26 Mai 1942

L’autre jour ma petite M-A je n’ai pas continué à écrire ; je ne pouvais arriver à trouver un sens convenable à mes expressions mais aujourd’hui le cas n’est plus le même et à l’heure actuelle je suis heureux d’avoir souffert moralement les temps derniers. Tu devines pourquoi tout de suite ma chérie ; oui ton Roger a eu les lettres tant attendues ; c’est d’abord le n°11 que j’ai eu la joie de recevoir dimanche matin. Comme je te le disais avant hier soir en t’écrivant ce message a été pour moi un grand réconfort qui a mis dans mon pauvre cœur de bien douces choses ne serait-ce qu’en respirant la petite branche de muguet ; mais le passage ou ma petite femme me dit que notre petit Claude va beaucoup mieux a jetté une ombre de tristesse sur mon fragile bonheur. C’est à ces moments là que l’on ressent vraiment le poids de la captivité. Tout de suite j’ai pensé au retour de cette mauvaise maladie que notre chéri a eu en 1938 ; j’aurais voulu avoir plus de détails et surtout j’ai pensé aux mauvaises heures que tu as vécu seule sans soutien ; j’ai donc jugé que les mauvais jours que j’avais passé étaient justifiés puisque je ressentais à n’en pas douter qu’une part bien légère de la souffrance morale que tu as vécu toi ma chérie. Toutefois ton Roger ayant entièrement confiance à [en] sa bien-aimée ne retomba pas dans le découragement puisque tu me disais que cela allait mieux. J’ai donc passé un dimanche de Pentecôte assez bon, en allant voir plusieurs camarades. J’avais toute fois hâte d’avoir les lettres précédentes. Je les ai eues hier vers trois heures alors que je faisais un bridge au Kommando. Grande a été mon émotion quand j’ai appris que notre pauvre chéri avait subi une opération. Bien des fois je me fais des idées sur les maladies qui puissent vous atteindre mais jamais il ne m’était venu à l’idée que vous eussiez à subir les uns ou les autres une opération pendant mon absence. Pauvre petite femme chérie que de jours d’angoisse tu as du vivre pendant que notre ainé était à la clinique. Tu as voulu mon amour souffrir seule ; tu n’as pas voulu faire [part] à ton Roger ces tristes moments ; tu ne m’annonce cela que lorsque tu es certaine que notre enfant est hors de tout danger ; tu as été plus que courageuse ma bien chère petite compagne a été sublime tu as supporté seule une bien dure épreuve.

Comment ton Roger fera t-il pour te payer cette chose. Oh mon amour Mes yeux te voient anxieuse ; courant à la clinique dès que tu le peux ; et te pencher sur le lit blanc ou repose notre cher petit ; que de fois ton cœur de maman a battu fort en entrant dans la clinique. Je sais ma chérie que tu avais pour te soutenir ton grand amour maternel et la foi en Dieu que de ferventes prières tu as du adresser au Très Haut pour la santé de notre chéri ; que n’ai-je pu deviner cette chose [et] avoir uni mes prières aux tiennes.

Pourquoi petite M-A ne me parles-tu pas de ces dures [journées] que tu as vécu ; tu ne veux donc pas que ton Roger te console ; il le fera quand même dans sa prochaine lettre il saura te dire combien il a deviné ce qu’a été pour toi ces journées d’attente de meilleure santé. Tu prétends ma Mimi m’avoir abandonné pendant ces jours-là ; non je me refuse à le croire car quand tu pensais à notre petit Claude ou que tu étais près [de lui] tu pensais également à son papa auquel tu ne voulais pas faire naitre dans son [cœur] l’angoisse, en le prévenant avant l’opération. Oui chérie tu m’as réellement évité des mauvais jours car combien l’attente des lettres aurait été longue pour ton Loulou.

A présent c’est un papa à peu près rassuré qui t’écrit puisqu’à présent notre petit est chez nous et semble même sortir d’après ta missive du 12.4. Je sais que ton courage et ta tendresse ne faiblira une minute pour remettre notre petit dans bonne santé ; mais cela va te fatiguer et je ne suis pas près de toi pour te seconder ; donc c’est Dieu que je dois demander encor une fois de te donner la force pour conduire à bien cette noble et belle tâche ; et surtout pour ma petite femme et mes chers petits restés en bonne santé. Que ne suis-je déjà près de toi pour t’entendre me narrer ces moments ou plus que jamais l’absence de l’être aimé s’est faite sentir. Merci petite M-A de me montrer que jusqu’au bout tu resteras la vraie femme de soldat français ; qui pas une fois n’aura faibli à son devoir de maman et d’épouse. Que le retour proche de ton Roger puisse bientôt lui permettre de te dédommager un peu de ces durs temps par sa sincère et profonde affection.

Pour ce soir je m’arrête je vais couvrir votre image à tous les quatre mes chéris de bons baisers et demander à Dieu de veiller sur vous puisque je ne peux le faire moi-même ; puis je m’endormirais en pensant à vous.

Bonsoir mes chers bien-aimés votre papa et mari qui vous aime et veux rester courageux pour vous. Mon cher petit Claude tu viens de passer un bien mauvais moment pour ton âge. Comme j’aurais voulu être prés de toi mon cher petit. N’as-tu pas trop souffert mon mignon ? et un tas de choses que je voudrais savoir que je saurai je ne sais quand. Heureusement mon chéri tu as près de toi une maman qui veille avec amour sur toi et qui sait par ses doux soins calmer les douleurs. Elle me donne des nouvelles assez bonnes de ta santé ; cela me rassure un peu et je pense qu’à l’heure actuelle tu es complètement guéri et que tu peux à nouveau jouer. Soie prudent mon cher petit il faut être assez calme après une opération. J’espère que malgré ta maladie maman pourra quand même t’envoyait en vacances ; le changement d’air te fera du bien. Mais si tu vas en colonie n’oublies jamais que pour te récompenser de ton bon travail ta maman fait j’en suis sur un grand sacrifice pour te donner ce plaisir que tu demandes. Sois donc sage près d’elle et prie bien pour ta maman et ton papa et surtout pour mon retour. Dimanche je te ferais une carte. Ton petit papa qui pense beaucoup à toi et à ta chère maman qui a été seule à veiller sur toi mon grand chéri. Je t’embrasse bien fort. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 9 mai). 26 Mai 1942. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nipl

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search