Derrière les portes de la classe

La classe est vaste, claire, souvent ensoleillée et, malgré la vétusté du mobilier scolaire, elle est saine et régulièrement blanchie. Proprement tenue par les bons soins de Melle Victorine Esnault, en charge du balayage des classes, ce local d’aspect agréable est décoré sobrement de cartes géographiques. Roger y découvre les régions françaises en quelques illustrations colorées et le maître les utilise parfois durant les leçons. Ainsi la Bretagne est résumée en cinq vignettes : ses entrées maritimes variées avec le Port de St Servan à Saint Malo, les rochers du littoral, le port de Brest, les dolmens et menhirs et un marché breton[1]. Si la vie y est figée pour l’éternité, s’opère pourtant une imprégnation quotidienne aux spécificités régionales tant les cartes, au mur accrochées, sont immuables elles aussi [1].

Dès l’entrée dans la classe, la visite de propreté se fait dans l’ordre, le sérieux et l’efficacité. Le maître pose, par cette routine professionnelle et sanitaire, son autorité et sa discipline sur la classe. Le retour au lavabo est une sanction qui, devant ses camarades, met à mal celui qui la subit. Les cache-nez ne sont pas tolérés aux tables, avec les casquettes ils sont accrochés aux porte-manteaux. Roger gagne ensuite sa place en silence comme la trentaine de ses camarades.

Rapport d’inspection, Dossier professionnel A. Louail, AD Saint-Lô, 1 T 1/288.

Ces derniers, selon les années, sont répartis en deux ou trois cours, du cours élémentaire au cours supérieur. La visite de propreté n’est pas une simple formalité mais participe du décalogue des rituels éducatifs qui jalonnent la journée scolaire. Elle sert une éducation à l’hygiène, au soin du corps au sortir d’une pandémie de grippe espagnole, d’une tuberculose qui ne disparait pas et d’une guerre destructrice. Elle résonne avec les leçons d’antialcoolisme que le maître distille régulièrement dans l’année. Il copie souvent au tableau un résumé, d’une écriture appliquée, où il indique d’une façon simple mais très frappante certains dangers physiologiques de cet abus. Roger est très attentif car ces leçons font écho à ce qu’il vit quotidiennement au quartier de la Planche. Au-delà des affres psychologiques et des violences physiques qu’elle entraine, Roger ajoute un lustre physiologique à la « triste passion » de Jean-Baptiste. Qu’elle soit visite de propreté ou campagne antialcoolique, cette éducation est la garante d’une bonne santé individuelle et collective en adéquation avec une politique sanitaire forte de régénération de la race et de repeuplement de la Nation depuis 1918. Dans cette dynamique, Amand Louail, diplômé de gymnastique, assume avec attention cette tâche quotidienne et, lorsqu’ils ont lieu, surveille que les exercices respiratoires se fassent en ordre.

Le contrôle des présences, sur un registre annoté, est une autre étape de la prise en charge des élèves. La fréquentation scolaire est très régulière et Roger assume son rôle d’élève en étant quotidiennement présent : « J’aimais la classe et j’étais peiné quand il fallait y manquer ». A l’instar du département de la Manche où l’instruction est de longue date établie dans la population, l’école de garçons de Gavray ne souffre pas de désaffection. Seules les absences exceptionnelles, comme les jours de marché ou de foire, les maladies infantiles ou un drame local, comme cet incendie du 21 mai 1922 empêchant neuf élèves de venir à l’école, peuvent infléchir la fréquentation. En quelques consignes et autres rites, la classe fait office de sanctuaire avec ses codes et finalités institutionnelles.

Le texte à lire ce jour, dans le Tour de la France par deux enfants, conte l’histoire de Du Guesclin. Roger lit avec netteté et expression. Les quelques questions posées par son maître montre qu’il a bien saisi le sens du récit. La leçon de lecture est ainsi fort bien conduite, ordonnée, vivante, propre à former l’esprit ou le cœur même des élèves. M. Louail, avec pondération et clarté, fait entrer les enfants dans la signification du texte. Guidée, la classe est active, confiante, l’esprit semble ouvert et les résultats auxquels elle aboutit très satisfaisants. Plusieurs élèves font la lecture d’une voix forte, avec aisance et répondent aux questions de façon vive et intelligente. D’autres ont un débit trop accéléré. Le maître les reprend afin qu’ils changent leur rythme. Il tient à ce que ses élèves lisent avec des voix fortes, franches et si possible avec expression, mais sans que cela ne nuise à la compréhension générale. Il procède de la même manière lorsque Roger est convié à la leçon de récitation. Ce dernier n’est pas en reste de bien faire face à son maître : « Je me suis toujours bien classé de la cinquième à la première place, mais j’aurais pu faire beaucoup mieux car à la maison, j’apprenais rarement mes leçons ». Si la récitation et la leçon ne sont pas toujours sues, ces textes permettent la découverte du monde, des héros de l’histoire de France ou des expressions langagières nouvelles.

Roger lève son ardoise avec assurance. Il est rapide dans l’exercice car il « est assez doué pour apprendre » et  « son fort est le calcul ». Il y a sept à huit secondes, le maître a posé sa question de la voix claire et précise qui le caractérise ; puis il l’a répétée une fois. Au premier coup de règle, Roger, avec sa craie, a écrit sa réponse sur son petit tableau noir personnel. Au second signal, il a levé fièrement son ardoise car il est sûr de lui. M. Louail, patient, contrôle les résultats et avec ses élèves ils effectuent la correction. Roger appose ensuite, au dos de cette plaque de schiste noir qu’il manipule chaque jour, un bâton pour signaler sa réussite. Plus rarement, il fait une croix indiquant qu’il a échoué au calcul. Lorsque cela advient, il note la procédure ou la table à réviser. A la fin de la leçon, à la vision des bâtons et des croix, il juge sa réussite et ses progrès. Le maître peut aussi les contrôler depuis son bureau. Amand Louail a depuis longtemps adopté la méthode La Martinière pour ses leçons de calcul. Il la trouve fructueuse en résultat. De plus, les enfants sont attentifs et la procédure de contrôle des réussites les motive à bien faire. Ils sont souvent, à l’image de Roger, rapides et sûrs en calcul mental et se trompent peu lorsque l’exercice consiste à écrire les nombres entiers et décimaux.

Le zèle et la bonne capacité à enseigner que les inspecteurs ne cessent de rapporter, Amand Louail se les ait forgés au fil des années scolaires plus que durant sa formation à l’EN de Saint-Lô. La formation pédagogique y était insuffisante au profit d’une culture livresque, « la part faite aux mots et aux doctrines, l’absence de perception de la nature de l’enfant et même de ses désirs »[3] y prévalaient. Il n’a pas eu de recettes pour surmonter la diversité de ses élèves, ni de techniques pour transmettre le savoir ou gérer les indociles. Le temps long passé dans la classe unique de Saint Pois, de 1904 à 1910, l’a fait grandir professionnellement bien plus que sa formation initiale. Roger en bénéficie et goute pleinement, quelles qu’elles soient, aux leçons de Monsieur Louail. Pour sa part, il aime à les donner tant est grande sa liberté lorsque la porte de sa classe se referme. « Contre elle, viennent se briser les fureurs du monde, et même les soucis personnels ne peuvent la franchir »[4]. La tenue des cahiers et les exercices qu’il propose participent de l’éducation qu’il entend prodiguer. Roger fait partie de ceux qui tiennent très bien leur cahier, expliquant peut-être que celui de sa captivité le soit également. Les exercices, que les inspecteurs trouvent intelligemment choisis et réguliers, il les fait, au-delà du travail demandé, en soignant son écriture pour qu’elle soit lisible sans parvenir toutefois à ce qu’elle soit aussi élégante que celle de son maître. Ce cahier permet d’avoir un lien direct avec lui, sans regard des camarades ou commentaire acerbe ; un fil qui se tisse entre les lignes des corrections soigneusement écrites et attentivement faites.

Les leçons de morale s’immiscent régulièrement dans cette semaine scolaire détaillée sur le journal de classe et le programme mensuel. Roger se souvient tout particulièrement de celle que son maître a faite sur le respect de la vie des autres alors que l’inspecteur était dans la classe. Il se remémore qu’il prenait une part active à la leçon et exprimait sa pensée assez librement et avec franchise. Cela se faisait dans la discipline et il ne prenait la parole que lorsqu’il était désigné par le maître. Ce dernier avait ensuite utilisé de nombreuses applications pratiques pour résumer le débat entre élèves :

« […] l’enfant grognon, de mauvaise humeur, diminue la joie autour de lui, donc le goût de vivre, et pêche contre le premier devoir de justice ; de même, l’enfant gâté, exigeant qui fatigue sa mère inutilement ; l’écolier indiscipliné qui épuise son maître, etc… Les monstres brutaux sont rares, mais par manque de bonté ou d’imagination, on tue « à petit feu », «  à coups d’épingles », etc… »

Les finalités à la fois morales et civiques, indépendantes de tout dogmatisme religieux, prennent d’autant plus d’importance qu’elles sont incarnées par l’instituteur lui-même et tous ces collègues alentours. M. Louail échappe peu aux regards ; partout qu’il aille il est sous surveillance ; des méandres de la Sienne aux achats dans les commerces et plus encore lorsqu’il va au café, des commentaires des enfants de retour chez eux à la bonne tenue de son jardin, tous ses faits et gestes sont observés et mis en perspective avec le discours moral qu’il dispense. À l’instar du curé, il est en représentation permanente et doit incarner, point la morale catholique, mais celle de l’École républicaine publique du matin jusqu’au soir. L’inspecteur pose également un regard sur la moralité de l’enseignant et cherche à connaitre comment il s’intègre à Gavray depuis 1910. Cette « irréprochable tenue », sans dévoiement possible, figure en creux dans chaque rapport de visite, comme un certificat de bonne moralité et de bonne conduite : « Mr et Mme Louail jouissent de l’estime générale à Gavray et ils la méritent. Le 8/4/14 ». Elle s’apprécie également à travers la moralité des élèves qui se doit d’être très bonne attestant que les leçons du maître, mises sous observation ce jour, porteront leurs fruits toujours. Elle se lit enfin dans une discipline bien établie et un maître possédant de l’autorité. Bref, un ensemble d’exigences auxquelles l’instituteur ne peut sursoir pour atteindre la sainteté scolaire républicaine. « Excellent maître, intelligent, cultivé, de tenue parfaite, fort estimé ; enseignant de valeur, méthodique, fructueux ; autorité à la fois ferme et cordiale ; Compliments ». Dans cette classe, Roger perçoit chaque jour que la ligne de conduite et l’autorité d’Amand Louail sont dissonantes avec celles de son père Jean-Baptiste. Le premier bénéficie d’une autorité charismatique, professionnelle, pédagogique, etc alors que le second abuse d’un autoritarisme alcoolisé. Ceci n’est pas sans expliquer les propos qu’il tient sur son instituteur vingt années plus tard : « Mon maître était un brave homme qui me faisait souvent une bonne morale qu’heureusement je n’ai pas oubliée ». Sans sur-interpréter ses dires, l’hypothèse que l’école communale soit une porte de sortie à l’univers familial et d’ouverture culturelle et axiologique, terreau de la droiture de Roger au dépend de son père, n’est pas à négliger pour comprendre ses lignes de conduite futures.

Les valeurs et contenus imprègnent Roger d’autant plus qu’Amand Louail, comme l’y invitent sa hiérarchie depuis le début du XXe siècle, anime sa classe en usant des méthodes actives. Celles où l’instituteur opte pour les applications pratiques, comme cette leçon d’instruction civique réalisée à partir du budget de la commune, ces leçons de géographie à renfort de gravures, cartes postales, projections fixes et, à partir de 1924, du cinématographe. Si Roger ne bénéficiera pas de cette dernière modernité pédagogique, ces méthodes le tiennent en haleine, éveillent son esprit, lui permettent d’expérimenter ou de prendre la parole. Non qu’il parle quand bon lui semble, la prise de parole reste soumise à autorisation magistrale mais tous les élèves prennent une part active aux leçons. Ils s’expriment d’une façon claire et intelligente et ne répondent jamais collectivement ou sans y avoir été invité directement. Les interrogations et prises de parole font suite à un travail en silence ou une expérimentation particulière. Par exemple, lors d’une leçon d’agriculture, le maître montre les divers engrais, en fait connaitre les effets. Ces leçons très pratiques, Roger les apprécie car elles mettent en perspective ce qu’il apprend avec le monde hors de l’école, celui de ses parents notamment. L’école est ouverte sur l’extérieur malgré la porte close de la classe et la grille de l’enceinte. La plus grande partie du temps est consacrée à ces exercices d’application ou aux corrections mutuelles comme ce jour où Roger a écrit les phrases demandées au tableau noir et que ses camarades l’ont critiqué et rectifié afin d’établir, rappeler et expliquer les règles auxquelles il faut être attentif.

Ces méthodes, Amand Louail les expérimente durant les six années scolaires passées à Saint Pois, lorsqu’il est en charge de la classe unique de quarante à cinquante élèves du Cours Préparatoire au Cours Moyen. L’ampleur de l’effectif l’oblige à la dévolution d’une partie de ses attributions professorales aux élèves. Ainsi, un élève plus aguerri fait lire le débutant pendant que le maître s’occupe ailleurs. Il revient ensuite contrôler si le texte est compris. Les méthodes actives sont dans l’air du temps en ce début de XXe siècle, où Maria Montessori, Ovide Decroly ou John Dewey[5] vantent leurs propriétés à éveiller l’enfant, donner sens aux apprentissages, mais elles sont aussi valorisées par nécessité, celle de gérer les effectifs pléthoriques de Saint Pois. Le maître de Roger les utilise parce que sa hiérarchie l’y invite dans les textes officiels et que les inspecteurs les mettent en avant, mais aussi parce qu’il a remarqué que la vie de la classe est plus propice aux apprentissages, à la formation d’un élève actif et que la gestion du groupe en est souvent facilitée. A peine est-il arrivé à Gavray que son inspecteur le signale lors de sa première visite le 8 novembre 1910 : « M. Louail s’intéresse à son enseignement et il a recourt constamment aux méthodes actives. Il est dans la bonne voie et je ne peux que l’engager à continuité ». Ces méthodes sont toutefois gourmandes en temps de préparation et, avec sa femme, il occupe ses jeudis et dimanches à préparer cartes, tableaux ou repérer dans les chemins creux de Gavray ou dans la presse ce qui pourrait permettre de donner vie à ses leçons. Par exemple, l’article d’Ouest Eclair du 04 octobre 1920 permettrait-il d’évoquer les problématiques de natalité de la France après-guerre ?

« BELLE FAMILLE. Dans un numéro de la semaine dernière, l’Ouest-Eclair signalait que Mme Danais, surveillante à la gare du tramway, à Gavray, venait d’être mère pour la 16e fois et que 14 de ses enfants étaient encore vivants. Or, on nous signale qu’à Angoville-sur-Ay, Mme Chauvin vient de mettre au monde son 17e enfant, 16 de ses enfants sont vivants ».

Roger n’a pas toujours compris le fonctionnement souhaité par son maître et ce dernier savait user aussi de méthodes moins actives :

« En classe, j’étais assez indiscipliné, non pas que j’étais méchant, mais rares étaient les jours où je n’étais pas retenu après l’heure parce que j’avais inventé un tour pour faire rire mes camarades. Ma punition était d’apprendre 50, 100 et parfois 200 lignes dans l’histoire de France. C’est ainsi que je savais à 11 ans mon histoire par cœur »

Le carnet de captivité relate une anecdote, vingt ans plus tard, qui laisse percevoir, au fil du temps et des sanctions, la lente reconnaissance et le respect qui s’instaurent entre Roger et son maître.

« Une fois sorti de la classe je me laissais entrainer par deux ou trois garnements. Enfin j’ai su les quitter en temps voulu. Une fois je pris pour eux une sévère punition de mon maître. Il y avait une sonnette électrique nouvellement installée chez Mr Hurel par très loin de l’école. Evidemment, pour nous gamins, cela fût un amusement de l’essayer. Je fus vu une fois par mon maître qui me reconnut parmi la bande et au retour en classe, il me donna à copier en entier le verbe : Je n’essaierai plus d’appuyer sur les sonnettes électriques. Ce maître m’aimait beaucoup et c’est pour m’empêcher d’avoir envie de recommencer ces tours qu’il me punit, j’avais à ce moment 10 ans. Ce fut une punition qui me fit du bien car dans ma 11ième et 12ième année je fus plus calme »

Les leçons de Monsieur Louail sont de cette veine. Elles oscillent entre méthodes actives et punitions rébarbatives, entre prise de parole et silence dans les rangs, entre écoute des élèves et ferme reprise en main. C’est un instituteur installé dans son temps, celui où la spécificité de l’enfant commence à être prise en compte par des pédagogues influents, tout autant que l’élève reste assujetti à l’autorité et au respect des règles de conduite. Le maître de Roger ne cherche pas à changer l’ordre social en formant une communauté d’élèves propres à se prendre en charge et renverser, à l’âge adulte, la gouvernance politique conservatrice. Rien dans son dossier professionnel ne permet d’aller dans ce sens ; pas de militantisme syndical avéré. « Bien faire la classe, c’est la meilleure manière de militer »[6]. Il cherche les moyens pour transmettre à Roger les contenus et valeurs que sa formation initiales, les textes officiels et sa personnalité lui assignent. Il le fait avec les outils pédagogiques et répressifs qu’il croit être les plus adaptés. Si les élèves se déplacent parfois dans la classe, ils le font en silence, avec autorisation. Dès que la porte de la classe se ferme, dans la cour de récréation ou dans les rues du village, Roger reste sous contrôle[7]. Une surveillance qui se veut émancipatrice car elle dicte des règles de conduite, le respect des autres, de l’école et de son pays. Roger accepte les codes scolaires de son maître car ils font partie de la norme du rapport à l’adulte mais permettent aussi de tisser un lien fort, d’espérer une identification. Cela dynamise son appétence pour le Savoir ; il s’imprègne ainsi des finalités morales et des valeurs des leçons qu’il n’aura de cesse, selon son carnet, d’essayer de suivre ; il acquiert le goût à saisir les choses de la vie et à comprendre les rouages du monde.

Ce maître est un acteur de l’École républicaine mise en place depuis les lois scolaires. Il prêche quotidiennement la foi laïque jusqu’au bout de la nuit en dynamisant les œuvres, comme l’association des Amis des écoles laïques, les cours d’adultes, les séances de cinématographe ou l’étude scolaire. Il prône l’école à plein temps, bien après l’obligation scolaire, pour ceux qui n’ont pu bénéficier d’une pleine scolarisation, comme ces 18 adultes inscrits au cours en 1923. Sans outrance vindicative, il gère la mutualité scolaire, la coopérative et s’occupe des fêtes laïques annuelles dans le local des écoles mis à disposition depuis 1912, etc.

« […] les écoles, les cours d’adultes, les bibliothèques scolaires sont des bienfaits de votre patrie. La France veut que tous ses enfants soient dignes d’elle, et chaque jour elle augmente le nombre de ses écoles et de ses cours, elle fonde bibliothèques, et elle prépare des maîtres savants pour diriger la jeunesse »[8]

Il sert cette institution républicaine parce qu’il est d’une génération instruite, de 1881 à 1891, à ses valeurs morales, civiques et patriotiques puis former, de 1891 à 1894, à les défendre durant toute sa carrière. Il le fait avec d’autant plus d’application que c’est un moyen de la remercier d’être sorti du rang, d’avoir quitté le sillon du travail de la terre, d’être reconnu et écouté dans sa famille, d’être quelqu’un que l’on regarde dans la rue tout autant que le curé alors qu’il n’en a pas l’uniforme. Il suit à petits pas, mais assurés, le chemin tracé depuis sa propre scolarisation et sa formation à l’EN de Saint-Lô. Pour tout cela, en dehors des louanges de Roger à son encontre, il en est remercié par la médaille de bronze de la mutualité en 1913, l’ordre académique en 1923 et devient instituteur honoraire au moment de sa retraite en 1929. Point de trace de ses leçons de gymnastique dans les rapports d’inspection, l’éducation physique n’est pas supervisée par les inspecteurs ! « Je sors de la classe claire où Mr Louail enseigne à tout prendre avec autorité, en regrettant qu’il n’y ait point d’autres ornementations sur les murs que des cartes géographiques ». [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Derrière les portes de la classe," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 16/03/2022, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/1475.

____________________________

[1] Lunois, Alexandre (1863-1916). Illustrateur. A. Seignette. L’Ecole moderne. Géographie par l’aspect, n° 4, Région bretonne, panneau scolaire, 1900.

[2] Les notes d’inspection durant les quatre années où Roger est scolarisé servent de support aux descriptions. Elles émanent du dossier professionnel d’A. Louail.

[3] J. Ozouf et M. Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Seuil, 1992, 347.

[4] J. Ozouf, Nous les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Epoque, Paris, Gallimard, 1973, 113.

[5] J. Houssaye (dir), Quinze pédagogues. Leur influence aujourd’hui, Paris, A. Colin, 1994.

[6] J. Ozouf, Nous les maîtres d’école, Paris, Gallimard, 1973, 185.

[7] M. Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

[8] G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, [1877], 1922, 45.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search