Les leçons de Monsieur Louail (5 février 1919-24 septembre 1922)

 

« J’ai déjà dit à maintes reprises tout le bien que je pensais de M. Louail. Esprit clair, ordonné avec de la pondération et une scrupuleuse conscience, c’est un maître sympathique, un éducateur. Inspecteur primaire, le 5/1/28 », 1T 1 288, Dossier professionnel Louail Amand, AD de la Manche, Saint-Lô.

Après quinze années d’enseignement, un mariage contracté avec l’institutrice Marie Divet en 1902 et la paternité d’une enfant, Amand Louail sollicite sa hiérarchie pour s’établir à Gavray[1]. Le vœu est formulé en Mai 1909 alors qu’il est en poste depuis cinq ans dans la classe unique de garçons de Saint Pois avec plus de quarante élèves à prendre en charge :

« Je désirerais être placé à la tête d’une école à deux classes afin d’avoir ma femme pour adjointe […] J’irais dans n’importe quelle région du département. Je ne tiendrais plus à être secrétaire de mairie surtout si je pouvais obtenir un poste où il y avait un médecin, ma petite fille étant de santé très faible. Si le poste de Gavray venait à être libre, je serais heureux de l’obtenir ».

L’avis de l’Inspection est très favorable et motivé par le fait que « le couple Louail est un couple d’excellents éducateurs. Mortain, le 22/5/1909 ». Ce type de demande est assez fréquent au début du XXe siècle car l’administration valorise le mariage entre enseignants et elle les récompense par des postes où les deux élus instruisent dans la même école. Les revues pédagogiques vantent ces rapprochements depuis les lois scolaires et l’administration y voit aussi un moyen de faire taire les revendications autour des bas traitements de ses fonctionnaires. Dès l’annonce de leur mariage en 1901, les jeunes instituteurs avaient demandé à être rapprochés. « Monsieur l’Inspecteur d’Académie, J’ai l’honneur de solliciter de votre bienveillance une direction d’école à la campagne. Etant sur le point de me marier avec une institutrice-adjointe de Granville, Melle Divet, je désirerais un poste double… Granville, le 14 juillet 1901 ».

Archives privées Louail-Lebatteux, Amand Louail et Marie Divet, [1904]

La tradition manchoise a par contre eu quelques lenteurs à accepter ces mariages « professionnels » car l’usage trouvait scandaleux qu’une institutrice puisse se marier. A l’image des nonnes, auxquelles elles sont associées, elles ne sont que 23% à être épousées en 1903 alors que les instituteurs célibataires sont exceptions. Au-delà du poste commun, le mariage apporte une relative aisance financière par rapport au célibat, celle qui permet « d’attraper le bout de l’année » plus facilement. Arrangement, amitié conjugale ou amour véritable, ces deux misères qui s’acoquinent permettent, par exemple, l’acquisition d’une bicyclette voire l’émolument d’une bonne pour l’entretien du logement. Pour le couple Louail, cela permet à Amand de se libérer d’un secrétariat de Mairie qui, s’il est un revenu complémentaire, est gourmand en temps.

Le couple s’inscrit pour partie dans cette dynamique professionnelle et motive sa demande pour des raisons pécuniaires, toutefois une singularité se fait jour. Les aspects sanitaires ne sont pas à négliger dans les motivations qui animent ces instituteurs meurtris, à peine mariés, par la perte d’un enfant dans une commune sevrée de lieu de soin :

« […] Saint Germain d’Elle est à 14 kilomètres de St Lô, la gare la moins éloignée. Nous avons déjà perdu quelques-uns de nos proches parents sans avoir pu nous rendre près d’eux à cause de l’éloignement. Nous venons nous-mêmes de perdre notre petit garçon sans que nos parents aient pu venir nous aider à le soigner et sans que nous ayons pu appeler le médecin que nous aurions préféré par suite de la grande distance qui nous sépare de St Lô. […] nous désirerions nous rapprocher d’une localité où nous pourrions trouver rapidement médecin et pharmacien le cas échant […] St Germain d’Elle, le 15 juin 1904 »

La demande de poste double est satisfaite en février 1910 mais la joie est néanmoins en demi-teinte car si Gavray dispose d’agents de santé, qu’ils soient médecin ou pharmacien, et d’un tramway, le résultat de cette mutation ne recouvre pas toutes les espérances professionnelles :

« Monsieur l’Inspecteur d’Académie. Je vous remercie bien sincèrement d’avoir pensé à moi pour remplacer Mr Guérin à Gavray. J’aurais été très heureux d’être envoyé dans ce poste s’il avait été possible d’avoir ma femme pour adjointe. Il lui est difficile de se résoudre maintenant à rester adjointe pendant toute sa carrière, dans une école de filles. Saint Pois, le 11 février 1910 »

Derrière cet argument, Amand Louail interpelle sa hiérarchie sur le fait que sa femme ne puisse obtenir de promotion en étant adjointe dans l’école de filles de Gavray. Les carrières se gèrent effectivement sur le temps long, les mutations sont peu fréquentes et Marie Louail voit son avenir professionnel s’obscurcir suite à ce transfert vers Gavray. Le couple obtient toutefois satisfaction et les deux instituteurs prennent en charge les deux classes de l’école de garçons :

« L’an mil neuf cent dix, le 1er Mars s’est présenté devant nous, Maire de la commune de Gavray, Mr Louail Amand précédemment Instituteur titulaire à Saint Pois nommé par arrêté du 15 février 1910 en qualité d’instituteur titulaire à Gavray. Nous avons en conséquence déclaré Mr Louail Amand installé dans ses nouvelles fonctions à dater de ce jour. En foi de quoi nous avons dressé le présent procès-verbal d’installation, signé par nous, et par le fonctionnaire intéressé. A Gavray, le 1er Mars 1910 »

Amand Louail ne changera plus de lieu d’exercice après cette installation. Sur les 35 ans et 8 jours au service de l’enseignement primaire de la République, 19 ans 6 mois et 15 jours sont effectués à Gavray.

Ces données factuelles permettent de mieux connaitre le maître qui donne leçons à Roger, d’apprécier sa trajectoire et les finalités qui l’amènent dans ce village sur Sienne, de saisir qu’il n’est plus un novice mais dispose d’une vingtaine d’années d’expérience. Enfin, la trajectoire singulière du couple souligne des êtres ayant assumé leur part de souffrance à laquelle il faut ajouter les quatre années de guerre dont 54 mois dans une unité combattante pour le mari. Ce bagage professionnel et personnel teinte forcément l’enseignement que dispense Amand Louail. Roger fait face à un être de quarante-cinq ans empreint de son parcours commencé en 1894 et des tourments que sa vie lui a réservés. Les leçons, que les visites d’inspection rapportent de 1919 à 1923, précisent plus encore le portrait de ce maître, estimé dans l’instant de la classe tout autant que vingt années plus tard dans le récit de captivité. Si ces sources portent les limites de n’être que des leçons où l’enseignant comme la classe sont en représentation, elles sont une trace des valeurs et exigences qui s’y transmettent ainsi que l’envie de faire la classe qui porte ce maître d’école.

« Oh le charme souverain de la classe ! Quel instituteur-poète, épris de son métier, nous dira l’intérêt puissant et doux de la leçon qui fait luire les yeux, qui éclaire les fronts, qui concentre la lumière des prunelles sur les regards du maître, qui incline les corps en avant, qui captive l’attention, qui éveille et vivifie les esprits, qui attache aux parcelles de la science, qui leur ouvre la voie vers de divines clartés »[2]

[à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Les leçons de Monsieur Louail (5 février 1919-24 septembre 1922)," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 28/02/2022, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/1428.

_______________________________________________________

[1] L’ensemble des citations est issu du dossier professionnel du couple Louail, 1 T 1/288, Dossier professionnel Louail Amand et 1 T 1/200, Dossier professionnel Louail-Divet Marie,  AD de la Manche, Saint-Lô.

[2] Enquête du Manuel Général, 1912, cité par J. Ozouf, Nous les maîtres d’école, Paris, Gallimard, 1973, 114. 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search