A la paille, marmaille (16 mars 1911- 5 février 1919) Partie 2

Avec mon sac d’écolier[1]

« Pendant la guerre, mes parents continuent à travailler et mon père faisait au moment voulu, son métier. Je ne puis me souvenir si les restrictions ont été dures pendant cette guerre en tout cas je ne me souviens pas d’avoir eu faim ».

Roger, en ce mois de Février 1919, quitte sa maison, sise au vieux bourg de la Planche, le cœur gai. Il aime l’école et l’a rarement manquée depuis 1917 sauf lorsqu’il fut « pris de la grippe espagnole, cette grippe qui a fait tant de ravage en France. Quelques jours plus tard, c’est sa sœur Suzanne qui y tomba à son tour ». Maria les soigne avec « un amour sans borne » aux cataplasmes de moutarde. Cette seconde vague de l’épidémie[2] le laisse alité durant l’automne 1918. « Je me relevais au bout de trois mois ne sachant plus marcher juste quelques temps avant l’armistice et ce beau soir de 11 novembre 1918 ».

La maladie conjurée, il est ravi lorsqu’il longe le moulin de Gavray, celui des Beauquesne, et entend le tourbillon des grandes roues que le courant de la Sienne anime, les tournants qui lâchent leur eau et les meules qui broient[3]. Il aime à faire glisser sa main droite sur le muret qui protège le trottoir du cours d’eau. Quand il y a de neige, il la récolte et en fait des boules qu’il lance à Simone lorsqu’elle l’accompagne. Aujourd’hui, la pierre est humide, froide et la neige absente. Il tourne à droite, s’engage vers le pont d’où il jettera un œil au lavoir où sa mère vient souvent.

Il est heureux aussi parce qu’il a un nouveau cartable. Depuis que ses parents ont pris la gérance de la ferme de la Tête à la femme, qu’un herbager de la Somme a louée pour trois ans, ainsi que des herbages situés au moulin de Huet, l’argent rentre un peu plus dans le foyer. Toutefois, le couple se donne bien du mal pour gérer les terres situées à 4 kilomètres de la maison et les visiter deux à trois fois par jour. Monter et descendre la sente des Maturins depuis la Planche, c’est passé en quelques kilomètres du point bas au point haut de la géographie locale. Ombragé par les haies plessées et les chênaies, ce chemin creux puis forestier sollicite l’organisme à l’aller, par son dénivelé, comme au retour où la boue fait manquer de tomber à chaque pas. De plus, Jean-Baptiste va quérir des bêtes dans les foires alentours et effectue leurs embarquements. Il a un temps jusqu’à 200 bêtes à surveiller. Maria augmente le budget en trayant alentour le plus de vaches possible. « Ce sont certainement les seules années où mes parents ont gagné un peu d’argent ». De temps à autre, Jean-Baptiste convoie les bêtes jusque dans la Somme et revient en passant par Paris. « Je me rappelle qu’une fois, il était très heureux […] il nous avait acheté à tous un souvenir, moi j’avais eu un sac d’écolier ». Sur le pont de la Sienne, il s’accroupit pour regarder entre les barreaux du garde-corps si sa mère se trouve sous le toit du lavoir principal. Elle n’y est pas, elle n’a pas dû finir la traite et n’a pas commencé sa journée.

Il poursuit par la Grande Rue, laisse à sa droite la Place des Tilleuls qui accueillait autrefois l’ancienne église et à sa gauche l’Hôtel du Lion d’Or Leclerc Paturel. Il arrive Place du marché l’esprit léger car ce soir est un soir de galettes. Il sait déjà qu’il se dépêchera « de revenir de l’école pour scier des gros morceaux de fagots pour avoir un bon feu ». Maria, « toute rougie par la flamme », servira à chacun une galette sur laquelle il mettra « du beurre et des confitures ». En face chez Lemasson, un seau recueille l’eau du robinet de cuivre de la fontaine publique, en contre-haut des quatre bornes de granite qui la protègent des carrioles. Les chiens viennent parfois y boire quelques gouttes. Pas aujourd’hui.

Tout aussi joyeux, il s’engage entre l’église et la Mairie vers la cour de son école, celle des garçons, rue Alphonse Quinette. Entourée de grilles blanches, disposant d’une cour arborée séparée des jardins des instituteurs, elle fut construite en 1894[4]. Située à l’arrière de la mairie où sont logés les enseignants, elle dispose de deux belles classes desservies par un escalier central. Le maire, Constant Fauvel, prend le soin de ceindre la cour en 1897 d’une grille dont les caractéristiques permettront aux instituteurs de construire, n’en doutant pas, quelque exercice de calcul pour leurs élèves :

Collection privée C. Deguelle, Ecole communale de garçons, [1910]

« M. Nicol s’oblige à établir sur la murette servant de clôture à la cour de récréation de l’école des garçons et de la partie sud du jardin de l’instituteur, une grille de cinquante-sept mètres de longueur, de quatre-vingts centimètres de hauteurs, en fer demi rond creux de vingt millimètres de diamètre, fixées sur traverses en fer cornière de trente millimètres de largeur. L’extrémité supérieure des barreaux sera coupée droit, ces barreaux seront espacés de quatorze centimètres d’axe en axe. La dite grille sera fixée avec des montants en forts fers en I de quarante millimètres avec scellement dans le mur de trente centimètres lesquels seront espacés d’environ deux mètres. M. Nicol, dans l’espace laissé libre, établira une barrière à double vantail de un mètre quatre-vingt-cinq de hauteur sur une largeur de trois mètres aussi en fer cornière […] le tout peint au minium. […] Les deux piliers en briques seront destinés à porter la barrière d’une hauteur de deux mètres trente, largeur et épaisseur cinquante centimètres au mortier de chaux hydraulique. […] Les travaux devront être terminés pour le 31 janvier 1897 […] »[5]

Roger, fébrile, hâte le pas et ouvre enfin la grille, cette séparation symbolique entre la nécessité du quartier de la Planche et l’embellie des richesses intellectuelles. Sans dire un mot à ses camarades Fontaine et Ginard, ses yeux fixent le haut de l’escalier central qui domine la cour. Le personnage qu’il ne connait pas encore mais a fait presser son pas, y a pris position et surveille les élèves avant l’entrée en classe. Il est plus grand que son père, 1m 65 peut-être, le corps solide semble-t-il, ses cheveux bruns commencent à grisonner, surtout sur les côtés. Il porte une moustache courte assez épaisse et une barbiche presque blanche, étroite sur son menton rond ; comme celle de Napoléon III dans les livres d’histoire[6]. C’est le directeur de l’école, celui qui revient de la guerre en ce début de mois de février 1919. Sa femme a pris la direction de l’école durant le conflit et cède la place maintenant qu’il est rentré[7]. Il en a averti sa hiérarchie, reprend son poste et sera le maître de Roger pendant quatre années : « Monsieur, l’Inspecteur, J’ai l’honneur de vous informer que je suis rentré à Gavray, envoyé en congé illimité de démobilisation par le dépôt de St Lô à la date du 3 février 1919. L’instituteur de Gavray, le 4/2/1919 »[8].

Un grand homme sur le perron         

Amand Louail fait partie des 120000 instituteurs et institutrices recensés en 1914 ; cette génération que Jacques et Mona Ozouf passent au crible de l’analyse socio-historique alors que ces maîtres d’école sont à l’automne de leurs vies dans les années 1960[9]. L’instituteur de Roger est un acteur du déploiement scolaire voulu par la IIIe République depuis 1880. « Le surgissement de ces écoles neuves promet une révolution culturelle, comme autrefois d’églises, la France, entre 1880 et 1914, se couvre d’écoles »[10].

Il passe par la « voie royale » pour devenir instituteur, consistant à accéder à la formation dans les écoles normales (EN) par concours. L’instituteur de la Haye Pesnel, Monsieur Legallais, l’a préparé à celui de l’EN de Saint Lô de 1891. Il réussit brillamment, est admis au 2e rang sur les vingt admissions alors qu’il n’a pas encore 16 ans. Cette jeunesse, à la date du concours, nécessite d’ailleurs une autorisation ministérielle qu’il obtient le 3 juin 1891[11]. Cette place de deuxième, il la garde tout au long de sa formation initiale saint-loise :

« Classement de sortie : sur 18 élèves : 2e. Classement de mérite général, d’après le travail, la bonne volonté et la conduite pendant les trois années de séjour à l’Ecole : sur 18 élèves : 2e. Caractère : Très sérieux, Tenue et Education : très bonne, Conduite et bonne volonté : très satisfaisantes, Instruction : esprit solide et connaissances très sérieuses, Progrès : très satisfaisants, Aptitude professionnelle : excellente, Aptitudes particulières : Anglais et littérature. Observations : Le personnel de l’Ecole normale recommande Louail à toute la bienveillance de l’Administration »[12]

Ce bon rang est important car il pèse sur l’attribution du premier poste. Il devient, en possession du Brevet supérieur, le « baccalauréat de l’enseignement primaire », adjoint à Granville à l’école du quartier Saint Paul, à partir du 27/10/1894. Il est enseignant stagiaire depuis deux ans lorsqu’il obtient son certificat d’aptitude pédagogique (CAP) face à une classe élémentaire de 31 élèves, le 4 novembre 1896 : « L’enseignement de Mr Louail est clair, méthodique et assez intéressant. Ce maître est actif et dévoué. Résultats satisfaisants. Résultats de l’examen : Epreuves pratiques 14, épreuves orales 12 »[13].

Le jeune instituteur titulaire complète sa formation initiale, dès la fin du  XIXe siècle, en obtenant un certificat d’aptitude à l’enseignement agricole, indispensable pour enseigner cette matière dans les écoles primaires supérieures (EPS), comme il en a pris le goût à Saint Hilaire du Harcouët pendant quelques mois en 1898. Il est détenteur également d’un diplôme de maitre de gymnastique. Cette qualification montre que l’instituteur de Roger est versé dans les exercices du corps dans une période où cet enseignement, s’il est reconnu, recouvre une légitimité scolaire relative. Véritable arlésienne à l’école primaire, la gymnastique figure dans les textes officiels et les formations enseignantes depuis le milieu du XIXe mais est peu visible dans les cours d’école[14]

Les maitres de gymnastique participent de sa réalité en prenant en charge les élèves de leurs collègues et en animant des sociétés de gymnastique dans leur village comme toute autre œuvre post-scolaire. Amand Louail, entre 1904 et 1910, dirige une société de tir très prospère dans le village de Saint Pois où il enseigne dans une classe unique

Archives privées Louail-Lebatteux, Ecole communale de Saint-Pois, [1908]

de plus de quarante enfants et officie comme secrétaire de mairie. Les finalités patriotiques et d’éducation militaire des sociétés de tir sont indéniables et réaffirmées régulièrement depuis la défaite face à la Prusse de 1870[15].

Ces descriptions professionnelles et administratives caractérisent, à grands traits, le personnage qui surveille ses élèves depuis le perron en février 1919. C’est un homme appliqué, respectueux de la connaissance et de la discipline, possédant un esprit patriotique et qui a toujours été encensé par ses inspecteurs et les parents des communes où il a enseigné avant-guerre :

« Mr Louail est pourvu du brevet supérieur, du certificat d’aptitude pédagogique et du certificat d’aptitude à l’enseignement de l’agriculture. C’est un bon maître, très zélé, qui donne un enseignement intelligent et méthodique et obtient de bons résultats dans sa classe. Tenue et conduite irréprochables au-dedans comme au dehors de la classe. Granville, 18/06/1901 »

« BS et CAP, C Aptitude à l’enseignement agricole. Dip de maître de gymnastique […] M. Louail est un très bon maître sous tous les rapports. Intelligent, instruit, méthodique, travailleur, il obtient de bons résultats qui l’ont fait aimer des enfants et estimer des parents. Dévoué aux œuvres post-scolaires, il dirige un cours d’adultes, une société de tir très prospère et une section de mutualité scolaire. Saint Pois, 9/2/1908 »

« Travail très régulier, très consciencieux et très satisfaisant pour l’ensemble. M. Louail est un homme sérieux, pondéré, estimé de tous en même temps qu’un individu capable et laborieux, Gavray, 6/11/1912 »

Un père de substitution ?

Monsieur Louail peut-il devenir, pour Roger, une figure identificatoire prenant le relais de Jean-Baptiste, durant les quatre années qu’ils vont passer ensemble de 1919 à 1923 ? Plusieurs arguments permettent d’en faire l’hypothèse et de mieux saisir pourquoi cet homme fait partie de l’Olympe de Roger lorsqu’il rédige son carnet vingt ans plus tard.

Roger appartient à ces générations où les repères et modèles restent ceux des aînés, la transmission des pratiques, des valeurs et des normes étant basée sur cette verticalité. Que les deux figures masculines soient du même âge n’est pas à négliger dans le processus de projection. Comme Jean- Baptiste, Amand Louail est né en 1875 ; le 27 octobre à Saint Jean de la Haize à trente kilomètres de Gavray :

« Louail Paul Emmanuel, âgé de trente-trois ans, cultivateur et domicilié en cette commune, lequel nous a présenté un enfant de sexe masculin, né aujourd’hui, à dix heures du matin, de lui déclarant, en sa maison, au village de Vauclare et de Champion, Victorine-Jeanne, son épouse âgée de trente-deux ans, occupée dans le ménage, et auquel il a déclaré vouloir donner les prénoms de Amand, Paul »[16].

A l’âge s’ajoute des origines sociales voisines entre les deux référents. Le maitre de Roger, comme un tiers des instituteurs manchois formés à l’EN de Saint Lô, vient d’un pays rural, tout comme celui que son père arpente, et ses parents connaissent la terre comme ceux de Jean-Baptiste. Non qu’il le sache encore, alors qu’il observe son maître en contre-haut en février 1919, mais parce que très vite il le comprend ; notamment parce que l’instituteur, en se présentant à ses élèves qui ne le connaissent pas, évoque ses origines mais surtout parce qu’il évoque, tout aussi bien que son père et de façon plus documentée encore, les foires et marchés, l’agriculture en devenir, les outils et engrais, etc.

A ces deux premiers éléments qui tissent un lien entre ces ainés, une petite touche de différence permet de croire que l’identification puisse s’opérer. Les statures entre les deux hommes diffèrent de quelques centimètres, sept précisément selon les fiches matricules en faveur de l’instituteur. Dans les yeux d’un enfant, cela n’est pas négligeable et participe certainement de la dynamique. Un autre élément dissonant entre le maître et le père concerne leur pilosité faciale[17]. Si la barbiche impériale de Monsieur Louail peut paraitre accessoire, elle définit pourtant son homme. Celle-ci se voit peu sur les marchés de Gavray et les amis de Jean-Baptiste ne la portent pas. Dans la famille Louail, ils ne sont que deux à porter l’impériale parmi les dix hommes représentés sur la photographie de mariage d’Amand et Marie le 2 janvier 1902[18]. Il est seul à l’arborer parmi les dix-huit invités masculins au mariage de son frère Louis en 27 septembre 1921. Il est encore seul au mariage de sa fille Marie-Thérèse dans les années trente. Avec casquette, chapeau claque ou tête nue, elle connote la distinction comme celle de Napoléon le petit sur les représentations imagées. D’ailleurs, Amand se repère moins au milieu des années cinquante alors que l’impériale n’orne plus son menton rond.

L’identification existe car l’instituteur de Roger n’est pas totalement différent des autres personnages qu’il connait, mais l’est suffisamment pour susciter l’intérêt et l’adhésion d’un jeune enfant. Toutefois, les paramètres majeurs au processus identificatoire dépassent celui de l’apparence et concernent moins ce qu’il voit sur le perron que ce qu’il a pu entendre auparavant ou ce que ses proches ont pu colporter. Cet homme, en haut de l’escalier, incarne et représente des symboles plus profonds instillés dans la société depuis l’avènement de l’école obligatoire. Bien installée dans ses convictions, cette école républicaine porte des valeurs qui, dans chaque commune, ne sont plus autant contestées qu’au début de leur mise en place. Parmi ces finalités, « l’enseignement du même » est un cap que les maîtres aiment à suivre et que les gens de peu apprécient. La Manche est d’ailleurs de longue date un département instruit, favorable, malgré son conservatisme, à l’enseignement public qui y jouit d’une prédominance éclatante[19]. Cette conviction laïque qui enseigne le semblable quelle que soit la condition sociale des élèves et pour laquelle les instituteurs « leur font parcourir, en cercle concentriques de sociabilité croissante, les devoirs envers la famille, l’école et la patrie, et énumèrent ainsi les exigences collectives à quoi doivent se plier les conduites individuelles »[20]. Une ambition normative assumée qui permet à Roger, le seuil de la classe de M. Louail franchi, de n’être plus l’enfant du vieux bourg de la Planche où l’on compte ses deniers et s’arrange avec sa pauvreté. L’école rassemble ainsi les deux quartiers de Gavray dans un même périmètre. En ces lieux, les bancs sont pour tous sans qu’il soit besoin de payer pour avoir le sien, comme ce peut être le cas à l’église voisine. Grâce à cette mémoire collective qui construit la légende des hussards noirs, Roger sait qu’au contact de son maitre, il s’ouvrira à d’autres connaissances, de celles que ses parents ignorent, et qu’il aura d’autres possibles.

Le premier d’entre eux étant que ce maître, qui vient de la terre, a su briser la dynamique de reproduction sociale en s’émancipant de l’univers de ses parents. Il a pu « sortir du pays […] cet espace étroit et étouffé où on tourne en rencontrant toujours les mêmes, où le passage d’un étranger au village est vécu comme un évènement, où des communes très voisines sont perçues comme des lieux extraordinairement séparés »[21]. Non qu’il en soit plus à l’aise financièrement, la commune l’aide d’ailleurs en ce sens dès son installation en 1910 :

« Entendu qu’il est exact qu’à Gavray, l’instituteur jouit de moins d’avantages matériels que dans beaucoup de communes de même ou de moindre importance ; Que M. Louail remplit ses fonctions avec une conscience et un dévouement auxquels tout le monde rend hommage, vote en faveur de M. Louail, jusqu’au jour où il sera élevé de la 3e à la 2e classe, une subvention annuelle de cent cinquante francs à partir du premier janvier prochain […] Et dit, qu’en compensation, Mr Louail devra admettre gratuitement, aux études du soir, lorsqu’elles auront lieu, un certain nombre d’enfants pauvres, choisis parmi les plus méritants »[22]

Qu’importe s’il cherche à survivre plus qu’à vivre, il représente quelqu’un qui est sorti de l’enclave. Si Jean-Baptiste ne valorise certainement pas cette idée de l’échappée du pays, car l’école est réputée taire les vertus paysannes[23], Maria le fait peut-être ou n’acquiesce pas toujours aux dires de son mari. Quoi qu’ils fassent, qu’ils la contestent ou y adhérent, cette représentation forte des maitres d’école parvient aux oreilles de Roger qui l’incorpore et la rêve à sa façon.

Corrélativement, le maître incarne le Savoir. « L’instituteur peut, ici, revendiquer un double prestige : c’est l’instituteur public- une figure officielle de l’Etat- et c’est l’homme qui détient et dispense le savoir »[24]. A grand renfort de revues pédagogiques, l’instituteur de Roger, comme 84% de ses collègues avant 1914, forge sa culture enseignante au fil des ouvrages. Le Manuel général, auquel tout directeur d’école est abonné, et le Journal des instituteurs figurent parmi les guides pédagogiques les plus précieux dans lesquels Amand Louail a construit son expérience. L’instituteur et le curé, dont on prétend à tort qu’ils sont ennemis inconciliables, sont deux personnages du village qui portent haut la connaissance et instruisent, dans leurs registres propres, les gens du peuple. Point ceux qui partent forger leurs destinés dans les lycées ou les institutions religieuses des villes de la région mais ceux qui restent et vivent au cœur de leur village ; ceux que l’école républicaine imagine en citoyens Sachants et auxquels elle distribue l’instruction « à pleine mains ».

Sans que toutes les hypothèses soient évoquées, les valeurs d’Amand Louail et auxquelles Jean-Baptiste sursoit parfois ne peuvent être passées sous silence. Je ne peux que les imaginer car ce maitre, décédé le 27 décembre 1955 à Avranches, n’a pas participé à l’enquête de Jacques Ozouf et les archives de l’éducation nationale de Rouen ne disposent d’aucune fiche à son nom, à l’inverse du collègue qui lui succède à Gavray en 1929, Gustave Cambernon. Les quelques mots posés sur les trois feuilles de l’enquête auraient peut-être permis de mieux cerner le personnage, repérer ce qui le porte, en dehors des valeurs républicaines que sa formation initiale lui a transmises et que je reprends sans différenciation. Les leçons qu’il dispense à Roger entre 1919 et 1923 et qui subsistent dans les archives complèteront-elles ce portrait grossier et impersonnel ?

Au-delà des critiques qui peuvent être faites à l’école de Jules Ferry (casernement des élèves, au service d’une bourgeoisie triomphante, peu émancipatrice, etc), elle enseigne, voire prêche, « la croyance dans le progrès matériel et intellectuel » pour qu’advienne un régime démocratique pérenne où l’individu puisse être un acteur éclairé[25]. Cette ambition, qu’Amand Louail  personnifie, s’illustre dans le quotidien de la classe, en ce début des années 1920, par le respect du maître et l’écoute de l’Autre, l’hygiène et les campagnes antialcooliques pour que les corps soient robustes et réorientent la courbe démographique, le patriotisme et la présentation partisane de figures historiques, les méthodes actives comme levier motivationnel, etc. Le maitre projette suffisamment de perspectives, d’autres façons de vivre le quotidien, le savoir ou le rapport d’autorité, pour qu’il puisse devenir une figure identificatoire pour Roger durant les quatre ans qu’il passe à ses côtés et l’aide durablement à se construire. « Moi quand je suis parti au régiment j’y suis parti avec l’esprit de patriotisme que mon cher maitre d’école, Mr Louail, m’avait donné à moi et à mes camarades, mais combien hélas ont vite oublié ce que ce brave français nous avait appris. Certes, tous les enfants de France n’ont pas eu un maitre aussi dévoué et aussi patriote mais presque tous ont eu un père qui aurait dû leur montrer la voie à suivre ».

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "A la paille, marmaille (16 mars 1911- 5 février 1919) Partie 2," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 28/11/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/1278.

________________________________________________

[1] Cette déambulation est inspirée des cartes postes d’époque, issues de la collection de Colette Deguelle, et présentées sous l’onglée Sources.

[2] P. Morel et C. Quétel, « La grippe “espagnole” de 1918 à Caen et son impact au Bon-Sauveur », Annales de Normandie, 1977, n° 2, 205-217.

[3] L. Durand-Vaugaron, « Technologie et terminologie du moulin à eau en Bretagne », Annales de Bretagne, 1969, n° 2-3, 285-353.

[4] Toutes les informations sont à mettre en relation avec le versement 127 ED 1M1, Ecoles, AD de la Manche, Saint-Lô. En 1840, dans la continuité de la loi Guizot de 1833 faisant obligation aux communes d’entretenir une école élémentaire, un premier projet était resté à l’état de plan. La commune contracte un prêt en mars 1887 pour financer les dépenses relatives à la construction de l’école de garçons. Un second plan, comportant trois classes distribuées par deux escaliers, est établi à Saint Lô dès le 22 avril 1887. Voir aussi G. Garrier, « Sur le chemin des écoles, en Rhône-Alpes (vers 1830-vers 1890) », Cahier des Annales de Normandie, 1992, n° 24, 439-451.

[5] 127 ED 1M1, Ecoles, AD de la Manche, Saint-Lô.

[6] Fiche matricule, Louail Amand, n° 539, Granville, 1895, croisée avec une photographie de mariage de son frère Louis de 1921.

[7] 1 T 1 200, Dossier professionnel Louail-Divet Marie, AD de la Manche, Saint-Lô.

[8] 1 T 1 288, Dossier professionnel Louail Amand, AD de la Manche, Saint-Lô.

[9] Trois ouvrages permettent d’insérer le parcours professionnel de l’instituteur de Roger dans ceux plus larges des hussards de la République : J. Ozouf, Nous les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Epoque, Paris, Gallimard, 1973 ; J. Ozouf et M. Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Seuil, 1992 ; M. Ozouf, L’Ecole, l’Eglise et la République (1871-1914), Paris, Offredo, 1982.

[10] J. Ozouf, Nous les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Epoque, Paris, Gallimard, 1973, 9.

[11] 1T 1 18, Registre d’inscription des candidats à l’EN Primaire de Saint Lô, AD de la Manche, Saint-Lô.

[12] 1 T 1 288, Dossier professionnel Louail Amand, AD de la Manche, Saint-Lô.

[13] Ibid.

[14] E. Solal, L’Enseignement de l’éducation physique et sportive à l’école primaire (1789-1990). Un parcours difficile, Paris, Dossier EP.S, n° 45, 1999.

[15] P. Arnaud (dir), Les Athlètes de la République : gymnastique, sport et idéologie républicaine, 1870-1914, Paris, L’Harmattan, 1997.

[16] Acte de naissance n° 17, Commune de Saint Jean de la Haize, 1875.

[17] Cet argument est issu de la consultation de photographies de famille présentées en annexe de ce chapitre.

[18] Archives privées de la famille Louail, Sylvie Labatteux, La Haie Pesnel, Juillet 2020.

[19] J. Ozouf, art.cit.

[20] J. Ozouf et M. Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Seuil, 1992, 366.

[21] Ibid., 39-40.

[22] 127 ED 2D7, Extraits du registre des délibérations du conseil municipal, AD de la Manche, Saint-Lô.

[23] M. Ozouf, L’Ecole, l’Eglise et la République (1871-1914), Paris, Offredo, 1982, 223.

[24] J. Ozouf, art. cit., 98.

[25] M. Ozouf, L’Ecole, l’Eglise et la République (1871-1914), Paris, Offredo, 1982, 12.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search