A la paille, marmaille (16 mars 1911- 5 février 1919) Partie 1

« […] la France est ce jardin. Ses provinces sont comme des fleurs de toute sorte entre lesquelles il est difficile de choisir, mais dont la réunion forme le plus beau pays, le plus doux à habiter, notre patrie bien-aimée », Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, [1877], 1922, 242-243.

 

La Normandie est une de ces Petites Patries que l’École républicaine encense dans les manuels scolaires depuis la fin du XIXe siècle. Forger la Nation nécessite de rassembler durablement l’ensemble des provinces régionales sous la bannière de la IIIe République tout en spécifiant les forces de chacun des territoires. Dans les manuels scolaires, « les Normands ont une haute stature, le teint coloré, les yeux clairs. Ils sont laborieux, prudents, économes. Les grandes villes de la Normandie sont : Rouen (125000 hab.), sur la Seine ; le Havre (163000 hab.), sur l’estuaire, grands ports et centres d’industrie ; Caen, près de l’embouchure de l’Orne ; Cherbourg, port militaire. [Les] Départements de la Normandie : Seine-Inférieure, Calvados, Manche, Orne, Eure ». Roger fait-il partie de ces normands de haute stature, héritiers de leurs ancêtres vikings ? Reconnait-il dans les descriptions géographiques, les paysages qu’il arpente quotidiennement dans son village natal de Gavray ? De quelle Normandie vient-il ? « À l’Est est la Normandie riche, aux terres fertiles ; à l’Ouest sont les bois et landes du pauvre Bocage »[1]. Dans le cadre de ses fonctions politiques et idéologiques, cette « école du dédoublement » structure ainsi l’identité et l’instruction nationales sur la liaison entre consciences régionales et conscience nationale, entre le général et le local[2]. « Cette ‘École sans Dieu’ était vouée à la religion de la patrie et à sa propre sacralisation »[3]. Roger nait et s’instruit dans ces contextes.

Les institutrices donnent conférence

Mademoiselle Legrand, institutrice, précise les caractéristiques de la commune de naissance de Roger dans une conférence pédagogique de 1913[4] ; exercice auquel les maitres sont largement conviés depuis l’avènement des lois scolaires. Il participe de la célébration du progrès de l’instruction publique et de l’efficacité dans l’enseignement de l’histoire et la géographie. L’histoire et la géographie locales deviennent ainsi des leviers d’éveil du sentiment national[5]. Ces conférences, par leur ton factuel ou imagé, par leurs descriptions des lieux, à renfort d’études géographique et économique, révèlent le passé d’où elles viennent[6] et rapportent en 2020 les ambiances bocagères de l’enfance de Roger.

Dans le département de la Manche, Gavray est un chef-lieu de canton de cet Ouest normand que les ouvrages décrivent comme pauvre, au sol de granites et de schistes recouvert de prairies et de bois. Au sud de Coutances, au confluent de la Sienne et de la Bérence, le relief de ce bourg donne :

« […] l’impression d’une Suisse en miniature. Gavray peut se diviser en deux zones distinctes au point de vue physique : la région des coteaux et des landes sur la rives gauche de la Sienne et la région des plateaux qui rappellent le Bocage normand sur la rive droite ».

Deux « Gavray » coexistent de part et d’autre de la Sienne. Celui du nouveau village, sur la rive droite, est lumineux, ouvert sur les damiers bocagers qui montent à l’infini vers Lengronne. « Ils sont couverts presque toute l’année d’une belle herbe verte et drue que paissent de nombreux troupeaux de vaches ». Le bourg primitif de la rive gauche est, quant à lui, dominé par des coteaux abrupts, des landes et des monticules d’une hauteur moyenne de 60 mètres. C’est sur ces promontoires « que s’élevait d’après Froissart le plus ‘beau chastel de Normandie’ » et que le plateau de la Lande accueille « depuis un temps immémorial la Grande foire Saint Luc ». Ces deux lieux de vie sont autonomes tant les petites échoppes sont nombreuses et permettent de subvenir localement aux besoins familiaux.

Collection privée C. Deguelle, La Planche, [1913]

La Sienne est une sorte de frontière entre l’ancien et le nouveau Gavray. Elle serpente entre les prés, « dévale alerte et claire, tantôt profonde, souvent basse, laissant parfois à découvert une part de son lit de graviers et de cailloux noirs ». C’est « une rivière poissonneuse ; la truite y abonde, quelques saumons y ont été plusieurs fois capturés ». Monsieur Morin, le coiffeur, a pris une truite pesant au moins un kilogramme en Mars 1912[7].

Roger nait le 16 mars 1911, rue du Val, dans le Gavray ancien. « C’est au confluent de la Sienne et de la Bérence que se trouve le quartier de la Planche ou vieux bourg, niché dans une gorge de la forêt au passage d’un ancien chemin gaulois, sous le manoir de la lande Saint Luc ». Situé de l’autre côté de la motte supportant le château, il a une allure vosgienne[8].

Quelques toits de chaume très pentus voisinent avec ceux couverts d’ardoise. Les logis, en enfilade, rue du Val, le long de la Bérence, sont pour partie adossés à la colline boisée du vieux château. La lumière ne pénètre dans ces foyers que le matin. L’après-midi est en clair-obscur. 

Collection privée C. Deguelle, La Planche, [1911]

Plus en amont de la rivière, rue de la Planche, le soleil est généreux dans les demeures car les champs et les jardins mettent à distance la forêt. Le linge, lavé aux nombreux lavoirs alentours, laisse une empreinte blanche sur les cartes postales. Toutefois, entre bois, roche et cours d’eau, le quartier de la Planche dans son ensemble parait figé entre pénombre et humidité. C’est un quartier, en 1911, chargé de son passé de vieux bourg et de fabricants de toiles de crin. Mal entretenu, il exsude encore les odeurs des métiers oubliés, celui des tisserands, des saciers et des parcheminiers, des moulins et des tanneries[9] qui disparaissent lentement depuis que l’industrialisation met à mal les coûts de fabrication[10]. La filature de laine, rue du Moulin à tan, s’endort doucement. En ce début de XXIe siècle, ce secteur est devenu résidentiel ou vacanciers. Le passé est réhabilité ou plutôt rénové pour donner de la clarté dans ces demeures où le confort existait peu il y a un siècle.

Si les lieux de vie peuvent avoir quelque influence sur la destinée humaine, le quartier de naissance de Roger semble délaissé par la modernité à moins que ce soit la totalité du village qui en soit sevrée. L’appréciation touristico-géographique de Mademoiselle Legrand le laisse entendre. « Cette partie du Val de Sienne est vraiment pittoresque : belles prairies, méandres capricieux, roches et vaux, promontoires escarpés, pans de forêt, ruines du château fort, tout y charme la vue, tout y parle du passé ». Est-ce pour cela que la population est en constante diminution depuis le milieu du XIXe ? Ce trop-plein de passé peut-il coexister avec l’évolution industrielle et commerciale en cours ? Les premiers exodes ruraux du dernier quart du XIXe ont commencé à vider les campagnes, les hameaux dispersés et le canton de Gavray n’échappent pas la règle :

« Depuis 1873, la natalité baisse d’une façon rapide et continue. On ne peut donner aucune raison spéciale à Gavray pour expliquer ce fait. Notre commune, comme les autres, prend part à ‘la course au néant de la Normandie’ […] les jeunes gens quittant presque tous Gavray, les habitants sont en majorité des gens âgés, ainsi que le prouve l’examen de la liste électorale. La désertion de la campagne existe tout autant à Gavray que dans les communes exclusivement rurales […] Les causes de désertion sont les mêmes qu’ailleurs ; attirance des villes, salaires élevés offerts par le commerce et l’industrie. […] Il y a actuellement 22 villages à Gavray, comptant au total 494 habitants. Le Bourg, à lui seul, agglomération chef-lieu, compte 888 habitants ».

Portraits de famille

Les parents de Roger sont ancrés dans ce territoire, dans ses valeurs et ses modes de vie depuis le dernier quart du XIXe siècle. L’éducation de Roger en est fortement empreinte.

Jean-Baptiste est né à Roncey, dans le canton de Cerisy-la-Salle, voisin de celui de Gavray, le 17 décembre 1875, d’un père journalier et d’une mère occupée au ménage[11]. L’officier d’état civil, en ces termes qui portent la griffe d’un temps révolu, stipule ainsi que le père de Jean-Baptiste loue ses services, comme 27 autres journaliers référencés, aux propriétaires et fermiers environnants. Sa femme gère la maisonnée :

« La commune de Roncey comme la plupart des autres communes du département a l’aspect d’une grande forêt avec des éclaircies […] Depuis 1870, les terres de labour ont diminué de moitié, tandis que les terrains en herbe ont doublé […] le nombre des vaches laitières et celui des bouvillons, génisses et veaux a presque doublé, il a augmenté en proportion des terres en herbe […] En 1870, d’après les statistiques, il y avait seulement dans le bourg 6 maisons couvertes en ardoises et aucune en campagne »[12]

Jean-Baptiste, homme trapu d’un mètre cinquante-huit aux yeux gris clair, cheveux et sourcils châtains clairs, possédant une cicatrice distinctive près de l’œil droit vient de cette contrée aux toits de chaume[13]. Roger, le 25 novembre 1941, le décrit comme un « homme de taille moyenne, portant les moustaches, un visage très avenant et très sympathique, il renferme pourtant un caractère assez froid et souvent coléreux ». Sa profession en 1895 est domestique agricole, assujetti au travail de la ferme à plein temps en compensation du couvert et du logis dans les bâtiments d’exploitation. « Les domestiques de ferme couchaient dans les écuries, dans les granges, dans les greniers »[14]. Toutefois, ces conditions permettent au domestique célibataire de subsister, alors qu’il n’en va pas toujours de même pour le journalier qui n’est pas logé[15].

Maria, née Gardin, voit le jour le 30 Aout 1874 à Hambye, commune du canton de Gavray, d’un père cultivateur et d’une mère travaillant dans le ménage[16]. Les parents de Maria exploitent, en cette commune, une ferme au village des Champs :

« Très étendue la commune a une superficie de 2960 hectares. La présence des bois et la nature du sol argileux entretiennent une grande humidité, favorable d’ailleurs à la fraîcheur des prairies naturelles. Cette humidité provient des brouillards qui s’élèvent de la vallée ainsi que de la fréquence des pluies, de l’imperméabilité du sol et du grand nombre de ruisseaux […] Le pays est essentiellement agricole, à tel point que boulangers, bouchers et aubergistes sont à la fois commerçants et cultivateurs […]

C’est à elle que Roger donne sa préférence tout au long de son carnet :

« Maman, un peu plus grande que papa, a un visage qui exprime beaucoup les peines et les fatigues qu’elle a eues à supporter. Elle a un caractère très soumis et n’a jamais su se plaindre. A toujours su lutter contre le sort, ne s’est jamais laissée abattre. Par son travail, par la soumission qu’elle a montrée dans sa dure vie pour élever dignement ses sept enfants ».

Au sortir du conflit, il l’accueillera en sa demeure de Poitiers jusqu’à son décès le 6 février 1950, comme il se l’était promis le 23 novembre 1941 : « […] que j’ai hâte d’être rentré pour essayer de venir en aide à mes parents ».

Leur union, le 17 septembre 1900 à Roncey, donne naissance à sept enfants entre 1901 et 1913, deux garçons et cinq filles[17], Roger étant le sixième de la fratrie. Après une expérience malheureuse comme exploitant d’une petite ferme à Lengronne, sise à 12 km de Roncey et 9 km d’Hambye, Jean-Baptiste loue ses services à la journée comme affranchisseur de bétail. Cette dénomination oubliée signifie « celui qui libère du destin biologique [et] fait passer la bête dans l’ordre domestique »[18], par l’utilisation habile des techniques de ligature, de torsion, d’écrasement ou incision avec les ciseaux, roseau-couteau et autre flame de châtreur. Il fournit également, à sa clientèle alentour, de l’engrais et monnaye d’autres services agricoles. Toutefois, avec trois enfants à charge et un à venir, lorsque le couple s’installe en 1906 à Gavray, l’argent est insuffisant et Maria est obligée d’aller à sa journée. Elle va donc de lavoir en lessive s’agenouiller en bord de Sienne ou de Bérence pour blanchir le linge des autres en surplus du sien. « Encore à présent [1941], maman qui doit avoir 67 ans va encore à la journée faire du lavage. Et c’est cela qui me peine beaucoup car à cet âge n’a-t-elle pas droit comme tant d’autres à un repos si chèrement mérité ».

Les revenus sont durablement modestes pour ces parents de famille nombreuse qui vendent leurs expériences et leurs forces de travail. Cette pauvreté est avérée administrativement puisque Jean-Baptiste bénéficie de l’assistance départementale conformément à la loi du 14 juillet 1913 : « […] tout chef de famille, de nationalité française, ayant à sa charge plus de trois enfants légitimes ou reconnus, et dont les ressources sont insuffisantes pour les élever, reçoit une allocation annuelle par enfant de moins de treize ans, au-delà du troisième enfant de moins de treize ans […] ». Le conseil municipal de Gavray[19], le 23 aout 1914, délibère sur le sujet et diminue l’allocation accordée à la famille Lemonnier ; Théodore, second de la fratrie, ayant dépassé cet âge le 21 avril 1914. Le couple ne bénéficie plus que de deux allocations mensuelles à compter du mois de septembre de cette même année pour les cinq enfants restant. Roger n’a certainement jamais eu vent de cette assistance sociale comme en témoignent ses propos erronés. « Elever sept enfants rien que par son travail sans que l’Etat te vienne en aide comme il le fait pour nous maintenant c’est ce qui me fait le plus de peine ». Le silence a été tenu par les parents sur leur pauvreté et, plus encore, sur cet assistanat de bienfaisance. Cette insuffisance financière se lit aussi dans les actes de naissance des quatre enfants qui naissent à Gavray entre 1907 et 1913. En six ans, la famille s’établit à trois adresses différentes du quartier de la Planche : route de Villedieu, rue du Val et les Bains.

Les deux ainés, Ivonne et Théodore, partent travailler après leur communion « et leur petit gain fut un petit soulagement pour mes parents ». L’administration en donne une preuve indirecte en précisant que Théodore, comme cinq autres jeunes de la commune, « ont cessé de fréquenter l’école à des dates différentes, et que dès lors par application de la circulaire ministérielle du 28 mai dernier, ils ne peuvent plus être considérés comme étant à la charge de leurs parents ».

« Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? »

Lorsque j’eus cette délibération entre les mains, en salle de lecture des archives de Saint Lô en juillet 2020, les paroles de Jacques Brel, maintes fois écoutées depuis 1977, me revinrent à l’esprit : « Ils étaient usés à quinze ans. Ils finissaient en débutant. Les douze mois s’appelaient décembre »[20]. L’absinthe et les grand-messes leur permettent-elles d’oublier leur sort ou de mieux l’accepter ?

Jean-Baptiste passe de ferme en ferme et de verres de cidre en eau de vie, jusqu’à en perdre l’entendement :

« […] cela lui a été fatal et l’a certes fait bien des fois quitter le bon chemin du vrai père de famille. Il n’aurait jamais dû boire, car lorsqu’il avait bu il était emporté et ce sont les quelques scènes que j’ai vu, qui font que j’aime beaucoup moins mon papa que ma maman »

Maria fait face et assume pour deux lorsque Jean-Baptiste ne tient pas son rang. Non que ce dernier tombe dans une aliénation alcoolique[21], mais elle protège ainsi ses enfants car il n’est « pas toujours doux » et sombre dans des atermoiements colériques. Ce que Roger qualifie de « triste passion » s’inscrit dans un contexte de montée de l’alcoolisme en France durant le XIXe siècle et des campagnes antialcooliques qui l’accompagnent[22], mais les conséquences familiales sont quotidiennes et situées, car « mon papa n’a pas toujours été estimé de tout le monde et cela à cause de cette triste passion et surtout par les scènes qu’il faisait à maman quand il était comme cela »[23]. L’alcoolisme de cet arrière-grand-père, que je n’ai pas connu, est à jamais associé à une phrase que Roger aimait répéter à ces petits-enfants pour expliquer que son père, lorsqu’il avait bu, perdait les bases du calcul mental et confondait l’éducation des enfants avec l’élevage des bêtes : « Qu’avez-vous mangé ce soir les enfants ? Un œuf pour quatre, papa. Comment chacun quatre œufs ! A la paille marmaille ». Est-ce que « le boire » de mon aïeul s’inscrit dans une spirale suicidaire ou est-ce une lente addiction instillée dans son organisme au fil des « moques de bère » pour supporter la charge de travail ou ne pas sursoir aux invites ? L’assommoir de mon ancêtre a-t-il les mêmes origines que celles décrites par Zola quelques décennies auparavant ? Les traces manquent pour émettre des hypothèses. La pauvreté, si elle n’explique pas tout, fait certainement partie des causes de l’alcoolisme de Jean-Baptiste qui a toujours été, pour moi, un être issu des romans naturalistes du XIXe. La fiction sociale, quel que soit le thème abordé, rejoint le roman vrai que je dresse autour des parents de Roger.

« Si par malheur ils survivaient, c’était pour partir à la guerre » poursuit le poète. Dès lors, Jean-Baptiste, passé dans la réserve de l’armée d’active le 1er novembre 1899 et l’armée territoriale depuis le 1er octobre 1909, s’en va en guerre en 1914 malgré sa flopée d’enfants et sa dispense d’exercices pour motif de soutien de famille obtenue en 1905[24]. Sous quels auspices part-il ? La haine de l’ennemi et la croisade de reconquête de l’Alsace-Lorraine l’animent-ils ou est-il plutôt bercé d’esprit de revanche ? Rien ne permet de l’affirmer, mais les historiens s’accordent à dire que ces représentations sont fortes dans la population et qu’elles gardent, indépendantes ou mêlées, leur pertinence historique[25]. Jean-Baptiste est certainement empreint de cet esprit du temps mais est-il belliqueux pour autant ? Rappelé à la mobilisation générale, il arrive au 80e RIT le 30 novembre 1914 à Saint Lô. Sa campagne contre l’Allemagne s’effectue à l’intérieur, hors des zones de combat, du 30-11-14 au 23-4-15 en passant par le 77e RIT et le 136e RI. Il est renvoyé dans ses foyers à la fin du mois d’avril et y parvient en mai 1915.

Pendant ces quelques mois, Maria devient la gardienne de sa famille et du labeur de son époux, comme Ernest Pérochon[26] le romance pour les femmes des Deux-Sèvres. Roger semble s’en souvenir dans son carnet alors qu’il n’avait que 4 ans :

« Je me souviens qu’au départ de papa, elle avait pris sa place qui était de conduire des alambics. Elle passa donc des jours et souvent des nuits dans ce dur labeur. Elle nous confiait à la belle fille d’une voisine, Germaine Lorrain, qui venait parmi nous le soir et repartait à son travail dès que nous étions endormis ».

Roger, dès sa tendre enfance, se forge l’image d’une mère courageuse et aimante qui veille sur sa progéniture tout autant que sur son époux. Elle va ainsi à pied jusqu’à Saint Lô, distant d’une trentaine de kilomètres, pour retrouver son mari revenu de ses casernements en mai 1915. Selon le carnet de Roger, les parents seraient revenus également à pied. Qu’importe si cette anecdote est véridique ou fantasmée, elle montre, vingt-cinq ans plus tard, comment Roger tient durablement sa mère en estime.

Il ne dénigre pas son père pour autant et lui accorde les qualités d’être « un bon citoyen soucieux de ses engagements […] Il a toujours su être dans le chemin de l’honneur et de la loyauté et le montrait à ses enfants ». Dans son carnet, Roger cherche à comprendre, à nuancer, à excuser peut-être, Jean-Baptiste à l’aune des tourments que sa propre vie lui réserve depuis 1939. Les bris de verre et les relents d’alcool s’effacent pour laisser place à ce qu’il croit être les valeurs profondes de son père, celles qui l’ont porté au-delà de son degré d’alcoolémie. « Un cœur très généreux et toujours prêt à rendre service et cela il l’a fait souvent en étant de sa poche ».

Archives privées de Roger, Jean-Baptiste et Maria, s/d

Sortir de l’enclave gavrayenne ?

Les vers de Brel jalonnent ces paragraphes parce qu’ils permettent de thématiser le récit et recouvrent une pertinence contextuelle qui dépasse leur fiction poétique. Dernière chaque octosyllabe, Maria et Jean-Baptiste prennent vie et les archives précisent les contours de leurs itinéraires de 1874 à 1915. Le propos artistique, documenté et imprégné des représentations de ce début de XXe siècle, télescope la réalité de ce couple de Gavray, comme il pourrait le faire pour d’autres petites gens en d’autres lieux. La démarche artistique met en rimes la vie de mes aïeux et participe de la re-présentation de leur Belle-Epoque.

Toutefois, si les huitains sont magnifiques et réactivent l’imagerie collective de cette période, ils portent en eux les limites de la généralisation et du jugement du belge chantant : « […] On ne peut pas dire qu’ils furent esclaves. De là à dire qu’ils ont vécu. Lorsque l’on part aussi vaincu. C’est dur de sortir de l’enclave »[27]. Ces quelques vers gardent-ils une pertinence pour ces gavrayens ? Certes, les corps souffrent, agenouillés qu’ils sont au bord des lavoirs en toute saison, courbés de fatigue en fin de journée, mais Maria et Jean-Baptiste s’estiment-ils des perdants de l’existence ? Certes, ils ne participent pas à l’exode rural qui prend forme depuis la fin du XIXe siècle, mais le regrettent-ils pour autant ?

Jean-Baptiste et Maria, à la croisée d’une mémoire et d’une éducation, sont issus d’une génération pour qui les modes de vie des parents sont une référence à suivre[28]. Ils emboitent les pas de leurs aînés sur les lieux de vie de leur enfance et construisent leurs parcours professionnels autour de métiers ruraux accessibles à leur classe sociale. La Manche est un département où la population est « rurale par sa résidence (76.3% en 1901 ; France 59%) et par son activité »[29]. Ils ne partent pas des villages qu’ils connaissent parce que ceux qui partent n’en restent pas moins domestiques ailleurs. Les valets de ferme deviennent valet de chambre, les journaliers deviennent ouvriers et les chambres de bonne remplacent les étables. Maria et Jean-Baptiste n’aspirent pas à sortir du pays. Politiquement, le département de la Manche, majoritairement conservateur[30], est éloigné des valeurs du socialisme de Jaurès où  la « libre coopération des esprits et des forces » organise une humanité « sans dieu, sans roi et sans patron  »[31]. La classe ouvrière est, de plus, peu présente dans ce canton tourné vers l’agriculture. Toutes ces idées qui émergent durant le XIXe siècle ne trouvent pas de chambre d’écho localement et ne peuvent faire sens dans les esprits de Maria et Jean-Baptiste. Conjointement, la religion leur donne l’espoir d’être récompensés des souffrances qu’ils endurent durant ces années. Ils en transmettent les préceptes à chacun de leurs enfants par une éducation religieuse, une pratique quotidienne et dominicale des rites catholiques. Les métiers de la terre permettent aussi d’espérer que chacun puisse un jour gérer une petite ferme pour un propriétaire ou cultiver ses propres champs dans une France qui est encore pour 50% agricole[32]. Ces deux personnages se façonnent dans ce contexte bocager manchois, imprégnés d’une mémoire locale plus que nationale, ayant bénéficié d’une scolarisation récemment obligatoire mais encore fragilisée dans ses fondements, etc. Pour ces diverses raisons, ce couple accepte ses conditions difficiles durant les quinze premières années de leur mariage et éduque Roger, son frère et ses sœurs selon les mêmes finalités. Ils ne peuvent ou ne veulent pas sortir de l’enclave de Gavray parce qu’ils ne croient pas qu’elle en soit une. D’ailleurs le progrès ne s’y installe-t-il pas ?

Une dose de modernité, trois de tradition

C’est par le tramway que la modernité arrive à Gavray depuis 1909. La ligne Granville/ Condé-sur-vire, sous la responsabilité de la Société des Chemins de fer de la Manche, serpente à la vitesse moyenne d’une motrice à vapeur de 35km/heure. Avec un arrêt fixe à Gavray, cette voie métrique renouvelle les déplacements des gavrayens et facilite le transport et le commerce des bestiaux et des denrées agricoles. Le tourisme et les pèlerinages à l’abbaye d’Hambye, village du canton disposant également d’un arrêt fixe, s’en trouvent influencés. Parallèlement, la bicyclette est un moyen de locomotion qui apparait de temps à autre dans le bourg depuis 1903, même s’il faut attendre les sept à huit ans de Roger pour qu’un marchand de cycles, R. Canuet, s’installe dans la Grande-Rue. Cette modernité dans le déplacement ne supplée pas la marche ou le transport en carrioles à cheval qui, les jours de marché, stationnent et encombrent le pont sur la Sienne. Les chevaux, dans les champs, les chemins creux ou les routes, tirent encore les socs, charrues, banneaux, maringottes ou traines à bois[33]. La modernité côtoie la tradition en ce début de XXe siècle à Gavray. Elle s’installe lentement mais la tradition reste forte dans ce territoire. Néanmoins, sans s’opposer, elles se servent mutuellement[34] à l’image des foires et marchés.

S’il est un évènement ancré dans la tradition, c’est bien celui de la foire Saint-Luc[35] dans la troisième semaine du mois d’octobre :

« On la signale depuis 1140. Il s’y vend surtout des bestiaux (bœufs et chevaux en particulier). La foire dure 3 jours : – le 1e jour a lieu le marché aux bestiaux ; les rues et les places en sont remplies à ce point qu’il est impossible de circuler. – Le 2èime jour, les boutiques se réunissent sur la Lande Saint Luc. A côté des cirques, des loteries, des théâtres et des chevaux de bois, les commerçants dressent des tentes, cuisent de la viande en plein-air, vendent du pain et des boissons. – Le 3èime jour, la fête continue sur la Lande »

Les jours de « montre et remonte », les veilles de foire, « 2000 bêtes à cornes et 1500 chevaux envahissent les places de la ville »[36].

Les vendeurs coudoient les acheteurs tout comme les vaches sont flanc à flanc. Les chapeaux saluent les casquettes ou les coiffes des femmes. Les maquignons, qu’ils soient locaux ou étrangers à la région, palpent les croupes des chevaux, observent veinures, sillon et pis des vaches et négocient pour que les transactions soient favorables aux futures reventes[37]. Chacun tient sa place et son rôle dans cet encombrement, les hommes comme les bêtes.

Les jours suivants, les festivités quittent le centre bourg pour les hauteurs de la Lande Saint-Luc. Les tentes à café, les bazars, les animations foraines et autres rôtisseries traditionnelles d’agneau grillé attirent les populations du département.

Collection privée C. Deguelle, Foire Saint-Luc, Jour de Montre, [1910]

Collection privée C. Deguelle, Foire Saint-Luc sur la lande, [1907]

 

Cette trilogie évènementielle traditionnelle est cependant l’occasion d’apprécier l’évolution du matériel agricole, d’en comprendre le fonctionnement et l’utilité. Ce temps ancestral de la foire permet ainsi à la modernité de l’outillage d’être visible et à la foire de prendre de l’ampleur ; le nouveau tram facilite le transport du bétail ; les échanges internationaux se font également plus nombreux depuis la fin du XIXe siècle.

« Tout le monde connaît l’importance de la foire Saint-Luc qui peut être considérée comme la plus importante du département au point de vue des transactions sur les bestiaux, les chevaux, les marchandises de toute sorte qui y sont présentées. De nombreux étrangers anglais, italiens, etc. viennent disputer à nos nationaux l’élite des animaux exposés en vente et tous les acheteurs laissent dans le pays des sommes considérables »[38].

Roger, durant son enfance, déambule sur ces foires et marchés tout au long de l’année. Cette tradition il la connait, elle est aussi la sienne. La foire « Trinité » s’installe  sur la Lande Saint Luc durant le mois de mai ; les petites foires, chaque premier samedi du mois, occupent les places et les étals des halles érigées depuis 1898 ; la foire du samedi de carême se développe depuis la fin du XIXe ; le marché hebdomadaire se tient le samedi et le marché des pommes à cidre, chaque samedi de novembre et de décembre. Ce dernier amène dans le village « 260 à 300 charrettes chargées de fruits et venant de 40 km à la ronde »[39].

A Gavray, la modernité est mise au service de la tradition agricole pour en décupler l’économie et limiter les charges physiques des animaux et des hommes. Le développement des voies de communication transforme le négoce animal[40] et « le tramway de Condé s/Vire à Granville […] a contribué au progrès du commerce extérieur, en facilitant l’exportation des produits d’agriculture et d’élevage vers Cérences, St Lô, Villedieu »[41]. En 1919, le service d’autobus s’ajoute à celui du tramway :

« A l’occasion de la foire de Gavray les 17 et 18 octobre, un service spécial d’autobus assurera le transport des voyageurs dans les conditions suivantes : Départ Villedieu (gare)-Matin : 4h51 et 9h (après le train venant de Paris). Départ Gavray, soir : 18h30, 21h (pour la correspondance au train de Paris). Prix des places : 3 francs aller et retour »[42].

Modernité utile pour faciliter le labeur et le profit, elle est toutefois rarement une ouverture sur le monde que les manuels scolaires mettent en images au même instant :

« Un établissement de bains de mer en Normandie : Tous les ans, l’été, des milliers de personnes vont prendre des bains de mer dans les villes ou villages du littoral, car l’eau salée de la mer est fortifiante, surtout quand on n’y reste pas plus de cinq minutes. La ville de Paris envoie chaque années aux bains de mer, pour les récompenser, les meilleurs élèves de ses écoles »[43].

Le voyage d’agrément, friand de ces nouveaux moyens de locomotion, reste l’apanage des classes aristocratiques ou bourgeoises qui inventent le tourisme qu’il soit balnéaire, scientifique ou thérapeutique[44]. Granville, à trente kilomètres à l’Ouest de Gavray, est devenue ainsi une station où la classe de loisir soigne son entregent tout autant que sa santé. C’est la classe sociale d’Albertine et des jeunes filles en fleurs dont Marcel Proust tombe amoureux lorsqu’elles sillonnent à bicyclette les plages de la Manche. C’est aussi celle de Marguerite Daguenet qui, grâce à son album photos n° IV réalisé d’août 1909 à avril 1912, me permet de visualiser le village de Roger en 1911[45] depuis le promontoire du château. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "A la paille, marmaille (16 mars 1911- 5 février 1919) Partie 1," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 02/11/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/1164.

_____________________________________

[1] F. Maurette, Cours de géographie, rédigé conformément aux programmes de l’enseignement primaire. Cours moyen. Certificat d’études. Ouvrage conforme aux traités de paix de 1917 et 1920, 1922.

[2] J-F. Chanet, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

[3] M. Ozouf, L’École, l’Église et la République (1871-1914), Paris, Cana, [A. Colin, 1963], 1982, 8.

[4] 124 J 35, Commune de Gavray, Notices communales d’instituteurs, 1913, AD de la Manche, Saint-Lô. Les descriptions des lieux d’enfance de Roger sont issues de cette conférence d’institutrice. Elles ne sont pas systématiquement référencées dans le texte.

[5] F. Ploux, Une mémoire de papier, les historiens de village et le culte des petites patries rurales (1830-1940), Rennes, PUR, 2011.

[6] J. Lyon-Caen, La griffe du temps, Paris, Gallimard, 2019.

[7] L’Ouest-Eclair, 23/3/1912, 4.

[8] C. Deguelle et M. Hébert, Gavray et son canton racontés par la carte postale ancienne, Condé, Ed. Corlet, 2007.

[9] B. Beck, Gavray-Hambye. Histoire et Monuments d’un canton, Coutances, OCEP, 1975, 146.

[10] J. Brionne, Association de sauvegarde et de valorisation du patrimoine en Val de Sienne.

[11] Acte de naissance n° 65, Commune de Roncey, 1875.

[12] 124 J 31, Commune de Roncey, Notices communales d’instituteurs, 1913, AD de la Manche, Saint-Lô.

[13] Fiche Matricule, 1R3/83-86, N° 729, 1895, AD de la Manche, Saint-Lô.

[14] J. Pitié, « Pour une géographie de l’inconfort des maisons rurales », Norois, 1969, n°63, 461-490, 462.

[15] J. Suret-Canale, « L’état économique et social de la Mayenne au milieu du XIXe siècle », Revue d’histoire économique et sociale, 1958, n° 3, 294-331.

[16] Acte de naissance n° 75, Commune d’Hambye, 1874.

[17] Ivonne (1901), Théodore (1903), Albérie (1905), Germaine (1907), Simone (1909), Roger (1911) et Suzanne (1913).

[18] C. Vassas, « Le Charme de la syrinx », L’Homme, 1983, n° 3, 5-39, 6.

[19] 127 ED 2D7, Extraits du registre des délibérations du conseil municipal, AD de la Manche, Saint-Lô.

[20] J. Brel, « Jaurès », Les Marquises, Barclay, 1977.

[21] C. Quétel et JY Simon, « L’aliénation alcoolique en France (XIXe siècle et 1ère moitié du XXe siècle) », Histoire, économie et société, 1988, n° 4, 507-533.

[22] H. Bernard, « Alcoolisme et antialcoolisme en France au XIXe siècle : autour de Magnus Huss », Histoire, économie et société, 1984, n° 4. 609-628.

[23] Carnet de captivité, 25/11/1941.

[24] Fiche Matricule, 1R3/83-86, N° 729, 1895, AD de la Manche, Saint-Lô.

[25] S. Audoin-Rouzeau et A. Becker (dir), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Bayard, 2004.

[26] E. Pérochon, Les Gardiennes, Paris, Plon, 1924.

[27] J. Brel, « Jaurès », Les Marquises, Barclay, 1977.

[28] M. Mead, Le fossé des générations. Les années 70, Paris, Denoël, 1979.

[29] J. Ozouf, « Les instituteurs de la Manche et leurs associations au début du XXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1966, 13/1, 95-114, 96.

[30] J. Halais, « Le tournant du siècle », In Maison de l’histoire de la Manche, La Manche toute une histoire, Saint-Lô, 2019, 155-195.

[31] J. Jaurès, « L’État socialiste et les fonctionnaires », La Revue socialiste, avril 1895 cité par G. Candar, « Jaurès et le parti, retour sur un itinéraire », Cahiers Jaurès, 2008, n° 1, 15-27.

[32] A. Dauzat, Le village et le paysan de France, Paris, Gallimard, 1941.

[33] Fonds Victor Lefrançois, 70 Fi, AD de la Manche, Saint-Lô.

[34] H. Mendras, La fin des paysans, Paris, Sedeis, 1967.

[35] G. Désert, « Les foires de la Manche, 1800-1860 », Cahier des Annales de Normandie, 1995, n° 26, 531-544.

[36] La Croix de la Manche de Coutances et Saint-Lô, 15 octobre 1916.

[37] A. Allix, « La foire de Goncelin », Recueil des travaux de l’institut de géographie alpine, 1914, n° 3, 299-332.

[38] Propos du maire de Gavray Gritton à son  conseil municipal le 9 aout 1886.

[39] Ibid.

[40] P. Brunet et G. Désert, Les foires agricoles en Basse-Normandie, Caen, CRéCET, 2000.

[41] 124 J 35, Commune d’Hambye, Notices communales d’instituteurs, 1913, AD de la Manche, Saint-Lô.

[42] L’Ouest-Eclair, 15/10/1919.

[43] G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, [1877], 1922, 239.

[44] S. Venayre, La Gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne. 1850-1940, Paris, Aubier, 2002.

[45] Fonds Marguerite Daguenet, 11 Fi, AD de la Manche, Saint-Lô.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search