Les 11 novembre de Roger

« Les fêtes ont vocation à produire de la légitimité, à incarner la nation rassemblée et à produire du consensus, y compris quand elles célèbrent la guerre », R. Dalisson, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS, 2013, 10.

 

Les invitations à la cérémonie d’inauguration du monument érigé en mémoire des héros de guerre, en date et lieu du 24 septembre 1922, place des Tilleuls à Gavray, sont pléthoriques dans le versement 127 ED 2D4 des archives départementales de Saint-Lô[1]. Elles sont adressées au Ministère du Commerce et de l’Industrie, Préfet, Sous-préfets, Sénateurs, Députés, Maires, Militaires, etc. qui donnent réponse par retour de courrier sur cartes officielles ou simples feuilles. Depuis trois ans, les édiles gravrayens redoublent d’énergie pour mener le projet à son terme mais, d’atermoiements en retards matériels, les délais s’étirent durant quarante mois.

Charles Tardy, sculpteur-décorateur, 8 rue de l’Oratoire à Caen, propose son devis le 21 août 1919. Il y précise « les différences de prix selon que les bordures et le monument sont réalisés en pierre de Lorraine, d’Euville, ou en Granit. Il s’agit là de matériaux de premier choix et donnant toutes les garanties de solidité. La généralité des monuments exécutés dans les villes sont traités avec la pierre de Lorraine ». La proposition est retenue par la commission municipale le 30 août car Charles Tardy est en charge de nombreux monuments alentour, Cérences et Hambye notamment, et qu’il a reçu nombre de décorations pour son art : médaille d’or à Rouen en 1896, médaille d’argent à l’exposition universelle en 1900, médaille d’or à Deauville en 1907. Le 3 septembre 1919, plusieurs études sont transmises aux responsables de la commémoration pour visualiser l’ensemble des possibilités et estimer leurs coûts respectifs. Ensuite, les échanges sont presque journaliers entre le sculpteur et les élus comme si l’urgence mémorielle était de mise pour commencer le deuil.

Les soubresauts de la guerre existent largement en 1919 et se perçoivent dans le retour échelonné des soldats, la signature du traité de Versailles le 28 juin et l’occupation de la Rhénanie qui se réalise de concert. Tant et si bien que la population comme le graveur ne savent si la guerre est terminée. Cette incertitude se lit sur les premières modélisations où les bornes du conflit, qui doivent être gravées dans la pierre de Lorraine, vont de 1914 à 1919. Ce qui peut apparaître, en ce début de XXIe siècle, comme la coquille d’un artiste surchargé de travail qui se débat avec ses commandes, n’est autre qu’un effet de contexte d’une fin de guerre qui s’éternise et dont certains monuments français gardent encore la trace aujourd’hui : Guerre 1914-1919. Les échanges épistolaires prennent ensuite des tournures techniques lorsqu’il s’agit d’acheter des chaînes pour l’entourage du monument. Ch. Tardy signale d’ailleurs que la spéculation va bon train sur ce matériel car le 1er mars 1920, « celles-ci de 14f40 le mètre viennent de passer à 22 francs ». Le processus de mémoire s’immisce dans ces détails sans dépasser toutefois la dimension sensible que recouvre le courrier du 26 novembre 1919 lorsque le sculpteur demande « la liste des noms à graver sur les faces latérales du monument pour que j’en fasse un tracé grandeur d’exécution que je voudrais vous remettre en vous apportant la maquette ».

127 ED 1M12, Travaux commémoratifs, AD de la Manche, Saint-Lô

127 ED 1M12, Travaux commémoratifs, AD de Saint-Lô

C’est une véritable compétition que se livrent les statuaires pour obtenir les contrats d’érection d’édifice. L’entreprise de Monuments Funèbres en Granit de Vire et des environs, Aug. Desfriches, Coulouvray-Boisbenâtre (Manche) est en lice et fournit divers croquis, « des conditions défiant toute concurrence et fourniture en granit de Vire et non en granit Breton comme le font tous mes confrères. Ce granit coûte beaucoup moins cher mais ne donne pas de bons résultats ». Le graveur sur marbres L. Chrétien, 83 boulevard R. Lenoir à Paris, fait de même en proposant des « plaques commémoratives en marbre blanc, noir ou couleur ». Le 1er juillet 1920, alors que le contrat est signé avec Charles Tardy depuis presqu’une année, l’établissement H. Jacomet de Villedieu (Vaucluse) offre ses services « au cas où votre choix ne serait pas encore définitivement fixé ». Cette frénésie monumentale, que je perçois dans ces courriers municipaux, attise les convoitises entrepreneuriales de sculpteurs de tout acabit. Ce constat entre en résonnance avec la représentation cinématographique qu’en fait Bertrand Tavernier dans La vie et rien d’autre en 1989, notamment lorsque le sculpteur officiel précise :

« L’âge d’or, jamais vu ça depuis les Grecs, depuis les cathédrales, même ceux qui ont une main de merde ont de la commande. Vous vous rendez compte, un monument par village, on ne fournit pas, 35000 communes pour 300 sculpteurs. Tout le monde veut son poilu, sa veuve, sa pyramide, ses marbres, la ronde-bosse, le bas-relief, la lettre, alors là tout ça ronfle comme une usine, mieux que la Renaissance mon cher, la résurrection »[2]

Jean Cosmos, dialoguiste, met en mots ce qui émane des archives de Gavray ; une course mémorielle au long cours qui crée des ruptures d’approvisionnement en pierre de Lorraine et des fournitures d’ornementation qui font défaut. La quête d’obus est un exemple de cette concurrence qui s’opère également au niveau des communes. Ces dernières peuvent obtenir gratuitement, pour l’entourage du monument, des projectiles fournis par le ministère de la Guerre. Il suffit de faire une demande par le député de la circonscription ou par le sénateur. Adrien Gaudin de Villaine, sénateur, prend le dossier en main pour la commune de Gavray auprès du ministère de la Guerre dès septembre 1919. La concurrence entre les communes et les obstacles administratifs se révèlent au fil des correspondances :

« Monsieur le Sénateur, J’ai l’honneur de vous faire connaitre que j’ai transmis au Sous-Secrétaire d’Etat des Finances (Liquidation des Stocks) la requête de M. Le Maire de Gavray demandant la cession de 12 obus de 280 […] » (23/9/1919)

« Monsieur le Sénateur, j’ai l’honneur de vous renouveler la demande qui vous a été faite pour l’ornement du monument. Je me permets de vous faire observer que les Communes environnantes, notamment Cérences et Hambye, quoiqu’ayant adressé leurs requêtes postérieurement à la nôtre ont obtenu des obus. » (29/12/1919)

« Mon cher Monsieur le Maire, Je m’empresse de répondre à votre lettre du 29 décembre qui me parvient ici. J’ai fait un grand nombre de demandes similaires pour d’autres communes (et comme vous le dites fort bien), les unes ont obtenu satisfaction, et les autres attendent encore. C’est une véritable loterie ! » (4/1/1920)

« M. le Sénateur, j’ai l’honneur de vous adresser sous pli, conformément à votre lettre, une 3e demande à l’effet d’obtenir des obus pour entourer le monument qui sera élevé à la mémoire de nos soldats morts pour la Patrie. Ce monument, d’une hauteur de 5 mètres, comprendra une bordure circulaire en granit de même diamètre destinée à recevoir les obus formant entourage, lesquels seront reliés par des chaines en fer ou en fonte. L’édification du monument devrait commencer le mois prochain. Il est à remarquer aussi que plusieurs communes environnantes dont les municipalités vous avaient adressé des requêtes postérieurement à nous sont depuis longtemps en possession d’obus » (24/3/1920)

« Monsieur Le Maire de Gavray, J’ai l’honneur de vous adresser ci-joint un arrêté de cession par lequel j’ai attribué des trophées de guerres à titre gratuit à votre ville-commune. Je vous prie de vouloir bien vous mettre en rapport avec le Directeur de l’atelier de chargement de Montluçon qui a reçu notification de cet arrêté. » (20/4/1920)

Les contextes sont au retard. Entre concurrences communales et défaut d’approvisionnement, le monument de Gavray est loin d’être érigé place des Tilleuls. Juillet 1920 était pourtant à l’optimisme, les pierres d’Euville non travaillées devaient être expédiées directement de Commery, dans l’Est de la France, vers Granville pour être ensuite rechargées sur les wagons du tramway. Parallèlement, le monument s’achevait en carrière et M. Tardy taillait le chapiteau à son atelier. Après des hésitations sur l’aspect définitif du monument, « le marché de gré à gré pour l’érection d’un monument aux enfants de la commune, morts pour la France » est signé le 31 mars 1921. « Le monument conforme au dessin n° 3638 [est] composé d’un soubassement surmonté d’une pyramide couronné d’un chapiteau, exécuté en pierre de Lorraine. Le chapiteau sera surmonté d’un coq chantant en pierre ». Les finitions s’organisent, à partir d’octobre 1921, sur la place des Tilleuls devant laquelle passe quotidiennement Roger.

 

Cette mémorialisation massive d’après-guerre, témoin de l’ampleur du traumatisme, se fonde aussi sur ces petites histoires de boulons, d’obus et de transport de pierre tout autant que sur celle de la symbolique d’ornementation des palmes de la victoire et autre coq gaulois[3]. L’État a participé à l’entreprise par une loi incitative que le Préfet de la Manche transmet aux communes le 2 janvier 1920 :

« Une loi du 25 octobre 1919, publiée au Journal Officiel du 26 du même mois, dispose en son article 5 que : « Des subventions seront accordées par l’Etat aux communes en proportions de l’effort et des sacrifices qu’elles feront ‘en vue de glorifier les héros morts pour la Patrie’. La loi des finances ouvrant le crédit sur lequel les ‘subventions seront imputées règlera les conditions de leur attribution’ »

Qu’ils soient laïques et républicains, patriotiques, funéraires-patriotiques ou patriotiques-conservateurs, l’élévation d’un monument participe de la construction d’un lieu de mémoire[4]. Les communes deviennent ainsi maitresses d’œuvre et diffusent, au plus près des populations, une leçon de civisme et de mémoire d’ampleur nationale. La fête nationale du 11 novembre, décrétée le 24 octobre 1922, poursuit ce culte civique dans lequel la Patrie dans son ensemble rend hommage à ses morts et espère une paix durablement revenue. Roger, âgé de 11 ans, voit lentement s’ériger, sur la place des Tilleuls, ce lieu de mémoire. Monsieur Louail lui a dit qu’avec l’ensemble des élèves des écoles publiques, il chanterait le jour de l’inauguration. Ainsi, au sortir de la Grande guerre, l’œuvre de mémoire prend place dans chaque commune et, par leurs dons, la population comme les municipalités permettent qu’elle prenne forme[5]. Dès lors, l’inauguration du monument communal occupe les esprits. Cette prise de possession du lieu doit marquer les concitoyens et les jeunes générations.

 

Les préparatifs ont commencé un peu tardivement au regard des retards successifs mais le maire s’enorgueillit qu’ils aient été menés, « sous l’habile et active impulsion de Mme Durville et Trouet, principaux organisateurs, à transformer rapidement l’aspect du Bourg. En très peu de jours s’élevèrent de tous côtés des arcs de triomphe très élégants, des mâts multicolores ou entourés de verdure, ornés d’oriflammes, de trophées et de drapeaux, reliés entre eux par des bandes de pavillons et des guirlandes de toutes sortes. Mme Durville et Trouet avaient été aidés dans leur tâche par un groupe de demoiselles dirigées par Mme Ozenne, directrice de l’École de filles, et aussi Mme Brodbeck. M. Henry percepteur et Ozenne instituteur prenaient l’outil à côté des ouvriers. La veille de la fête, les rues furent éclairées toute la nuit pour permettre de terminer le travail qui menaçait de rester inachevé »[6].

Collection privée C. Deguelle, Monument de Gavray, [1924]

La cérémonie d’inauguration a lieu le dimanche 24 septembre 1922, sous la présidence de M. Dior, ministre du commerce et granvillais. Le beau temps est au rendez-vous. Monsieur Pierre, restaurateur, a préparé le banquet qui se tient sous l’immense halle au blé. Après une messe solennelle où se fait entendre la fanfare dont plusieurs musiciens étrangers ont garni les rangs, le cortège se dirige au pied du monument. Il est suivi d’une foule de près de 4000 personnes. Jean-Baptiste et Maria et leurs enfants sont dans le rassemblement. Gustave Cambernon et sa femme viennent probablement soutenir leur collègue dans cet exercice de patriotisme en acte. Roger et ses camarades se trouvent non loin du monument qu’un voile tricolore recouvre. Une fois le voile levé, Mr Le Curé-doyen procède à la bénédiction. Puis, sous l’habile direction de Mr Louail, un chœur patriotique est exécuté par les enfants des écoles. Roger est de ceux-là. Pendant le chant, le ministre du Commerce dépose au pied du monument une gerbe de fleurs. La fanfare, dirigée par Mr Levallois, joue « Gloire à la France ». La cérémonie se continue par l’appel des 53 noms gravés sur les faces latérales du monument. A chaque nom, M. Auger, président de la section cantonale des anciens combattants, répond « Mort au champ d’Honneur ». Amand Louail, pour sa part, semble ailleurs. Peut-être pense-t-il à son frère Louis ? Mort pour la France à trente ans, rayé des contrôles du corps le 4 octobre 1914 comme le précise froidement sa fiche matricule, son nom est gravé à jamais sur un autre édifice, à Saint-Jean de la Haize. Gustave Cambernon, quant à lui, pense au camp de Stendal où il fut durablement captif.

Le lendemain, à 10 heures du matin, est célébré un service solennel pour les victimes de la guerre. Le cortège en tête duquel marchent le clergé, les enfants des écoles, la musique, les anciens combattants, le conseil municipal et la subdivision des sapeurs-pompiers, se rend au cimetière pour déposer les palmes en bronze sur les tombes des soldats.

 

« Ce beau jour de 11 novembre 1918, maman me porte à la fenêtre de la chambre pour me faire voir la première retraite aux flambeaux que mes yeux voyaient, de même que les premiers feux de Bengale allumés par une voisine »

Depuis cette date, Roger commémore l’armistice en ce jour de fête nationale. À Gavray, depuis 1919, les 11 novembre procèdent du même rituel, « un service solennel est célébré à l’Église à la mémoire des soldats morts pendant la guerre. Après le service, une gerbe de fleurs est déposée par les Enfants des Écoles sur les tombes des Soldats inhumés dans le Cimetière »[7]. Amand Louail, ancien combattant, pose sa pierre mémorielle en faisant chanter les élèves. Le chant, de façon générale, est régulièrement enseigné à Roger car son maître y accorde une place importante depuis le début de sa carrière. À Saint Pois, le 6 avril 1909, il fait ainsi chanter tous les niveaux ensemble et « on emploie une assez bonne méthode pour obtenir ce résultat ». Les chants gymnastiques ou les chants ouvertement patriotiques servent l’apprentissage de la voix tout autant qu’ils participent à l’œuvre républicaine de mise en ordre citoyenne et de respect de la Nation. Face à une gerbe de fleurs au milieu d’un cimetière, face à un monument le chant prend une dimension autre qu’à l’intérieur de la classe ; il condamne plus encore Roger « à fixer l’objectif imposé par la République »[8].

Roger se remémore-t-il tous ces 11 novembre, ces 24-25 septembre 1922 lorsque, le 11 novembre 1993, il est ancien combattant, maître de cérémonie à Maisoncelles du Maine sous la focale cinématographique de son petit-fils ? L’Ouest-Eclair du 5 octobre 1922 avait précisé que « le canton garderait un inoubliable souvenir de ces deux émouvantes journées ». Il semble que ce souvenir l’anime encore soixante-dix ans plus tard, lorsqu’il contrôle la gerbe de fleurs tenue par un enfant, est au garde-à-vous face au monument ou qu’il s’engage à l’église pour l’office[9]. Il sait maintenant que la Der des Ders n’a pas permis d’éteindre les foyers belliqueux. Aux morts pour la France de 14-18, pour qui il chantait sur la place des Tilleuls à Gavray, se sont ajoutés, sur les pyramides, le nom de tous les autres ; ceux des autres guerres. Pourtant en 14-18, « on [a] rempli d’immenses tranchées de pleins tombereaux de cadavres »[10], Philippe Noiret n’a jamais pu comptabiliser tous ces morts sous le regard de Tavernier et la Société des Nations, dont Monsieur Louail avait précisé les objectifs, devait œuvrer pour une paix durable. Point n’est de cesse et la mémoire collective participe de l’ensemble, une mémoire instrumentalisée dirait Paul Ricoeur. Trop plein de mémoire qui glorifie les héros et abus d’oubli des choses qui gênent. Cela construit les identités collectives au détriment de l’Autre. Cette mémoire institutionnalisée n’est-elle pas pourvoyeuse de guerre ? Pour Roger, cette mémoire est enseignée, à grand renfort idéologique, où les commémorations ont leur place aux côtés des chants scolaires, des leçons d’histoire et d’instruction civique, des stands de tir et autre « cortège de rites et de mythes, ordinairement liés aux évènements fondateurs »[11]. Il participera ensuite à sa perpétuation, de cérémonies en anniversaires, lorsqu’il rallume la flamme chaque 11 novembre.

 

Je n’ai pas de souvenir de monument. Peut-être, dans les brumes de la mémoire, me vient-il l’image de celui de Joué du bois, dans l’Orne, le 11 novembre 1968 alors que j’ai juste 5 ans. Les enfants de l’école où enseigne ma mère sont conviés, comme chaque année, à la commémoration de la Grande guerre. Mon père fait de même avec ses élèves, non loin de là, à Carrouges. Face à la pyramide gaudiacéenne, à côté de l’Église Saint Jean-Baptiste, les larmes me montent aux yeux. Non que je pleure les morts pour la France. Je pleure sur moi-même qui ne connais pas encore la Marseillaise ; honte tenace dans ce chœur d’enfants qui la chante haut et fort. [à suivre]

__________________________

[1] 127 ED 2D4, Correspondance adressée à la Mairie et 127 ED 1M12, Travaux commémoratifs, AD de la Manche, Saint-Lô. Toutes les citations non référées sont issues de ce versement.

[2] B. Tavernier, La vie et rien d’autre, 1989, TC 51’.

[3] Y. Hélias, « Pour une sémiologie politique des monuments aux morts », Revue française de science politique, 1979, 4-5, 739-759. N-J Chaline, « Les monuments aux morts de la Grande Guerre en Haute-Normandie », Études Normandes, 2009, 1, 17-49.

[4] A. Prost, « Les monuments aux morts : Culte républicain ? Culte civique ? Culte patriotique », in P. Nora (dir), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, 199-223.

[5] Par exemple, le marquis de Polignac fait ériger, en 1923, un monument collectif à la mémoire des sportifs morts sous le déluge des bombes au Collège d’athlètes de Reims. C. Henrion & T. Froissart, Le culte du corps et de l’esprit. Le Collège d’athlètes de Reims, Reims, Epure, 2014.

[6] Discours du Maire du 24/12/1922, 127 ED 2D4, Correspondance adressée à la Mairie, Archives de la Manche, Saint-Lô.

[7] Courrier du Maire Timothée Lemoine, 8/11/1920, 127 ED 2D4, Correspondance adressée à la Mairie, AD de la Manche, Saint-Lô.

[8] T. Terret, art. cit,1997, 69.

[9] H. Lemonnier, De Chimères en Silences, 1995.

[10] R. Delente, « De Caen à Montreux : itinéraire d’un prisonnier de la Première Guerre mondiale », Annales de Normandie, 2003, 2, 159-187, 161.

[11] Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, 104.



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2023, 19 février). Les 11 novembre de Roger. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nis8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search