Ciel gris sur la Saxe (2)

Ce témoignage reconstruit, où Roger se fait historien de ses années 1939-1940, permet d’inscrire sa trajectoire individuelle dans celle, plus large, de la « drôle de guerre », la Bataille de France de Mai 1940 et du transfert des prisonniers vers les soixante-quinze oflags (camps d’officiers) et stalags (camps de sous-officiers et de soldats) répartis dans les régions militaires allemandes. Toutefois en passant sous silence des éléments factuels sur sa blessure, sa guérison ou sa capture, son récit est incomplet ou très vague sur son propre parcours dans la débâcle. Par exemple, ne faut-il pas identifier le lieu de sa blessure qu’il n’a pas précisé dans son texte ni face à la caméra de mon frère ? De même, son itinéraire de soldat blessé, à peine évoqué dans les sources primaires, peut-il être mis à jour ? Enfin, il y a nécessité de croiser son témoignage avec d’autres sources pour valider son passage au stalag XI A et à Stendal, lieu de ses kommandos.

La blessure de mon grand-père, que je n’ai jamais vue et que Jacques, son dernier enfant, a subrepticement aperçue durant son adolescence[1], est au cœur de l’enquête à mener. Quel pont défendait-il lorsqu’il fut blessé ? Le feuillet matricule 826, classe 1931, du centre de recrutement de Saint-Lô[2] dans la Manche donne une première information, confirmant que  Roger a bien été blessé le 19/5/40. Toutefois, le détail des services et mutations diverses est décevant sur le lieu du combat car il est très peu lisible ; comme un arrangement calligraphique du scribe pour masquer un nom propre qu’il ne parvient pas à déchiffrer : Abjan, Hcon, Abscon. En quelques clics, j’identifie Abscon, ville du Nord, non loin du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut. Cela semble recevable sur le plan géographique, sauf qu’il n’y a pas de pont sur la Scarpe à Abscon. Il n’y a même pas de Scarpe. La rubrique Blessures, Citations, Décoration, plus lisible, fournit la précieuse information : « Le 19/5/40 étant de garde de sécurité au pont de la Scarpe à Hasnon, blessé par une bombe d’avion n’a pas voulu quitter son poste avant d’avoir terminé sa mission. Blessé le 19/5/40 par bombe d’avion (plaie cuisse gauche) ». Roger prend ainsi place sur un pont distinctif durant cette bataille de France, celui d’Hasnon sur la Scarpe où il tient son rang.

Non sans frisson, je m’empresse de retrouver des clichés de cette passerelle ou ce viaduc qui devient, pour le petit-fils que je suis, le pont de mon grand-père. L’ouvrage est un pont levant, assez étroit, fait de briques rouge du Nord et de moellons blancs. L’ensemble est surmonté d’un contrepoids métallique permettant la levée d’une partie de la voie pour laisser passer les péniches[3]. Pendant que je navigue sur le net et que les bateaux passent sous le pont de mon grand-père, la citation officielle me parvient du Centre des archives du personnel militaire de Pau :

« CITATION, extrait de l’ordre général n° 1468/C. Le Général de Corps d’Armée BRIDOUX, Secrétaire d’Etat à la Guerre, CITE A L’ORDRE DE LA BRIGADE, LEMONNIER Roger – Maréchal des Logis au 105ème Régiment d’artillerie « Sous-officier modèle de haute valeur morale. Le 19 mai 1940 étant de garde de sécurité au pont de la SCARPE à HASNON, blessé par une bombe d’avion, n’a pas voulu quitter son poste avant d’avoir terminé sa mission ». Cette citation comporte l’attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze. Citation publiée au Journal Officiel du 5 juin 1943 page n° 324 CGM. A Vichy, le 25 mars 1943. Signé : BRIDOUX »

Ce pont, que Roger défendit jusqu’à la fin de sa mission le 19 mai 1940, permit le jour suivant à Bernard Dochez, âgé de cinq ans, de franchir la Scarpe avec sa famille pour emprunter le chemin de halage jusqu’à Warlaing et fuir ainsi les bombardements de son village d’Odomez non loin de Saint-Amand-les-Eaux où il reviendra les 27 ou 28 mai[4].

Cette pierre nouvelle à l’édifice de mémoire familiale je la partage immédiatement avec les enfants de Roger et mon frère.

Pont levis sur la Scarpe, Carte postale, Cartorum, s/d

Je savoure encore l’évènement lorsque me parvient le courrier du service des archives médicales et hospitalières des armées de Limoges. Celui-ci m’informe que les recherches effectuées dans le fonds d’archives de la Seconde guerre mondiale ont permis de trouver des pièces médicales concernant mon aïeul. A ce courrier, à l’en-tête du Service de santé des armées, sont jointes des photocopies issues de microfilms. L’itinéraire sanitaire, depuis la blessure du 19 mai 1940 jusqu’à Lille peut être ainsi retracé.

La fiche d’évacuation comporte des informations médicales et précise quelques données militaires[5]. Le Maréchal des logis, Lemonnier Roger, du 105e RAL, Batterie 7, est pris en charge le 19-5-40. L’adresse, rue Jean Mercier aux Fonds Gaidons, Bourges (Cher) est apposée dans la case Injections. Le diagnostic sommaire établi une « plaie en seton  de la cuisse gauche » [projectile traversant]. Le lieu de l’évacuation est spécifié : Abscon (Nord). Est-ce une erreur ou est-ce que Roger a été évacué de la zone de combat d’Hasnon vers Abscon plus au sud ? La documentation ne le précise pas. Cette transcription, réalisée dans l’agitation des combats, laisse sa trace jusqu’au feuillet matricule de Saint-Lô, rédigé au sortir du conflit. Elle a aussi jeté quelque instant la confusion sur ma quête du lieu de blessure de Roger. Au-delà des failles mémorielles des acteurs, les documents peuvent aussi comporter coquilles, erreurs ou mauvaises informations, parfois délicates à repérer, et propices aux fausses pistes qu’il faut déjouer ensuite.

Roger, transporté par le service ambulancier de son régiment, est transféré pour trois jours sur l’hôpital d’évacuation primaire de Bethune[6]. En complément du triage technique fait sur le front, une seconde catégorisation du blessé mène Roger à l’Hôpital Complémentaire (HCA) Saint Pierre de Calais. Ces hôpitaux et les services médicaux furent structurés par le sous-secrétariat d’État à la Guerre depuis 1939 et « la mobilisation terminée, le nombre des médecins appelés s’éleva à 19.827, alors qu’il n’était que de 1.650 en temps de paix. Parmi eux, on comptait 17.127 officiers et 2.700 médecins auxiliaires »[7].

 

Les médecins ou les religieuses de l’hôpital Saint Pierre notent, sur le registre jaune des entrées des malades, celle de Roger le 22 Mai 40[8]. Ils confirment la plaie en séton à la cuisse gauche et placent le blessé dans la salle 6, au lit 13, Plaque d’identité 1931 Saint-Lô.

Registre des entrées, Hôpital complémentaire Saint Pierre, Calais, ouvert le 1/10/1939

Registre des entrées, Hôpital complémentaire Saint Pierre, Calais, 3° feuillet

A l’extérieur de ce lieu de soin, Calais fait l’objet de violents combats entre les alliés,  qui protègent l’évacuation de Dunkerque, et l’armée allemande aux portes de la ville. Calais tombe le 26 mai mais l’hôpital Saint Pierre, en périphérie de la ville, est sous le joug de l’ennemi avant le cœur de la cité. Roger est ainsi capturé le 24 mai 1940[9] à Calais et non à Lille comme sa mémoire semblait le laisser croire. Toutefois, les soins se poursuivent dans l’établissement et la plaie est cicatrisée le 5-7-40.

De cet itinéraire de soin, Roger ne dit mot dans les traces qu’il a laissées. Il ne cite aucunement Calais alors qu’il y est fait prisonnier. La médication est-elle préjudiciable à l’appréciation des lieux et des dates ou le tri de la mémoire fait-il son office ? Sa blessure est-elle une honte insurmontable qu’il faille la passer sous silence ou la cacher aux regards des enfants et petits-enfants, comme une mémoire empêchée ? Ces hypothèses sont recevables mais il est probable aussi que l’épreuve physique de la guerre, dont la blessure est un possible, fasse partie d’une norme sociale intégrée par « la majorité des hommes du monde occidental, entre 1914 et 1945 »[10]. Roger fait partie de cette génération qui côtoie la guerre depuis l’enfance. Les pères ont combattu durant 14-18 et honorent les défunts sous les yeux de leurs enfants conviés par leurs écoles à assister aux cérémonies. Jeunes hommes, ils se construisent entre pacifisme et bellicisme lorsque les bruits de bottes alentours résonnent fortement dans le paysage politique français. Que la guerre soit inhumaine et propice aux souffrances, ils le savent largement mais ils savent aussi que la Patrie en danger doit être défendue comme l’ont fait leurs ainés. Dès lors, une blessure au combat point n’est besoin de l’évoquer. Il en va de même pour la convalescence qui n’est pas glorieuse ou témoigne d’une fragilité alors que le soldat se doit d’être au front.

Cette convalescence se fait en deux étapes. La première, d’une courte période de deux jours, se déroule à hôpital complémentaire Louise Pollet à Calais, une institution scolaire transformée en dispensaire dans le cadre des efforts consentis pour multiplier les lieux d’accueil des blessés. L’aménagement et la transformation d’immeubles, de casernes, d’écoles, d’hôtels, de casinos, en hôpitaux, comme cela avait été pensé lors de la Grande Guerre, permirent aux 20.000 lits en temps de paix de passer à 500.000.

Le convalescent est transféré, le 7-7-40, à l’hôpital Saint Ruth de Lille[11]. Si cette ville est présente dans la mémoire de Roger, le nom du lieu des soins n’est jamais parvenu aux oreilles de ses enfants et ne figure nullement dans son récit de captivité. Il y reste pourtant un peu plus de trois mois jusqu’au 24-10-40, date à laquelle il est transféré au camp Kléber. Cette caserne lilloise, transformée en camp d’internement, est sous commandement militaire allemand depuis juin 1940. Ce type de camp, Frontstalag, permet de regrouper bon nombre de prisonniers en France, avant leur transfert vers l’Allemagne. Parmi la petite soixantaine de frontstalag, Roger est recensé au 102 (Camp ou caserne Kléber) où il attend, aux côtés de ses compagnons de captivité, la date de son départ pour Altengrabow.

Selon l’association philatélique de Rouen, à leur arrivée au Frontstalag 102, les prisonniers se virent remettre un avis de capture par les services de la Wehrmacht précisant qu’il est “inutile d’écrire avant la réception de la nouvelle adresse”. Cette disposition augure du transfert imminent vers un camp définitif en Allemagne[12].

Archives privées de Roger, annotée au dos, Groupe PG, Hôpital Lille 40. Roger, à genoux, est à la deuxième place du second rang en partant de la droite.

En feuilletant ces documents d’archives et en rédigeant ces lignes très factuelles, des images me montent aux yeux. Du lointain de mon imagination, elles sont alimentées par l’imagerie collective des récits de guerre, qu’ils soient littéraires ou cinématographiques. Mon grand-père devient à la fois, sous la plume de Céline, un grand blessé dans une ambulance tirée par des chevaux entre Hasnon et Bethune, qu’il est alité dans l’hôpital de Calais filmé par Dupeyron. Qu’importe que ces œuvres relatent une autre guerre, l’émotion n’a que faire des décalages temporels et de la véracité permanente.

« Ils sont tombés en masse aux mains des Allemands en mai-juin 1940, victimes de la ‘débâcle’ qui frappe la France entière »[13]. En soldats, ils se sont battus pendant cette guerre éclair et, comme Roger, 90% sont capturés entre le 10 mai et le 25 juin 1940. Ils deviennent l’enjeu d’une négociation pipée entre le gouvernement de Vichy et le régime nazi. Ils stationnent dans des camps improvisés sur le territoire français. Roger reste, pour sa part, au camp Kléber du 24-10-40 jusqu’au début du mois de novembre. Il quitte alors, en wagons normaux comme il s’en souvient, son pays, sa femme et ses trois enfants installés pour l’instant dans le Finistère.

Pour attester de la captivité de Roger en Allemagne, j’oriente ma quête vers la Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains de Caen. Les frissons ressentis par l’historien face à un document patiemment recherché et enfin mis à jour, je les ai maintes fois éprouvés. Ils vous surprennent, quel que soit l’objet de la recherche, au détour d’une lettre manuscrite ou d’un document administratif typographié. Dans ce service historique de la défense, les frissons s’invitent dès l’entrée dans la salle de lecture, bien avant d’avoir quelques feuillets en main. Est-ce la carte murale représentant les emplacements des camps de prisonniers de guerre en Allemagne qui me trouble ? N’est-ce pas plutôt qu’en cet endroit mon grand-père n’est plus seulement mon aïeul mais devient aussi une victime parmi tant d’autres par-delà le temps et les lieux ?

Un dossier est posé à la place qui m’est attribuée. Claude Greff, l’archiviste, a pris soin de glisser les pièces dans une chemise au nom de mon grand-père : LEMONNIER Roger 1911. Ce nom, sur cette page blanche, prend soudainement un autre sens que celui associé depuis plus de cinquante ans. L’étiquette dit plus que sa police de caractère ; elle porte en elle le passé de captif de Roger, de ses souffrances peut-être, mais convoque surtout tous les mythes, croyances et imageries associés à cette période traumatique. R. Barthes sourit au-dessus de mon épaule, lui qui cherchait derrière le signe, les signifiances cachées. Dans un premier temps, je tourne les pages sans les voir puis recommence la besogne avec application, remisant l’émoi au plus profond de mon être. La concentration est de courte durée et la chamade bat son plein lorsque j’ai entre les mains le registre allemand du Stalag XI A du 2.11.1940, « Franzosen 99501-100000 »[14].

Le pouls est plus rapide encore durant la recherche du nom de mon grand-père parmi tous ceux qui, comme lui, sont arrivés du frontstalag 102 à Altengrabow.

L’ordonnancement n’est pas alphabétique et les noms/numéros défilent à raison de 8 par pages. A la page 12, j’arrête ma lecture et tremble plus que jamais.

 

Liste originale allemande n° 325 d’enregistrement au stalag XIA

Liste originale allemande n°325 d’enregistrement au stalag XIA, p. 12.

L’identité de mon grand-père est apposée au bas de cette page quadrillée de 15 colonnes : nationalité, numéro, Nom, Prénom, date de naissance, Lieu de naissance, prénom du père, nom de la mère, Adresse française, Grade, Régiment, Matricule, Date Capture, Blessure, date arrivée et provenance :

« FR / 99.612(6364) / LEMONNIER / ROGER / 16-3-11 / GAVRAY / Jean-Baptiste / Gardin / FRAU-LEMONNIER Rue JEAN MERCIER aux Fonds-Goudons Bourges (CHER) / Mal Des Logis / 105e R.A.L. / 826 St Lô / 24-5-40 CALAIS / Ges / Am 2.11.40 von FR.St.102 »

C’est pour ce shoot d’adrénaline que je fais de l’histoire. Suivre les traces laissées par les individus dans leurs carnets intimes, leurs échanges épistolaires ou la froideur d’un registre carcéral. L’émotion, quel que soit l’individu, est toujours présente, accentuée ici par le lieu et la figure biographiée qui m’est proche. La vibration des sources est forte parce qu’elles sont les empreintes des hommes qui traversent l’histoire. La rencontre avec l’Autre se fait à travers elles. Elles permettent d’écrire une histoire vraie tout autant qu’elles favorisent l’imagination pour rejoindre un autre temps. Toutefois, l’histoire traverse aussi les hommes et s’immisce dans leur cœur et leur corps.

Le corps blessé de mon grand-père raconte son combat du 19 mai 40 mais il reflète aussi l’évolution des modes de combat contemporain qui « démultiplient les traumatismes physiques » avec des projectiles qui traversent les corps, « quant aux éclats projetés à haute vitesse au moment de l’explosion des obus, leur force vive est telle qu’elle permet aux plus importants d’entre eux de dilacérer les corps, d’arracher n’importe quelle partie de l’organisme humain »[15]. La plaie en séton de Roger porte en elle toutes ces histoires, celle de la guerre de Roger, celle du 105e RAL, celle de la médecine de guerre en 1940 et celle de l’armement qui mutile plus fortement les corps ou modifie les postures des combattants pour l’affronter. Quant aux cœurs des hommes que l’histoire traverse, la chape de silence que les prisonniers posèrent durablement sur leur captivité en est l’expression. Ce silence exprime tout autant le drame psychologique de Roger que celui de ces soldats vaincus à jamais, alors que leurs ainés sortaient vainqueurs de leur guerre. Ces perdants ignorés, loin des leurs pendant cinq ans, rentreront chez eux lorsque la guerre sera gagnée par d’autres.

Roger devient, ce 2 novembre 1940, un numéro qui déambule dans l’allée centrale du stalag XI A. Il rejoindra ensuite Stendal pour divers kommandos industriels et agricoles. La fiche établie par la Croix Rouge stipule que Roger est militaire de carrière mais aussi jardinier[16]. Elle précise également qu’il est père de trois enfants âgés de 7, 6 et 2 ans. Il ne sait pas qu’il commence une captivité de cinq années dans des lieux que d’autres gavrayens ont fréquentés vingt-cinq ans auparavant. Stendal résonne-t-il à son oreille pour l’avoir entendu cité par son instituteur au sortir du premier conflit mondial ?

 

Fiche d’informations, créée par la Croix Rouge, émanant du centre national d’information sur les prisonniers de guerre

Le 23 novembre 1941, il ouvre son carnet pour raconter sa vie aux siens :

« Il y a un peu plus d’une année, j’arrivais en Allemagne ; je me disais que j’en avais à peu près pour un an, hélas les douzes mois sont écoulés et surement plusieurs autres s’écouleront encore avant que je puisse revoir ma chère patrie, mon cher foyer ! »[17]

[à suivre]

Cite this article as: Jean-Marc Lemonnier, "Ciel gris sur la Saxe (2)," in Pour une biographie que nous n'avons pas écrite, 25/10/2021, https://depuislestalag11a.hypotheses.org/1015.


[1] Témoignage Jacques, Juin 2020.

[2] Fiche Matricule 31-501-00826, 1R3-245, AD de la Manche, Saint-Lô.

[3] P. Plouchard, « La Scarpe et les gens de rivière aux XIVe et XVe siècles », Revue du Nord, n° 322, 1997, 841-858.

[4] http://www.odomez.fr/fr/vivre-a-odomez/notre-histoire/1940-les-violents-combats-a-odomez/la-vie-au-village/

[5] Pochette fiche d’évacuation, modèle n° 13, SAMHA.

[6] Fiche de suivi, SAMHA

[7] P. Lefebvre, C. Guidicelli et F. Didelot, « Le Service de santé militaire à la veille de la Campagne de France en 1940 », Communication à la Société Française d’histoire de la médecine, 1990, 173-177, 173.

[8] Registre des entrées des malades de l’hôpital complémentaire Saint Pierre, SAMHA.

[9] Cette date est confirmée par toutes les sources militaires.

[10] S. Audoin-Rouzeau, « Massacres. Le corps et la guerre », In JJ. Courtine (dir) Histoire du corps, Les mutations du regard. Le XXe siècle, Paris, Seuil, 2006, 293-334, 294.

[11] Registre E-S de l’Hôpital Saint Ruth de Lille, SAMHA.

[12] http://www.apra.asso.fr/APRA/Accueil-APRA.html

[13] Y. Durand, La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français (1939-1945), Paris, FCPG, 1981, 33.

[14] Liste originale allemande n° 325 d’enregistrement au stalag XIA, cote AC 22 P 514

[15] S. Audoin-Rouzeau, « Massacres. Le corps et la guerre », In JJ. Courtine (dir) Histoire du corps, Les mutations du regard. Le XXe siècle, Paris, Seuil, 2006, 293-334, 308.

[16] Fiche émanant de l’ex centre national d’information sur les prisonniers de guerre, cote AC 40 R 2450.

[17] Carnet de captivité, 23/11/41.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search