[s/d] Entre le 21 avril et le 21 mai 42 (1)

Ses ordres étaient impossibles à remplir car ils manquaient complètement de jugement ; que tout commandement venant de personnes n’ayant jamais rien fait.

Ces discussions par lettre durèrent quelques jours puis vint un jour l’ultimatum de congé si je ne me soumettais pas aux ordres de Mademoiselle. Il ne nous surpris pas nous l’attendions d’un jour à l’autre ; mais nous étions décidés à l’accepter que lorsque l’on aurait une place et à ce moment nous n’avions encor rien. Je répondis donc en annonçant que n’ayant en aucun cas rompu mo contrat de travail qui ne parlait pas de scier de bois jusqu’à 7 heures je ne tenais pas compte de son congé.

C’était la guerre déclarée entre nous deux. D’un côté il y avait une patronne qui ne voulait savoir qu’une chose commander et que ses ordres bons ou mauvais soient exécutés ; elle avait pour se faire un bouclier la bonne réputation de congédier ses jardiniers toujours au début de l’hiver et de plus mal estimé dans le pays. De l’autre côté il y avait un ménage d’ouvriers avec deux enfants ayant toujours donner entière satisfaction par ou ils étaient passés ; et ayant eu la malchance de tomber chez une patronne sans scrupules ; malgré le peu de mois que nous étions dans la région nous étions très estimés. Il fallait savoir si les travailleurs conscieux pouvaient être à la merci d’une patronne irraisonnable dans ses ordres.

Je fus demander un entretien au juge de Paix d’Etang qui me donna raison et me conseilla de ne pas quitter avant d’avoir une place ; d’ailleurs ou aurions nous été nous n’avions que bien peu d’économie quelque 100 f à peu près.

Voyant que malgré ces deux ou trois lettres recommandées, qu’elle m’envoyait par semaine, que je restais sur mes positions elle donna l’ordre à son régisseur de me retirer mes outils et les clés et qu’elle m’était l’affaire dans les mains d’un huissier pour nous faire expulser prétendant avoir la loi pour elle. Heureusement nous eûmes à faire à un huissier honnête et sachant ce qu’était que la vie des ouvriers.

Avant de venir nous rendre visite il passa chez le juge de Paix qui était au courant de nos difficultés. C’est votre maman qui le reçu j’étais absent enfin il fut très aimable et dit à votre [maman] de ne pas s’inquiéter.

Le lendemain je fus de nouveau rendre visite au juge de Paix et ensuite à l’huissier. Le juge de Paix m’avait dit de réclamer une indemnité et de partir quand j’aurais une place. Nous réglâmes l’affaire l’huissier et moi au bistrot ; il lui écrivit que je réclamais 1200 f de dommages d’intérêt pour rupture sans motif valable de contrat ; et que je ne pouvais partir que lorsque j’aurais trouvé une place. Evidemment elle refusa ; et donna toujours l’ordre à l’huissier de faire le nécessaire pour nous faire partir.

Sur le conseil du juge de Paix j’assignais Melle Bufnois devant la Justice de Paix ; cette première assignation eu lieu à l’amiable entre le Juge de Pais moi et l’huissier représentant ma patronne. Nous continuâmes à réclamer ce que j’ai dit plus haut ; et étant à peu près sur du refus de cette patronne. Pendant ce temps j’avais trouvé une place et c’est le jour ou je partais qu’eut lieu cette entrevue. Arrive qui pourra nous étions à l’abri et j’avais du travail, c’était le principal.

La conciliation ne fut pas acceptée par la patronne qui chargea un autre homme d’affaire de défendre ses droits et ma foi cet homme aussi voulu une conciliation mais l’enragée ne voulut pas céder. L’affaire fut donc jugée en audience public vers la fin de Janvier ; elle était défendue par son avocat d’Autun. J’obtiens tout ce que j’avais demandé et ce fut moi à mon tour qui fut obligé de la menacer de la faire saisir car malgré le jugement elle refusait de payer ; et ce n’est qu’à la dernière limite qu’elle céda. Je touchais 150 f je crois puisque je lui devais 1000 f et le reste l’huissier l’eut pour couvrir ses frais ; et ne fut pas exigent il [est] vrai qu’il avait su se faire payer ses déplacements par la patronne. Il fut avec le juge de Paix un homme très conscieux et estimant l’ouvrier. Nous pouvons remercier ces deux braves hommes de nous avoir bien aidé dans ce mauvais moment là. Par contre j’avais été voir à Autun un avoué qui voulut être plus gourmand il m’a donné une consultation payée 25 f. Je lui avais remis des lettres ; il voulait 50 f pour me les renvoyer. Il ne les eut pas.

Nous passâmes les fêtes de Noël à Etang. Le valet de chambre de la patronne vint passer quelques jours parmi nous. La nuit de Noël nous fîmes un bon réveillon avec une partie des fermiers nous nous amusâmes très bien. Puis deux jours après ce fut le départ pour notre nouvelle place. Nous quittions l’un et l’autre sans regret le château de Vaux ; nous y étions arrivés rempli de bonne volonté mais hélas nous avions eu le malheur de tomber sur une mauvaise patronne ; et cela est bien décourageant. de plus de faire si peu de temps à une place ; cela ne donne pas de bonnes références ; mais si c’est les patrons qui ont tort cela retombe sur les domestiques. Heureusement nous avions de chez Mr J.P. de très bons certificats. J’avais été voir la nouvelle place qui m’avait fait bonne impression. Hélas je n’avais pu obtenir une augmentation de salaire ; sauf pour la maman qui recevait une petite gratification lorsqu’elle serait occupée. Je peux dire petite car c’était 1,50 de l’heure pour laver et 1f autrement. Ce qui m’avait surtout fait prendre cette place c’était parce que l’on pouvait garder notre vache que nous avions payé 2200 f et que nous aurions vendu avec perte en ce moment s’il avait fallu la vendre.

Nous fîmes deux ans dans cette place ; nous arrivions à nous tirer d’affaire et même à faire des petites économies. Les patrons ne furent pas trop ennuyeux envers nous ; il était là environ 5 à 6 mois de l’année ; certes pendant ce temps là votre petite maman était obligée de travailler pour le château et c’était bien fatiguant pour elle ; car il fallait aussi s’occuper de vous et du ménage et vous savez comme votre maman aime que vous soyez toujours propre et de même pour sa maison. Que de fois je l’ai grondé parce qu’elle se fatiguait à laver le carrelage [de] la maison qui était fait de briques usées qui se salissaient très vite. Que de fois aussi votre maman en rentrant du travail à trouver sa maison sans dessus dessous ; et cela par qui mais par vous petites coquins. L’après midi maman vous coucher avant d’aller au travail ; parfois je venais faire un tour mais cela n’était pas toujours possible et quand vers quatre heures maman rentrait ; elle trouvait le buffet ouvert et cela même fermé à clé ; vous étiez malins mes petits ou bien une tasse cassée et un beau jour elle vous a trouvé tous les deux saouls. Nous avions oubliés la bouteille de vin sur la table ; vous l’aviez finie de boire et vous étiez saouls. Un autre jour Solange fut surprise dans l’évier et cela afin de pouvoir manger du sucre qui se trouvait sur une étagère au-dessus de l’évier ; mais ce jour là Claude avait enlever la chaise et Lolotte fut prise au piège.

Votre petite maman vous aimait tant qu’elle vous gronder à peine ; car elle était bien heureuse de vous retrouver ; car elle avait beaucoup de peine de vous laisser seuls ainsi elle aurait de beaucoup préférer rester près de ses chéris.

Pour moi le travail aller à peu près quoi que je fus un peu handicapé par la culture de certaines plantes que je n’avais pas eu encor à soigner. Enfin cela allait quand même nous nous trouvions heureux par rapport à notre ancienne place. Tous les deux Claude et Solange vous grandissiez bien ; vous étiez mignons ; vous étiez notre joie et notre bonheur. Nous fûmes longtemps avant d’avoir de vrais amis ; le Comte de Savigny (notre patron) ne tenait pas à ce que quelqu’un vinsse sur sa propriété. Nous avions comme voisins un vieux garde et sa mère ; ils n’étaient ni l’un ni l’autre sympathiques que [nous] n’eumes donc jamais de conversation amicale avec eux. Un peu plus loin il y avait la ferme qui était travaillée au compte du Comte par plusieurs domestiques tous aussi fêteurs et buveurs les uns que les autres. Nous les reçumes toutefois de temps en temps pour faire une partie de carte. Ce n’est que la deuxième année que vient un bon ménage basse courier avec 3 enfants qui nous permi d’avoir de vrais bons amis. Je garde de ces gens un bien bon souvenir de même que de Mr et Mme Fevre leurs cousins ; qui donnèrent bien des choses pour Lolote. Peut-être aurons nous l’occasion de les revoir un jour.

De notre vache nous en tirons un assez bon profit en faisant des fromages blanc que nous vendions aux employés de chemin de fer de Saincaize. Malgré notre modeste paiement nous ne nous plaignions pas et nous aurions pu vivre dans un ciel toujours bleu si hélas si souvent il n’y était apparu un nuage noir qui nous assombrissait l’un et l’autre. Ce vilain nuage a était la mauvaise santé qui venait frapper bien souvent votre petite maman.

Cela arrivait presque toujours quand les patrons étaient repartis depuis peu de temps ; et en deux ou trois visites du docteur le peu d’argent que votre maman avait réussi, après bien de la peine à gagner, était englouti en rien de temps. C’est surtout de maux d’estomac que votre maman souffrit pendant ces années là et je crois qu’aussi quoique votre petite mère ne l’a jamais dit ; le mal du pays natal, l’éloignement des parents y faisait beaucoup pour le mauvais moral de ma petite Marie-Anne. [à suivre]



Citer ce billet
Jean-Marc Lemonnier (2021, 12 mai). [s/d] Entre le 21 avril et le 21 mai 42 (1). Pour une biographie que nous n'avons pas écrite. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nipo

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search