument. Je me permets de vous faire observer que les Communes environnantes, notamment Cérences et Hambye, quoiqu’ayant adressé leurs requêtes postérieurement à la nôtre ont obtenu des obus. » (29/12/1919)

« Mon cher Monsieur le Maire, Je m’empresse de répondre à votre lettre du 29 décembre qui me parvient ici. J’ai fait un grand nombre de demandes similaires pour d’autres communes (et comme vous le dites fort bien), les unes ont obtenu satisfaction, et les autres attentes encore. C’est une véritable loterie ! » (4/1/1920)

« M. le Sénateur, j’ai l’honneur de vous adresser sous pli, conformément à votre lettre, une 3e demande à l’effet d’obtenir des obus pour entourer le monument qui sera élevé à la mémoire de nos soldats morts pour la Patrie. Ce monument, d’une hauteur de 5 mètres, comprendra une bordure circulaire en granit de même diamètre destinée à recevoir les obus formants entourage, lesquels seront reliés par des chaines en fer ou en fonte. L’édification du monument devrait commencer le mois prochain. Il est à remarquer aussi que plusieurs communes environnantes dont les municipalités vous avaient adressé des requêtes postérieurement à nous sont depuis longtemps en possession d’obus » (24/3/1920)

« Monsieur Le Maire de Gavray, J’ai l’honneur de vous adresser ci-joint un arrêté de cession par lequel j’ai attribué des trophées de guerres à titre gratuit à votre ville-commune. Je vous prie de vouloir bien vous mettre en rapport avec le Directeur de l’atelier de chargement de Montluçon qui a reçu notification de cet arrêté. » (20/4/1920)

Les contextes sont au retard. Entre concurrences communales et défaut d’approvisionnement, le monument de Gavray est loin d’être érigé place des Tilleuls. Juillet 1920 était pourtant à l’optimisme, les pierres d’Euville non travaillées devaient être expédiées directement de Commery, dans l’Est de la France, vers Granville pour être ensuite rechargées sur les wagons du tramway. Parallèlement, le monument s’achevait en carrière et M. Tardy taillait le chapiteau à son atelier. « D’ici quinze jours ou trois semaines au plus tard, le monument chargé sur wagon avec celui d’Hambye, sera en gare de Granville d’où il sera transporté sur tramway. Quant au chapiteau, M. Tardy l’emportera avec lui ». Après des hésitations sur l’aspect définitif du monument, « le marché de gré à gré pour l’érection d’un monument aux enfants de la commune, morts pour la France » est signé le 31 mars 1921. « Le monument conforme au dessin n° 3638 [est] composé d’un soubassement surmonté d’une pyramide couronné d’un chapiteau, exécuté en pierre de Lorraine. Le chapiteau sera surmonté d’un coq chantant en pierre ». Toutefois, le 23 mai 1921, le retard s’accumule et le sculpteur tente de présenter quelques excuses à Timothée Lemoine:

«  Monsieur le Maire, ça n’est pas le désir qui me manque de vous livrer votre monument, mais je suis tenu par la main d’œuvre poseur : je ne dispose actuellement que d’un ouvrier de cette nature qui sera à Cérences dans quelques jours et qui continuera par Gavray et Hambye. Outre le poseur, c’est le même matériel qui devra servir. […] Pour les inscriptions, veuillez revoir s’il n’y a pas d’autres noms à ajouter »

Les chemins de fer de l’Est petite vitesse expédient les 6 châssis en pierre de taille de Commercy vers Cérences le 2 juillet 1921. Les blocs arrivent à Cérences le 22 juillet 1921. Le poids des blocs, 3000 kilos pour la seule pyramide, rendent le transport vers Gavray délicat. Deux ans après les premières ébauches, le 14 septembre 1921, sont expédiées « les diverses pièces relatives au monument commémoratif de la ville de Gavray. Le chapiteau et le coq seront expédiés dans le courant de la semaine prochaine, la pose suivra donc immédiatement celle du monument d’Hambye ».

Les finitions s’organisent sur la place des Tilleuls à partir d’octobre 1921 mais des ajouts de dernier instant retardent l’épilogue. « Mon ouvrier poseur est rentré aujourd’hui et m’a dit combien vous étiez satisfait du monument commémoratif. Il m’a parlé de votre intention d’ajouter des noms ou campagnes victorieuses, ceci serait du meilleur effet et serait un rappel de la décoration du chapiteau ». Entre novembre 1921 et janvier 1922, les correspondances concernent ces dernières modifications :

« Cette adjonction serait à exécuter en pierre de Lorraine semblable à celle du monument. Les frontons sculptés et les inscriptions Verdun-Somme-Yser et Marne en mosaïque vénitienne d’or. Le travail pourrait être mis en main dès maintenant et livré dans un délai de 1 mois plus une quinzaine de jours pour le transport et la pose. Le granitier a promis la livraison des bordures pour le 25 courant au plus tard » (15/11/1921)

« En ce qui concerne le travail supplémentaire convenu, il est nécessaire d’établir marché, devis et plan en double comme pour le travail principal car c’est encore à la Commission qu’incombera le supplément de prix. » (10/1/1922)

En juin 1922, les échanges se poursuivent mais, après trois ans de négociations, atermoiements et retards, les heurts entre les différents acteurs, sur les frais supplémentaires ou le nombre d’obus définitifs qui passe de 12 à 16, sont inévitables. Le 30 décembre 1922, alors que l’inauguration du monument a été faite depuis trois mois, Jules Laurent, marchand quincaillier et mécanicien, demeurant à Gavray s’engage au scellement des « 16 obus de 27 centimètres sur la bordure en granite entourant le monument. Le travail comprendra, pour chaque obus, le forage et le taraudage de la base […] la fourniture et ajustage de 16 fusées en cuivre jaune aux obus […] ».

La mémorialisation massive d’après-guerre, témoin de l’ampleur du traumatisme, se fonde aussi sur ces petites histoires de boulons, d’obus et de transport de pierre tout autant que sur celle de la symbolique d’ornementation des palmes de la victoire et autre coq gaulois[3]. L’Etat a participé à l’entreprise par une loi incitative que le Préfet de la Manche transmet aux communes le 2 janvier 1920 :

« Une loi du 25 octobre 1919, publiée au Journal Officiel du 26 du même mois, dispose en son article 5 que : « Des subventions seront accordées par l’Etat aux communes en proportions de l’effort et des sacrifices qu’elles feront ‘en vue de glorifier les héros morts pour la Patrie’. La loi des finances ouvrant le crédit sur lequel les ‘subventions seront imputées règlera les conditions de leur attribution’ »

Qu’ils soient laïques et républicains, patriotiques, funéraires-patriotiques ou patriotiques-conservateurs, l’élévation d’un monument participe de la construction d’un lieu de mémoire[4]. La fête nationale du 11 novembre, décrétée le 24 octobre 1922, poursuit ce culte civique dans lequel la Patrie dans son ensemble rend hommage à ses morts et espère une paix durablement revenue. Roger, âgé de 11 ans, voit lentement s’ériger, sur la place des Tilleuls devant laquelle il passe chaque jour, ce lieu de mémoire. Monsieur Louail lui a dit, qu’avec l’ensemble des élèves des écoles publiques, il chanterait le jour de l’inauguration. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Dimanche 24 Septembre 1922," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 20/06/2022, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/1574.

__________________________

[1] 127 ED 2D4, Correspondance adressée à la Mairie et 127 ED 1M12, Travaux commémoratifs, AD de la Manche, Saint-Lô.

[2] B. Tavernier, La vie et rien d’autre, 1989, TC 51’.

[3] Y. Hélias, « Pour une sémiologie politique des monuments aux morts », Revue française de science politique, 1979, n° 4-5, 739-759. N-J Chaline, « Les monuments aux morts de la Grande Guerre en Haute-Normandie », Études Normandes, 2009, n° 1, 17-49.

[4] A. Prost, « Les monuments aux morts : Culte républicain ? Culte civique ? Culte patriotique », P. Nora (dir), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, 199-223.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search