L’Histoire incarnée

Les leçons d’histoire, Roger les écoute avec attention. Tous ces héros, qui prennent vie lors du récit de son instituteur, font qu’il redouble d’application. Monsieur Louail sait y faire en évoquant de façon « pittoresque mais exacte » les couronnements, les batailles ou par exemple « les affrontements entre Henri II et Charles Quint ». Roger répond toujours aux adroites questions du maître. Les punitions lui ont fait gagner un peu de temps. Parfois, il pose une question à son enseignant pour compléter ou mieux saisir les personnages historiques. Il n’est pas en reste non plus lorsqu’il s’agit de construire collectivement le résumé ; celui qu’il faudra apprendre pour l’interrogation des jours suivants.

L’enseignement de l’histoire, à l’instar de l’instruction civique et morale, se doit d’être patriotique. Il l’était avant-guerre pour apprendre aux enfants à aimer leur Patrie, pour mieux la défendre un jour. Il l’est encore au sortir de celle-ci pour remercier ceux qui viennent de le faire ou ceux qui ont permis, sur le temps long historique, qu’elle se structure. Amand Louail est à son aise dans l’exercice. Ses parcours personnel et professionnel montrent qu’il est habile dans la promotion de ces valeurs civiques, patriotiques voire militaires. En effet, il est scolarisé, à partir de 1881, dans un contexte de revanche et de patriotisme offensif où la discipline militaire et l’agilité au tir se doivent d’être enseignées dans les écoles :

« Apprenons aux enfants ce que c’est que le soldat : quels sont ses devoirs ? Quelle charge lui impose sa mission ; et même quelle grandeur et quel honneur il y a dans les charges qui lui sont imposées. Cette préparation est très nécessaire, elle est même indispensable, avant de réduire le service à trois ans »[1]

Cet enseignement militaire développe de concert les vertus civiques, le sentiment de sacrifice et de dignité[2]. La Ligue française de l’enseignement adopte dans la même période la devise : « Pour la patrie, par le livre et par l’épée ». Ces intentions se concrétisent par l’introduction de la gymnastique et de l’exercice militaire obligatoire pour les garçons dans les programmes scolaires au moment où Amand Louail est écolier[3]. Dès le 14 juin 1880, « le Conseil départemental de la Manche décide que des leçons de gymnastique, d’une demi-heure chacune, seront données quatre fois par semaine pendant les récréations »[4]. Parallèlement, il est évoqué que les « exercices de l’école du soldat sans armes » seront associés à « la gymnastique sans appareils »[5]. L’éducation physique et l’éducation militaire tendent à se confondre. Les leçons d’histoire viennent en redondance dans ce large processus de socialisation patriotique :

« C’est à vous, enfants élevés aujourd’hui dans nos écoles, qu’il appartient de venger vos pères, vaincus à Sedan et à Metz. C’est votre devoir, le grand devoir de votre vie. Vous devez y penser toujours, et quand vous aurez vingt ans et que vous serez sous les armes, être de bons soldats, obéissant bien à vos chefs et braves sur le champ de bataille »[6]

Les fusils de tir et d’exercice en bois s’intègrent à cette éducation au début de la décennie 1880. 402 fusils sont adressés, dès décembre 1881, à l’inspection académique de la Manche. Trois fusils scolaires de tir parviennent dans les écoles où un instituteur ou un instructeur peuvent diriger les exercices (montage, démontage, tir). Le bulletin de l’Instruction primaire de la Manche, du 20 décembre 1881, stipule que 134 écoles manchoises reçoivent 3 fusils d’exercice de tir[7]. La Haye-Pesnel, où Amand Louail peaufine sa scolarité primaire supérieure et prépare le concours de l’EN de Saint-Lô, fait partie de ces écoles distinguées[8]. Ainsi le maître de Roger se construit en tant qu’élève et futur instituteur dans ces contextes[9]. Les meilleurs élèves et les écoles les plus dynamiques dans cette entreprise sont récompensés par le ministère de la guerre. Peut-être, l’instituteur a-t-il montré à ses élèves les 30 fusils en bois que l’école de Gavray a acquis en 1883 pour illustrer ses leçons d’histoire ou donner sens à l’instruction civique ?

En complément, les bataillons scolaires sont créés en juillet 1882[10] dans des structures pouvant réunir 200 élèves âgés de plus de 12 ans. Si les trois bataillons scolaires de la Manche, Cherbourg, La Haye-du-Puits et Montebourg, ne sont pas dans le secteur de scolarisation d’Amand Louail, le battage médiatique et les défilés ne passent pas inaperçus jusqu’en 1890[11]. Ils font écho à ce contexte de développement du sentiment patriotique, de l’attachement à la République et de la formation d’un citoyen soldat. Les chants gymnastiques et scolaires complètent l’immersion dans ce bain idéologique[12], visant à effacer l’individu pour le groupe et symboliquement la Nation. Cette socialisation, pratique et axiologique, se lit encore, en 1895, lorsqu’à 20 ans l’instituteur de Roger est reconnu « exercé dans l’instruction militaire » lors de son recensement. Enfin, maître de gymnastique au tournant du siècle il dispense une éducation physique encore sous influence, pour ne pas dire exclusivité, militaire[13]. Le tir scolaire, malgré l’abandon des bataillons scolaires, reste une activité inscrite dans les textes officiels jusqu’au début du XXe siècle. Les sociétés scolaires de tir, en 1907, poursuivent les mêmes objectifs. Amand Louail structure l’une d’elle à Saint Pois. Elle est reconnue « très prospère » dès octobre 1907. Cet instituteur anime et prépare ses élèves aux championnats qui récompensent tout autant l’adresse qu’une imprégnation aux valeurs patriotique et une préparation militaire. Ces sociétés existent jusqu’en 1914. Fort de son expérience saint-poisienne, il est à l’origine de l’installation du stand de tir sur la colline des Bains en 1913 à Gavray, ce que rapporte sa jeune collègue Melle Legrand dans sa conférence. La guerre n’a pas permis qu’il s’en occupe, l’après-guerre pacifiste a remisé les fusils au râtelier et l’heure n’est plus aux exercices d’adresse armée.

Ce détour biographique met à jour une frange de la personnalité du maître de Roger et explique, en partie, son application à enseigner les versants patriotiques de l’histoire de France. Si la guerre a pu nuancer ses accointances militaires, sa ferveur est certainement restée intacte et il la met au service, ce 21 mai 1922, d’une leçon sur « les derniers mois de la guerre et l’armistice ». La classe est, comme de coutume, sollicitée et collabore de façon active à l’« entretien simple, familier, vivant » qui s’instaure. Toutefois, cette leçon prend une autre tournure, selon l’inspecteur, car « Mr Louail n’hésite pas à rappeler ses souvenirs personnels, et il a grandement raison ». Roger, en effet, est plus attentif que d’habitude aux dires de son maître en cet instant où l’histoire s’incarne devant lui et mobilise son imagination. Son instituteur devient à lui seul tous les poilus de France, en écho à l’imagerie de guerre qui a circulé jusque dans les classes à renfort de bons points patriotiques, couvertures de cahier ou autre Loto national[14].

« Nous sommes trois frères à être partis à la guerre suite au décret de mobilisation générale du 1 août 1914. Louis et Paul étaient alors agriculteurs et moi, l’aîné, j’étais déjà instituteur à Gavray. Nous avions tous les trois assumés notre service militaire sur des périodes plus ou moins longues dans les régiments d’infanterie de la Manche, notamment à Granville. En tant qu’instituteur je n’ai fait qu’une année sous les drapeaux entre 1896 et 1897. Mon frère cadet, Louis, a fait pour sa part trois ans entre 1900 et 1903. Paul, le benjamin, n’a fait qu’une année en 1907-1908 après avoir été ajourné deux fois de suite en 1905 et 1906 […]

Nous n’avons pas combattu sur les mêmes lieux et n’avons pas eu les mêmes responsabilités. Louis était soldat brancardier, assurant le transfert des blessés, Paul était soldat et pour ma part j’étais sous-officier fourrier, responsable de l’intendance dans les zones de combat. Tous trois nous avons fait notre campagne contre l’Allemagne aux armées, c’est-à-dire au front.

Gustave Cambernon, l’instituteur de Notre Dame de Cenilly, qui m’accompagne parfois sur les marchés et foires de Gavray ou que vous voyez de temps à autre avec moi dans les chemins, est lui aussi parti au front en 1914. Quatre itinéraires de guerre qui, comme de nombreux autres, vont permettre de sauver la France et de gagner la guerre ; chacun posant sa pierre à l’édifice. […]

Archives privées Louail-Lebatteux, Louis Louail, [1919] Archives privées Louail-Lebatteux, Paul Louail, [1908] Archives privées Anger-Cambernon, Gustave Cambernon, [1914] 

A partir de Juillet 1918, la France, sous la tutelle notamment du Maréchal Foch, attaque sur la Marne et en Champagne en utilisant une grande quantité de tanks. Les alliés, anglais, américains et français, avancent ensemble et réoccupent rapidement les villes perdus comme Saint-Quentin, Laon ou Lille. Les turcs et les bulgares quittent leur allié germanique et nos armées se rapprochent de la frontière de l’Allemagne […] Tout se précipite ensuite, avec l’abdication de Guillaume II et le nouveau gouvernement qui demande une cessation des hostilités. L’armistice est signé le 11 novembre 1918 dans un wagon dans la clairière de Rethondes en forêt de Compiègne. Cela permet de libérer, dans des fêtes inoubliables, la Belgique, l’Alsace et la Lorraine. Le traité de paix de Versailles, du 28 juin 1919, engage l’Allemagne à réparer les dommages causés et crée la Société des Nations pour que nous n’ayons plus de guerre […]

Louis a été un soldat brancardier courageux et dévoué. A toujours rempli sa mission avec zèle et dévouement et a été décoré de la croix de guerre, étoile de bronze. Il a été libéré de ses obligations le 24 février 1919. Gustave Cambernon, 1er secrétaire du Lieutenant-Colonel commandant le 80e RIT[15], s’est battu à Bixschootte avant d’être fait prisonnier le 10/11/1914. Il fut envoyé en Allemagne, à Stendal notamment, entre le 10 novembre 1914 et le 21 novembre 1917. Il fût ensuite hospitalisé en Suisse et rentre en France le 22 décembre 1917. Pour ma part, comme je vous l’ai déjà dit lorsque nous avons regardé la carte du théâtre de la guerre[16], j’ai surtout combattu sur le front de l’Yser dans les Flandres et j’ai été récompensé pour cela : Ordre du 80e Régiment territorial d’infanterie, n° 28 du 7 décembre 1918 secteur 56, s/officier d’un zèle, d’un dévouement admirable et se dépassant sans compter. A fait preuve d’un grand courage lors des attaques ennemies sur l’Yser les 10 et 11 novembre 1914 et le 22 avril 1915. Croix de guerre, étoile de bronze […]

Au-delà des parcours de ces combattants qui me sont proches, je désire aujourd’hui évoquer la mémoire de mon frère Paul qui eut moins de chance que nous. Il a combattu pour la France durant deux mois mais est tombé sur le champ de bataille à Tilloy, près d’Arras, le 4 octobre 1914. Depuis 1915, mon frère et tous les soldats morts en temps de guerre sont, pour ne pas être oubliés, reconnus comme ‘mort pour la France’. De même, depuis 1920, un soldat inconnu est inhumé sous l’Arc de Triomphe de Paris en mémoire de tous les combattants de cette Grande guerre. Les anciens combattants, dont je suis, portent cette histoire pour ne pas qu’elle s’oublie et que vous connaissiez les sacrifices consentis par vos ainés pour sauver notre patrie. Enfin, chaque 11 novembre les français célèbrent l’armistice. C’est à la fois une fête de la victoire et une fête de la mémoire pour tous nos soldats, à l’image de mon jeune frère, qui sont morts pour la France. Cette année à Gavray, nous avons élevé un monument aux morts, place des Tilleuls, comme l’on déjà fait de nombreuses communes du canton. L’école va participer à cette cérémonie en septembre où nous chanterons comme nous le faisons, chaque année, depuis 1919 ».

Ces lignes imaginaires, issues du croisement des registres matricules, manuels d’histoire et notes du dossier professionnel d’Amand Louail, recouvrent leur part de réalité. Toutefois, la dimension incarnée et la perte de proches, même si l’inspecteur estime que les souvenirs personnels sont les bienvenus, ne devaient pas être aussi explicitement mises en avant par les instituteurs.

« [car] le discours scolaire réussit à gommer toutes les brûlures, toutes les souffrances, au profit de la satisfaction du devoir accompli par la reconquête d’une province injustement perdue. Immédiatement, l’école fait de la Grande Guerre l’égale de toutes les autres guerres de l’histoire de France réduites à quelques noms de batailles, au nom du traité qui les terminent, aux justes gains obtenus dans le cadre de pensée de frontières prédestinées et naturellement hexagonales »[17]

Roger, alors âgé de onze ans, ne peut être indifférent à l’histoire de cette fin de guerre évoquée avec émotion par son maître. Vingt ans plus tard, il sera comme ces soldats qui, ce 21 mai 1922, combattent, meurent ou sont prisonniers devant ses yeux. Peut-être s’imagine-t-il, comme eux, soldat héros ou malheureux captif  au cœur de la tourmente ? Il ne sait pas que ses pensées deviendront réalité sur les mêmes champs de bataille, les mêmes lieux de captivité et dans les mêmes souffrances. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "L’Histoire incarnée," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 24/05/2022, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/1501.

_________________________________

[1] Général Jean-Joseph Farre, ministre de la Guerre, aux députés le 14 juin 1881.

[2] P. Arnaud, Le militaire, l’écolier, le gymnaste. Naissance de l’éducation physique en France (1869-1889), Lyon, PUL, 1991.

[3] Ministère de l’Instruction publique, Manuel de gymnastique et des exercices militaires, Hachette, 1880-1882. L. Armagnac, « L’enseignement militaire à l’école », Revue pédagogique, n° 2, 15 aout 1882.

[4] Document pédagogique des archives de la Manche, Janvier 2013.

[5] Ibid.

[6] E. Lavisse, La première année d’histoire de France, Cours moyen (de 9 à 11 ans), Programme de 1887.

[7] Bulletin de l’Instruction primaire de la Manche, n°12, 20 décembre 1881.

[8] Ces chiffres émanent des analyses des archivistes de Saint-Lô.

[9] A. Louail n’a pas dû tirer à balle réelle avant ses 14 ans.

[10] Décret du 6 juillet 1882.

[11] A. Bourzac, « Les bataillons scolaires en France. Naissance, développement, disparition », P. Arnaud (dir) Les Athlètes de la République. Gymnastique, sport et idéologie républicaine (1870-1914), Toulouse, Privat, 1987, 41-62.

[12] T. Terret, « Le geste et la parole. Les idéologies des chants gymnastiques et scolaires à la fin du XIXe siècle », STAPS, 1995, n° 38, 63-75.

[13] M. Spivak, « L’Ecole de Joinville (1852-1939) », P. Arnaud (dir), Le corps en mouvement, Toulouse, Privat, 1981, 247-269.

[14] Musée national de l’Éducation, Rouen.

[15] Carnets de captivité de Gustave Cambernon, archives privées de Mme Anger.

[16] L. Gallois, Carte murale du Théâtre de la guerre, 1915.

[17] B. Dancel, « Enseigner l’histoire de la Grande Guerre et commémorer l’armistice du 11 novembre à l’école primaire », Carrefours de l’éducation, 2002, n° 13, 18-49, 22.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search