31 Mai 1942

Puisqu’une semaine s’est écoulée depuis que j’ai eu les messages de ma petite chérie et malgré l’annonce de la maladie de notre petit Claude ; ces lettres m’ont beaucoup réconforter et j’ai passé une bonne semaine la pluie étant venue aussi apporter à mon jardin des bienfaits car je te pris [de] croire qu’elle était attendue cette pluie et s’il n’avait pas plu cette semaine mon travail aurai été zéro même ici je prends goût à ce que je fais et cela est pour moi ma seule distraction de voir mon travail donnant de bons résultats. Je n’ai pas écrit sur le cahier cette semaine ce n’est pas que je n’avais pas d’idées bien au contraire mais j’avais du raccommodage en retard que j’ai voulu faire ; puis j’ai trouvé deux volumes intéressants que j’ai lu. Ce midi je dispose de q.q. minutes avant le déjeuner ma seule distraction est de venir bavarder avec toi ma petite chérie car sans doute aujourd’hui je ne pourrais t’écrire. Toute fois je ne te parlerais pas de moi ni de toi ni de nous ou plus tôt je te parlerais du tout ensemble ; car c’est de notre belle France que je veux t’entretenir ; aujourd’hui j’ai rapporté de ma promenade de la Pentecôte une lourde peine à ce sujet en voyant que chaque jour davantage le prisonnier perd son bon moral dans cette si longue captivité, que l’on ne voit pas encor la fin.

Je comprends la souffrance morale que mes camarades endurent mais à cette souffrance il ne cherche pas le bon remède au contraire ils augmentent leur souffrance. Certes il est des moments de grande lassitude et d’ennui mais ces choses ne doivent pas durer [si] l’on sait puiser le courage et l’espoir dans l’avenir de sa famille et celui de la France. J’ai profité de ces 2 jours de fête pour faire un petit sondage sur les idées de mes camarades. Aucun ou très peu cherche le relèvement de notre patrie par elle-même. Ils se laissent bercés toujours par des espoirs de radio ou bobards presque toujours faux ; car presque toujours ces bruits sont l’invention de certains camarades qui ont déjà oubliés que si la France a sombré dans cette terrible catastrophe c’est parce que l’on nous a menti, l’on nous a bourré le crâne et cela pendant des années et tout le monde y a cru ou presque. N’avions nous pas la belle vie, peu de travail ; beaucoup de plaisirs et une liberté hélas trop grande. Chacun vivait à sa guise mais personne ne songeait à l’avenir. N’avions nous pas pour nous gouverner de beaux parleurs qui savaient à chaque fois qu’un nuage sombre pointer à l’horizon remettre tout en place par un grand discours et de nouveau la vie continuait. Mais hélas un triste jour cela a était le douloureux réveil dans le fond dans un abîme bien noir que jamais encor notre beau pays n’avait connu. Pourquoi les profondeurs de cet abîme n’a-t-il ramené tous les Français à la réalité ; à leur courage à leurs devoirs. Et pourtant un magnifique exemple nous en a été donné en la personne de ce cher Maréchal. Certes mieux que tout ce vainqueur de Verdun réalisa en peu de temps les ravages des années précédentes et la grandeur de l’abîme ou a sombré sa patrie ; mais dans son noble cœur de Français brille une flamme sacrée qui est pour lui sa raison d’espérer et cette flamme c’est sa foi en Dieu et cette foi lui dit [de] ne pas laisser sombrait sa patrie jusqu’au bout. C’est alors que ce noble vieillard de 84 ans fait don à la France de ce qui lui laisse d’années à vivre et cela pour la remettre sur un droit chemin d’honneur, de justice, de travail et d’amour familiale.

Quoique déjà prisonnier je sais avec quel élan d’espoir les Français avaient accueilli ce vaillant chef. En quelques mots il démontra la grandeur du désastre, ce que nous avions fait de notre liberté ; ce que nous aurions du en faire et dicta pour l’avenir une nouvelle conduite de la France. Sans doute des hommes de l’ancien régime s’aperçurent que le peuple Français était prêt à suivre son nouveau chef pour la nouvelle destinée de la France.

C’est alors à n’en pas douter que commenca une campagne sournoisement menée qui devait diviser les Français en deux camps et empêcher le retour des prisonniers. Car je n’en puis douter si toute la France avait loyalement sans arrière [pensée] était rangée derrière son chef pour poursuivre la nouvelle politique qu’il veut faire comprendre aux Français ; tous les prisonniers seraient près de leurs familles. Il a donc fallu que quelqu’un travaille pour cette dissention. C’est tout au moins comme cela que se présente pour moi les faits qui se sont passés en France fin 1940 ; jusqu’à preuves du contraire je garde mon pressentiment comme bon.

En ne sachant pas s’unir pour le bien-être des siens derrière un chef la France a sombré une deuxième fois dans la catastrophe ; car depuis ce temps 2 millions de prisonniers vivent loin des leurs, de leur patrie, de tout ce qui est la France. Chaque jour davantage la captivité pèse sur leurs épaules et rien dans les nouvelles qui reçoivent du pays ne puissent leurs donner beaucoup de courage ; car chaque jour le journal n’est-il pas comme avant rempli de faits scandaleux et malhonnêtes.

Est-ce donc de cette manière que la France se relèvera ? Est-ce que les mots honneur, franchise et honnêteté sont donc à jamais bannis des Français ? Est-ce qu’un jour peuple de France tu réussiras à comprendre et à suivre la ligne de conduite que t’a tracé notre brave Maréchal. Penses-tu à l’avenir de ton foyer qui sera ce que tu l’auras fait. Ton chef a dit plusieurs fois tu peux refaire de ton pays une vraie patrie ou tu vivras encor des jours bien heureux pour cela il faut t’affranchir des choses qui ont pu te bourrer le crâne ; savoir donner un peu de ton bien-être, de ta liberté pour le relèvement de ton pays et surtout ne pas être égoïste mais loyal.

Je sais camarade prisonnier qu’il n’est pas facile de changer la mentalité d’un peuple mais si chacun savait reconnaitre ses fautes et les corriger la France aurait fait en deux ans beaucoup plus de chemin qu’elle a n’a fait. Car où en sommes nous ?

Nous prisonniers nous avons tous été pour le Maréchal pourquoi à l’heure actuelle nous semblez vous détacher de lui ; et cela parce que nous sommes toujours là ; mais qu’avons-nous fait nous ; qu’ont faits nos camarades qui ont eu le bonheur d’être libre, qu’ont faits nos libérés pour abréger notre libération peu de choses je crois ; et pourtant il y avait tant à faire.

Vous croyez encor comme jadis que cela va venir sans que vous fassiez aucun sacrifice. Vous laissez mûrir dans votre cerveau des idées qui ne font qu’à sombrir votre captivité parce qu’elles sont contraires au loi de Dieu. Dieu a dit : « Rendez le bien pour le Mal » et c’est le contraire que vous pensez. Pourquoi, au lieu de vous morfondre, de vous recriminer sans raisonnement, n’aiderez-vous le travail de ce chef vénéré a accomplir la lourde tache qu’il s’est donnée et qu’il nous rappelle dans son discours du 12 Août 1941 ; principalement il nous rappelle une tâche que nous devons accomplir non seulement pour nous mais surtout pour les générations suivantes : « Sachons surmonter le lourd héritage de méfiance légué par des siècles de dissension et de guerre, pour nous orienter vers les larges perspectives que peut ouvrir à notre captivité un continent réconcilié » ; Voilà ce qu’il nous demandait en Aout 1941. Avez-vous fait q.q. chose pour cela.

Beaucoup reconnaitront qu’ils n’ont rien [fait] ? Alors pourquoi se plaindre. Vous préférez peut-être que les hordes rouges s’abattent sur l’Europe ; vous ne voyez donc le sang français couler si cela arrive. Cherchez camarades le redressement de notre pays non dans une puissance mais bien dans nous même en nous unissant sur une voie d’honneur tracée par celui qui a 84 ans n’a pas hésité a donner et cela pour nous ses années de repos.

Grande a été mon émotion lundi en entendant certains de mes camarades parler de cet homme aussi injustement. Ils n’ont donc pas ressentis combien il a fallu de courage à ce vaillant soldat pour que lui le vainqueur de 18, porte le poids de notre défaite. Ils n’ont donc pas encor compris combien dans chacun de ses discours il nous montre nos fautes passées ; il est vrai que certains ne croie pas avoir fauté mais la logique dit que tous nous avons notre part de faute les uns pour avoir suivi aveuglement certains chefs ; les autres pour [être] rester silencieux et inactif en voyant venir la catastrophe. Et encor maintenant chacun veut aller de son côté, ne veut pas se ranger en ordre derrière lui ce chef vénéré, lequel j’en suis certain saurait nous instituer un régime Français 100% mais pour cela [il] faut d’abord que tous les français sachent penser français et être prêts au travail ; qu’ils soient prêts à sacrifier leurs plaisirs et une partie de leur liberté d’avant guerre et que surtout que chacun soit prêt à donner un peu de son bien-être pour toute la patrie ; et cela irait car quoique l’on fasse je crois qu’il serait difficile de le relever notre pays s’il n’est pas remis entre les mains d’un chef suprême qui ne se contenterait pas de donner des ordres mais qui ferait veiller à leur exécution ; choses que chaque citoyen devrait comprendre facilement si réel[lement] il connait ce qu’est le devoir, la famille, le travail.

Depuis plus de deux mois je ne sais pas du tout ce que la France fait politiquement ; Malgré cette absence de nouvelle je pense beaucoup à vous Maréchal ; je devines que vous faites un lourd travail pour arriver à changer la manière de voir de mes compatriotes. Bien des fois hélas vous auriez pu être dégouté et près à abandonner votre tâche ; mais cette foi chrétienne qui brûle en vous vous interdit de vous arrêter. Continuez Maréchal il y a dans les camps de prisonniers des fils fidèles qui croient en votre grandeur ; ils sont prêts à vous suivre dès que nous saurons sur le sol de France. Vous nous rappelez souvent d’être courageux pour vous pour que votre tâche vous paraisse plus légère ; nous serons conserver notre courage et part nos lettres envoyées en France un peu de nos idées ; car il y a des moments ou il vient à la bouche des paroles que nous voudrions crier bien haut pour que toute la France nous attend [entende]. Faites cher Maréchal que cette année soie la dernière année que nous passons loin de vous, loin des nôtres, et tous, femmes, enfants et hommes nous saurons garder à jamais votre noble nom ; et suivre dans la droite ligne, le chemin que vous nous aurez tracé.

De bien loin Maréchal ; mon espoir et celui des miens je vous salue bien respectueusement en criant bien haut – je suis pour vous que notre patrie revienne à penser français rien que français et pour que mes enfants ne connaisse jamais les malheurs et les tristesses d’une guerre. Plus tard enfants chéris vous lirez ces lignes, j’espère qu’à ce moment là la France aura trouvé son chemin et que de nouveau le soleil brillera dans notre maison ; mais que les tragétiques [années] que nous vivons actuellement soient pour vous une grande leçon et que jamais vous ne retombiez dans les erreurs ou ont vécus vos parents. [FIN]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 8 mai). 31 Mai 1942. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nipk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search