[s/d] Entre le 21 avril et le 21 mai 1942 (2)

C’est le Docteur Berthon ; un docteur qui s’occupait surtout de la maladie des enfants qui soigna d’abord votre maman. Il lui recommanda un régime de famille ; il ne nous dit pas qu’il n’était pas qualifié pour soigner cette maladie là ; et aucune amélioration ne survenait. De ce fait votre maman était maussade, triste et découragée et je ne pouvais rien faire pour la soulager.

Au moins de Mai 1936 nous avions fait quand même des économies ; je vous envoyais avec votre maman passer quelques temps à Bénodet et à Gavray ; espérant que cela aurait donné plus de courage à la maman ; hélas cela fût pour elle une grande fatigue de faire 1800 km par le train avec deux enfants encor petits. Vous mes petits vous fûtes à peine de retour qu’il fallut vous coucher vous avez la rougeole. C’est alors que la santé de votre maman devient le plus grave elle maigrissait à vue d’œil ; d’ailleurs elle ne pèse plus que 44 kg. Elle se faisait un tas d’idées noires au sujet de la maladie qui rendaient ma petite femme complètement démoralisée. Moi de mon côté j’étais déborder de travail ; le printemps ayant été mauvais et petit à petit le courage m’abandonna aussi ; je travaillais sans goût et je n’avais pas pour me remonter mon courage le sourire de ma petite bien-aimée. Chaque semaine c’était au moins une visite au docteur et le mal s’aggravait au lieu d’améliorer. Avant votre départ pour Bénodet et Gavray le Docteur Berthon nous avait recommandé une ceinture. Votre maman était devenue si maigre qu’elle ne pouvait plus la porter sans s’écorcher. Nous décidâmes de changer de médecin ; ce médecin recommanda de manger ce que l’autre interdisait ; et il nous fit acheter une nouvelle ceinture ; qui aurait bien été si votre maman n’avait pas perdue tant de poids. C’est finalement un troisième qui fit adapter à [la] nouvelle ceinture une poche à air qui rétablit pas mal l’organisme de votre petite mère. La santé redevenait meilleure à part quelques mauvais moments ou les nerfs étaient trop forts. Une série de piqures avait quand même remonter le moral et la santé de ma petite Marie-Anne. Heureusement je peux reprendre un peu de courage il le fallait les patrons n’allaient pas tarder à arriver. Je réussis à remettre un peu d’ordre dans mon travail et ma foi les patrons se trouvèrent satisfaits à leur arrivée. J’eu quellesques petites discussions avec le Comte au sujet de certaines plantations mais cela s’arrangea bien. Par contre j’étais mécontent contre le garde qui m’avait donné un terrain plein de chiendent pour faire mes betteraves et mes p. de t ; avec le travail que j’avais au jardin je fus obligé de les abandonner. Il y avait du terrain à peu près [bon] mais c’était pour les cheminots de Saincaize ; pour le bois c’était la même chose j’avais toute la mauvaise marchandise.

Nous avions eu aussi une grosse perte d’argent avec nos lapins. Nous avions décidés de faire pas mal d’élevage de lapins pour augmenter notre paiement. Nous avions de belles bêtes et comptions beaucoup là-dessus ; hélas en deux fois notre clapier fut dévasté par un chien qui nous tua quarante lapins. Cela fut un bien méchant coup car tous les deux nous mettions beaucoup d’ardeur à soigner ces lapins ; qui étaient pour nous une petite fortune avec laquelle nous comptions faire un peu d’économies pour l’année et en deux nuits il ne restait rien de nos espérances ; si ce n’est que le regret de s’être donné tant de travail pour un résultat si pénible.

L’été s’écoula toutefois assez bien pour nous et comme malgré tout, grâce à la bonne manière de votre maman de gérer son budget, nous avons fait de petites économies ; aussi quand le billet populaire fut mis en vigueur nous décidâmes d’aller passer une quinzaine de jours à Gavray vers le mois d’octobre. Hélas fin Septembre la mort de mon frère vient mettre le deuil dans la famille. La grande distance d’où nous étions et les circonstances tragiques de sa mort ne nous permirent pas d’être présents à son enterrement. Nous décidâmes que nous irions quand même chez nous et qu’une messe serait dite pour le repos de l’âme de mon pauvre frère.

Nous passâmes une dizaine de jours parmi les notres. Toute la famille fut réunie pour la messe et c’est triste de constater après une absence de deux ans qu’il y a un nouveau vide dans la famille ; car c’était deux disparus qu’il fallait compter chez nous et cela en cinq ans. Nos vacances ne furent pas des vacances de joie l’ombre des chers absents nous empêcher à juste raison d’être tout à fait joyeux. Ce fut aussi la dernière fois que je vis ma sœur Simone et je peux me demandais encor aujourd’hui quand je le reverrais elle et sa famille. Heureusement chaque heure actuel me rapproche de ce jour ou je pourrais me retrouver parmi tous les miens. Je serais heureux si j’ai le bonheur de la revoir intacte ou grandie mais que de tristesse s’abattrait sur votre papa s’il la trouvait diminuée. Non cela ne sera pas. Dieu exaucera ma prière de chaque soir et vous tous chers bien-aimés vous priez aussi.

C’est peu de temps après notre retour de vacances que cela commença à aller moins bien avec nos patrons. Après les nouvelles lois sociales la vie avait augmenté. Notre vache ne voulant pas nous donner de veau l’an suivant nous étions obligé de la vendre et en acheter une autre. Pour cela il nous fallait 3000 f et je ne pouvais vendre Bergère que 1200 f à 1500 f. Je ne voulais pas mettre une pareille somme sur une bête d’ailleurs nous étions loin d’avoir ce capital. Je demandais donc au Comte de supprimer la vache et de me donner une mensualité normale. Depuis toujours son oncle (son prédécesseur) et lui avaient payé leur jardinier, ce prix de 450 f et la nourriture de la vache il ne voulait rien en changer. Je lui avais demandé aussi des pommes de terre puisque j’en avait récolté. Ici aussi refus ; mais cela surtout par la faute du garde. Puis je ne sais pourquoi un jour le Comte fit mettre tous les haricots sous clés. Je demandais des explications. L’on me répondit plutôt mal.

J’étais en colère aussi un peu vite je déclarais que puisqu’il en était ainsi je préférais m’engager et une heure après j’étais au Bureau de recrutement de Nevers ; ou je fis mas demande ; justement des places étaient disponibles à St Cloud.

Le lendemain, c’était un dimanche, l’on voulu me faire donner les légumes ; c’était normal je le faisais tous les jours ; mais le garde devait me surveiller et fermer à clé la cave à légumes. Trouvant là de la part du Comte un manque de confiance je refusais. J’avais senti que l’on en avait assez de moi et que l’on cherchait à me mettre à bout. Le lendemain un huissier vient constater l’état du jardin et la quantité de légumes existants ; et l’on me donna mon congé pour fin décembre.

Nous nous trouvions encor une fois dans une situation grave ; je ne savais pas quand j’aurais ma place ; enfin je ne voulais pas recommencer la même comédie qu’à Etang s/Arroux ayant trouvé une maison et du travail à 200 mètres du château nous quittâmes Fertôt fin décembre. Heureusement notre vie d’oiseau sur la branche allait bientôt finir car je comptais bien que mon engagement serait accepté sous peu. Je me rendais au bureau de recrutement et là j’eu ma première déception à ce sujet ; le régiment ou j’avais fait ma demande venait d’être dissous. Je fais une nouvelle demande pour le 43e RAD à Caen mon ancien régiment. Comme j’avais du travail je ne me tracassais pas trop puisque ce que je gagnais pouvait subvenir à notre entretien. Après avoir attendu un mois j’eus encor la deveine d’apprendre qu’il n’y avait pas de place. Fallait-il abandonner cette voie qui pourtant me tenait au cœur ; car je voulais une place ou je ne serais pas sur le risque de partir du jour au lendemain. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 11 mai). [s/d] Entre le 21 avril et le 21 mai 1942 (2). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nipn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search