Enfance et Ecole

Projet de titre : Enfance manchote ou À la paille, marmaille et Avec mon sac d’écolier et Les leçons de Monsieur Louail et Les 11 novembre de Roger (1911-1923)

Thème de la note d’intention : Récit biographique et contextes collectifs

Comment dire le singulier lorsque les sources manquent ? L’anonyme, entendu comme un être ordinaire dont la renommée dépasse peu les cercles familiaux, locaux ou professionnels, est un individu rarement prompt à conserver ou consigner les traces de ses itinéraires de vie. Les pièces administratives sont certes stockées dans un bureau, un tiroir ou un classeur car elles sont utiles aux exigences d’un pays largement bureaucratique. Les photographies ou vidéos peuvent être classées, elles aussi, pour peu que la figure biographiée vive dans un temps où la technique permet aux gens du commun de réaliser ces clichés. Quelques échanges épistolaires ou journaux intimes peuvent aussi subsister.

Toutefois, nous touchons aux limites du récit biographique en micro-histoire ; le manque de traces. Dans des temps plus anciens, Alain Corbin échappe encore moins à cette carence lorsqu’il analyse la vie du sabotier ornais Louis-François Pinagot. Sans archive, « Alain Corbin va puiser à des sources multiples […] et mobiliser une somme d’informations avec une maestria admirable pour ce travail de reconstitution »[1]. Il délègue d’ailleurs à d’autres le soin de compléter ce qu’il ébauche et d’enrichir sur le long terme ses recherches pinagotiques[2]. L’insuffisance de sources oblige à dépasser, de façon paradoxale, le singulier en recourant à des sources qui disent le commun ou d’autres singuliers. François Dosse exploite le même procédé dans sa biographie de Vidal-Naquet[3] : « La déportation des parents de Vidal-Naquet vers Auschwitz, on n’a pas le récit de leur voyage fait par eux. Par contre, on a le récit d’une petite fille, qui était dans le même convoi, qui est une survivante et qui ensuite a raconté ce voyage. Evidemment, je me suis appuyé sur son récit pour que l’on se transporte dans le dernier voyage qui a été celui des parents de Vidal-Naquet »[4].

Je n’échappe pas à cette pénurie de preuves directes ; certaines époques sont, dans le carnet de captivité comme dans le documentaire, passées sous silence ou évoquées de façon lacunaire. La période de l’enfance est certainement celle sur laquelle je dispose du moins d’éléments[5]. De plus, les contemporains ont disparu et les descendants ré-interprètent des souvenirs jadis entendus. Que reste-t-il à l’historien ?

Donner vie aux actes d’état civil, aux preuves administratives et aux institutions de cette période enfantine devient un impératif pour comprendre et donner sens aux quelques phrases du carnet de captivité ou dialogues succincts du film de mon frère. Les preuves par l’iconographie des lieux, les cartes postales et la presse sont à exploiter car elles ancrent l’enfance de Roger dans une réalité plus large, celle de la ruralité manchoise.

Par le prisme de ces sources et le cadre de l’histoire générationnelle, il faut apprécier les représentations et valeurs susceptibles d’imprégner Roger, calibrer le poids des éducations, qu’elles soient familiales ou scolaires. Le bocage gavrayen sert de décor à l’enfance du biographié ; un monde rural qui affirme ses valeurs face à la modernité de la société industrielle. L’agrarisme, théorisé par Pierre Barral[6], correspond à l’ensemble des affirmations collectives de ce milieu humain, social et politique défendant les spécificités de la paysannerie française depuis que la République se pérennise. Le biographé grandit dans cette période où les paysans passent de l’emprise et la direction des notables à celles des exploitants conscients de leur puissance économique et de leurs destinées individuelle et collective au sortir de la Grande Guerre. Pour autant, Jean-Baptiste, père de Roger, garde l’empreinte d’un monde rural de la fin du XIXe siècle où la dépendance aux grandes familles et grands exploitants semblait aller de soi. Il reste dans l’acceptation de son statut de serviteur rural, de micro-exploitant et tend à perdre ses repères dans ce monde en mutation. Le biographé en subit les conséquences en ayant un père attaché à des valeurs en porte-à-faux avec l’évolution de la ruralité et les perspectives émancipatrices pour ses enfants. Il semble dès lors important de revenir sur l’itinéraire des parents du biographié pour comprendre, en partie, leurs agissements le concernant. Parallèlement, l’école primaire, qui se généralise depuis trente à quarante ans, est un levier fort d’ouverture culturelle pour les générations entre Belle-Epoque et Années Folles[7]. Elle se double, pour le cas présent, d’un rejet du père (perceptible dans le carnet) pouvant accentuer les processus d’identification à un instituteur et une projection, ponctuelle ou durable, vers d’autres lieux de vie ou aspirations professionnelles. Les sources scolaires sont à investiguer et questionner. Notamment il faut identifier et donner vie à l’instituteur de Roger, qu’il reconnaît comme digne d’intérêt dans son carnet. Les valeurs de ce personnage doivent intégrer le récit.

Procédés de narration, notes de bas de page, références et justifications par rapport au chapitre

Puisque les sources sont muettes sur cette période, la distance avec Roger est de rigueur à l’instar de toute recherche concernant un acteur inconnu. Loin du biographé, je deviens un historien comme les autres. L’analyse et la description prévalent. Ma proximité familiale est mise sous l’éteignoir et les dialogues avec mon grand-père sont absents. Le « il » ou Roger servent la narration. Le « je » concerne ma difficile collecte de sources et les chausse-trappes que l’enquête réserve.

Les notes de bas de page sont alimentées par les preuves et les références.

Sources valorisées

* Le carnet de captivité et le documentaire d’Hervé.

* Les documents administratifs : état-civil, registre-matricule, etc.

* Les carnets de conférences des institutrices de 1913.

* Les cartes postales de Gavray de la Belle-Epoque jusqu’aux années 1920.

* La presse locale, les auteurs d’histoire rurale et/ou les sites concernant Gavray

* Les archives militaires des instituteurs Louail et Cambernon

* Les dossiers professionnels des instituteurs

* Les épreuves et résultats de Roger au Certificat d’Études primaire de 1922-1923.

∇ Au regard des sources collectées sur le Net ou lors des visites aux AD de la Manche, il semble important de diviser ce chapitre en au moins deux parties, l’une sur l’enfance et les parents, l’autre sur l’école.

La première aura pour ambition de ressentir l’enfance rurale de Roger à grand renfort de descriptions des lieux de vie en exploitant les conférences d’institutrices. De même, l’ancrage des parents dans ce territoire doit être perceptible. J’opte pour une présentation descriptive dans un premier temps et une analyse des valeurs, choix, etc. qui organisent les parents de Roger, ensuite le lecteur doit faire sa propre analyse avant d’avoir la mienne. Ce texte permet de s’immerger dans l’enfance de Roger et de percevoir les fondements axiologiques au cœur de son éducation parentale. Le lecteur doit déjà penser que Roger puisse avoir envie de s’émanciper de l’enclave de Gavray.

La seconde partie, Les leçons de Monsieur Louail, mise sur l’axiologie scolaire et le processus d’identification à l’instituteur contre le père. Les leçons seront reconstruites à partir des nombreux rapports d’inspection. Le déroulé de la journée/semaine, les termes et les réflexions des inspecteurs sont au cœur des sources exploitées. Le lecteur doit ressentir le dispositif éducatif, au sens foucaldien du terme, jusqu’à la leçon d’histoire patriotique. Conclure sur la cérémonie du monument aux morts doit permettre de comprendre qu’au-delà des leçons d’Amand Louail, le patriotisme en acte laisse des traces dans l’axiologie patriotique de Roger. Même si cela sera évoqué plus tard dans le récit, le lecteur doit en faire l’hypothèse. Un détour par les atermoiements de la construction de ce monument doit densifier l’argument d’une mémoire patriotique qui, au-delà des difficultés, doit exister.

Il peut être intéressant de mettre en annexe une ou deux planches photographiques utilisées pour décrire le parcours de Roger vers l’école et son instituteur. Ces annexes, en peu de phrases, doivent préciser l’intention qui prévaut à l’exploitation de ces clichés. Elles permettront aussi de présenter les acteurs qui m’aident à écrire cette biographie. Ils participent du Nous évoqué dans le titre actuel de ce récit.

Je dois déplacer l’épisode du Certificat d’études vers un autre chapitre afin de montrer que malgré sa réussite et son investissement, Roger ne bénéficie pas d’une émancipation sociale et se retrouve à creuser des sillons dans les jardins de ses patrons plutôt qu’il n’accède aux opportunités dont il pouvait rêver.

Après l’écriture des deux textes, j’ai un choix à faire par rapport aux paragraphes de descriptions présents dans les chapitres. Je conserve l’entièreté des descriptions dans le texte sur l’enfance car je pense qu’elles suintent bien la ruralité et favorisent l’hypothèse que Roger puisse un jour avoir envie de quitter ces lieux. De même, l’accumulation de détails montre que Roger est fortement empreint de ces contextes.

Par contre, je limite les descriptions sur les atermoiements du monument aux morts. L’ambition était de montrer que chaque petite main, chaque obus ou chaque détail de cette quête construisaient ce lieu de mémoire et que chacun des acteurs en incorporait la trace, tantôt en faisant des guirlandes, en sculptant des noms ou en transportant des blocs de pierre. À la lecture du premier jet de ce chapitre, je réduis la voilure pour ne pas trop perdre le lecteur et l’imprégnation du biographé aux valeurs patriotiques.

Afin de préserver le thème de l’enclave, le trajet du biographé vers son école fera l’objet d’un chapitre à part entière (assez court, Avec mon sac d’écolier). Sa joie amorce ainsi le chapitre suivant concernant les leçons de Monsieur Louail. Il en va de même pour les 11 novembre de Roger qui feront l’objet d’un micro-chapitre. [à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Enfance et Ecole," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 20/12/2022, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/1151.

________________________________________________

[1] C. Boujot, « Ruptures et innovations dans le protocole de l’écriture scientifique », Ruralia, 03/1998, http://journals.openedition.org/ruralia/60, 1-4, 2.

[2] J. Rémy, « Partage égalitaire et ventes aux enchères au siècle de Louis-François Pinagot », Ruralia, 03/1998, http://journals.openedition.org/ruralia/60, 1-23.

[3] F. Dosse, op. cit., 2020.

[4] Entretien avec François Dosse, le 6 mai 2020.

[5] M. Crubellier, L’Enfance et la Jeunesse dans la société française (1800-1950), Paris, A. Colin, 1979.

[6] P. Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, 1968.

[7] J-F. Sirinelli, « Génération et histoire politique », Vingtième Siècle, revue d’histoire, Les générations, 1989, n° 22, 67-80.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search