21 Mai 1942 : 20 heures

Ma petite femme bien-aimée depuis 15 jrs ton Roger n’a pas écrit sur ce cahier ; il n’est plus le même car il sent depuis quelque temps son courage et son moral l’abandonner pour dire franchement le mot je suis déprimé ; d’ailleurs hélas ma petite chérie ne manquera de s’en apercevoir sur la lettre que je t’ai écrit dimanche dernier 17 Mai. J’aurai voulu ma petite Marie-Anne te cacher ce mauvais moment que passe actuellement ton Loulou ; mais je n’ai pas pu. Je n’avais aucune idée dans la tête. Je t’en ai parlé le moins possible mais ma lettre n’a pas été la lettre habituelle que je sais écrire rien qu’à ma bien-aimée petite femme. Oh si j’avais reçu un message de toi mon amour il me semble que je reviendrais comme avant. La dernière lettre reçu le 5 Mai était du 17 Mars. Tu m’y parles mon amour du printemps revenu dans notre cher pays ; mais aussi tu me dis que dans ton cher petit cœur comme dans le mien le printemps ne fleurira pas cette année. Est-ce la pensée de voir ma petite M-A triste aussi en constatant que c’est le troisième printemps que nous passons loin l’un de l’autre ; est-ce aussi le doux souvenir des 10 jrs si courts passés près de toi en Mars 40, en tous cas depuis ton Loulou est devenu triste et morose et peut dire comme dans la chanson (je ne chante plus ; je ne sais plus rire) car avant j’aimais chantonner pour moi seul les chansons d’amour ou de tristesse que j’aime tant entendre de ta jolie bouche ; mais cela même qui remettrait peut-être un peu de baume dans mon pauvre cœur je ne peux pas le faire. Comme je te l’ai dit au début j’ai même arrêté d’écrire sur ce cahier parce qu’en écrivant je revois nos années de bonheur qui malgré les mauvais moments que l’on a vécu me semble bien douces bien chères et cela parce que j’avais près de moi la compagne bien aimée de ma vie ; j’avais près de moi tout ce qui est ma raison de vivre ; c’est-à-dire toi mon trésor et nos chers petits. Oh que ne vous ai-je près de moi mes bien-aimés pour faire renaitre sur mes lèvres mon sourire ; pour que je puisse cueillir sur vos joues un baiser bien doux qui ferait revivre dans mon cœur mon courage précédent ; non rien de cela ne m’est offert pas même une lettre n’est venue me permettre de lire les mots d’encouragement et d’espoir de ma bien-aimée ; la fin de la semaine m’apportera-t-elle ce sublime bonheur.

Bien des fois l’idée, de confier à ce cahier ma faiblesse actuelle, m’est venue ; mais comme jadis je me figure que ce que je t’ai écrit va partir vers toi et je me refuse même cet instant d’abandon ; celui de confier à ma petite femme chérie mes peines ; mais ce soir je sens que je serais soulagé si je te confie cette peine et que je te demande de venir au secours de ton petit Roger.

Au début ton Loulou était presque heureux d’avoir changé de Kommando ; il avait la campagne, son travail et le silence. Je pensais ne pas me déplaire ici ; hélas ma solitude est trop grande ; aussi malgré la beauté du printemps, le doux chant des oiseaux ton Roger ne peut surmonter son isolement ; qu’à moins qu’une grace, laquelle j’implore souvent, ne me vienne de Dieu ; et si j’avais une lettre toutes les semaines.Car pense chère bien-aimée une semaine entière sans parler français et presque pas autrement. Les premiers dimanches j’avais encor le plaisir de pouvoir [faire] un bridge avec les camarades au Kommando mais depuis que les sorties sont supprimées je ne puis le faire ; j’arrive bien à voir quelques camarades mais ce ne sont pas mes bons camarades de Stendal ; auxquels l’on parlait de tout de sa famille ; du passé et de l’avenir ; mais j’ai là des compagnons qui viennent directement du camp ; ils n’ont pour ainsi dire pas travaillé en Kommando ; ils ne parlent que pour se plaindre et cela c’est une chose que je déteste à notre âge et dans notre situation l’on doit savoir souffrir en silence. Le dimanche pour moi à part le plaisir de t’écrire un message est le plus mauvais jour de la semaine. Dans la semaine le travail m’occupe et m’empêche de moins penser hélas quand vient le soir que je me trouve seul dans ma chambrette c’est de nouveau l’ennui ; rien ne m’intéresse ; aucun livre ; c’est à ce moment là surtout que le courage m’abandonne. Depuis près d’un mois je n’ai pas lu un journal ; je ne sais donc rien de ce qui se passe en France ; c’est pourtant une chose qui m’intéresse beaucoup car là je pourrais y puiser de l’espoir ou le contraire mais je ne serais pas dans l’incertitude complète. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 10 mai). 21 Mai 1942 : 20 heures. Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nipm

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search